Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 07:00
Le style farmer vu par le Bon Marché : c’est 4640 euros sans les chaussettes et le tee-shirt, une paille ! En bonus l’interview d’Augustin Trapenard le précieux ridicule…

À Paris j’ai toujours habité rive-gauche et, tout naturellement, avant qu’il ne se transforme en un temple du luxe à la Bernard Arnault,  je fréquentais Bon Marché qui innovait. Je suis donc en possession d’une carte du magasin ce qui me vaut le privilège de recevoir les catalogues. Je dois à la vérité de vous avouer que je fréquente toujours la Grande Épicerie qui est doté d’un rayon boucherie remarquable et d’une offre fruits et légumes intéressante. Autre lieu fréquenté, la librairie qui, elle aussi, a gardé un parfum que j’apprécie.

 

Bref, dans ma lettre je viens de découvrir : L’Homme Automne-Hiver 2018.

 

D’ordinaire cette plaquette rejoint la poubelle jaune en revenant de la boîte aux lettres, sauf que, cette fois-ci, je l’ai négligemment feuilletée et que je suis tombé sur : ÊTRE ÉLÉGANT… EN FARMER.

 

 

Tiens, tiens, le baratin des mercantis valait son pesant de pédantisme…

 

Mais, poussant plus avant mon observation sous le timbre du créateur THOM BROWNE je découvre les prix de ses oripeaux de campagne :

  • Veste en laine : 2620 euros
  • Pantalon  en laine : 1250 euros
  • Bottines en cuir : 770 euros

Total : 4640 euros.

 

 

J’imaginais ce jeune grelus, avec son côté épouvantail chic, en vadrouille dans nos terroirs profonds, comme aurait dit mémé Marie, l’aurait pas de honte.

 

Ridicule !

 

Poussant plus avant mon feuilletage je suis tombé sur l’interview d’Augustin Trapenard, un gus avec culture incorporée qui cause sur France Inter. Un sommet dans l’insignifiance.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 30/08/2018 07:14

Holha cher Taulier, comme tu y vas : "Temple du luxe " C'est pour le moins une antinomie voir un oxymore. Le luxe véritable dont l'élégance et la discrétion sont des composants essentiels n'a pas besoin de temple. Cela est bon pour ce producteur qui, pareil à un dealer coupant sa came, fait fortune en faisant croire que la toile cirée c'est mieux que du cuir. Idolâtre des veaux d'or il leur érige des simulacre de temples pour mieux endormir le gogo.Comme tu le soulignes ce baratin de mercantis pue le Séguela et sa Rolex pour cinquantenaire. On recycle des concepts mal assimilés .on affiche son inculture en oubliant que ce qu'ils tentent à promouvoir se serait l'élégance du Gentleman Farmer mais "gentleman" ils ne doivent pas savoir ce que c'est. C'est pourtant ce qui fait tout le sel de la chose. Quand au Trapenard de service qui ne recule devant rien pour essayer de faire un bon mot il devrait savoir que sur terre, il faut bien que quelqu'un le porte le chapeau. En l'occurrence, devant tant d'insignifiance et de banalité c'est son tour. En tout cas, il va être content le vendeur du stand de chapeau que doit contenir " le temple " Pour s'exercer on lui recommande de travailler le questionnaire de Proust ( Marcel pas Gaspard)

Jungmann 29/08/2018 07:06

les vendanges commencent à 8 H, je test le chapeau et les grolles !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents