Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2020 7 25 /10 /octobre /2020 06:00

France Bloch dans les années 1940. DR

C’est écrit par une femme donc lisible par Alice Coffin.

 

L'héroïne est une femme France Bloch, qui a 25 ans, baigne dans un milieu d’écrivains et d’artistes et de Frédo Sarazin, militant syndicaliste, ouvrier métallurgiste chez Hispano-Suiza, ils ont 7 ans d’écart. Lorsqu’ils se rencontrent en 1938, le choc est immédiat. Mariés quelques mois plus tard, sur fond de guerre et de résistance, plus rien ne les arrêtera.

 

C'est donc lisible par Alice Coffin.

 

« Avec « Mon Frédo », Marie Cristiani nous livre à sa manière le récit d’amour entre France Bloch, fille de l'écrivain Jean-Richard Bloch, et Frédo, métallurgiste, issu du monde ouvrier. Deux vies volées par la guerre et fauchées par la barbarie.

 

 

Le récit naît et s’achève autour de la dernière lettre de France à Frédo, le 12 février 1943, quelques heures avant sa décapitation en Allemagne, une lettre d’ailleurs qu’il ne recevra jamais. Il sera à son tour exécuté, ignorant tout de la mort de sa femme.

 

Entre les deux, le texte de Maria Cristiani redonne chair et substance à France Bloch et force au combat. C’est le témoignage brûlant d’une époque, le portrait vibrant d’une femme magnifique, juive communiste, intellectuelle, mariée à un ouvrier. L’écriture est précise, soucieuse du détail et de la référence. L’émotion est présente au détour de chaque page. »

1930 Poitiers, La Méringote, vallée du Clain.

 

« Posé sur un meuble du salon, le poste de radio diffuse l’actualité du jour … puis l’annonce , à la fin du journal, d’un spectacle : le drame lyrique, La Nuit kurde, de l’écrivain Jean-Richard Bloch, sera joué le lendemain soir à la salle Pleyel. La voix grave du journaliste cède la place à celle de la chanteuse Lucienne Boyer, dont le dernier succès, Parlez-moi d’amour, est sur toutes les lèvres.

 

C’est écoutable par Alice Coffin

Dans une pièce voisine, une jeune fille fait ses gammes au piano. Autour d’elle, quelques estampes japonaises, des tableaux…Partout dans la maison, des livres, pas une pièce n’y échappe. La jeune fille ouvre souvent ceux de son père…

 

… La voix de sa mère interrompt la jeune fille « France ton père t’appelle, il est dans son bureau.

 

  • C’est urgent ?

 

  • Je crois qu’il est surpris par ta décision, il veut juste en discuter avec toi.

 

  • Je pensais qu’il me connaissait mieux que ça », répond la jeune fille en quittant le piano.

 

Au moment de dépasser sa mère, celle-ci lui tend une enveloppe, l’air amusé :

 

« Encore une photo dédicacée ? Je peux savoir ? Comédien… peintre… écrivain ? »

 

La jeune fille lit à haute voix le texte figurant au dos de la photo qu’elle vient de découvrir :

 

« À mademoiselle France Bloch, avec tous mes regrets de ne point accompagner cette photo à La Méringote. Signé… André Gide. »

 

[…]

 

La voici maintenant assise face à son père avec un des nombreux chats de la maison sur les genoux.

 

« Je désirais te voir avant mon train pour Paris, France. Je sais que tu as pris ta décision, mais pourquoi cette idée de passer un deuxième baccalauréat ? Celui de philosophie que tu viens de réussir brillamment n’est pas ce que tu souhaitais ?

 

  • Je pense finalement être plutôt faite pour la recherche papa. La chimie me passionne de plus en plus. J’ai un an d’avance, ça me laisse le temps de passer un bac scientifique. »

France Bloch et son mari Frédo Sérazin se rencontrent en 1938. L’intellectuelle et l’ouvrier métallurgiste vont vivre intensément leurs quelques années de mariage…"

C’est un petit livre de 112 pages chargé de douleur et d’émotion, d’intelligence et de sensibilité, à l’image de son héroïne, France Bloch-Sérazin.

 

Fille de l’écrivain Jean-Richard Bloch (1884-1947), figure intellectuelle de l’entre-deux-guerres qui demeura longtemps à la Mérigote à Poitiers, cette jeune femme, guillotinée par les nazis le 12 février 1943, aura eu tout au long de sa courte existence un parcours extraordinaire. Parcours de femme amoureuse, de mère exemplaire et de résistante hors du commun. Ce sont ces trois facettes que la journaliste et documentariste Marie Cristiani met en lumière dans Mon Frédo, paru le 12 juin aux éditions Arcane 17.

 

Brillante élève à Poitiers, touche-à-tout qui manie aussi bien le pinceau que le stylo ou l’instrument de musique, France Bloch sera finalement chimiste. Pendant la Seconde Guerre, elle mettra dès 1941 ses compétences au service de la Résistance, fabriquant des explosifs dans un laboratoire clandestin. L’année suivante, elle est arrêtée par la police française et condamnée à mort par un tribunal allemand.

 

La suite ICI 

Résistance communiste: France Bloch - par Marie Cristiani (aux éditions Arcane)

Elle sera Claudia dans la clandestinité. Chimiste, elle fabriquera des bombes pour les FTP et réussira, sous une fausse identité, à se faire embaucher au laboratoire de police du 36, quai des Orfèvres.


Après la drôle de guerre, lui sera arrêté avec d'autres syndicalistes et communistes. Après une évasion de la forteresse de Sisteron où il retrouve France durant trois jours à Paris, il est repris et incarcéré à Chateaubriand puis à Voves.

 

En tentant de faire évader une nouvelle fois son mari, elle est arrêtée, transporté en Allemagne et le 12 Février 1943, quelques jours avant son trentième anniversaire, elle est guillotinée à Hambourg.


Après une nouvelle évasion du camp de Voves, Frédo lui rejoint les FTP comme lieutenant. Arrêté par la Gestapo à St Etienne le 15 juin 1944, il est assassiné le même jour.


Leur fils Roland sera sauvé de justesse lors de l'arrestation de sa mère. Il vit aujourd’hui à Marseille.

 

La suite ICI 

Alice Coffin pense, écrit ce qu’elle veut, moi ça me laisse totalement de glace, elle pose plus de problèmes, en tant qu’élue EELV au Conseil de Paris, à Yannick Jadot et à Anne Hidalgo qu’à moi. Elle me fait penser à la radicalité de Benny Levy, le gourou de la Gauche Prolétarienne, avec lui ça a très mal  fini. Certains me reprochent ma compagnie quasi-exclusive avec des femmes, ça les énerve, mais c’est que tout bêtement je préfère leur compagnie à la leur. Se priver des auteurs, des musiciens, de tout ce qui est mâle pensant, je trouve ça tellement bête que ça s’apparente au désir de faire buzz. Enfin, je remarque avec ironie les défenseurs de la 25e heure d’Alice Coffin, je les ai vu à l’œuvre, je les trouve lamentables.

L’élue écologiste Alice Coffin, le 21 septembre 2020 à Paris.

PORTRAIT. Alice Coffin, élue écolo à Paris, assume son féminisme radical ICI 

 

Dans « Le génie lesbien », qu’elle publie chez Grasset, l’élue écolo à la mairie de Paris et activiste, Alice Coffin, réduit les hommes à des « assaillants ». Elle suscite la polémique en assumant un féminisme radical.

Le génie lesbien, de Alice Coffin | Éditions Grasset

La militante féministe Alice Coffin écartée de l’Institut catholique de Paris, où elle était professeure ICI

 

L’université estime que l’engagement militant de l’élue EELV, qui y était professeure depuis 8 ans, va à l’encontre de ses valeurs.

Par 

« Le tumulte autour du livre d’Alice Coffin occulte un point : la majorité de ceux qu’elle dénonce viennent du monde culturel » ICI 

Guerre des sexes, combats entre féministes, fracture à gauche… « Le Génie lesbien », l’essai de l’élue écologiste de Paris, est à l’origine de nombreuses tensions. Ces divisions masquent le fait que les principales cibles de l’autrice se trouvent dans le monde de la culture, explique dans sa chronique Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

pierre 25/10/2020 09:10

Alice Coffin est une boboféministe, tendance avant garde des luttes lesbiennes du VII èmme Arrondissement. Parfaitement en ligne avec les modes de pensées universitaires de Yale ou Standford où seuls les noirs peuvent parler de l'esclavage, les femmes du féminisme, avec comme booster les columnists du NYT (qui ne sort pas grandi de son titre de la décapitation de Samuel Paty.). Comme disait l'autre "lire Coffin je peux pas, j'ai du diabète!"

pax 25/10/2020 07:20

Mare de tous ces gents qui portent leurs « différences » en bandoulière ou défilent, oriflamme à bout de bras comme pour crier plus fort encore.
Faut-il être mal dans sa peau pour avoir besoin de faire savoir, urbi et orbi, que vous êtes autres. Mais qui n’est pas autre pour autrui. Nous sommes tous différents les uns par rapport aux autres.
Faut-il être naïve pour croire qu’un couple de femmes ne rencontre pas les mêmes types de problèmes que les couples hétéros.
On refuse ( refusait ?) l’adoption d’enfant à des couples homos comme si les confier à un couple hétéro était une garantie pour l’enfant alors qu’il y a autant de chance de trouver un couple homo uni et débordant d’amour que de trouver un couple hétéro de même nature.
Mais puisqu’il semble qu’il faille s’exhiber pour pouvoir exister allons y. Voici le coming out de la mouche du coche : Homme blanc, hétéros sexuel, bien dans ses baskets. Enfin dans ses « richelieu » devrais je dire. Imagine t’on pax en baskets ?
M’enfin, pour ce que j’en dit…

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents