Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 06:00

 

Suis allé à Roland Garros au temps où il y avait encore des stylistes, Ilie Nastase fut l’un d’entre eux, maintenant qu’il n’y a plus que des cogneurs à gros biscotos je n’ai plus envie d’aller porte d’Auteuil. (1)

 

J’aurais pu titrer sur Onfray en utilisant une image de boxe mais je n’ai jamais apprécié le noble art.

 

Bref, la captation et le détournement par Onfray de l’appellation FRONT POPULAIRE, qui attire dans ses filets tout un ramassis de souverainistes aigres, m’oblige à donner la parole à des intellectuels plus compétents que moi afin qu’ils démontent son imposture.

 

Il y a 10 ans, deux historiens français, Elisabeth Roudinesco et Guillaume Mazeau, consacraient deux études critiques aussi dures que documentées au travail de Michel Onfray à partir notamment de ses publications sur la révolution française et sur Sigmund Freud

 

 

Michel Onfray s'est longtemps fait passer pour un représentant des classes populaires. Alors que sa nouvelle revue Front populaire le place sans aucun doute possible à l'extrême droite du spectre politique, deux historiens, qui s'étaient déjà exprimés à son sujet en 2010, dialoguent dans les colonnes du Grand Continent pour défaire les mythes avec lesquels s'est construite cette personnalité médiatique. On y découvre un faussaire et un manipulateur de textes, dont la voix ne porte peut-être déjà plus autant qu'avant.

 

En contraste avec l’image véhiculée par les médias d’un philosophe de gauche, travailleur acharné d’une histoire critique de la philosophie permettant une nouvelle émancipation populaire par la défense de la liberté, ils démontraient un usage superficiel et abondant d’auteurs, d’interprétations et d’imaginaires provenant directement de l’extrême droite, avec des penchants réactionnaires et parfois même antisémites. Dans cette séquence marquée par la parution de la revue Front Populaire et la recomposition politique qu’elle semble préparer, le Grand Continent a souhaité les inviter dans une longue conversation à proposer un aggiornamento de leurs lectures du cas Onfray.

 

La suite ICI

 

ELISABETH ROUDINESCO

 

Sur Freud, on voyait tout de suite, dès la première lecture, qu’il se trompait grossièrement. Historien c’est un métier, c’est un travail dur, laborieux. Comme tout travail, cela demande de respecter des savoir-faire.

 

Chez Onfray, on retrouve les éléments d’un discours antisémite inconscient. Il récuse la lutte des classes au profit de la lutte des origines.

 

Nous ne disons jamais qu’Onfray est antisémite. Nous établissons un fait : il reprend telle quelle la vulgate de l’extrême droite antisémite. Nous souhaitons rester à un niveau d’érudition pour le confronter à son inculture, pour démasquer son ignorance qui le porte à traiter les juifs persécutés de véritables bourreaux ou à traiter Freud de nazi.

 

Dans son incapacité à dialoguer avec les chercheurs de l’Université qui pourraient le prendre en flagrant délit d’anachronisme ou d’affabulation, il y a un aveu d’ignorance et d’incompétence.

 

Voilà bien une chose qui manque à Onfray : zéro talent littéraire, pas d’imaginaire, aucune représentation épique de l’histoire. Lorsqu’il lit la Bible ou le Coran, il ne comprend pas à quel texte il a affaire.

 

Je suis pour ma part plutôt optimiste. Il a fait trop d’erreurs : factuelles d’abord, mais aussi stratégiques, médiatiques, politiques. Son projet ne prendra pas.

 

Les journalistes iront enquêter pour voir si la légende qu’il a construite est vraie. C’est le côté redoutable des médias. Ils érigent des idoles mais quand elles déçoivent, ils les font tomber. Onfray a été plus qu’un intellectuel médiatique, il a été drogué de médias.

 

GUILLAUME MAZEAU

 

En tant qu’historien de la Révolution française, je possédais les outils pour comprendre immédiatement que rien de ce qu’Onfray écrivait ne provenait d’aucune source ni d’aucune archive, mais qu’il avait puisé dans toute la tradition de la contre-révolution catholique et royaliste, surtout la tradition utilisée par l’extrême droite du XXème siècle.

 

Derrière l’usurpation intellectuelle d’Onfray se dessinait dès 2009 un problème politique bien plus vaste. Tout en se disant en rupture avec l’establishment, Onfray occupait déjà un pouvoir, auquel personne ne prêtait trop attention.

 

Si les médias, y compris publics, ont une grave responsabilité dans l’institutionnalisation d’Onfray, c’est aussi le cas d’un certain nombre de responsables politiques, artistiques et culturels locaux, qui n’y ont vu que du feu – avant, souvent, de s’en mordre les doigts.

 

Onfray a su prendre une place laissée vacante : celle des pensées de l’émancipation collective, et s’est imposé comme un porte-parole des classes populaires.

 

Les raisons pour lesquelles nous sommes intervenus il y a une dizaine d’années lorsqu’il était en train de monter comme une sorte de phénomène populaire, ne se sont pas vraiment profondément améliorées.

 

Ilie Nastase : "Mais que fout le tennis aux J.O.?" | GQ France

 

  1. Cette fois, c'est sûr!

​​​​​​​

Au lendemain de l'officialisation de l'organisation de l'US Open à partir du 31 août, mais à huis clos, les dirigeants de la Fédération française de tennis (FFT) ont annoncé que les internationaux de France de Roland-Garros se tiendront cette année du 27 septembre au 11 octobre. Soit une semaine plus tard qu'annoncé dans un premier temps. Une décision prise en « conscience et responsabilité », assure Bernard Giudicelli, le président de la Fédération.

 

Initialement prévu du 18 mai au 7 juin, le célèbre tournoi de la Porte d'Auteuil avait été reprogrammé du 20 septembre au 4 octobre en raison de la pandémie du coronavirus. Les organisateurs n'avaient alors pas jugé utile de prévenir l'ATP et la WTA ou les acteurs du circuit de la nouvelle date. Provoquant une grogne des intéressés. Cette fois le nouveau calendrier s'est effectué « en concertation avec les instances internationales » assure Giudicelli. Le président de la FFT a également expliqué avoir des réunions régulièrement « avec les services de l'Etat » pour permettre la bonne tenue du tournoi.

 

   

Télévision

Ma vie au poste, le blog de Samuel Gontier

 

Éric Zemmour et Michel Onfray unis pour dénoncer l’islamo-gaucho-narco-féminisme des Verts

 

Même diagnostic, mêmes arguments : les chouchous de CNews, Éric Zemmour et Michel Onfray, analysent pareillement le dangereux succès des écolos aux élections municipales. L’occasion aussi de contester l’origine humaine du réchauffement climatique, de dénoncer la complicité de Christophe Castaner avec les casseurs… Et la gauchisation du débat public (!).

 

« Les Verts, on les connaît, assure Michel Onfray. Ils sont plutôt sympathisants de l’antisionisme, ils sont plutôt pro-palestiniens, plutôt sympathisants à l’endroit de l’islamo-gauchisme, ils sont plutôt communautaristes. » « Les Verts sont des multiculturalistes assumés, des immigrationnistes assumés, des sans-frontièristes assumés, confirme Éric Zemmour une demi-heure plus tard. Le vert des Verts correspond, comme par hasard, au vert de l’islam. » Bienvenue sur CNews. Lundi dernier, à une demi-heure d’intervalle, Éric Onfray et Michel Zemmour (ou l’inverse, je ne sais plus) tiennent des discours parfaitement identiques, signe de la cohérence éditoriale de la chaîne de Bolloré.

 

Si la couleur verte est la preuve irréfutable du lien entre écologie et grand-remplacement, je regrette toutefois un oubli historique. Aucun des deux penseurs n’a rappelé les racines de l’islamo-gauchisme français, quand le pays entier reprenait l’hymne des fondamentalistes musulmans entonné dès 1976 dans les tribunes de Geoffroy-Guichard, à Saint-Étienne : « Qui c’est les plus forts ? / Évidemment, c’est les Verts ! […] / On va gagner / Ça, c’est juré ! » Quarante-quatre ans plus tard, la prophétie s’est réalisée. « On joue au football / Et on n’a pas de frontières. » Pas de doute, ces paroles programmatiques annonçaient le « sans-frontièrisme » actuel.

 

« On va avoir droit à du tofu dans les cantines, des trottinettes multipliées, alerte Michel Onfray. Et ça va constituer un horizon indépassable de civilisation. » Les électeurs des Verts, approuve Éric Zemmour, « pensent que l’existence c’est manger bio et rouler à vélo ». Ou en trottinette ? Il faudrait savoir. « Vous faites un peu de caricature évidemment sur les Verts », s’amuse Laurence Ferrari face à Onfray. « Vous les caricaturez », s’amuse Christine Kelly face à Zemmour. « Ils répondent aussi à une vraie aspiration des Français, démocratique, des jeunes notamment », argumente Laurence Ferrari. « Si les Français ont voté pour eux, c’est qu’ils ont une soif de ça », argumente Christine Kelly.

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 06:00

Image

Mais que fait Emmanuel Macron en soutane-surplis derrière le futur Jean-Paul II?

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image « Cet homme congolais fixe du regard le pied et la main de sa fille de 5 ans, une punition pour ne pas avoir collecté assez de caoutchouc pour le roi belge Lepold II.

Image Cette photo de Trump de retour de son calamiteux meeting de Tulsa, prise par Patrick Semansky d'@AP , est exceptionnelle.

 

Le site Hyperallergic rapportait, en juin 2017, l’arrestation dans un cybercafé de Rome du street-artiste italien Hogre, coupable d’avoir placardé une affiche satirique sur des arrêts de bus dans la capitale. Intitulée Ecce homo erectus, celle-ci représente Jésus en érection sous sa robe, posant une main sur la tête d’un enfant en prière. L’artiste provo­cateur réagissait alors aux accusations d’agressions sexuelles sur mineurs visant le cardinal australien George Pell, le numéro 3 du Vatican. En vertu de l’article 724 du code pénal italien, qui réprime le blasphème, il risquait 5 000 euros d’amende et une peine jusqu’à deux ans de prison. Hogre a toutefois échappé à un procès et ­récidivé deux ans plus tard en collant la même affiche, de nouveau à Rome.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 06:00

publicité pour le Calvados

Tout comme Julien Denormandie le nouveau Ministre de l’Agriculture qui est né dans le Lot, je fus un beau jour appelé en Normandie pour transformer l’ancien Bureau du Calvados, BNICE, en une interprofession plus large enveloppant toutes les appellations cidricoles, je suis né en Vendée et ne possède ni pommiers, ni poiriers.

 

Je fus donc président du BNICE puis de l’IDAC : interprofession des appellations cidricoles, l’acronyme n’est pas à la hauteur du terroir mais nous n’avons pas trouvé mieux. À noter que cette interprofession n’est pas normande mais nationale puisqu’elle regroupe les normands et les bretons.

 

Cidre dans la Manche — Wikimanche

 

Bref, ce ne fut pas une tâche aisé car les sourcilleux fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture en charge des textes n’en voulaient pas car les parchemins disaient qu’il ne pouvait y avoir qu’une seule interprofession pour un même produit et que le cidre en avait déjà une : l’Unicid (Union Nationale Interprofessionnelle Cidricole), dominée alors par deux groupes industriels : Pernod-Ricard et CCLF.

 

Aujourd’hui tout le cidre industriel est entre les mains du groupe coopératif normand AGRIAL dont la branche cidre est dirigée par Franck Malinowski, Directeur de la branche boissons du groupe Agrial. ICI 

 

Je n’étais pas dupe du choix de mes mandants, ils supposaient que j’avais le bras assez long et que j’allais les aider à triompher des grattes-papiers de la rue de Varenne. Il en fut ainsi et je me retrouvai nanti de mon seul et unique titre de président d’un organisme professionnel pour 5 ans.

 

Paris-Caen-Paris dans un turbo-train à bout de souffle fut donc mon lot pendant ce bail, je louai même une chaumière normande avec des pommiers haute-tige à Selles dans l’Eure, je pus donner une promotion à une jeune femme devenue directrice avant que je ne passe la main, de bons souvenirs et puis heureux de remettre mon mandat entre les mains d’un sage : Didier Bédu directeur du château du Breuil  ICI  

 

 

C’est lui, via Olivier Bompas du Point, le D de Jacques Dupont qui tire la sonnette d'alarme : « Le patrimoine normand est en danger ! ».

Publié le 08/07/2020

 

L'Idac (Interprofession des appellations cidricoles) fédère les producteurs de calvados, de pommeau, de cidre et de poiré. D’authentiques produits de terroir et l'une des plus prestigieuses eaux-de-vie françaises. « Plus que de simples boissons, explique Didier Bédu, son président, les produits cidricoles, ce sont 8 000 hectares de vergers qui structurent les paysages de la région, contribuent à la biodiversité et au développement durable, font le bonheur des abeilles et représentent surtout un savoir-faire qui n'est pas délocalisable, c'est l'un des attraits de la région, on fait partie du patrimoine… » Un patrimoine aujourd'hui en danger. Didier Bédu est inquiet : « Les difficultés sont réelles, les ventes sont en chute libre suite au confinement et l'effet domino est terrible, tout le monde est touché, les producteurs de pommes, les distillateurs et tous ceux qui vivent essentiellement de la vente directe à la propriété, à la restauration ou aux cavistes, on arrive à des baisses de 90 % de chiffre d'affaires et les aides sont insuffisantes. Bien sûr, nous ne sommes pas les seuls touchés, mais aujourd'hui, c'est toute une filière qui est sur la sellette. » Cet été, les Français devraient passer très majoritairement leurs vacances en France. Les producteurs normands comptent sur leurs visites pour les aider à limiter les dégâts et faire redécouvrir leur savoir-faire.

 

La suite ICI 

La pomme, le cidre, le calvados

Épinglé par momo sur posters 3 | Normandie, Publicités vintage et ...

18 janvier 2006

Ne me dites pas : et pour moi ce sera un Calva... Même si c'est pour me faire plaisir, je n'aime pas ça car ça sonne la condescendance avec une petite pointe de mépris : du genre ça sent la bouse des vaches normandes et la rincette du pépé dans la tasse de café. Bien sûr je n'ai rien contre la rincette et le trou normand mais entre nous ce n'est pas avec de telles images qu'on se fait une petite place dans l'univers impitoyable des spiritueux. Alors dites moi : et si prenions un Calvados ! la suite ICI 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 06:00

La folie des grandeurs

5 millions d’entrées en 1971 pour La Folie des Grandeurs le film de Gérard Oury

 

Générique de fin :

 

« Toute ressemblance avec les personnages d'un célèbre drame ne serait que l'effet d'une fâcheuse coïncidence ».

 

Malgré son ton résolument comique et farfelu, le scénario est librement adapté du drame romantique Ruy Blas de Victor Hugo.

 

Le drame romantique devient ici une satire burlesque. La trame demeure : le héros, rebaptisé Blaze (Yves Montand), est un valet manipulé par don Salluste (Louis de Funès). Lequel veut se venger de la reine d'Espagne (Karin Schubert, reconvertie dans le cinéma porno au milieu des années 1980), amoureuse de Blaze, qu'elle prend pour un noble. Mais une duègne (personnage inventé de toutes pièces et joué par Alice Sapritch) veille sur l'honneur de Sa Majesté. Pis : un quiproquo amène la revêche à s'amouracher de Blaze. Le comique n'efface pas la parabole sur le pouvoir chère à Gérard Oury, qui, en 1960, interpréta don Salluste à la Comédie-Française.

 

Le couple de Funès-Montand fonctionne à plein.

 

« Ecris-moi une belle saloperie, l'histoire d'un type arrogant avec les pauvres, qui les humilie, les pressure et, tout de suite après, s'aplatit devant les puissants. » Louis de Funès

 

Lorsqu’il a imaginé le film, Gérard Oury a écrit le rôle du valet Blaze pour Bourvil. Malheureusement, l’acteur est mort quelques mois avant le début du tournage. Sur les conseils de Simone Signoret, Gérard Oury aurait alors proposé le rôle à Yves Montand tout en l’adaptant au jeu de l’acteur.

 

Largement inspiré par la musique d’Ennio Morricone et l’ambiance des Westerns Spaghettis, Michel Polnareff signe ici des compositions envolées et délicieusement rétros qui auraient très bien pu trouver leurs places dans des films de Quentin Tarantino.

 

La production

 

Pas moins de 20 millions de francs (environ 3 millions d'euros, budget énorme pour l'époque) sont investis. Le tournage se déroule principalement en Espagne, à Almeria, terre bénie du western spaghetti. Montand, farouche ennemi du franquisme, refuse de s'y rendre. Avant de céder devant les grimaces d'Oury, qui, en imitant de Funès, lui promet une franche rigolade.

 

Perfectionniste, Yves Montand prend trois mois de cours de flamenco pour une scène.

 

De son côté, Alice Sapritch s'entraîne au strip-tease pour une séquence anthologique où elle vampe Yves Montand. Mais, de l'aveu de Gérard Oury, elle n'arrive pas à « balancer correctement la croupe ». Ainsi, le réalisateur fait mander sur le plateau sa « coach », Sofia Palladium, assez experte pour officier au Crazy Horse. Malgré les efforts soutenus d'Alice Sapritch, Oury la fait doubler par l'effeuilleuse, le temps d'un plan. Dans ses Mémoires inachevés (Ramsay), Sapritch jure le contraire. A vous de voir.

 

« Il est l’or, Monseignor. » Blaze

 

Sans transition, comme on le disait de mon temps au JT de la chaîne unique en noir et blanc, revenons aux folles ambitions de Thierry Blandinières, le boss du groupe InVivo assis sur un tas d’or.

 

Vitisphère toujours friand des aventures kolkhoziennes, comme dirait le nouveau gâte-sauce du Minervois, le Pousson, nous apprend, grâce à Alexandre Abellan, qu’en prenant les rênes de Vinadeis, InVivo passe le cap des 500 millions €

 

« Depuis des années les rumeurs se suivent et se ressemblent dans le vignoble concernant le désir d’investissement d’InVivo. On évoque des prises de contact avec Advini, Boisset, Grands Chais de France… »

 

Les Ailes du désir de Wim Wenders

 

VIDEO. Pourquoi regarder «Les Ailes du désir», l'anti-«Joséphine ...

 

Arrivé à ce point de ma chronique mes neurones fatigués s’agitent, ma mémoire me signale que je radote :

 

25 mai 2018

La folie des grandeurs : InVivo Wine ou la petite histoire de 2 squales dans le même marigot ! ICI 

 

La grenouille et le bœuf c’est l’image la plus ressemblante de l’ambition d’InVivo Wine « détrôner Castel Frères et Grands Chais de France. »

 

L’indéracinable Pierre tremblait, pendant que le père Joseph préparait ses valises, les vieux de la vieille comme moi se marraient.

 

D'un côté des coopérateurs on arbore du chiffres d'affaires alors que les pépères eux font du blé.

 

Mais jusqu’où ira le Don Salluste-Blandinières ?

 

L’avenir nous le dira mais je pressens que le carrosse risque de verser…

 

Et plus dure sera la chute : les ventes des foires au vin d ...

 

N’anticipons pas, laissons la parole au boss :

  

  • Malgré la crise et les incertitudes commerciales du coronavirus, vous affirmez donc votre optimisme à court-terme ?

 

 Avec cette prise de contrôle, vous indiquez passer le cap des 500 millions € de chiffre d’affaires. Soit l’objectif que vous vous étiez fixé en 2015 pour 2020.

 

Pari tenu ?

 

En parlant « de hauts et de bas », les départs soudains des directeurs d’InVivo Wine semblent témoigner de difficultés stratégiques récurrentes…

 

Le nombre d’adhérents d’InVivo Wine stagne, quels sont vos objectifs en matière de séduction de nouvelles coopératives ?

 

Pour atteindre votre prochain objectif, 1 milliard € en 2020, de nouvelles croissances externes sont-elles prévues ?

 

Annoncé il y a cinq ans, le pallier est atteint. La filiale vin du premier groupe coopératif français entre en négociation exclusive avec l’union coopérative occitane pour en devenir l’actionnaire majoritaire. Ce qui permettra d’atteindre l’objectif annoncé d’un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros en 2020 annonce Thierry Blandinières, le directeur général du groupe InVivo. Prenant momentanément la direction de la filiale vin, il se montre à la fois satisfait du passé, confiant dans le présent et ambitieux pour l’avenir.

 

La suite ICI 

 

À lire ça vaut son pesant d’or !

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2020 3 08 /07 /juillet /2020 06:00

Image

Pas grand-chose !

 

Beaucoup trop !

 

31 Ministres et sous-ministres c’est de l’inflation.

 

Parité de façade et renouvellement en trompe-l’œil

17 femmes et 8 nouveaux.

 

Pas de ministres d’Etat !

 

Mais Barbara Pompili est n°1 ICI 

 

Sauvegarde de la biodiversité et démocratie : les enjeux d’une transformation

Le Jeudi 29 novembre 2018 à 19h00 Salle Dussane, 45 rue d’Ulm à l’Ecole Normale Supérieure

Avec :

Bruno David, paléontologue et président du Museum national d’histoire naturelle

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme et présidente de la Commission du développement durable et à l’aménagement du territoire.

 

Le Président du Muséum est précis et concis ; madame Pompili, pour être gentil, nous sert un petit discours d’élue de la majorité après avoir été secrétaire d’Etat à la biodiversité sous le mandat du gros Flamby qui fait maintenant l’intéressant avec les gilets jaunes ; normal pour un pratiquant assidu de scooter.

 

Ce discours, très jérémiades, me chauffe les oreilles, je rumine et lorsque vient le temps du dialogue avec la salle je dégaine une question qui ravit ce diable de Jérémie. Je ne vous en donnerai pas la teneur afin de satisfaire ceux qui me reproche de trop ramener ma fraise et d’étaler mon expérience, de nos jours ce n’est plus de saison.

 

La moyenne d’âge : 52,3 ans

 

L’équilibre politique : un gouvernement qui penche à droite

 

Le gouvernement Castex s’appuie sur 10 ministres LREM (contre huit précédemment), 4 étiquetés à gauche (contre 6), une représentante de la droite et une du MoDem (inchangé). Mais en y regardant de plus près, avec Jean Castex, ancien secrétaire de l’Elysée de Nicolas Sarkozy à la barre, Bruno Le Maire confirmé à l’Economie et l’ex-lieutenant sarkozyste Gérald Darmanin promu à l’Intérieur, Macron veut faire exploser les Républicains (LR) tout comme il l’a fait avec le PS.

 

La promotion de Gérald Darmanin à l’intérieur, en remplacement de Christophe Castaner, qui avait perdu la confiance des forces de l’ordre. Un choix qui confirme la place de premier plan occupée par le maire de Tourcoing (Nord) au sein de la Macronie, après avoir réussi un sans-faute au budget et avoir été réélu au premier tour des municipales. « Darmanin a donné des gages. Il est loyal vis-à-vis du président et méritait cette promotion », justifie un conseiller du chef de l’Etat.

 

Matignon, Beauvau, Bercy… « La droite tient les rênes. La gauche est sur les accessoires et les ministres délégués », grimace un fidèle du chef de l’Etat, qui pointe les départs de Christophe Castaner, Didier Guillaume, Sibeth Ndiaye et Nicole Belloubet, tous ex-socialistes. »

 

Les 2 surprises du chef du people !

Éric Dupond-Moretti (Justice) et Roselyne Bachelot (Culture)

 

Les principales surprises sont l’arrivée de l’ex-ministre de la santé, Roselyne Bachelot, à la culture, et de l’avocat médiatique et souvent en butte avec la magistrature, Éric Dupond-Moretti, à la justice. Deux figures connues du grand public, destinées à donner du clinquant à l’exécutif, parfois jugé trop terne, trop « techno ». « Dupond-Moretti, c’est le choix paillettes du président », concède un intime du chef de l’Etat.

 

Pour Roselyne Bachelot à la Culture je n’ai pas d’opinion dans la mesure où je me suis toujours interrogé sur l’utilité de  ce  Ministère ; pour Éric Dupond-Moretti j’ai le souvenir de l’échec cuisant d’un autre avocat médiatique : Georges Kiejman Ministre délégué auprès du Garde des Sceaux, ministre de la Justice Henri Nallet, du 2 octobre 1990 au 15 mai 1991, après le troisième remaniement du Gouvernement Michel Rocard

 

Les lourdés : Christophe Castaner, Didier Guillaume, Sibeth Ndiaye et Nicole Belloubet…

 

La preuve par 4 que Macron sait à la fois se planter lourdement dans ses choix humains et larguer sans état d’âme les ouvriers de la première heure. Christophe Castaner et Sibeth Ndiaye sont les deux grands brûlés du remaniement »

 

Reste l’Agriculture où le turn-over est record : déjà 4 Ministres à la remorque de la FNSEA

  • Jacques Mézard
  • Stéphane Travert
  • Didier Guillaume
  • Julien Denormandie

 

Suis loin des dossiers mais les fondamentaux des hauts-fonctionnaires du 78 restent les mêmes, le logiciel dit-on aujourd’hui, j’ignore les raisons qui ont poussé Macron à virer Guillaume et je ne connais pas le petit nouveau, alors camembert.

 

« Ce n’est pas un remaniement mais un reniement. Celui des valeurs fondatrices d’En Marche ! et du dépassement politique », s’emporte un cadre de la majorité. « La droite paraît renforcée. Il va pourtant falloir tenir compte du résultat des municipales, avec la poussée de la gauche et des écologistes », prévient la députée (LRM) des Bouches-du-Rhône Claire Pitollat. Certains de ses collègues pointent un gouvernement « giscardo-sarkozyste » et l’évolution de LRM vers un parti de centre droit, ressemblant à l’UDF.

 

Un de mes lecteurs pose la question : Macron est-il du flan ?

 

Après Flamby ce serait une avancée, mais trêve de plaisanterie il y a en effet du Giscard en lui, le côté je suis le plus intelligent, mais le déplumé avait fait son trou local à Chamalières et son bras droit de l’intérieur Poniatowski était un Ministre des élections et un tueur des héritiers proclamés du Général, Chirac en tête.

 

Dans ses Mémoires, Chaque pas doit être un but, Jacques Chirac écrit à propos de celui qui avait élu président en 1974 qu'il « se fait une haute idée de sa supériorité intellectuelle ». « Il ne cherchait pas à le dissimuler », avant de confier ses difficultés à peser en tant que Premier ministre : « La seule décision que je réussis à imposer, c'est Simone Veil ». Et lorsque cette dernière s'est battue pour imposer sa loi sur l'IVG, Valéry Giscard d'Estaing « était en Afrique. Il devait chasser probablement », rapportait Jacques Chirac.

 

L’ancien président de la République pointait également, pour expliquer ses mauvaises relations avec Giscard d'Estaing, « l'ambition de ceux qui craignaient avant tout de voir leur propre influence sur le président diminuer au profit de la mienne ». « Je pense notamment à Michel Poniatowski, qui a tout fait pour rendre mes relations avec Giscard difficiles », précisait-il. 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 06:00

Rudolf Steiner — Wikipédia

La biodynamie est très tendance même G.B., le géo-attrape-tout de South of France, s'est converti à la « préparation 500 », tout, comme Marilyn Monroe lectrice de Rudolf Steiner

 


Marilyn Monroe avait-elle acquis des concepts anthroposophiques ? La Diva était-elle partisane de Rudolf Steiner, impliquée par les écrits du fondateur de l'anthroposophie ?



En fait, les preuves furent apportées que Marilyn était entrée en contact par l'intermédiaire de son professeur préféré par intérim, Michael Tschechow (1890-1955), avec les écrits de Steiner. Michael Tschechow, neveu du dramaturge Anton Chekhov, qui a été profondément inspiré par les approches de Rudolf Steiner et ses représentations théâtrales ( Drames-Mystères et formations eurythmiques ).



Les références sur Internet semblent confirmer que Marilyn était familière avec les écrits de Rudolf Steiner. Dans la biographie de Marilyn Monroe par Fred Lawrence Guiles: " Norman Jean : la vie de Marilyn Monroe ", une rencontre entre Dame Edith Stiwell,une poétesse et Marilyn est décrite. Ce qui était prévu comme un mets de choix journalistiques, entre ces différentes personnalités, s’avéra être une conversation familière presque amicale.

 


Le contenu de la conversation tournait apparemment autour de la biographie de Steiner, en anglais: « The Course of My Life »
Dame Edith écrira plus tard sur la réunion: " à l'occasion de notre rencontre, elle portait une robe verte et avec ses cheveux jaunes ressemblait à une jonquille ! Nous avons parlé principalement, je me souviens, de Rudolf Steiner, dont elle avait fini de lire certaines œuvres. « Son visage était reposé comme étrangement prophétique avant les tragiques moments à venir (…) »



Toutefois, le contenu exact de la conversation entre les deux resta caché auprès des sources dont je disposais. Un document de l'écrivain, Tom Mellett, semble toutefois confirmer les soupçons. Tom Mellett m’indiqua qu'il fut en contact avec Agnès Macbeth. La bibliothécaire et l'épouse de l'écrivain Norman Macbeth auraient envoyés plusieurs livres et écrits de Rudolf Steiner auprès de Marilyn. Tom Mellett écrit: « Et bien que Marilyn avait une réputation de lenteur et d'irresponsabilité sur ses tournages, Agnès m'a assuré que Marilyn était très consciencieuse et ponctuelle à retourner les livres ici. »



Selon Tom Mellett, il émerge des lettres, envoyées par Marilyn à Agnès Macbeth, que Marilyn utilisa la " délicate plante de l'anthroposophie" dans les dix dernières années de sa vie intérieure. Sur la situation réelle, nous ne pouvons que spéculer sur la base de ces sources. En tout cas, c'est seulement une idée sympa que Marylin, dont l'existence qui fut souvent assombrie par des doutes sur elle-même résultant des toxicomanies, ait eue accès aux thèmes spirituels.

  

L’anthroposophie, discrète multinationale de l’ésotérisme

 

Quoi de commun entre l’agriculture biodynamique, une école à la pédagogie atypique, une grande entreprise de cosmétiques, un investissement dans une ferme éolienne ? Tous sont liés à l’anthroposophie, un courant spirituel fondé au début du XXe siècle par Rudolf Steiner. Discret mais influent, ce mouvement international dispose de relais économiques et politiques… jusqu’au sein du gouvernement français.ICI

 

Au Goetheanum, cœur de l'univers anthroposophe - Le Temps Le Goetheanum, à Dornach (SO), dans sa version finale. Rudolf Steiner mourra avant de le voir achevé. — © Wladyslaw Sojka/www.sojka.photo ICI

Pianté au sommet d’une colline, un monolithe domine la commune de Dornach (canton de Soleure, Suisse) : le Goetheanum. Le bâtiment abrite le siège de la Société anthroposophique universelle, fondée en 1923 par l’occultiste Rudolf Steiner (1861-1925). Philosophe, théologien, poète, économiste, botaniste, diététicien, artiste, historien, dramaturge, Steiner ne dédaignait pas non plus l’architecture. Concepteur de cet édifice imposant, il a également dessiné plusieurs bâtisses environnantes ainsi qu’une sculpture de neuf mètres, Le Représentant de l’humanité. L’ensemble compose un campus de l’ésotérisme divisé en douze sections, dont celle d’« anthroposophie générale », spécialisée dans « les recherches sur la réincarnation, le karma, la christologie et l’étude des hiérarchies spirituelles ». À l’intérieur du Goetheanum, le visiteur peut acquérir des portraits de Steiner de tout format ainsi que les 354 volumes numérotés de ses œuvres complètes (1).

 

Un escalier nous conduit à la grande salle : mille fauteuils, une fresque New Age au plafond, des vitraux, de grands piliers sculptés, un orgue de tribune au-dessus du portail, une scène. Lorsque les rideaux s’ouvrent en ce 23 mars 2018, deuxième journée de l’assemblée générale de la Société anthroposophique universelle, les participants découvrent des danseurs faisant onduler leur vêture pour une démonstration d’eurythmie, une pratique ritualisée par Steiner, où les mouvements permettraient à l’adepte de se relier aux « forces cosmiques ». « Vous aussi, vous pouvez participer », lance M. Stefan Hasler, responsable de la section des arts de la scène. Des centaines d’anthroposophes assis dans des fauteuils étirent soudain leurs bras pour reproduire la gestuelle en psalmoldiant en allemand : « Âme de l’homme ! Tu vis dans la pulsation cœur-poumons, qui par le rythme du temps te mène à ressentir l’essence de ton âme. »

Une réaction à la modernité la suite ICI 

Philosophie et anthroposophie - broché - Rudolf Steiner, Livre ...

L'anthroposophie est-elle une secte ? ICI

Si nous faisons aujourd’hui le choix de publier cette brochure, c’est parce que nous constatons et ce depuis de trop nombreuses années, « l’infiltration » d’une pensée ésotérique dans les milieux dits alternatifs, écologistes, libertaires ou anarchistes. Cette « bienveillance »  crée des ravages parce qu’elle induit une incapacité à penser le monde, la lutte et l’exploitation de manière rationnelle. Elle est une porte grande ouverte sur le monde du conspirationnisme et s’inscrit dans un cadre réactionnaire et fasciste.

 

L’anthroposophie est une source majeure et première de cette pensée et les imposteurs, de Rahbi à « Kokopelli », puisent directement leurs idées et rhétoriques dans ce bourbier. À celles et ceux qui font encore trop souvent référence à ces mouvements et qui pensent encore que Steiner était avant tout un humaniste, nous conseillons vivement la lecture de ce qui suit.

 

Anthroposophie et éco-fascisme a été traduit par nos soins depuis l’article original, disponible à cette adresse ICI  

 

Malgré tout le soin apporté à notre travail, il se peut que quelques coquilles se promènent encore entre les lignes. Si vous en apercevez, n’hésitez pas à nous en faire part par courriel !

 

Chimères Éditions, décembre 2018

chimeres-editions@protonmail.com

https://chimereseditions.noblogs.org

L'Étoilée | Éditions Novalis - L'anthroposophie, son être, son essence

L’anthroposophie en pratique : les écoles Waldorf & l’agriculture biodynamique

 

L’école de Stuttgart s’est avérée être le plus gros succès des anthroposophes, avec à ses côtés une usine pharmaceutique, baptisée Weleda du nom d’une oracle de la culture nordique. Les écoles Waldorf sont désormais implantées dans de nombreux pays et affichent généralement une solide image progressiste. S’il y a indubitablement des aspects progressistes dans la pédagogie Waldorf, beaucoup d’entre-eux ont été absorbés à partir des intenses fermants qu’ont été les théories de pédagogies alternatives qui ont prévalu lors de la première moitié du XXème siècle. Mais il y a plus que l’apprentissage holistique, l’expression musicale et l’eurythmie dans la pédagogie Waldorf.

 

L’anthroposophie classique, avec ses notions de race-racine et d’âme nationale, constitue le « programme sous-jacent » des écoles Waldorf. Dans leurs cercles, les anthroposophes eux-mêmes avouent que l’idée du karma et de la réincarnation est « à la base de la vraie éducation ». Ils croient en ce que chaque classe d’élèves choisit son professeur et réciproquement et ce avant la naissance. La tâche du professeur dans l’école Waldorf est d’assister chaque enfant à s’incarner complètement. Steiner lui-même demandait que les écoles Waldorf soit dirigées par « des professeurs ayant acquis une connaissance de l’homme venant du monde spirituel ». Plus tard, d’autres anthroposophes compléteront la vision de l’école Waldorf : L’éducation est essentiellement fondée sur la reconnaissance de l’enfant comme un être spirituel, possédant un certain nombre d’incarnations avant lui, qui retourne à  la naissance dans le monde réel, dans un corps qui sera lentement modelé en instrument par les forces de l’âme spirituelle qu’il a apportées avec lui. Il a choisi ses parents pour lui-même car ils peuvent lui apporter ce dont il a besoin pour accomplir son karma et inversement, ils ont besoin de cette relation afin de compléter le leur.

 

Le projet scolaire des écoles Waldorf est structuré autour de différents niveaux de maturation spirituelle imposés par l’anthroposophie : de un à sept ans l’enfant développe son corps physique, de sept à quatorze son corps éthérique et de quatorze à vingt-et-un son corps astral. Ces niveaux sont supposés être marqués par des changements physiques : ainsi les kindergartners des écoles Waldorf ne peuvent entrer au premier niveau avant d’avoir perdu leur première dent de lait. De plus, chaque enfant est classé en accord avec la théorie médiévale des humeurs : un enfant Waldorf est soit mélancolique, colérique, sanguin ou flegmatique – la catégorisation est en partie basée sur l’apparence physique des enfants – et il sera traité en fonction par les professeurs.

 

En privilégiant davantage et ostensiblement les considérations « spirituelles» plutôt que les considérations cognitives ou psychosociales, l’uniformité statique de ce schéma semble pédagogiquement suspecte. Elle suggère également que la réputation des écoles Waldorf, censées développer une atmosphère éducative spontanée, centrée sur l’enfant et individualisée, est injustifiée. En réalité, le modèle d’instruction de Steiner est carrément autoritaire : il insiste sur la répétition et l’apprentissage par cœur, sur la place centrale du professeur au sein de la classe et sur le rôle des enfants, à savoir de ne pas juger ou même discuter les déclarations de ce dernier. Dans la pratique, les écoles Waldorf appliquent une discipline stricte, comprenant les punitions publiques.

 

Les sujets de prédilections de l’anthroposophie se retrouvent également au sein du projet scolaire des écoles Waldorf. Le jazz et la musique populaire sont souvent méprisés dans les écoles Waldorf européennes ; de même, le fait d’enregistrer de la musique sera mal vu, car considéré comme abritant des forces démoniaques. Au contraire, les élèves lisent des contes de fée, un ingrédient de base de la pédagogie Steiner. Certains sports sont également interdits et l’instruction artistique suit parfois de manière très rigide les préceptes de Steiner sur la couleur et les formes.

 

Pris ensemble avec les partis pris anti-technologiques et anti-scientifiques, la suspicion envers le rationalisme et les sorties occasionnelles de charabia racistes, tous ces facteurs indiquent que l’éducation Waldorf est discutable comme de nombreux aspects de l’entreprise anthroposophique.

 

Proche des écoles Waldorf, la version la plus répandue et apparemment progressiste de l’anthroposophie appliquée est l’agriculture biodynamique. En Allemagne ainsi qu’en Amérique du Nord, la biodynamie est une partie intégrante sur la scène de l’agriculture alternative. Beaucoup de petits paysans utilisent les méthodes biodynamiques dans leurs fermes et jardins ; il existe des vignes biodynamiques, la ligne de produits alimentaires biodynamiques siglée « Demeter », tout comme une profusion de brochures, de périodiques et de conférences sur la théorie et la pratique de l’agriculture biodynamique.

 

N’étant pas agriculteur lui-même, Steiner a introduit les lignes fondamentales de la biodynamie à la fin de sa vie, produisant de nombreux ouvrages sur le sujet, que les cultivateurs biodynamistes ont suivi plus ou moins rigoureusement. En pratique, la biodynamie converge souvent avec les principes de base de l’agriculture biologique. Elle met l’accent sur la fertilité des sols plutôt que sur le rendement des cultures, rejette les fertilisants chimiques et les pesticides et considère la parcelle ou l’exploitation comme un écosystème. Tous ces facteurs font de la biodynamie une approche sensible et biologique de la culture des sols. Mais il y a plus derrière les apparences.

 

L’agriculture biodynamique est basée sur les révélations de Steiner sur l’existence de forces cosmiques invisibles et de leurs effets sur les sols et les cultures. L’anthroposophie enseigne que la terre est un organisme qui respire deux fois par jour, que des êtres « éthériques » agissent sur elle et que des corps célestes en mouvement influencent directement la croissance des plantes. Ainsi les agriculteurs biodynamistes prévoient leurs semis pour qu’ils coïncident avec l’alignement de certaines planètes ou constellations, une partie de ce qu’ils considèrent comme « le processus spirituel naturel de la terre ». Parfois, cette approche « spirituelle » prend des formes inattendues, comme dans le cas de la « préparation 500 ».

 

Pour fabriquer la « préparation 500 », un composant essentiel de l’agriculture anthroposophique, les agriculteurs biodynamistes remplissent une corne de bœuf avec du fumier de vache, avant de l’enfouir dans le sol. Après l’y avoir laissé pendant un hiver entier, ils récupèrent la corne puis mélangent la bouse avec de l’eau pendant une heure selon un rythme spécifique, afin de préparer un engrais qui sera appliqué sur le sol. Toutes ces manipulations servent à canaliser « les radiations qui tendent à éthériser et à astraliser » et à « rassembler et attirer depuis le sol tout ce qui est éthérique et vivifiant ».

 

Les agriculteurs biologiques (qui ne sont pas anthroposophes) sont souvent enclins à considérer ces aspects fantaisistes de la biodynamie comme inutiles, ou comme des accessoires inoffensifs d’une autre technique agricole convenable. Même si de leur côté cette attitude possède un certain mérite, les adeptes de la biodynamie ne leurs rendent pas la pareille : ils soulignent que « l’agriculteur bio » peut bien cultiver « biologiquement », mais sans la connaissance de la manière de travailler avec les forces dynamiques – un savoir qui leur a été donné pour la première fois par Rudolf Steiner. Pour le meilleur ou pour le pire, l’agriculture biodynamique est inséparable de son contexte anthroposophique.

 

L’enthousiasme pour la biodynamie, cependant, s’est étendu bien au-delà des frontières de l’anthroposophie. À une certaine époque, elle a également constitué un vibrant appel pour certaines personnes qui partageaient son arrière-plan anthroposophique, le nationalisme et les intérêts occultistes. C’est en effet à travers l’agriculture biodynamique que l’anthroposophie a le plus directement influencé le cours du fascisme allemand.

L’intégralité de l'article ci-dessous

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 08:00

 

Après sa démission, Édouard Philippe fait passer un message… avec ses boutons de manchette

 

Quelques heures après l’annonce de la démission d’Édouard Philippe ce vendredi 3 juillet, tweets et photos ont fleuri sur la toile au sujet du désormais ex-locataire de Matignon. Parmi eux, un tweet du député Thierry Solère a retenu l’attention des internautes. Et pour cause, on y voit Édouard Philippe adresser un subtil message par le biais… de ses boutons de manchette.

 

 

Au temps où j’étais très chemises anglaises, et comme certaines étaient dotées de poignées mousquetaires, j’adoptai les boutons de manchettes.

 

 

« Jusqu'à la disparition du gilet dans le milieu du 20e siècle, la chemise a été traitée comme un sous-vêtement : avec une partie apparente ornée au cou d’une cravate type lavallière et au poignet avec différents types de fixation, le défi étant d’éviter que les manchettes de la chemise ne soient pas ridiculement larges.

 

Avant le développement au 17ème siècle, de ce que nous appelons maintenant le bouton de manchette, les manches étaient simplement liées à la manchette par ruban.

 

Mais un précurseur intéressant du bouton de manchettes a été découvert dans des tombes germaniques datant des Ve et VIe siècles.

 

Dans l'est de l'Angleterre, nous trouvons un élément particulier connu sous le nom de "fermoir de poignet " : généralement en bronze doré avec un dessin ornemental, il était cousu sur les poignets des chemises de manière à maintenir les plis du manchon serrés.

 

Cependant, ces anciens symboles d’élégance n’étaient pas portés par les hommes anglo-saxons, mais par les dames, à qui l’on doit ainsi d’avoir initié une mode, qui dans les siècles suivants, deviendra le symbole du style du gentleman.

 

LA POPULARISATION

 

L'introduction de la chemise mousquetaire au milieu des années 1600 a vu le bouton de manchette passer du domaine pratique à celui d’une utilisation décorative : la royauté portait couramment ces attaches de manchettes décorées. Ils utilisaient les bijoux décorés, à la fois pour les besoins fonctionnels et ornementaux. La suite ICI 

 

Histoire des boutons de manchette 

L'histoire complète de ce bijou qui donne aux manches des hommes une touche d'élégance. ICI

 

« Lors de fouilles en Egypte, les archéologues ont découvert dans des tombeaux, de petits accessoires ressemblant fortement à nos boutons de manchette. Néanmoins, aucune preuve n'a pu être apportée quant au fait que les Egyptiens portaient ces accessoires en tant que bouton de manchette. Bien des années plus tard, les hommes portaient des chemises dont ils remontaient les manches à l'aide de rubans qu'ils passaient dans les trous des manchettes de la chemise.

 

C'est au XVIe siècle que les premiers boutons de manchette font leur apparition, avec deux boutons reliés par une chaîne. Le XVIIe siècle marque définitivement l'arrivée de cet accessoire pour homme dans le quotidien des rois et des princes. Aujourd'hui, on ne sait toujours pas avec certitude qui a inventé les boutons de manchette.

 

Les boutons de manchette deviennent l'accessoire à la mode, à la cour du roi Louis XIV. Son cravatier était chargé de vérifier que le roi était parfaitement paré de ses atours ; les boutons de manchette en faisaient donc partie. Fabriqués en or ou en argent, ces boutons de manchette étaient parés de pierres précieuses.

 

Certains, en or ou en argent, étaient gravés des initiales ou des armoiries du porteur. D'autres étaient gravés au nom du comté ou de la principauté, et étaient alors portés en signe de ralliement.

 

La révolution industrielle participe à la démocratisation du bouton de manchette. George Krementz invente une machine de fabrication de boutons de manchette à grande échelle. Néanmoins, l'accessoire reste l'apanage des riches bourgeois et des nobles. L'apparition du poignet de chemise, dit mousquetaire, va grandement participer à l'essor du bouton de manchette. Le début du XXe siècle voit le bouton de manchette faire son entrée dans les collections de haute couture. Fortement délaissé jusque dans les années 90, où il servait d'objet publicitaire, notamment aux Etats-Unis, il est de nouveau mis en lumière au cours de ces dernières années. Depuis, son succès ne fait que grandir.

 

Les différents éléments des boutons de manchette  ICI 

Après sa démission, Édouard Philippe fait passer un message… avec ses boutons de manchette ICI

En plein incendie sur la polémique de son avion, Édouard Philippe ...

Une paire pour chaque occasion

 

C’est ainsi qu’en ce vendredi 3 juillet, à la suite de l’annonce de sa démission du poste de Premier ministre, Édouard Philippe a fait passer un subtil message à l’aide de boutons de manchette… en forme de tongs roses.

 

Une pointe humoristique qui laisse deviner une allusion aux vacances et au repos qui attendent le nouveau maire du Havre.

 

Comme le rapporte RTL, ce n’est pas la première fois qu’Édouard Philippe use de ses boutons de manchette pour faire passer un message. Lors de sa nomination par Emmanuel Macron au poste de Premier ministre déjà, Édouard Philippe avait fait fort en arborant une jolie paire de boutons de manchette Superman.

 

Pour son premier JT, il leur avait préféré des boutons de manchette bleu-blanc-rouge. Quant à son retour de voyage polémique depuis la Nouvelle-Calédonie, Édouard Philippe avait opté, pour éteindre l’incendie, pour des boutons de manchette… en forme d’extincteurs.

 

Edouard Philippe, une passion pour les boutons de manchette - Le ...

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 06:00

Image

Mauroy-Fabius pour tenter de sauver les meubles aux législatives de 1986

 

Le départ de Nallet Ministre de l’Agriculture à la Justice comme garde des Sceaux en 1990.

 

Rocard-Cresson pour virer l’exécré au profit d’une femme pour faire passer la pilule.

 

Cresson-Bérégovoy pour masquer l’échec de la manœuvre au profit de celui qui en rêvait depuis 1988.

 

Le premier j’étais conseiller technique au cabinet de Rocard Ministre de l’Agriculture.

 

Le second qui n’était qui remaniement sans changement de Premier Ministre mais le remplacement d’Arpaillange fut sans doute celui qui changea le cours de ma vie : j’étais directeur-adjoint de Nallet et voilà que Louis Mermaz, dont j’avais été conseiller technique à la Présidence de l’Assemblée Nationale, me proposait de prendre les rênes de son cabinet.

 

Le troisième et le quatrième j’étais donc directeur du cabinet de Louis Mermaz Ministre de l’Agriculture.

 

En quelques mots, le premier remaniement fut vécu joyeusement nous n’étions pas menacé Tonton avait encore besoin de Rocard pour apaiser les agriculteurs, le second me mis face à un choix difficile, le troisième fut vécu comme une injustice à l’égard d’un excellent et loyal premier Ministre, le quatrième comme un soulagement : je prévins le nouveau Ministre de l’Agriculture Jean-Pierre Soisson que mes paquets étaient faits.

 

Lorsqu’on me proposa de devenir directeur de cabinet j’en fus bien sûr flatté mais je voyais mal Louis Mermaz dans cette fonction. Je pris langue avec Rocard qui, avec sa franchise coutumière, me répliqua « Berthomeau, vous n’avez pas le choix, il faut y aller… » Alors je suis allé dîner chez les Mermaz, j’ai proposé à Louis de former son cabinet, de le briefer sur les grands dossiers, puis de passer la main, n’étant pas fonctionnaire il me fallait me mettre en chasse d’un nouveau job… » Accord ! 3 mois après ce fut laconique la porte était bouclée à double tour, ma proximité avec le premier ministre était du pain béni et mon expérience du monde des organisations agricoles laissait à mon Ministre le loisir de continuer à se passionner pour les arcanes du Comité Directeur du PS qui le passionnait plus que les vaches allaitantes et la gestion des quotas laitiers.

 

Je n’ai aucun regret, même si j’ai dû, dans un temps de malheur pour les Mermaz, piloter seul la boutique…

 

Revenons à l’équation macronienne post-déroute aux municipales où seul le premier Ministre en place tire son épingle du jeu et où, nos dit-on, il veut renverser la table.  

 

À quoi sert un remaniement ?

 

À rien ou presque !

 

Poker menteur…

 

On prend les cartes, on brasse les cartes

On coupe les cartes, on donne les cartes

C'est merveilleux on va jouer au Poker

On prend ses cartes, on regarde ses cartes

On s'écrie: cartes! puis l'on écarte…

 

Emmanuel Macron a-t-il de nouveaux atouts dans son jeu ?

 

La réponse est assurément non, il n’en a aucun en magasin, sauf dans sa main droite…

 

Ripoliner la façade en vert sera perçu comme de la pure cosmétique, le socle de la maison Macron est de droite et le bon maçon pour le consolider se nomme Édouard Philippe.

 

Le nouvel axe Verts-PS incompatible avec les ambitions présidentielles de Mélenchon, font espérer à Macron un nouveau deuxième tour en tête à tête avec la Marine.

 

Édouard Philippe à la manœuvre reste pour lui un atout majeur, s’il le sacrifie tant pis pour lui ça ne m’empêchera pas de dormir mais j’imagine assez bien un Macron réélu avec une faible marge privé d’une majorité à l’assemblée nationale.

 

Cohabitation !

 

Avec qui ?

 

Je ne suis pas madame Soleil mais nous serions au bout du bout du dégagisme et sans doute contraint de nous poser les bonnes questions à propos de l’usure de la Constitution de 1958. Se reporter ICI

 

Édouard Philippe vu par son "pote de gauche", un portrait fidèle deux ans après

Le réalisateur Laurent Cibien suit le premier ministre depuis ses débuts en politique. Alors qu'Édouard Philippe s'apprête à quitter Matignon, la saga continue.

 

ICI

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 06:00
« Au bout de 8 ans, il était grand temps… » Me Morain le procès en correctionnelle pour prise illégale d’intérêts dans le classement des vins de Saint-Emilion d’Hubert de Boüard et de Philippe Castéja aura bien lieu…

Dimanche, Bordeaux tombe dans l’escarcelle d’un Vert qui n’aime pas les autos…

 

Jeudi, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Bordeaux renvoyait en correctionnelle Hubert de Boüard et Philippe Castéja, pour prise illégale d’intérêt de la part de personnes en charge d’une mission de service public dans le classement de 2002 des GCC de Saint-Emilion.

 

En son temps, lors du procès contre Isabelle Saporta perdu par Hubert j’ai donné à la barre mon appréciation sur son implication dans la procédure et je ne vais pas ici revêtir l’hermine des juges, la rigueur du procureur, la vigueur des plaidoiries des avocats des deux parties. 

 

 

Les deux figures du vignoble bordelais sont renvoyées en correctionnelle par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux, qui fait état de « charges suffisantes ».

 

Dans l’affaire du classement 2012 de Saint-Émilion, « il existe bien des charges suffisantes justifiant le renvoi devant le tribunal correctionnel de [Hubert de Boüard et Philippe Castéja], mis en examen sous la prévention de prise illégale d’intérêt » juge la chambre d’instruction de la cour d’appel de Bordeaux ce 2 juillet. Suivant la réquisition du parquet général du 5 mars dernier, la cour estime donc qu’il y a matière à s’interroger sur les fonctions et intérêts des deux prévenus.

 

Tout deux siégeant au comité national des vins d’appellation de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO) pendant les travaux sur le classement, dont ils ont personnellement bénéficié en tant que candidats. Hubert de Boüard est en effet le copropriétaire du château Angélus, passé en 2012 au rang de premier cru classé A, ainsi que le consultant « d’une demi-douzaine d’exploitations candidates ». Pour sa part, Philippe Castéja possède le château Trottevieille, maintenu premier cru classé B.

 

"Intérêt personnel direct"

 

Dans sa validation du travail du juge d’instruction, la cour d’appel semble cependant distinguer l’implication des deux prévenus. Le juge souligne d’une part « l’omniprésence et l’investissement de [Hubert de Boüard] dans des actes accomplis sciemment, valant surveillance et administration, ce aux divers stades du processus d’élaboration du classement 2012 et en ses diverses qualités [étant également président du Conseil des Vins de Saint-Émilion], alors même qu’il savait à l’évidence qu’il avait un intérêt personnel direct à son résultat. »

 

Pour Philippe Castéja, « si ses interventions dans la procédure de classement apparaissent nettement moindres, il n’en demeure pas moins qu’en tant que membre du comité national des vins de l’INAO il a été noté présent à plusieurs séances de ces instances » (même si sa défense souligne dans son dossier qu’il a quitté les séances sans prendre part aux votes et débats, notamment sur l’appui de billets d’avion).

 

Défense

 

Contactés, Hubert de Boüard et Philippe Castéja ne souhaitent pas commenter la décision de justice et renvoient à leurs cabinets d’avocats. Avocat de Philippe Castéja, maître Jean-Yves Leborgne ne se dit pas surpris par cette décision : « si la cour d'appel avait confirmé le non-lieu que demandait le procureur, elle aurait été amenée à juger le fond, ce qui lui est interdit ». Relevant la distinction « assez soutenue » faite entre son client et Hubert de Boüard, l'avocat parisien se montre serein devant la perspective d'un passage en correctionnelle : « il appartient au parquet de prouver que mon client a participé à des débats et votes, ce n'est pas à la personne poursuivie de prouver ce qu'elle n'a pas fait. »

 

La suite ICI

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 06:00

Le 11 novembre 1983  Francois Mitterrand accompagné de Louis Mermaz a été reçu à la mairie de Bourg par Louis Robin. © Louis Robin

Le 11 novembre 1983 Francois Mitterrand accompagné de Louis Mermaz a été reçu à la mairie de Bourg par Louis Robin. - Louis Robin

Au temps des bancs rugueux de l’école Sainte-Marie, des encriers blancs en porcelaine et des porte-plumes Sergent-Major qui tachaient nos doigts de violet, nous récitions la liste des départements, préfecture, sous-préfecture : elle commençait par l’AIN, Chef-lieu Bourg-en-Bresse, Sous-préfectures Belley, Gex, Nantua

 

Image

 

En 1983, les socialistes se réunissaient lors du congrès de Bourg-en-Bresse, soit deux ans après l’élection de François Mitterrand et quelques mois après ce qu’on a appelé «le tournant de la rigueur».

 

J’étais alors Conseiller Technique au cabinet du Président de l’AN, Louis Mermaz fidèle parmi les fidèles de Mitterrand, maire de Vienne, président du CG de l’Isère flanqué de Didier Migaud directeur de cabinet, le rocardien de service qui était convié aux dîners entre Mermaz et Delors, celui-ci était classé dans le courant Mitterrandien, ça tombait comme à Gravelotte sur le rable de Jean-Pierre Chevènement. Le père Delors, éternel démissionnaire, considérait ce dernier comme le fourrier de l’économie française. Jean-Pierre Chevènement perdit l’arbitrage face à Jacques Delors sur la question du maintien ou non de la France dans le SME, le Système monétaire européen, qui était un mécanisme de change entre les monnaies, l’une des premières tentatives de régulation des monnaies avant la mise en place de l’euro comme monnaie unique. Le ver était dans le fruit du PS mais l’ambiguë Tonton sut maintenir tout le monde sur le radeau.

 

Je n’étais pas présent à Bourg-en-Bresse et, j’avoue sans honte que ma mémoire ne l’associait pas au chef-lieu de l’Ain pour une raison simple en 1981 la star de l’Ain, l’un des opposants de droite féroce aux socialo-communistes, avec Toubon, Madelin, Seguin, était le maire député-maire de Belley : Charles Millon.

 

En plongeant dans les archives du Monde je retrouve le lien avec Philippe Ridet

Charles Millon ou la revanche d’un réactionnaire ICI

 

À la tête d’une association baptisée Ensemble pour la France, Charles Millon a intégré l’équipe afin de mobiliser la France des diversités.

Edouard Jacquinet pour M Le magazine du Monde

 

L’ex-ministre de la défense de Jacques Chirac, qui avait été soutenu par le Front national en 1998, affirme avoir rejoint l’équipe de campagne de François Fillon.

Par Philippe Ridet Publié le 17 mars 2017

 

Amoureux de l’Italie comme lui j’avais lu son livre « L’Italie, Rome et moi » chez Flammarion.

 

L'Italie, Rome et moi par Ridet

 

« J’ai longtemps rêvé d’être italien. À défaut, j’ai cherché à en avoir l’air… »

Oui mes amis  je rêve…

Je lui avais emprunté cette phrase dans une chronique :

 14 février 2014

Lettre d’un parisien à ses amis italiens de Paris : préparez-moi une Vignarola alla romana ! ICI 

 

Bref, je m’étais dit en apprenant la sortie de son nouveau livre « Ce crime est à moi » fin janvier 2020 aux EDITIONS DES EQUATEURS, que je l’achèterais. Puis le confinement vint, il fit parti de ma moisson du premier jour de liberté.

 

Ce crime est à moi par Ridet

 

Restait à le lire.

 

Je viens de le faire.

Comme toujours je vais à la chasse aux critiques sur la Toile et la première qui s’affiche est l’œuvre d’une nantaise (vous connaissez mes attaches nantaises)

 

Les Chroniques d'une nantaise ICI 

 

Elle conclue : Le roman est assez court, faisant à peine plus de 200 pages, et je l’ai donc lu assez rapidement. Ce n’est pas une lecture que j’ai trouvée captivante étant donné qu’il ne s’y déroule pas énormément d’événements mais j’ai beaucoup apprécié la simplicité des propos ainsi que leur réalisme et ai trouvé ce livre hypnotisant. J’avais envie d’en poursuivre la lecture, de retrouver l’atmosphère à la fois malsaine et vintage de Ce crime est à moi et j’ai eu la sensation que l’auteur relatait sa propre vie tellement les ressentis et les sentiments exprimés paraissaient sincères.

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, et j’en suis la première surprise, ce livre m’a marquée. À l’heure où je vous écris ces lignes, cela fait moins de 24 heures que je l’ai terminé et je ne peux m’empêcher d’y repenser et d’y réfléchir. Certains aspects du livre résonnent en moi, cette période de doute entre la fin de l’adolescence et le début de la vie adulte me parle totalement et j’ai été touchée par les propos de l’auteur sur plusieurs points. Je vous invite donc à découvrir ce roman qui a été pour moi une belle découverte.

 

Philippe Ridet est né en 1955, ce n’est pas un vraiment comme moi un baby-boomer, le pur baby-boom s’étend entre 45et 55 est trop souvent assimilé aux fameuses 30 Glorieuses. Alors que j’avais 20 ans en 1968, lui n’était qu’un adolescent à Bourg-en-Bresse.

 

Dans une chronique de 2017 j’écrivais, « contrairement à Paul Nizan dans Aden Arabie, aujourd'hui je n'écrirai pas « J'avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c'est le plus bel âge de la vie ».

 

De ce temps je ne suis ni fier, ni repentant, il reste pour moi le moment où la société française, sa jeunesse tout particulièrement, dans l'un de ses spasmes violents dont elle a le secret, explosaient les coutures d'un habit trop étroit. Nous pensions sincèrement faire la Révolution, renverser la table alors qu’en fait la société de consommation avait besoin qu'on brise des tabous pour prospérer, et nous lui avons grande ouverte les portes.

 

Paul Nizan : Biographie

 

« … Paul Nizan, pour notre localité qui l’accueillit comme professeur de philosophie au lycée Lalande, des mots méprisants : « Les gens s’ennuient tant, écrit-il dans Présentation d’une ville, qu’ils ne voient pas à vingt mètres devant eux. Leur ville rumine, leur ville digère. Quand ils se sont acquittés comme d’une triste corvée des innombrables tâches qui les font vivre, ils rentrent chez eux. Et la plupart du temps, ils y restent. »

 

« Tout y est bâti dans une pierre molle et blanche comme la chair des femmes pieuses. »

 

BRASSERIE LE FRANCAIS -

Le Français (ndlr. le restaurant iconique) est « Le rendez-vous des commerçants, des fonctionnaires, de chefs locaux du PS. »

 

Exécution en règle, je n’ai jamais arpenté les rues de Bourg-en-Bresse alors que bien sûr en tant locataire du 78 rue de Varenne la volaille de Bresse, était et reste le fleuron de la volaille AOC (la seule) et j’ai sillonné la Dombes. Je n’y ai fait, en direction de Genève, que des haltes brèves à la gare TGV.

 

La gare de Bourg en Bresse (01) - Les gares de France et leurs ...

 

Philippe Ridet se contente, à propos de Bourg-en-Bresse d’écrire avant de la décrire, la ville (page 45) « est le chef-lieu du département. Mais personne ne la connaît véritablement. Ou on y vit, ou on y passe. Personne ne la visite Ce n’est ni le Périgord ni le Luberon. La beauté ne vous saute pas aux yeux. Certains habitants, un peu susceptibles, se sentent humiliés lorsque, à la question « c’est où déjà ? », ils doivent préciser que leur commune est située entre Lyon et Genève, comme si elle ne pouvait exister que dans son rapport géographique aux deux métropoles de réputation internationale dont elle est séparée de soixante kilomètres pour la première, et de quatre-vingt-dix, pour la seconde. D’autres, au contraire, se gaussent de sa taille modeste et de son absence de particularités en l’appelant « le village », une autre manière de dire qu’elle mérite sa notoriété discrète, pour ne pas dire son oubli. »

 

Dans mon job au 78 rue de Varenne j’ai beaucoup fréquenté les Préfets, en effet le terroir agricole n’est guère parisien, et j’imagine la tête de l’épouse du Préfet de l’Ain lorsque son mari lui annonçait sa nomination à Bourg-en-Bresse. Un trou, l’horreur absolue, mais dans la préfectorale, il faut savoir gravir les marches de la hiérarchie une à une…

 

Quand Alain Gottvallès perdit aux Jeux Olympiques en chambre d'appel

En 1964, Alain Gottvallès est le meilleur nageur au monde sur 100 mètres nage libre. Il est le favori logique de la finale olympique. 

 

Si je me polarise sur la ville, c’est qu’elle est dans le livre de Philippe Ridet une actrice essentielle, le premier chapitre avec sa carte postale de la piscine Alain-Gottvallès, « centre de son univers, entre treize et dix-huit ans. », donne le ton. Le crime du maître-nageur, Didier Cornaton, qui avait voté René Dumont, par la jeune étudiante en philosophie, Martine Amouroux, n’est qu’un fil rouge, une étrange obsession, permettant à l’auteur d’évoquer sa jeunesse.

 

Page 105 :

« Aujourd’hui, j’ai beaucoup de mal à harmoniser les souvenirs de ma jeunesse avec le récit magnifié et recomposé de cette époque par les émissions de télévision qui, régulièrement, exhument les années soixante-dix comme un éden de permissivité. Les filles aux seins nus, dansant bras écartés en dodelinant de la tête, le regard perdu parmi leurs longs cheveux blonds, je ne les ai vues qu’à Woodstock (le film), mais jamais dans la vraie vie. Étais-je au mauvais endroit ? Trop timoré ? L’amour libre n’était pas notre modèle. Nous suivions avec quelques aménagements le canevas tissé par nos parents. Seule la perspective du mariage et de la fondation d’un foyer n’entrait plus dans nos priorités.

 

Qui croit que les années soixante-dix ont été un déchaînement des sens se trompe lourdement. Au contraire, elles furent pour moi des années inquiètes et studieuses où tout le monde était habillé avec des parkas marron et des pantalons bleus informes. Des années où la question de gagner sa vie s’imposa dans nos préoccupations sans même que nous n’y prenions garde. Des années mieux symbolisées par la bande à Baader et des terroristes italiens que par le flower-pop »

 

Là je me sens très proche de Philippe Ridet, les années 70 ont été des années grises et violentes.

 

Page 145

 

« … Ville née sans prétention, elle l’était restée. Elle ne s’était pas effondrée comme beaucoup de communes de province ignorées des lignes TGV et des autoroutes. Modeste, elle tenait son rang, sans désirer qu’il soit plus élevé. Elle n’est pas très belle, mais courageuse. Beaucoup lui en voulaient d’être restée debout, alors qu’ils s’étaient effondrés. »

 

Enfin, clin d’œil à la maman de Philippe Ridet, rocardienne post PSU, le père étant lui un mitterrandien.

 

Si tant est que mes conseils de lecture pèsent un peu dans vos choix, je vous conseille de lire « Ce crime est à moi », c’est bien plus que l’histoire d’un meurtre mais celle d’une tranche de vie…

 

Ce crime est à moi par Ridet

 

« Ce roman est le fruit d’une réflexion où j’ai adopté un style, une écriture pour lui donner une forme, trouver la bonne distance entre la période sans que cela soit nostalgique. C’est tenir des jumelles à l’envers pour toucher les choses et les rendre lointaines. »

(Photo : Patrice Normand)

Vendredi 3 Avril 2020 - 14:45 ICI
 

Philippe Ridet, 52 ans, est journaliste au Monde. Son métier, selon lui, consiste à être attentif, écouter. Il faut, comme il dit : « Surveiller un pays comme le lait sur le feu ». L’observation de l’autre, d’une ville, d’une époque révolue, c’est un peu ce dont il est question dans ce premier roman Ce crime est à moi (éditions des Equateurs) dans lequel Philippe Ridet narre l’histoire d’un crime commis dans une petite ville des années 1970. Un fait-divers qui modifie profondément la trajectoire du narrateur. Celui-ci ne peut ni devenir nageur professionnel ni postier alors il se tourne vers le journalisme et l'écriture. La trace laissée par ce crime donne ainsi naissance à sa vocation littéraire.

L’année précédant son élection, le 12 octobre 1980. François Mitterrand, ici au Parc des expositions de Bourg pour la Fête de la rose, répond à nos questions. Derrière lui, Charles Hernu / Archives DR  ICI

Avec la disparition de Louis Robin, Bourg perd son ancien député-maire ICI
Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents