Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 00:04

Dans le film Modovino, Michel Rolland, s'est rendu célèbre auprès du grand public avec son " oxygénez, oxygénez..." Il me semble donc normal que le Berthomeau en pot, pur produit du terreau techno, OPM (1), cultivé en bureau, lui aussi, de temps à autre, a besoin d'oxygéner son outil de travail, d'offrir à sa petite tête, dont il pense qu'elle pense, un grand bol d'air.


Grâce soit rendue aux lecteurs de ce blog qui me sortent. Pour moi, ce dernier lundi, ce n'était que du bonheur que de débarquer du TGV à Valence et de me retrouver, sous un franc soleil de novembre, dans le vignoble de l'Hermitage. Inspirer, respirer, en prendre pour les jours de rien, reverdir. Invité d'Amaury Cornut-Chauvin, le président de la cave de Tain L'Hermitage, j'ai pu me shooter, sans modération, à la beauté du lieu. Ici le terroir n'a pas besoin de mots, il est. La main de l'homme l'a modelé, inscrit dans le paysage, sculture d'automne entre terre et ciel, le vignoble de l'AOC Hermitage est l'exemple vivant de ce qui fonde l'origine, signe ses vins bien plus que les textes règlementaires. C'est le fruit d'une histoire, qu'ont écrit, et qu'écrivent encore, les hommes et les femmes de ce territoire. Du cep à la bouteille portée au-delà des mers, c'est la plus authentique des signatures, celle d'une belle entreprise humaine qui mêle tous les métiers. 

 

L'oxygène, ce lundi, je l'ai aussi trouvé, le soir venu, à la tribune de l'AG de la coopérative, en écoutant Julie Campos, la directrice de l'entreprise. Propos précis et clairs, sans faux-fuyants, la confirmation d'une orientation stratégique qui, en dépit des difficultés de l'heure, préserve le cap choisi par une entreprise de taille moyenne ancrée dans son territoire, rejette la fuite en avant et conforte les acquis d'une politique commerciale tournée vers les marchés. Notre secteur a besoin de dirigeants, d'entreprenants, hommes et femmes de conviction qui, au lieu de s'adonner au déclinisme, au petit jeu des appareils professionnels, de subir le poids des immobilismes, ne masquent pas les difficultés aux viticulteurs, prennent le risque de déplaire, agissent et se donnent les moyens de nous remettre sur les chemins de la reconquête.


Merci à ce beau tamdem, président-directeur de m'avoir aéré la tête, de m'avoir conforté dans ma conviction que nous avons les ressources pour garder notre rang de grand pays du vin si nous acceptons d'affronter le grand large avec détermination, en assumant les choix que nous impose la grande mutation du marché mondial. Aujourd'hui mardi, ce fut une autre histoire, dans la grande serre du Parlement Européen, à Bruxelles, colloquant,j'ai manqué d'air et c'est avec plaisir que j'ai regagné le soir venu mon bon vieux macadam Parisien pour reprendre mon grand vélo avec, dans un coin de ma petite tête de zozo, plein de morceaux de beau...  


(1) Organisme Politiquement Modifié  

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 00:04

« Six personnes sont maintenant réunies autour d'une table ovale assez jolie, probablement en simili-acajou. Les rideaux, d'un vert sombre, sont tirés ; on se croirait plutôt dans un petit salon. Je pressens subitement que la réunion va durer toute la matinée.


Le premier représentant du Ministère de l'Agriculture a les yeux bleus. Il est jeune, a de petites lunettes rondes, il devait être étudiant il y a encore peu de temps. Malgré sa jeunesse, il donne une remarquable impression de sérieux. Toute la matinée il prendra des notes, parfois aux moments les plus inattendus. Il s'agit manifestement d'un chef, ou du moins d'un futur chef.


Le second représentant du ministère est un homme d'âge moyen, avec un collier de barbe, comme les précepteurs sévères du Club des Cinq. Il semble exercer un grand ascendant sur Catherine Lechardoy, qui est assise à ses côtés. C'est un théoricien. Toutes ses interventions seront autant de rappels à l'ordre concernant l'importance de la méthodologie et, plus généralement, d'une réflexion préalable à l'action. En l'occurrence je ne vois pas pourquoi : le logiciel est déjà acheté, il n'y a plus besoin de réfléchir, mais je m'abstiens de le dire. Je sens immédiatement qu'il ne m'aime pas. Comment gagner son amour? (...)


Le troisième représentant du ministère est Catherine Lechardoy. La pauvre a l'air un peu triste ce matin ; toute sa combativité de la dernière fois semble l'avoir abandonnée (...)


Le quatrième représentant du ministère est une espèce de caricature du socialiste agricole : il porte des bottes et une parka, comme s'il revenait d'une expédition sur le terrain ; il a une grosse barbe et fume la pipe ; je n'aimerais pas être son fils. Devant lui sur la table il a ostensiblement posé un livre intitulé : « La fromagerie devant les techniques nouvelles. »  Je n'arrive pas à comprendre ce qu'il fait là, il ne connaît manifestement rien au sujet traité ; peut-être est-il un représentant de la base. Quoiqu'il en soit il semble s'être donné pour objectif de tendre l'atmosphère et de provoquer un conflit au moyen de remarques répétitives sur «  l'inutilité de ces réunions qui n'aboutissent jamais à rien », ou bien sur «  ces logiciels choisis dans un bureau du ministère et qui ne correspondent jamais aux besoins réels des gars, sur le terrain ».


 

Qui a écrit ce petit bijou de compte-rendu d'une réunion ordinaire au Ministère de l'Agriculture ?

 

A vos claviers chers lecteurs, je vous donnerai des indices dans les jours qui viennent si vous ne trouvez pas. Bon courage !

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 00:04

" On nous a vanté cette cave pour sa façon originale de classer ses vins en fonction, non pas des terroirs, mais de leur accord avec les mets (on parle de congruence). Nous avons donc rendu visite aux cavistes associés, publicitaires fraîchement reconvertis. " Voilà un fromage de chèvre. Que me proposez-vous de boire en accompagnement ? " La parole est à Pierre-Benoît : " Moi, tout de suite, je dis : sauvignon. S'il est un peu sec, chenin. S'il est plus onctueux, peut-être un vin plus suave, mais naturellement, je suis sûr du sauvignon. " Qu'en pense Jérémy ? " Moi, je partirais sur un vin plus suave car votre chèvre à l'air assez gras. Je vais sur un crozes-hermitage de chez Marc Sorrel. " Un vin blanc est suggéré dans les deux cas. Reste à savoir lequel, du sauvignon (clos-de-roche-blanche, Roussel-Barrouillet, Touraine 2004) ou de l'hermitage, va être le mieux adapté à notre cas précis. Ce sera le sauvignon, qui épouse si merveilleusement ce fromage que l'on se demande si les chèvres des Deux-Sèvres n'ont pas joué à saute-moutons dans les vignes de Touraine !"


Du pur jus, du pur style de la Génération radicale-chic (Clémentine Autin, Stéphane Pocrain, Olivier Besancenot...) nouvelle catégorie de trentenaires rouges pleines de mots de passe " Les Inrocks ", Act Up, Têtu... et c'est dans Sortir supplément chic du très redresseur de torts Télérama, à propos d'un truc branchouille : Mes accords mets-vins...

 

Pourquoi diable ce matin vous livrer ce petit ticket chic et choc ? Trois raisons au moins :


- la congruence tout d'abord : Vx ou littér pour le Robert : fait de convenir, d'être adapté... On se la pète avec un mot grave pour épater le bourgeois.


- ensuite les nombres congrus par rapport à un troisième, dont la différence est divisible par ce dernier (module) 8 est congru à 12 modulo 2. J'adore !


- enfin, parce ce texte contient une incongruité majeure pour les défenseurs du vin à la française point com. Laquelle, chers lecteurs ? A vos claviers, notre pur nectar est en danger même dans la patrie de la boboïtude !


Pour clore, je peux aussi vous confier que ce texte contient un indice vous permettant de savoir où je passe ma journée de lundi et une image subliminale du grand débat de la guerre des Roses. Y'a pas à dire Pierre-Benoît, ce blog Berthomeau c'est vraiment du tout chaud mon coco ! Il est en pleine congruence ce mec !

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 00:11

Les loupiotes jaunasses de cet autorail qui se traînait, de gare vide en gare vide, donnait à mon reflet dans la vitre piquée des contours mous, fienteux. A chaque démarrage, le diesel exhalait des remugles acides et ses gros hoquets agitaient la carlingue. Nous étions, en tout et pour tout, trois : une grosse femme sans âge qui tricotait avec une obstination mécanique, un jeune type au faciès de cheval qui dormait la bouche ouverte, et moi bien sûr qui attendait. Le contrôleur devait avoir couché avec son uniforme. Il dégageait un mélange de tabac froid, de slip ancien et d'huile de friture. Lorsqu'il poinçonna mon ticket je remarquai ses ongles longs, bombés et incurvés, sales. On aurait dit des serres d'aigles. Ca me donnait envie de gerber. Fallait que j'en grille une. Je fourrageais dans mon sac à la recherche de ma boîte à rouler. Mes calbars et mes chaussettes se mêlaient avec tout un fatras de papiers que je trimballais en permanence. Officiellement pour écrire, des notes, ça faisait un sacré temps que je n'avais pas aligné une phrase. Le petit bouquin me tomba dans la main. Je le caressai.

 

Dans un craillement de freins notre équipage stoppait en gare d'Evreux. Les néons du quai lâchaient dans l'habitacle une lumière crue de scialytique. Deux bidasses montaient en parlant fort. La tricoteuse nous quittait. Dans ma main droite le titre du petit bouquin m'étonnait : " Extansion du Domaine de la lutte ", ça sonnait comme du pur jus d'intello post-soixant-huitard non révisé, prétentiard. Si je l'ai ouvert c'est qu'il était édité par Maurice Nadeau. J'ai toujours eu un faible pour Nadeau. Y avait un nom écrit au crayon au revers de la couverture : Chantal Dubois-Baudry. Les patronymes à tiret m'ont toujours fascinés, à la manière de la transmutation d'un vil métal en or. Mon doyen de fac s'appelait Durand-Prinborgne et, comme raillait mon pote Bourrassaud, quand je m'extasiais sur un Dupont-Aignan ou une Debrize-Dulac " et mon chauffe-eau c'est un Saunier-Duval..." La Dubois-Baudry était la reine du soulignage alors j'ai survolé les phrase soulignées du petit bouquin frippé. Et puis y'en a une que j'ai relu trois fois " Au métro Sèvres-Babylone, j'ai vu un grafiti étrange : " Dieu a voulu des inégalités pas des injustices " disait l'inscription. Je me suis demandé qui était cette personne si bien informée des desseins de Dieu. " J'ai fait machine arrière et je me suis plongé dans le petit bouquin frippé au titre étrange.

 

Arrivé à St Lazare j'ai trouvé refuge dans un café graisseux où un garçon aux cheveux pelliculeux et aux ongles sales, c'était le jour, m'a gavé de demi de bières tiédasses. Quand j'eus fini j'allai pisser. Les toilettes étaient à la hauteur du standing de l'établissement ce qui ne m'empêcha pas de me poser sur la lunette. J'étais encore dans le petit bouquin. Le petit bouquin était sur mes cuisses. C'est alors que j'ai découvert le nom de l'auteur : Houellebecq. Etrange, ça sonnait comme un nom d'abbaye. Ce Houellebecq m'avait dérangé. Il m'énervait même si son style atone, minimal, s'élevait parfois jusqu'à devenir Bovien. Son Tisserand, l'un de ses personnages, venait de détruire mon postulat de la laideur. Ce type " dont le problème - le fondement de sa personnalité, en fait - c'est qu'il est très laid. Tellement laid que son aspect rebute les femmes, et qu'il ne réussit pas à coucher avec elles. Il essaie de toutes ses forces, ça ne marche pas. Simplement elles ne veulent pas de lui..." Ce type grotesque, lamentable, j'avais envie de tirer la chasse d'eau sur lui mais je ne pouvais pas. Que pouvait-il faire ce laid, en dehors de se résigner, d'épouser une moche, d'aller aux putes ou de devenir riche ?

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 00:05

Son marché je l'avais accepté sans protester. Chantal partait le lendemain travailler à Paris. Nous nous sommes plus jamais revu. Bien des années plus tard, dans la salle d'attente d'une gare, je ne me souviens plus où, ce devait être au fin fond de la Manche, à Valognes, sur une banquette de skaï craquelé, j'ai ramassé un bouquin de poche défraîchi. Comme j'ai horreur de voir les livres abandonnés, ça me fache, je l'ai fourré dans mon sac à dos sans même regarder le titre et puis je me suis avachi sur la banquette. J'étais en avance. Je n'avais aucune raison d'être en avance mais j'avais décrété que je ne voulais pas rater le train. Tout le monde s'était marré vu ma situation de glandeur professionnel. Une bonne demi-heure à tirer. Attendre ! Dans ce bout de ma vie je passais mon temps à attendre. Je n'attendais rien mais j'attendais. Complaisant je passais mes jours à m'apitoyer sur moi-même en grillant des clopes roulées et en éclusant des bières.

Quand j'ai trouvé ce petit livre, je pense que ce devait être le jour où j'étais allé voir Bourassaud, mon ancien commissaire, et que nous avions carburé, trois jours durant, au Calvados. Ma tête faisait office de laminoir. Je pelais de froid alors qu'il faisait tiède. Bourassaud m'avait prêté un vieux pull qui sentait le moisi. Ca ne me dérangeait pas car j'étais moisi moi-même. Le dimanche nous avions bouffé comme des chancres des trucs qui baignaient dans la crème en sifflant des bocks de cidre. Marie-Jo, la femme de Bourrassaud m'aimait bien. Elle était plantureuse, sensuelle et, surtout, elle portait des bas. Les bas et les portes-jarretelles ce n'est pas mon truc. Je trouve que ça fait chaudasse. Pourtant, j'avoue que Marie-Jo, qui dans ce trou pourri s'habillait avec goût, donnait aux bas résilles un charme qui me troublait. Elle n'allumait pas Marie-Jo, non, elle se contentait d'aller de venir, de s'asseoir, de se relever avec grâce. Moi je la contemplais. Elle accrochait un petit sourire à ses lèvres bien dessinées et me raccompagnait toujours à la gare. 

Dans la 4L le spectacle de ses cuisses à demi-découvertes me chavirait mais je résistais. Ce dimanche-là, avant même que je ne m'extrais de la carlingue, Marie-Jo m'avait dit " Benoît, tu deviens moche, c'est triste qu'un type comme toi se vautre dans le n'importe quoi. Fais-moi plaisir ne reviens plus..." Bien sûr ça m'avait un peu secoué mais je m'étais contenté de lui sourire bêtement en lui jetant un regard vide. Me précédant elle m'avait accompagné jusqu'au guichet. Moulée dans un jeans taille basse et un pull angora vert anglais lui découvrant le nombril, la Marie-Jo, toute rousseur dehors, me donnait soudain envie de sortir de mon koaltar. Je trouvais la force de grogner un " t'as raison faut que je me lave... " pâteux. Ca l'avait fait rire et, en voltant, elle m'avait roulé une pelle monstrueuse que j'avais recueilli comme une huître pas fraîche. Avant que je ne réagisse elle était déjà partie. C'était mieux comme ça. Chasser sur les terres des amis ce n'est pas mon genre et puis, en ce temps-là, je ne chassais pas du tout. Marie-Jo valait mieux qu'un détritus dans mon genre. Ma libido défaillante me précipita dans un profond sommeil. Je ratai l'express et je du m'embarquer, à la nuit tombée, dans un tortillard.    

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 08:07

Nous atterrissons à l'heure, il fait nuit, deux heures de décalage avec Paris, l'aéroport de Cheremetevo n'est pas de la première jeunesse, il fait froid et des tas de neige sale bordent la chaussée. Irina nous pilote avec doigté sur une autoroute surchargée, la circulation est anarchique et les grosses cylindrées se mêlent à des tacots antiques et à un fort contingent de camions ; nous sommes sur la route de StPétersbourg le port qui alimente Moscou. Les néons multicolores des centres commerciaux crachent des noms d'enseignes connus : Métro, Ikea, Auchan... La publicité, elle aussi, est mondialisée : Nokia, Sony, Mercédès...

Ce soir, bal chez le gouverneur, je plaisante, nous nous rendons à une réception donné par l'ambassadeur de France avec l'Union des Grands Crus classés de Bordeaux. Nous sommes en retard et, malgré ses protestations, Irina nous accompagne en dépit de son jeans. La table de l'ambassadeur est très table d'ambassadeur, à côté de la plaque, et on s'ennuie ferme. Par bonheur, notre table, où nous retrouvons Jean-François et Maurice, est agréable. Les vins sont à la hauteur bien sûr et nous dînons Potel et Chabot.

Mardi, nous sortons de Moscou, direction Klin, à 60 km. Pyotr conduit son 4x4 à la russe, le cellulaire scotché à l'oreille. Circulation dense, police omniprésente. L'habitat est délabré mais de nouveaux lotissements poussent, colorés, sans plan d'occupation ; le foncier reste public. L'usine d'embouteillage en briques est bien tenue, les installations sont modernes. Le chef d'exploitation est un expatrié audois. La logistique en flux des vins venant de France, une administration lourde, des règlementations fiscales à géométrie variable : ha ! les bandelettes fiscales... Il faut avoir le moral. Pyotr et Irina sont philosophes, russes quoi ! Enfants de la l'ex nomenklatura, francophones, cultivés, ils me font toucher du doigt la Russie profonde. Passionnant.

Mercredi, bise glaciale, la Place rouge, les magasins Goum pour se réchauffer... Moscou explose sous le luxe. Tverskaïa oulitsa aligne les boutiques aux noms prestigieux. Les grosses BMW noires suivies de gros 4x4 noirs, vitres teintées, tracent une route impérieuse. Milices, mafias, prédateurs, l'économie est sauvage, tout est possible. Des types piccolent des bières dès le matin. Déjeuner au café Pushkin puis un grand tour dans Moscou avec Ilya : le Kremlin, l'ombre des hiérarques cacochymes et la main du nouveau tsar ; les hauteurs de Moscou : le mont des Oiseaux avec le bâtiment de 36 étages de l'université Lomosov, typique du style gothique stalinien ; le parc de la Victoire à la nuit tombée, un froid tranchant, les stèles de 1941 à 45 jusqu'à l'obélisque noire qui se détache sur un ciel plombé. Le seul rouge qui reste, ce sont les roulottes Coca Cola qui bordent l'allée monumentale. Retour au centre ville puis dîner chez JF, en famille.

Jeudi, crachin mi neige, ni glace, Moscou et ses bagnoles charrient une soupe noirâtre. Direction les magasins, voir l'offre vin dans les hyper, Auchan, un mur de bouteilles comme ici. La production locale est majoritaire mais les wines frenchies, avec leurs drapeaux tricolores autour du col, se détachent bien. En tête de gondoles, à côté d'un vin chilien Concha y Toro, nos deux leaders nationaux : Castel et Grands Chais sont présents. Le positionnement prix nous situe dans une bonne moyenne. Il est clair, que sur ce marché, une offre globale, qui allie volumes et flacons plus précieux peut séduire la nouvelle classe moyenne russe qui pousse son caddie. Sans vouloir radoter, la réponse de Cap 2010 est la seule à même de nous permettre d'occuper une place significative sur ces nouveaux marchés. Les russes aiment beaucoup les titres nobiliaires qui sont notre spécialité.

Retour in Paris, dans l'avion les nouveaux riches russes se la pètent grave. Le soleil nous accueille. La douane est très présente. Bon week end et, si vous le souhaitez, allez lire ma fiction samedi et dimanche sur ce petit espace de liberté... 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 00:04
" J'insiste tout particulièrement sur son Moulin à Vent 1921 et sur son vin de chèvre.
Le " Vin de Chèvre " est un vin qui se prépare en Suisse et en Haute-Savoie. C'est du vin blanc forcé, c'est-à-dire mis dans de petits fûts aux douelles prodigieusement épaisses, aussitôt après la pressée. Il y fermente et garde, enfermé dans l'enveloppe de chêne, l'acide carbonique provenant de la fermentation. Lorsque vous ouvrez le robinet spécial ajusté au fût vous avez l'illusion de voir le trait de lait qui s'échappe du pis d'une chèvre ; votre verre est rempli d'une mousse blanche...comme du lait, qu'il est d'usage d'avaler d'un trait.
Le vin de chèvre ne se vend pas ; le patron l'offre à ses bons clients qu'il invite à descendre à sa cave, car il se consomme sur place. Il arrive parfois qu'on descende avec plus d'assurance qu'on ne remonte ! "

Extrait de Voyages gastronomiques au pays de France de J.-A.P. Cousin chez Ernest Flammarion 1927 chiné pendant mes vacances.

L

e restaurant dont il s'agissait, c'était CHEZ GIRAUD(café de la Graineterie), 49, rue de la Bourse à Lyon.

A l'occasion je vous livrerai certaines de ces petites chroniques écrites d'une plume alerte, sans prétention, avec humanité, sans classement ou conseils, ça sent bon, ça donne envie d'aller Chez la Mère Pompom ou Chez la Mère Brazier...

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 00:22
4 énigmes franco-américaines :

- quel est l'opérateur français qui a conçu son projet dans sa salle de bains et qui ambitionne de placer sa marque de vin dans les 10 premières mondiales dans les 5 ans ?

- qui a écrit " un poète qui boit, ce n'est pas la même chose qu'un ivrogne qui écrit ! " ?

- quel  est le " grand opérateur français de la filière vin " qui accompagnait le Président de la République lors de son récent déplacement en Chine ?

- qui a posé la question essentielle " y-a-t-il une vie après la mort pour les journalistes ? " et qui a répondu " oui, à condition que Dieu accepte les notes de frais " ?

1 perle finlandaise :

 

 

" A mes débuts, j'étais facteur. C'était ennuyeux mais tranquille. Cette vie-là ressemble à une baguette de pain : étroite, mais d'une longueur rassurante. Aujourd'hui, il n'y a plus de facteurs mais des mails. L'avenir social est angoissant : même les croques-morts risquent de mourir avant leurs clients. Finalement, les impots sont la seule forme d'art qui est certaine de durer "

Aki Kaurismäki cinéaste finnois qui ne crache pas sur l'aquavit.

Pour les réponses aux 4 énigmes franco-américaines je les fournirai à la demande : pour ce faire allez tout en bas du blog et cliquez sur contact (c'est écrit en blanc, en tout petit, entre définition blog sur over-blog com et CGU). Votre message me sera transmis et je pourrai vous répondre personnellement.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 00:02

Si vous souhaitez savoir ce qu'est un gros lobby à l'américaine et passer un bon moment, aller voir  "Thank you for smoking" de Jason Reitman. Ce film est une joyeuse leçon de morale humoristique et satirique comme les américains savent eux le faire. Une leçon de lobbyisme jubilatoire, grinçante, lorque les 3 MDM (marchands de morts) tabac/alcool/armes se réunissent autour d'une table de restaurant pour se congratuler sur le nombre de morts. Nick, le lobbyiste diplomé et reconnu du tabac, ne fait pas partie des requins mais des gens que l'on aime bien malgré leur boulot sacrément amoral. Ce film pose les bonnes questions, et surtout met en avant notre responsabilité individuelle. De bons acteurs, un bon scénario tiré d'un livre politiquement incorrect sorti en 1994. Tout ce que j'aime. Bon film pour ceux qui vont au cinéma. Pour les autres attendez la sortie du DVD et achetez-le. Cela vaut une projection publique auprès des vignerons...

Dans le chapitre jubilatoire, un autre film américain, un rood-movie grinçant, primé au festival de Deauville " Little Miss Sunshine " L'univers du film est totalement décalé. Une famille américaine middle class, le père Richard, complètement à côté de la plaque puisqu'il applique dans la moindre conversation sa méthode : la victoire en 9 étapes, optimiste indécrotable et maladif, et tous les autres membres sont hilarants et gratinés, avec une mention particulière au grand-père, accro à la cocaïne, vulgaire et outrancier, donnant des conseils n'importe où et n'importe quand. Bref, on s'amuse, on rit, ça fait du bien de rire.

Bon films, et faites vous un petit resto ensuite avec un petit vin canaille et popu...

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 00:13

Ce matin je suis un peu vénère, une colère froide face à l'hypocrisie de certains défenseurs de la pureté de notre cher vin. Pour faire bref, qui a tué le vin populaire ? Ce vin de table objet du mépris hautain des chroniqueurs, experts et même de certains vignerons. Que le coupage économique, le fameux VDPCE, les prix de bataille, ce toujours moins cher de la GD, aient largement participé à son déclin, j'en conviens et je l'ai écrit dans mon rapport de 2001. Que la sociologie, le déclin des ruraux et des travailleurs manuels, soit aussi responsable de ce reflux, c'est inscrit dans les chiffres. Fort bien, qu'il y ai eu sur le marché des vins de table et de pays indignes, c'est incontestable. Certains vins d'AOC les y ont rejoint aussi, mais là n'est pas mon propos. Mais il faut aussi reconnaître, qu'au court de cette période, des opérateurs ou des vignerons ont proposé de bons et d'honnêtes vins de table et de pays. Des vins abordables, sans prétention, des vins populaires.

Et pourtant, jamais au grand jamais les signataires de luxe de la pétition de la Confédération Paysanne n'ont daigné s'intéresser à ce vil produit, sauf monsieur Bardet, mais passons. Et pourtant c'était du vin non chaptalisé, produit à la française, à base de raisins cueillis par des petits viticulteurs coopérateurs ou non, tout ce petit peuple de nos villages du grand sud, modeleurs de nos paysages, terreau de notre ruralité. L'Organisation Commune de Marché du vin, que défend la CP, était faite pour les vins de table, ces vins ignorés, vilipendés, méprisés par toutes ces fines gueules, par les adeptes des notes de frais dans les cantines étoilées. Alors moi je respecte toutes les opinions, et je suis prêt à comprendre les craintes de beaucoup de vignerons face à une libéralisation forcenée de l'utilisation des moûts par exemple, mais de grâce que ceux qui ont regardé de haut le petit peuple vigneron ne s'érigent pas en dernier rempart de la viticulture française, ils n'en connaissent qu'une seule.

Les naufragés du vin, et à mon grand regret il va en y avoir dans les mois et les années qui viennent, seront sans doute les victimes de la grande mutation du marché mondial du vin, de l'irruption de ces nouveaux consommateurs qui aiment d'autres vins, de la puissance des grands groupes internationaux, mais nous exonérer de toute responsablité dans cette saignée, faire comme si tout était de la faute des autres, des rapaces, des prédateurs, c'est oublier que la vision exclusivement élitiste de nos défenseurs auto-proclamés de la pureté du vin à la française, ont à leur manière, en frappant d'ostracisme le vin populaire, ce que n'ont pas fait nos voisins italiens avec leur vino de la casa, sont aussi responsables de ce qui arrive sur le marché français. En le privant de tout attribut valorisant ils en ont fait un vin anonyme, sans attrait. Alors les larmes de crodiles de certains me laissent sec.

Aux assises de la convivialité nous fêterons le vin populaire, celui que les hygiénistes veulent tuer, et messieurs les signataires vous êtes les alliés objectifs de ces gens là, qui se disent sans le dire, qu'un vin cher n'est pas à la portée de la première bourse venue, donc ça fabrique des abstinents. La vision à la Zola de l'ivrognerie et de l'alcoolisme des jeunes est obsolète. Ce n'est pas moi qui le dit mais le patron de la MILDT. Bon je pars en voyage. Mes chroniques sont écrites pour les trois prochains jours... A bientôt...

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents