Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 06:00

Pour faire plaisir à mon cher PAX qui se dore la pilule au pays du Banyuls et de Balbino Giner Garcia : « Le peintre des âmes » sachez que le caddie est une histoire alsacienne.

 

 

Je lui  tire le portrait plus loin.

 

Alors pourquoi ce matin tartiner une chronique ?

 

Le Nord !

 

Rassurez-vous je ne l’ai pas perdu.

 

Deux raisons :

  • Un polar de l’anar Jean-Bernard Pouy : Ma Zad qui se passe dans les Hauts-de-France.

 

Ma ZAD par Pouy

 

  • L’annonce que chez AUCHAN la maison brûle En 2018, Auchan Holding a perdu plus d’1milliard d’euros. La responsable? Sa filiale Auchan Retail. En un an, la branche de grande distribution du groupe nordiste a vu son chiffre d'affaires chuter de 3,3% à changes courants. Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, lui, a reculé de 20,5%. Les difficultés d'Auchan ne sont pas nouvelles. Depuis des années, l'enseigne souffre, notamment en France, son pays d'origine, qui représente encore 35% des ventes.

 

Revenons au polar de Pouy qui m’a donné l’envie de chroniquer (Long soliloque à peine interrompu par les personnages secondaires, ce roman est l’œuvre d’un Pouy au meilleur de sa forme littéraire : clins d’œil à ses maîtres, références picturales nombreuses, calembours, turlupinades et facéties... mais je trouve que la fin est bâclée)  

 

Son héros Camille a travaillé dans un supermarché dont il s’est fait virer mais dans sa cavale alors qu’il stationne sa camionnette TOYOTA dans une aire de stationnement d’une supérette il voit une enfilade de caddies alignée devant l’entrée.

 

« Je me suis figé.

 

De les revoir  m’a ramené vers ma vie d’avant, mon monde, mon mien, j’étais dans le caddie, un caddie plein, et qu’a dit le caddie ? En réalité ça ne valait qu’un euro un caddie, ou alors un jeton plastique, y avait toujours des trucs qui restaient au fond, et puis un caddie, ça ne se volait pas, ça se remettait là où on l’avait pris, ça se sodomisait en plein vent, entre les bagnoles, ça brillait vaguement dans l’obscurité, des fois, ça grinçait, ça coinçait, des fois ça roulait de traviole, on se croyait aux autos tamponneuses, mais c’est sublime, un caddie, c’est démocratique puisque tout le monde a le même, tous les caddies sont pourris, il n’y a pas de quoi être fier, tout le monde pareil, à la traîne de cette saloperie à roulette, on se démerde avec ce petit wagon de marchandises, lourd comme un gros chien mort, ça précède des centaines d’humains, tous les mêmes, tout ça pour quoi, qu’est-ce qu’il y a en général dans le caddie ? Des nouilles, bordel, des nouilles ! C’est important les nouilles, c’est ce qui ressemble le plus à un cerveau, un cerveau bien rond, bien tiède, compressé, le cerveau, car un cerveau, ça ne doit bouillir que six minutes, comme moi, au bout de cinq minutes, je bous et, alors, je balance des nouilles partout, à la tête de tout ce qui remue, ou alors ça ressemble aussi à une partouze d’asticots, les nouilles, tous ces vers qu’on a dans la tête, et qui sentent la mort. »

 

La sentence :

« Ce ne sont pas les supers et les hypers qui manquent, la région en est pourrie. On se demande bien pourquoi, les gens du coin sont de plus en plus pauvres. »

 

Mais revenons au vacancier Pax :

 

Tout commence avec un petit Alsacien :

 

En 1928 Raymond Joseph vit en banlieue de Strasbourg, à Schiltigheim. Avec compagnons, il se lance dans la création d'une petite manufacture: Les ateliers réunis. Et ça marche assez bien, ils fabriquent des mangeoires, des paniers à salades, des égouttoirs... Tous les ustensiles alimentaires sont fabriqués en fils d'acier. C'est un matériau très à la mode à cette époque. Les ateliers de Raymond Joseph sont prospèrent mais ce n'est pas encore un leader mondial.

 

En 1950, l'entrepreneur part en vacances aux Etats Unis.

 

Là-bas il découvre une invention qu'il trouve formidable : le supermarché. Et surtout, l'accessoire indispensable pour faire ses courses dans une grande surface : le chariot. Il revient en Alsace avec cette idée de génie, fabriquer des charriots de supermarché comme en Amérique. Et il a bien raison puisque quelques années plus tard, les grandes surfaces arrivent en France. Dès l'ouverture du premier supermarché en 1958 à Rueil Malmaison, Raymond Joseph est là avec son chariot. Il devient le partenaire de Carrefour quand ouvre le premier Hypermarché de France en 1963 dans l'Essonne.

 

Il sent le succès venir, il dépose le nouveau nom de son entreprise : Caddie.

 

La petite manufacture de Schiltigheim devient le partenaire numéro un des supermarchés. Raymond Joseph vend alors à toutes les grandes surfaces ses chariots en fil d'acier. Et c'est comme ça que naît, le CADDIE.

 

Ainsi naît la génération des « pousses-caddies » cher à Pousson elle adore cette invention qui permet de transporter plus de provision qu'avec un sac de course, et surtout c'est beaucoup moins fatigant !

 

Pendant des années l'entreprise est le leader du chariot de supermarché. Il s'exporte dans 120 pays et créé au-delà d'une marque un mot qui rentre dans le langage courant.

 

Son nom est devenu d'un usage commun, mais ce n'est pas pour autant que l'entreprise aime qu'on parle d'elle...

 

À la mort du fondateur Raymond Joseph en 1984, c'est sa fille Alice qui prend la tête de l'entreprise. Elle continue de cultiver le secret autour de la marque. Et attention on ne peut pas parler de caddie à tort et à travers. Les journaux comme le monde ou le Figaro avaient l'habitude d'utiliser le mot caddie comme synonyme de chariot de course. Et bien l'entreprise les a attaqué en justice et a remporté le procès.

 

Aujourd'hui l'usine Caddie se trouve à Drusenheim, elle emploie 225 salariés et traverse quelques difficultés financière depuis le début des années 2000.

 

La chute :

 

Le caddie développé par Caper intègre un lecteur de code-barres et un terminal de paiement grâce auxquels on peut faire ses courses et payer sans passer par une caisse. La jeune pousse travaille sur une technologie d'identification encore plus élaborée.

 

ICI 

 

Et qui c’est qui fait les course sur la vidéo ?

Résultat de recherche d'images pour "le caddie caricatures"

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 12/03/2019 22:27

Je récupère cette chronique sur le chemin de l'exil je veux dire dire l'abandon de l'insolant soleil de Collioure en cette saison pour regagner les froides et roides giboulées de la vallée de la Bruche.L'une des raisons de la réussite des Ateliers Réunis c'est l'énorme valeur ajoutée que constituait la réalisation de son chariot à partir d'une matière première simple et élémentaire que constituait le "fil de fer " Ses difficultés ont pour origine, entre autre, un problème de successions à la mort d'u fondateur mais aussi le fait d'avoir manquer le virage de l'arrivée du plastique. Cette entreprise faisait la fierté de l'Alsace laborieuse avec des sociétés comme Lohr champions des transports de voiture en faisant évoluer ses transporteurs de chars militaires . Cette société mit au point, par la suite un wagon de transport de camion par le rail permettant un chargement/déchargement latérale des plus rapides. Motivée par les discours de nos zélites ventant la mutation qu'elles étaientt en train d'élaborer pour, tel les Suisses, transférer sur rail le polluant et encombrant transport routier. Notre histoire industrielle locale est pleine des échecs d'entreprises croyant aux promesses des politicards de comices
agricoles Ainsi Supra Oranier à Obernai, grand fabricant d'appareil de chauffage à fod,gaz,charbon cherchant à se diversifier avec le "plan" Pompes à Chaleur ...Quand à Balbino Giner Garcia ce peintre assez recherché par les amateurs de peintres locaux il semble avoir été épargné, malgré une côte certaine par le réseaux de faussaire qui vient d'être mis à jour des principaux artistes locaux.Le scandale à démarré à l'occasion de la réouverture du Musée Terrus de Elne ou le commissaire de l'exposition a démontré avec mon copain expert que prés de 60 % de la collection étaient des faux. On en a parlé jusque dans la presse américaine.Puis , à la file de l'enquête on découvrit que des faux Hannicote, des Mucha, Bausil, Vives etc inondaient le marché.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents