Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 00:05

À Paris quand on dit VANEL, on pense bien sûr à Charles, le grand acteur de cinéma, le vieux Jo du « Salaire de la Peur ».

À Toulouse c’est à Lucien la toque légendaire, qui fut l'un des premiers à décrocher deux macarons au guide Michelin pour son restaurant de la rue Maurice-Fonvielle, véritable institution dans les années 70 et 80 à qui l’on pense de prime abord.

À Toulouse quand on dit Le Stade c’est à tout coup au rugby que l’on pense

Alors qu’à Paris, pour Le Stade, le populo pense d’abord de France celui de St Denis là où le 12 juillet 1998 : « on a gagné la Coupe du Monde » ; les bobos, eux, pensent à celui qui se dit Français, très chicos, qu’est accessoirement la danseuse de Max Guazzini et du maire de Paris et qui joue aussi au rugby entraîné par un gars de Colomiers.

Ça c’est Paris !

Indifférence ou arrogance, le Parigot tête de veau a la fâcheuse tendance de considérer la ville capitale comme le nombril du monde. Sa méconnaissance, très française, des langues étrangères, lui fait ignorer le touriste non hexagonal mais, en revanche, le provincial, surtout celui avec accent, paumé dans le métro, dînant à huit heures sur un bateau mouche, grimpant à la Tour Eiffel, se gobergeant aux Folies bergères, à droit à tous ses sarcasmes.

Je pousse à peine le bouchon… Mais comme je me veux trait d’union j’ai choisi VANEL pour la réconciliation Paris-Province, Toulouse-Paris, pour le rugby c'est réglé : le Stade Toulousain a  hissé le Bouclier de Brennus, pour le reste je brode en laissant aller mon imagination.

Las Piedras, misérable bourgade vénézuélienne, les années 50, la dèche totale, des épaves à la dérive. Travelling sur un bouge miteux puis gros plan sur Jo le vieux dur, Charles Vanel, et Mario le jeune coq, Yves Montand, qui se font face à une table. L’atmosphère est lourde. Demain matin ils vont monter dans les camions pourris de la SOC, la compagnie pétrolière américaine, bourrés jusqu’à la gueule de nitroglycérine… Qui ne connaît ou ne connaîtra, à la Télé ou en DVD, le fameux film de Clouzot : Le salaire de la peur… Pas grand monde.

Ok, fondu enchaîné, les mêmes, autour d’une bonne table, VANEL, Lucien, pose devant eux une de ses spécialités, pendant que le sommelier débouche avec soin une bouteille de VANEL. Ploc ! Le gazouillis du vin servi. Le cinéma habituel autour du verre. Dégustation. Émotion ! Soupirs d’aise… Clap de fin !


Explications.

VANEL est un Vin de Pays d’OC

VANEL est un Vin de Cépages : Cabernet-Sauvignon, Merlot et Chardonnay

VANEL est une sélection des Vignerons de Sieur d’Arques à Limoux

Ok d’accord me direz-vous mais pourquoi consacrer une chronique au dernier-né des gars de Limoux ? Pour pleins de raisons, d’abord le nom : VANEL qui permet toutes les variations, simple, connu, reconnu par Google, une signature s’appuyant sur une référence culinaire, un nom qui, à lui seul, raconte des histoires. Reste, derrière lui, à capitaliser de la notoriété. La notoriété c’est une alchimie complexe, parfois bien longue à se révéler, à la fois reconnaissance de l’excellence du produit et de sa capacité à positionner socialement celui qui le consomme. À Limoux, les vignerons de Sieur d’Arques, depuis des années, par leur patient travail sur la différenciation de leur parcellaire peuvent se permettre de faire du cousu main. Alors il me paraît normal de les mettre en avant. De dire aux consommateurs, aux amateurs, aux restaurateurs, découvrez ce VANEL c’est un vin de Vignerons. En écrivant cela je ne vous demande pas de faire une bonne œuvre mais tout simplement de sortir des sentiers battus, de découvrir, d’apprécier, de reconnaître la qualité du travail accompli. Comme vous le constaterez sur la photo les flacons sont élégants. Et le nectar qui va avec me direz-vous ? Réponse simple : quand on sait faire Toques et clochers on sait faire bon à tous les étages. D’ailleurs si Lucien Vanel a accepté d’associer son patronyme au dernier-né des vignerons de Limoux vous vous doutez bien que c’est parce qu’il juge le vin digne de sa renommée. Vin sur le fruit pour les petits repas entre amis au restaurant.

Pour info, car Vin&Cie c’est de l’info : le n° du Point du 15 mai 2008 consacrait un article à la gastronomie toulousaine titré : Toulouse : les toques en lutte. Extraits.

« Branle-bas de combat chez les derniers défenseurs de la gastronomie toulousaine. L'office de tourisme de Toulouse et le syndicat professionnel départemental de l'Union des métiers de l'industrie de l'hôtellerie (Umih) ont lancé une vaste opération de communication pour redorer le blason des traditions culinaires en souffrance (voir l'encadré). Avec près de 1 200 adresses, qui vont de la grande table au simple kebab, Toulouse revendique la place de deuxième ville de France en nombre de restaurants. Mais, dans cette profusion, la qualité n'est pas toujours au rendez-vous et le meilleur peut côtoyer le pire. A l'Umih, présidée au plan national par André Daguin, les chefs appellent de longue date à faire le tri entre les vrais cuisiniers et ceux qui se contentent d'ouvrir des boîtes ou de réchauffer des barquettes de surgelés. Les maîtres queux des fourneaux se révoltent contre la généralisation du micro-ondes.

A Toulouse, cette volonté de tri s'est traduite par le lancement d'une académie et la création d'un grand prix décerné par le public. Cette opération de séduction est placée sous les bons auspices de Lucien Vanel, toque toulousaine légendaire, qui fut l'un des premiers à décrocher deux macarons au guide Michelin. Son restaurant de la rue Maurice-Fonvielle, véritable institution dans les années 70 et 80, est désormais remplacé par une pâle cantine bio. Le vieux chef s'était indigné l'an dernier en constatant qu'il n'y avait plus qu'un seul restaurant étoilé (Michel Sarran) à Toulouse intra-muros. « Il y a plus d'étoilés dans le département du Lot que dans toute la Haute-Garonne, alors qu'il y a deux fois moins d'habitants qu'à Toulouse », calculait Lucien Vanel fin 2006. Le ratio s'est légèrement modifié depuis, avec l'attribution dans la dernière édition du guide d'une première étoile à deux jeunes chefs, Frank Renimel (En Marge), 31 ans, et Jérémy Morin (Le Met), 29 ans. Le Michelin a également décerné une deuxième étoile à L'Amphitryon de Yannick Delpech à Colomiers, 31 ans, plus jeune chef de France dans sa catégorie. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents