Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 00:03

J’ai découvert Aline debout sur son canapé, un verre de rouge à la main. J’étais dans le TGV. Là, je sens poindre une touche d’agacement : « que  ne va-t-il pas encore inventer pour se rendre intéressant ? » Et, pourtant c’est pure vérité. C’est dans la revue de la SNCF de Pepy – un ancien collègue qui à réussi dans le chemin de fer – que la dite Aline Goldschmidt, et Paul son mari, proposent des « petits verres entre amis », sorte de vente Tupperware, pour faire découvrir et aimer les vins de leurs belles propriétés sises autour du château de Siaurac : le pays des merveilles aux confins de Pomerol et de Saint-Émilion. Qu’à cela ne tienne, dès le lendemain, j’envoie, par la voie de la toile, un message à la dame pour lui proposer de causer dans mon « Espace de Liberté ». En retour je reçois un petit mot m’indiquant que la dame souhaite que nous causions au téléphone. Alors nous causons. Nous causons beaucoup. Et me voilà invité à Siaurac par Aline. Une première pour Vin&Cie : me voilà reporter sur le terrain.

 

Le TER de fin de journée, empli de lectrices de Gala ou de Choc, me porte sous une pointe de soleil vers la gare de Libourne. Paul m’y attend. Mon écharpe rouge et mon manteau noir sont mes signes de ralliement. Des vignes, des vignes, mais quelles vignes, que des noms prestigieux qui font rêver : Pétrus, La Conseillante, l’Évangile, Lafleur, Trotanoy, Petit-Village, Gazin, Vieux-Château-Certan, Nénin, le Gay, Clinet, Vray-Croix de-Gay… J’écoute Paul religieusement. Passionné le Paul, j’adore lorsqu’il me parle de ses petits bébés à propos de ses nouvelles plantations. Ici enherbement, là labour, plus loin parcelles où ondulent des graminées en l’attente des bébés de Paul. Sous les mots de Paul s’exprime une tranquille passion, dans sa bouche le mot terroir à des accents de vérité. Nous empruntons le long chemin de terre menant au travers des vignes au château de Siaurac. C’est le chemin des noces me dira plus tard Aline. Le parc est somptueux, reposant et étrange dans cet océan de vignes. Sitôt entré le fumet de la cuisine d’Aline – c’est elle qui est aux fourneaux – m’enchante. Là voici qui surgit, primesautière, ses yeux sont du bleu de mon gilet bleu et nous voici face au majestueux chêne, de près de six-cent ans, qui se meurt rongé de l’intérieur. Aline, sans façon, avec une simplicité rafraîchissante me parle de sa grand-mère, celle qui épouse un Amiral écrivain, la Baronne Guichard emblème du domaine ; de son père Olivier Guichard baron gaulliste qui se laisse convaincre par Paul de prendre le virage de la modernisation en profondeur du vignoble et des installations ; de la saga familiale aux couleurs mauriaciennes ; d’elle, la parisienne qui travaillait à Bayard-jeunesse, qui s’est prise d’amour pour cette terre, ce lieu magique. «  Élever nos vignes comme nos enfants » Les mots sont justes. Les mots sont vrais. Belle fin de journée au pays des merveilles.

 Nous dînons dans la vaste cuisine : asperges, hachis Parmentier, salade, fraises des bois en dégustant le millésime 2005 des trois propriétés : Château Vray Croix de Gay – le Pomerol – Château Siaurac – le Lalande de Pomerol – Château Le Prieuré – le Saint-Émilion Grand Cru Classé. La conversation va bon train. Chacun dans son registre : Aline sur le mode passionné, Paul sur celui de l’équilibre, mes deux hôtes me font partager leur belle aventure. C’en est une, une aventure moderne qui, en ce triangle d’or, plus habitué aux grands investisseurs, lointains et anonymes, garde toute son épaisseur humaine, son poids affectif, et une dimension familiale forte. Ils se retroussent les manches, mettent les mains à l’œuvre : les plantations nouvelles, la rénovation du chais, l’arrivée de Yannick Reyrel – l’adjoint de JC Berrouet à Petrus – en 2001, pour faire le vin, le développement des ventes directes : quel plaisir d’entendre Aline parler de l’ambiance du salon des caves particulières de la Porte Champerret à Paris, de la biodynamie, la création de deux nouvelles gammes de vins : les vins Faciles et les Vins des Beaux Jours, les relations partenariales avec le négoce à l’exportation… Montée des marches avec son lot de succès, d’attente, de challenges à relever : la vraie vie, celle que l’on vit pour, comme le dit Aline « pour élever le monde vers son meilleur ». Conjugaisons des talents, richesse sans limite d’une conversation qui roule dans la tranquille paix d’un lieu magique. Tant de choses à écrire, à traduire sur l’éternelle alchimie entre la main de l’homme, le raisin et le vin. Il se fait tard.

Je couche dans la chambre Papillon. Demain nous irons à Saint-Émilion sur le site du Château Le Prieuré. Avant de m’endormir je me dis que je n’ai même pas pris le temps de donner mon sentiment sur les vins. Normal, tout était si chaleureux, si simple et de bon goût, que tout naturellement les vins, ces grands enfants, à l’image de ceux qui les ont enfantés, étaient à la hauteur. Discrets mais élégants, de belles pousses en devenir dignes de gravir les marches pour rejoindre les plus grands. Il y a tant à écrire que l’invitation d’Aline et de Paul de revenir pour les vendanges me permettra de mieux pénétrer les secrets de la maison. Laisser le temps au temps, prendre son temps, marcher, sentir, découvrir… Pour les plus impatients, ils peuvent aller de suite sur le site  www.baronneguichard.com pour en savoir plus. Pour ma part, chers lecteurs, si j’ai un conseil à vous donner, la maison vaut le détour. Si vous passez aux pays des Merveilles faites un petit tour au Château de Siaurac vous y serez bien reçu, par Aline et Paul, ou par quelqu’un de leur équipe, même sans indiquer que vous venez de ma part. Je m’endort ravi. Le lendemain un vent glacial nous transperce les os sur le site magnifique du Château Le Prieuré. C’est l’heure du retour en TGV pour Paris. Difficile, mais comme je sais que je ne pose pas un point final à ma petite histoire d’Aline au Pays des Merveilles c’est avec légèreté que je dis au revoir et, à bientôt pour de nouvelles aventures dans ce superbe confetti de nature préservée au cœur d’un bel océan de vignes aux noms enchanteurs…

 

À suivre…   

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

alegsi 03/10/2009 12:50


Il devait se faire tard, puisque je m'endor...t ...
... malgré tout, très agréable lecture, on a envie d'y aller.


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents