Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 11:00

Cher Monsieur,



     Merci de votre lettre. Entendu pour le départ de cartons début octobre.
     Je suis tout à fait désolée de vous avoir ainsi contrarié au sujet du prix du vin. Je vous avais fait un prix amical pour le 1979, et ne pensais pas que cela deviendrait une habitude !


     Si j'ai le plaisir de vous revoir, je vous montrerai les factures de mes fournisseurs et de la main-d’œuvre pour le chai !


    Je ne compte pas mon temps, et vous n'ignorez pas que les expéditions pour les USA sont plus longues à préparer, le paiement plus lent aussi.


   Mes clients européens n'ont fait aucune difficulté concernant l'augmentation.
   Le 1979 était à trente francs ; il ne me reste que vingt-quatre bouteilles et autant de magnums, que je voudrais garder. Il me semble tout à fait normal d'augmenter de trois francs mon prix de vente.


    Le 1980 est peut-être médiocre chez les autres, mais pas ici.
    J'ai augmenté mon prix lors d'une réunion du CIVB après avis autorisé.
    N'oubliez pas que mon vignoble bien modeste, bien petit, est un cru exceptionnel rattaché aux Graves de Léognan. Sur ce territoire, il est impossible de trouver un prix approchant ; certains crus y jouent la politique du rendement et leur qualité ne vaut pas...la mienne.


    Comme je ne veux pas ruiner un homme aussi aimable et aussi amoureux du vin que vous, je veux bien vous consentir une nouvelle fois le prix amical de trente francs au lieu de trente-trois francs pour le millésime 1980, en échange de quoi vous voudrez bien me régler plus rapidement.


    Recevez, cher Monsieur, mon souvenir le meilleur

 

Ce courrier adressé à Kermit Lynch, par Madame.. .......... propriétaire du château.. .’ ........, dans les années 1980, est publié dans son livre : « Mes aventures sur les routes du vin » rééditée à la Petite Bibliothèque Payot.

 

15ième question Quelle est le nom de cette dame et de son château ? Comme toujours un petit voyage dans les archives de mes chroniques vous facilitera la tâche.

Marc Parcé, Patrick Fargeot, Hervé Bizeul pour cette 15ième Question et ce pour plein de raisons qui font que ça fait un beau patchwork de ce qui fait de bon dans notre beau pays. Diversité des hommes et des produits : La Rectorie Banyuls Parcé Frères 2008, Banyuls Cuvée Léon Parcé 2007, Cuvée L’Oublée élevée en solera offertes par Marc Parcé Chateau Tertre Daugay Saint Emilion Grand Cru 2007 ; Chateau Haut Gleon  Corbières  2005 ; Chateau Bouscassé  Madiran 2006  en caisse bois Offert par Patrick Fargeot la Vignery 6 bouteilles d’huile d’olive « Le Mas de la Chique » offertes par Hervé Bizeul

deuxPHOTO_SITE_BERTHOMEAU.jpg

Huile_Chique01.jpg

Partager cet article
Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 11:00

Ce mois d’août plutôt réfrigéré et mouillé au-dessus de la Loire comme disent les météorologues, a été pour mon petit commerce très chaud, même qu’hier j’ai pulvérisé mes scores historiques : Hier : 1 740 pages vues (+100% j-7) 1 023 visiteurs uniques (+117% j-7). Ce qui veut dire que vous rousinez sec sur mes pages certes pour trouver les réponses aux questions du fameux Grand Concours de l’été mais aussi parce que les sujets abordés attirent de nouveaux arrivants. Je pars donc content.

 

Avant d’aborder la ligne droite du Grand Concours de l’été qui se terminera samedi prochain 28 août (les futés ont du noter que j’avais glissé une question bis à la 13ième Question) je livre à votre sagacité les questions de cette dernière semaine. Dans la mesure où il y aura tirage au sort des 3 gagnants vous pouvez faire jouer femme, enfants, pépé&mémé, belle-mère etc. pour augmenter vos chances (1 seul bulletin réponse par personne cependant).

 

Si vous ignorez le Règlement de ce Grand Concours de l’été allez en Wine News N°75 (en haut à droite du blog).

 

Pour la Liste des Lots c’est en Wine News N°76.

 

11ième Question : Le vin a-t-il encore une âme ? Tout est dans la 11ième Question du grand concours de l’été

http://www.berthomeau.com/article-le-vin-a-t-il-encore-une-ame-tout-est-dans-la-11ieme-question-du-grand-concours-de-l-ete-54362869.html

 

12ième Question : « La Vigne arrachée » la 12ième question puise ses racines dans mon petit terroir maraîchin

http://www.berthomeau.com/article-la-vigne-arrachee-la-12ieme-question-puise-ses-racines-dans-mon-petit-terroir-maraichin-55294778.html

 

13ième Question : Le 1ier Congrès de l'Origine, qui le présida ? À vous de répondre à la 13ième Question du Grand Concours de l’été

http://www.berthomeau.com/article-le-1ier-congres-de-l-origine-qui-le-presida-a-vous-de-repondre-a-la-12ieme-question-du-grand-concours-de-l-ete-54368090.html

 

13ième Question bis : Un bien étrange amateur de grands crus classés... la 13ième Question bis n’est pas pour les « âmes sensibles »

http://www.berthomeau.com/article-un-bien-etrange-amateur-de-grands-crus-classes-la-13ieme-question-n-est-pas-pur-les-ames-sensibles-54368166.html

 

14ième Question : Un spécialiste de médecine sportive comme on en fait plus, la 14ième question plonge dans les archives de l’INA

http://www.berthomeau.com/article-un-specialiste-de-medecine-sportive-comme-on-en-fait-plus-la-14ieme-question-plonge-dans-les-archives-de-l-ina-54368239.html

Partager cet article
Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 11:00

J'avais acquis ce petit morceau savoureux à l'INA. Ce fut une belle chronique du début 2008 un régal de 2 minutes de bonheur. Je ne maîtrisais pas encore très bien la technique alors j’avais retranscris l’interview :

 

-         Le journaliste : Docteur ...... êtes-vous pour ou contre le vin ?


- Le Docteur...... : Je suis pour le vin mais on ne doit jamais de toute façon dépasser 3/4 de litre par jour. On peut dire aussi qu'une notion qualitative du vin intervient et les vins frelatés et un peu tourmentés par les uns et par les autres seront des vins plus nocifs.


- Le journaliste : D'autre part vous êtes médecin sportif donc vous devez avoir pour les sportifs des normes encore plus sévères ?


- Le Docteur...... : Les sportifs peuvent boire du vin même en période de grande compétition et même s'ils ont la classe internationale mais du vin en quantité très restreinte pendant les repas seulement. D'ailleurs aux JO de Londres les français avaient manqué de vin et cet incident avait joué sur leur état d'esprit pendant un certain temps.

 

- Le journaliste : Ca n'avait pas amené des contre-performances tout de même ?

- Le Docteur...... : Non pas de contre-performances tout de même mais des incidents psychologiques. A Tokyo les français emmènent leur vin.

 

14ième question : Quel est le nom de ce bon docteur ? En fouillant mes archives c’est facile.

 

 Pour aller d’au-dessous de Lyon au-dessus de Lyon, comme pour le retour du dessus vers le dessous autrefois y’avait que le tunnel de Fourvière et on passait dans Lyon avec ses bouchons et ses Bouchons. Si vous ne comprenez rien à mes élucubrations accompagnant ma 14ième Question offrez-vous un « Chante Alouette » Hermitage 2007 de Michel Chapoutier, un Château du Moulin-à-Vent  2008 de Jean-Jacques Parinet et un panaché de la production du domaine des Tourniers Beaujolais (toutes les couleurs et bulles) de Régis Bourgine de la cave de Bécon. 

 

 

Chante_Alouette_150cl_2007.jpg

CMAV2008petit.jpeg

mes-photos-de-moi-3247.JPG

Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 11:00

« Pendant qu'elle cuisinait, je descendis chercher du vin dans la longue cave voutée, poussiéreuse, emplie d'une agréable odeur de terre humide. Il y avait là des centaines de bouteilles, parfois très vieilles, je devais souffler la poussière pour lire les étiquettes, dont certaines étaient entièrement moisies. Je choisis les meilleures bouteilles sans la moindre gêne, ce n'était pas la peine de laisser de tels trésors à Ivan, de toute façon il n'appréciait que la vodka, je trouvai un château-margaux 1900 et je pris un Ausone de la même année ainsi que, un peu au hasard, un graves, un haut-brion de 1923. Bien plus tard, j'ai compris que c'était une erreur, 1923 ne fut pas vraiment une grande année, j'aurais mieux fait de choisir le 1921, nettement meilleur. J'ouvris le margaux tandis que Käthe servait le repas (...)

« Dans cette lumière chaude et vacillante je voyais et entendais parfaitement notre conversation qui occupait mon esprit tandis que je mangeais et achevais la bouteille de ce bordeaux onctueux opulent, fabuleux (...)

« J'avais terminé le margaux, j'étais légèrement gris, je débouchai le saint-émilion, changeai nos verres, et fis goûter le vin à Von Üxküll. Il regardait l'étiquette. » Je me souviens de cette bouteille. C'est un cardinal romain qui me l'a envoyée. Nous avions eu une longue discussion sur le rôle des Juifs. Il soutenait la très catholique proposition qu'il faut opprimer les Juifs mais les garder comme témoins de la vérité du Christ, position que j'ai toujours trouvé absurde. Je crois d'ailleurs qu'il la défendait plutôt pour le plaisir de la dispute, c'était un jésuite (...)

« Je goûtai enfin le vin : il sentait la girofle rôtie et un peu le café, je le trouvai plus ample que le margaux, doux, rond et exquis (...) »

 

13ième Question bis: C’est un prix Goncourt qui a défrayé la chronique quel est son titre et le nom de son auteur ?

  DSC00209.JPG

C’est le clin d’œil aux superstitieux que cette 13ième Question bis déjà  par elle-même fort provocatrice. Mais le succès fut au rendez-vous, gros tirage c’est ce que je souhaite à mes accompagnateurs du jour le Bordeaux clairet 2009 Château La Courtiade Peyvergès de Pascal Peyvergès, le Château Tire-Pé La Côte 2005 Bordeaux d’Hélène et David Barrault et le Larose Trintaudon 2004 Haut-Médoc 2003 Cru Bourgeois Supérieur de Brice Amouroux et Benjamin Gaudin

clairet.jpg

magnum_LT_2004.JPG

logo_larose.JPG

Partager cet article
Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 10:00

« Qui ne comprend, au contraire, que la force de la France a toujours été - et qu'elle le restera - dans la production de haute qualité que la variété de ses terroirs, la diversité de ses climats, l'intelligence, l'ingéniosité, les soins de ses producteurs ont fait naître sur notre sol en une gamme de richesse inégalée ?


Mais cette richesse est, à l'heure présente, très largement compromise et c'est contre cette dangereuse tendance qu'a voulu réagir le Syndicat de la Marque d'Origine «  Pays d'Auge »  en décidant, au cours de son Assemblée Générale du 3 avril 1948, de sonner le ralliement de tous les producteurs d'élite pour la défense de la personnalité des produits d'origine portant le nom de nos terroirs.


Au cours de cette Assemblée Générale fut décidée la tenue d'un Congrès de l'Origine.
De là, l'idée immédiatement lancée dans tous les milieux, professionnels et administratifs, à travers toutes nos régions de France, allait, dès les premières semaines, y rencontrer l'accueil le plus favorable.


L'Etranger également, toujours très intéressé par toutes les initiatives françaises dans le domaine de la qualité, manifestait le désir de suivre les travaux de ce Congrès.
Moins de trois mois après, le Premier Congrès de l'Origine allait se tenir à Deauville du 25 au 27 Juin 1948 et soulever à travers tout le Pays le plus vif intérêt.

12ième Question : Nom, prénom et titre de l’homme qui présida ce 1ier Congrès de l’Origine ? Quelle était son origine plus exactement l'appellation d'origine où se situaient ses vignes ? 

 

 

Mon premier est un Lirac rouge 2007 Clos de Sixte d’Alain Jaume, mon second un Grand Marrenon - AOC Luberon rouge de Jean-Louis Piton, mon troisième un « Château Mont-Redon » rouge 2006 de Jean Abeille, pour cette 13ième Question n’espérez-pas en plus de tout ça que de surcroît je vous offre le code postal !

 

 

magnum_Lirac.JPGsignCoffret_bois_Magnum_Grand_Marrenon.png

CNP_rge_CMR_magnum_carton_1_btle.JPGimage001-B.jpg

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 11:00

« Cette vigne avait un âge dont nul ne se souvenait. Chaque année, depuis qu'il avait conscience des choses, Driot avait taillé la vigne, biné la vigne, cueilli le raisin de la vigne, bu le vin de la vigne. Et elle mourait. Chaque fois que, sur le pivot d'une racine, il donnait le coup de grâce, qui tranchait la vie définitivement, il éprouvait une peine; chaque fois que, par la chevelure depuis deux ans inculte, il empoignait ce bois inutile et le jetait sur le tas que formaient les autres souches arrachées, il haussait les épaules, de dépit et de rage. Mortes les veines cachées par où montait pour tous la joie du vin nouveau ! Mortes les branches mères que le poids des grappes inclinait, dont le pampre ruisselait à terre et traînait comme une robe d'or ! Jamais plus la fleur de la vigne, avec ses étoiles pâles et ses gouttes de miel, n'attirerait les moucherons d'été, et ne répandrait dans la campagne et jusqu'à la Fromentière son parfum de réséda ! Jamais les enfants de la métairie, ceux qui viendraient, ne passeraient la main par les trous de la haie pour saisir les grappes du bord ! Jamais plus les femmes n'emporteraient les hottées de vendange ! Le vin, d'ici longtemps serait plus rare à la ferme, et ne serait plus de « chez nous ». Quelque chose de familial, une richesse héréditaire et sacrée périssait avec la vigne, servante ancienne et fidèle des Lumineau.

Ils avaient, l'un et l'autre, le sentiment si profond de cette perte, que le père ne put s'empêcher de dire, à la nuit tombante, en relevant une dernière fois sa pioche pour la mettre sur son épaule : « Vilain métier, Driot, que nous avons fait aujourd'hui ! ».

Cependant, il y avait une grande différence entre la tristesse du père et celle de l'enfant. Toussaint Lumineau, en arrachant la vigne, pensait déjà au jour où il l'a replanterait ; il avait vu, dans sa muette et lente méditation, son successeur à la Fromentière cueillant aussi la vendange et buvant le muscadet de son clos renouvelé. Il possédait cet amour fort et éprouvé qui renaît en espoirs à chaque coup du malheur. Chez André, l'espérance ne parlait pas de même, parce que l'amour avait faibli. »

 

 

12ième question : Quel est le titre du roman dont est tiré cet extrait et le nom et prénom (j’insiste sur le prénom) de l’auteur ?

  

Pour cette 12ième Question ça allait de soi que soient exposés le Clos Saint-André Fiefs Vendéens Mareuil Blanc 2009 de Jérémie Mourat et « Jubilation Le Pallet » Muscadet Sèvres&Maine 2007 de Michel BEDOUET

Caillou 8392 

bouteille-jubilation.jpg

Partager cet article
Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 11:00

Dans sa préface d’un livre écrit en 1932 et réédité en 2008 par la Table Ronde - Jean-Paul Kauffmann se posait cette question et, bien sûr, il y répondait avec la pertinence et le talent qu’on lui connaît.

 

Extraits 

« Comme cette époque nous paraît lointaine, presque exotique. Heureux temps où l’on pouvait boire dans n’importe  quelle brasserie une bouteille de cos-d’estournel ou de léoville-lascazes au prix d’un muscadet ou d’un beaujolais […]

Temps béni « où le plaisir de boire était naïf. Le vin n’était pas saturé de sens comme aujourd’hui. Les œnologues n’existaient pas. Il n’y avait ni expert, ni consultant, ni journaliste du vin. L’on ne se demandait pas alors s’il fallait faire passer aussi les pédants par la phase de pressurage ou les refroidir par tubulure. Il n’y avait que des amateurs […] »

« Une œuvre d’art est un idéal esthétique dont l’expression défie. Il n’est pas certain que l’émotion que nous procurent les beaux crus entre dans une telle catégorie. Le terroir n’est pas un absolu, pas plus que le vinificateur, censé interpréter et serrer au plus près la singularité de ce terroir, n’est un thaumaturge ou un créateur. Aussi bien ce qu’il élabore ou traduit est détruit par son accomplissement, l’acte de dégustation. Il ne reste plus rien d’un grand vin qu’on a bu, que son souvenir et sa force d’imprégnation. Ce n’est pas rien. Plutôt qu’une œuvre d’art, disons que le vin est un art de vivre, c'est-à-dire une mémoire et une transmission. »

11ième Question : Quel est le titre du livre préfacé par Jean-Paul Kauffmann et le nom de l’auteur et quel roman de cette auteur a reçu le prix Goncourt, en quelle année ?

 

La question mérite d’être posé : « Un chroniqueur tel que moi a-t-il une âme ? » y répondre ne vous fera rien gagner alors qu’avec la 11ième Question mon choix des vins qui lui vont bien et surtout de leurs donateurs vous donne une idée de son caractère tortueux :

 

-         D’abord  Alexandre Verne pour le HORS SERIE N°1 Rosé 2009 Domaine de Cazaban C.Mengus/ le MONTIS REGALIS 2008 Blanc Domaine Haut Campagnaud D.Andiran / le SOUS LE BOIS 2008 Rouge Domaine Guilhem Barré G Barré / les SARMENTS DE MARS 2006 Rouge Château de la Colombière / LES ARPETTES 2007 Rouge Domaine JB SENAT JB SENAT  / et M COMME JE SUIS  2008 Rouge.

-         Puis l’ami Michel Issaly pour son Grand Tertre 2008 AOC Gaillac rouge.

-         Et enfin Olivier Mouchet et ses 2 Roussillonnais : le Walden 2007 d’Hervé Bizeul et le Tautavel 2008  Pierre Chanau.

 

Lot_J_Berthomeau.JPG logo-rose.pngDSCF2561.JPG

Roussillons.JPG 

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 11:00

Demain c’est le 15 août et pour beaucoup de Français ça commence à sentir le retour à l’écurie mais, ici, sur mon « espace de liberté » la rentrée c’est la perspective de belles bouteilles comme s’il en pleuvait. Le Grand Concours de l’été vire à mi-parcours et, selon vos goûts, trot ou galop, il va vous falloir bien le négocier avant d’aborder la dernière ligne droite. Bon courage à vous.

 

pour les retardataires, les étourdis, les vacanciers de retour de vacances, je vous donne en une seule page : le règlement et la fabuleuse liste des lots de ce Grand Concours de l’Été.  

 

Wine News N°75 : Le règlement du GRAND CONCOURS de l'Été http://www.berthomeau.com/pages/N75_Le_reglement_du_GRAND_CONCOURS_de_LEte--3478297.html

 

Wine News N°75 : Les Lots du GRAND CONCOURS de l'Été: http://www.berthomeau.com/pages/N76_Les_Lots_du_GRAND_CONCOURS_de_lEte--3478310.html 

 

6 - «Rien ne lui a semblé trop beau pour ses bœufs et pour son vin...» puisqu'il leur a bâti un château à Bordeaux… la 6ième question fait dans l’exotisme

http://www.berthomeau.com/article-rien-ne-lui-a-semble-trop-beau-pour-ses-boeufs-et-pour-son-vin-puisqu-il-leur-a-bati-un-chateau-a-bordeaux-la-6ieme-question-fait-dans-l-exotisme-54357397.html

 

7 - « Ce fut le coup de foudre réciproque, aidé peut-être par la qualité du Bourgogne » la 7ième question fait dans le road-movie

http://www.berthomeau.com/article-ce-fut-le-coup-de-foudre-reciproque-aide-peut-etre-par-la-qualite-du-bourgogne-la-7ieme-question-fait-dans-le-road-movie-54358254.html

 

8 - Oser l’extase au pays de naissance de Pierre Abélard : des vignerons polissons donnent matière à ma 8ième Question

http://www.berthomeau.com/article-oser-l-extase-au-pays-de-naissance-de-pierre-abelard-des-vignerons-polissons-donnent-matiere-a-ma-8ieme-question-54359491.html

 

9 - Lorsque mon espace de liberté se voulait libertin il parlait du vin Papal, c’est la 9ième Question qui vaut excommunication

http://www.berthomeau.com/article-lorsque-mon-espace-de-liberte-se-voulait-libertin-il-parlait-du-vin-papal-c-est-la-9ieme-question-qui-vaut-excommunication-54360159.html

 

10 - « La soif wallonne n’a jamais été dédaignable » nos amis belges ont toujours aimé les vins français pour preuve la 10ième Question

http://www.berthomeau.com/article-la-soif-wallonne-n-a-jamais-ete-dedaignable-nos-amis-belges-ont-toujours-aime-les-vins-francais-pour-preuve-la-10ieme-question-54360948.html

Partager cet article
Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 11:00

« Le vin circule donc facilement à pleins tonneaux mais aussi en muids, en setiers, en lots, en queues, en poinçons, en pipes en ce plat pays où le charroi est facile. « La navigation, axée sur l’Escaut » contribue à un important trafic de transit et de répartition locale. 

Mais comme souvent les « séductions se multiplient, et le progrès façonnant les mœurs, les habitudes de consommation changent » et de nouveaux fournisseurs de terroirs plus favorisés par la nature apparaissent jouant de « leurs arômes, attractifs sans doute puisque le client goûte et suit bien. » Les nouveaux venus sont « les crus de Bourgogne, Volnay, Pommard, Beaune » mais aussi les Arbois, les Auxerre et bientôt les marchands embarquent bientôt au passage à ..... des vins qui « profitent de la nouvelle vague, de la nouvelle vogue. »  Le catalogue se gonfle donc et « à la fin du 15ième siècle apparaissent les vins de .......... Ils ne s’appellent pas encore ainsi, mais bien « vins de la Montagne » ou « vins de la Rivière » Ce sont alors des vins rouges .’.. « en attendant la prise de pouvoir par les bulles blanches, au moment où l’on constatera que le nom de « .......... », terre ingrate, sèche et pauvre, est réellement porteur... »

 

10ième Question : Les ... remplacent deux villes et une région, indiquez les noms de ces 2 villes et de la région alors province qui deviendra une appellation.

 

Nous sommes à mi-parcours de ce Grand Concours de l’été et, comme le Tour de France, nous faisons étape pour cette 10ième Question chez nos amis belges, grands amateurs de vin et de cyclisme. Alors pour les allécher, vous allécher, je leur mets sous le nez de belles bouteilles de deux beaux vignerons d’Alsace Jean-Michel Deiss et Etienne Sipp avec l’Alsace 2009 du Domaine Marcel Deiss et le Grand Cru Kirchberg 1999 de la maison Louis Sipp.

 

ri kir 99logoSIPP46mm

Douard-8304.JPG  Douard-8305.JPG

Partager cet article
Repost0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 11:00

Jean-Luc Henning  dans Érotique du Vin écrivait :

 

« .... ... l’instigateur du concile de Trente, l’homme qui approuva en 1540 l’ordre des Jésuites, qui confia l’exécution des fresques de la Chapelle Sixtine et dont la jeunesse inspira à Stendhal le personnage de Fabrice del Dongo, .... ... donc aimait tellement le vin de ..... qu’il s’en baignait les genitalia tous les matins. On pourra s’étonner d’un tel souci. Était-ce pour les rafraîchir ou pour les enflammer ? »

 

9ième  Question Quel est le nom de ce Pape et le nom du vin du bain des genitalia ?

 

La 9ième Question va comme une mitre à un évêque à ce cher François Mauss, dit François le Débonnaire, l’homme du GJE, du Davos du Vin et généreux donateur des beaux flacons ci-dessous : Château Arnaudon Fronsac 2007, Château Bellevue St Emilion Grand Cru 2003, Confidence Margaux 2008, Vigna Elena Barolo 2004, Percristina Barolo 2003 et Pajana Barolo 2004 de Domenico Clerico, Dow’s 1994 Vintage Porto, Château Rouget Pomerol 2001, Taurasi Dei Feledi Di San Gregorio 2001, Domaine des Charbotières Anjou Villages 1994, Barolo di Martini 2000, Valmaggiori Sandroni Nebiolo d’Alba 1996.

Niveau_1-222.gif

Niveau_2-233.gif

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents