Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 00:00

" De mon temps..." comme disait le pépé Louis avant de nous asséner la supériorité de ses grands boeufs blancs sur le tracteur - eux bien engraissés valaient des sous, alors que ce fichu monstre de fer sur 4 roues en fin de vie ne valait plus un clou - donc " de mon temps " avec notre Ministre star des sondages, ce cher Michel Rocard, le traitement équilibré entre l'Aude et l'Hérault, l'Antoine et le Marcellin, nous amenait parfois à des situations cocasses. Pour nous, le pragmatisme étant du côté de Verdale et la démagogie bien installée chez Courret - le pauvre étant marqué à la culotte par l'homme au Ray-Ban, santiags et perfecto - notre carte maîtresse était sans contestation l'Aude tenue d'une main de fer par le consortium des anciens de la SFIO. Donc, suivant cette pente naturelle qui me rappelle des souvenirs intenses, ce matin, j'ai choisi "d'accoupler" un vigneron bio de l'Hérault : Franck Siméoni de St Chinian et un vigneron bio de l'Aude Lionel Boutié de Coursan.

Je commence par Franck Siméoni, non que je plaçasse l'Hérault avant l'Aude dans ma hiérarchie, mais pour deux raisons : la première est que vu de Paris l'Hérault se situe au-dessus de l'Aude, la seconde tient au fait que j'ai déjà consacré une chronique : Vin de crise à Franck Siméoni. L'homme est disert. J'aime les gens qui ont de la conversation et, n'en déplaise à certains, je sais écouter. L'homme n'est pas du cru, il a roulé sa bosse dans d'autres vignobles avant de poser son sac à Prades s/Vernazobre dans l'AOC St Chinian. Ça ouvre l'esprit. L'autre jour, au parc floral de Vincennes, avant de déguster, nous avons taillé une petite bavette dont, bien sûr, je garde pour moi les bonnes feuilles. Entre 2001 et 2003, les 18 ha de vigne en AOC St Chinian ont fait l'objet d'une reconversion bio. L'exploitation et la cave sont contrôlés par Ecocert et Nature et Progrès. Franck Siméoni n'est pas un ayatollah du bio, mais un vigneron tout court qui garde son franc-parler et ne vous pas aux gémonies ses voisins. J'ajoute que j'associe Sylvie Siméoni à cette chronique, c'est à elle que je m'étais adressé lorsque j'avais acquis mes bouteilles de vin de crise.

 

 


Les 3 vins dégustés sont des 2006. Signés Siméoni, le packaging est de belle facture, sobre et de bon goût, une belle ligne avec une aérienne libelulle - liberté et grâce - compagne des jours où l'on fait le vin, qui donne à l'étiquette une profondeur discrète. Si j'insiste sur l'habillage c'est que trop longtemps les bios s'ingéniaient à s'enlaidir, comme s'il fallait coller à l'image, sandales et chemises indiennes, chère aux pèlerins de Katmandou. D'ailleurs Franck Siméoni n'affiche son logo AB que sur sa contre-étiquette. Deux de ses vins sont des St Chinian : Domaisèla, assemblage de 50% Syrah-50% Grenache et L'âme des schistes, assemblage de Syrah-Grenache-Mourvèdre. Selon une tradition bien établie chez Vin&Cie je ne vais pas vous la jouer grand dégustateur mais me contenter de vous faire aimer ces deux vins aux robes pourpre, qui à l'oeil et au nez vous enchantent déjà comme lorsque ayant quitté la grisaille de la ville vous vous lancez au matin sur un circuit de grande randonnée : à nouveau l'envie. Dans la bouche c'est la magie du vin du Sud, puissant mais harmonieux, plus complexe pour Domaisèla, plus éclatant pour L'âme des schistes, du vrai plaisir avec la certitude d'un lendemain qui chante. Reste le petit dernier, le Mas Siméoni, qu'est rien qu'un vin de pays de l'Hérault, un 100% Cinsaut, du fruit, du charme, de la délicatesse, un vin de pique-nique ou du jour où, en rentrant chez vous sur le coup des 11 heures, vous vous offrez une belle tartine embeurrée où vous avez couché de belles sardines à l'huile ou comme ça vous chante chers lecteurs. Pour plus de détails allez donc sur www.domainesimeoni.com

Lionel Boutié est un jeune homme avenant et souriant, il a tracé un X sur l'Ouest de la pancarte Sud-Ouest dont les organisateurs avaient affublé la signalétique de son stand. En effet, notre vigneron au visage sympathique est aussi un bon élève du Pays d'Oc et il est de ceux qui appliquent les grandes visions du Grand Jojo de la Région : Sud de France mêlé subtilement sur son étiquette à South of est son étendard de ralliement. Nous nous saluons et comme de bien entendu nous causons avant la dégustation. Les 40 ha du domaine de Ricardelle de Lautrec, cultivés depuis 4 générations par la famille Boutié, sont situés à Coursan près de Narbonne. La via Domitia, chère au Président de la Septimanie, borde sur une centaine de mètres le domaine. Lionel est de la première génération bio. Dans ma petite ford'intérieur je me disais : " si l'Aude s'y met c'est qu'il y a quelque chose de changé dans le royaume des vins du Midi...". Sur le dépliant de Lionel j'aime bien la phrase : " Voici 4 générations que notre famille cultive la vigne et élabore ses vins selon une juste mesure entre l'oenologie moderne et savoir-faire traditionnel " car elle assume l'héritage dans toute sa diversité. À noter que le logo AB est très discret sur l'étiquette. Passons maintenant aux choses sérieuses : les vins. Ce sont des vins de pays d'Oc. Tout d'abord le rosé, c'est un cabernet-sauvignon sans millésime, très salmon pink colour. Il est très vivace, rafraîchissant, fruité, très vin à déguster à la fraîche avec les tapas et les olives. Le packaging est à l'image de Lionel simple, nature, avec sa petite bête à bon Dieu qui monte en laissant sa trace, bien adapté à l'esprit du vin. Pour terminer, le rouge, la Cuvée Julille, millésime 2007, un 100% Merlot, charpenté, robe rubis profond, audois en diable mais avec ce qu'il faut de finesse, qui vous donne envie d'aller à la chasse aux sangliers pour le déguster le soir, bien fourbu, devant une belle flambée. De la belle ouvrage, élégament habillée et très agréable en bouche. Pour joindre Lionel Boutié c'est ricardelledelautrec@hotmail.fr

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

alain laufenburger 15/04/2008 04:50

C'est pas l'heure de l'apéro mais ça y est j'ai les papilles qui frétillent. Mais bon Dieu de Jacques, où vais-je les trouver ces nectars ? Chez Badie ? Que nenni, hélas.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents