Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 00:16

 

Oui j'oz l'avouer
dokteur
gé peur
peur d'être démaské.
Cé le drame de ma vie
la hantiz de mé jours zé de mé nuits.
Jfé zin komplex !
Passez-moi les kleenex !
Pourtant jme soigne, en vain
je blok dékil s'agit de kozer du vin.
Jveu dire kozer kom lé zexperts.
Jouer tel un virtuoz avek le vocabulaire.
Tenter de côtoyer lé Paganini de la dégustation.
Leur faire dé génuflexions.
M'envoler dans lé hautes sphères.
M'envoyer en l'air !
Etre un Dieu sur terre.
Avoir un nez de chien truffier.
Le regard acéré de Jacques Puisais.
La bouche ékuménik de toucé prélats.
Savoir tout ce ke je ne cé pas.
Cé dur
la kultur !
Moi jvoudrais bien faire bonne figure.
Os kour !
Ce poids devient trop lourd.
Gé honte !
Je raz lé murs de peur kon me règle mon kompte.
Vite faxez-moi l'adresse des dégustateurs zanonymes
ke je puisse confesser mé tares en un effort ultime.
Ayez pitié d'un povre pécheur
ki ne demande ka ax cédé à votre bonheur...

Partager cet article
Repost0
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 00:31

Monsieur le 1er Président, cher Philippe Séguin,

Je vous sais amateur de bonne chère et de bons vins. Vous êtes, comme on dit, un bon vivant. La première fois où je vous ai croisé c'était début juin 81, jeune bretteur de la droite, dans l'hémicycle de la nouvelle Chambre rose vous pourfendiez, avec talent et une belle dose de mauvaise foi, les nouveaux arrivants. L'eau a coulé depuis sous les ponts de la Seine. Des hauts et des bas en passant par un démâtage grave du côté de l'Hôtel de Ville : qu'étiez vous aller faire dans cette galère ? Depuis vous avez jeté l'ancre rue Cambon. Sous l'hermine vous voilà 1er juge des comptes de notre France dispendieuse. Vous devez vous y ennuyer ferme, l'ivresse du politique est une addiction incurable. C'est avec un réel plaisir que je vous ai vu lever votre verre, en compagnie de Catherine, chez Christies, lors de la soirée de lancement du n°spécial Vins du Point. Je vous ai salué d'un " bonsoir Monsieur le 1er Président..." qui vous a permis d'afficher votre sourire ironique.

Mais revenons à votre nouveau job. La Cour vient de publier le 8 février dernier un " rapport sur la politique sanitaire de lutte contre l'alcoolisme " 21 pages très conseiller référendaire maniant la toile émeri et l'eau bénite. Pour un non initié, je dois l'avouer, le pensum est assez peu digeste. Il y ai dit que l'Etat ne sait pas ce qu'il veut, qu'on a du mal à recenser les financements, que le système d'information sur l'alcoolisme est perclus de faiblesses ce qui rend illusoire les tentatives d'évaluation, que les actions d'information et de prévention reposant essentiellement sur une communication grand public, notamment sous forme de campagnes, est d'une portée réduite. Ecrit en français simple : c'est le foutoir, la gabegie et c'est inefficace. Par exemple " En 2003, la Cour relevait que l'ANPAA ne disposait pas d'un système interne de suivi de la gestion de ses activités locales. Un nouveau plan comptable a été mis en place au 1er janvier 2005 et vise à ventiler les dépenses de prévention et de soins, à consolider au niveau national les comptabilités des établissements locaux et à suivre leur activité au travers de tableaux de bord. Mais la mise en service de la nouvelle version du logiciel de gestion des patients annoncée dans la réponse du directeur de l'ANPAA aux observations de la Cour, a été retardée suite à des difficultés techniques..." Compétence vous avez dit compétence 4 années pour des prunes..." ça doit vous plaire cher Philippe Seguin de tancer la bureaucratie.

A mon tour d'être impertinent : pour faire simple, la Cour des Comptes c'est le service d'audit interne de l'entreprise France, un service de luxe bien sûr, vu le coût de ce beau monde. Mais ne chipotons pas, nous sommes un grand pays, et que le retour sur investissement soit quasi-nul, qu'importe ! L'important c'est que nos magistrats publics se piquent de juger, du haut de leur haute compétence sur tout et n'importe quoi, les politiques elle-même. Du fond d'un bureau, penchés sur leurs liasses, maniant avec aisance le politiquement correct, entonnant sans nuance des antiennes éculées du style " la réduction de l'accès à l'alcool, stratégie pourtant efficace pour en diminuer la consommation, n'a pas progressé " (merci de me faire parvenir les sources), nos procureurs à charge feraient bien de réclamer haut et fort des enquêtes lourdes sur les réalités de l'alcoolisme de la France d'aujourd'hui. Le fléau de l'alcoolisme mérite mieux que ce brouet convenu simple écho du sanitairement correct. Quelques économies sur les campagnes dispendieuses et inefficaces ajoutées à une saine gestion des zinzins, l'ANPAA par exemple, dégageraient sans nul doute des moyens pour ce travail de fond.

En vous remerciant par avance, monsieur le 1er Président, d'avoir supporté ma prose alcoolisée, je vous prie de croire à mon entier et actif dévouement à la cause d'une bonne gestion des deniers publics et à mon engagement sincère à tout ce qui fera régresser l'alcoolisme qui est la pire contre-publicité à l'égard du divin nectar que je défends avec mes petits moyens. A vous revoir autour d'un verre pour aller au-delà de ces quelques mots. Bien à vous.

Jacques Berthomeau

  

Partager cet article
Repost0
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 00:15

Saviez-vous que celui qui a conçu chez Apple le look de l'ipod et, avant cela, de l'iMac et de l'iBook, est un anglais de 39 ans, Jonathan Ive ? C'est un type discret, doué, qui recherche des influences inhabituelles pour ses réalisations. Avant d'être chez Apple, dans un bureau de design londonien, Tangerine, pour concevoir un nouveau mobilier de salle de bain, il achète des livres de biologie marine, qu'il étudie pour trouver des influences dans la nature. Pour moi c'est un dessinateur d'horizon. " Il sait mieux que quiconque ce que nous allons avoir entre les mains d'ici cinq ans " dit de lui un de ses confrères. Alors, ce matin, pour enfoncer le clou dans mon petit espace de liberté, je vous offre des extraits d'un texte de Christine Cayrol sur Picasso et l'innovation (L'intelligence sensible Village mondial, pour les assidus j'ai déjà publié un texte d'elle : la culture, Saint-Emilion ou Coca-Cola ?)

Rester soi-même tout en ne restant pas le même

" On peut seulement travailler contre. même contre soi. C'est très important. La plupart des peintres se fabriquent un petit moule à gateaux, et après, ils font des gâteaux... Toujours les mêmes gâteaux..." Pablo Picasso

 "(...) le pire ennemi d'un être, d'un couple, d'une équipe, d'une entreprise, c'est l'inévitable répétition. Or cette peur qui est en même temps une force se donne sur un mode exacerbé et presque pathologique chez Picasso. L'enjeu Picasso c'est celui-là même de tout organisme vivant, et il s'applique particulièrement aux entreprises. Celles qui ont réussi à se forger une identité forte, à mobiliser des compétences incontestables, à faire vivre une mémoire soucieuse de conserver la force de la marque, de la maison, du produit, se trouvent confrontées à la nécessité de se renouveler et de répondre aux sollicitations du monde extérieur. Autrement dit, comment rester soi-même tout en ne restant pas le même ? L'inquiétude du peintre ici stigmatise ce qui devrait être l'interrogation de toute organisation, de toute vie...
(...) Picasso n'a cessé de casser les moules dont il disposait et c'est ce geste systématique de transgression qui permet de le définir.
Pour innover il faut sans doute commencer par sentir de quels moules, codes, dogmes nous sommes plus ou moins consciemment prisonniers, et utiliser nos compétences pour fuir la pensée dominante : alors même que l'on manie parfaitement la technique impressioniste et pointilliste en vogue, se décider à peindre en bleu. Qui sommes-nous, où sont nos douleurs, nos joies, nos lieux de vulnérabilité et d'émotion ? La création appartient aux êtres qui ne peuvent se dispenser de puiser en eux-mêmes les sources de l'innovation."

à suivre...

ci-dessous tableaux de la période bleue 1895-1903 après la mort de Cagermas

Partager cet article
Repost0
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 00:04

 

 

Quand nous discutions, et surtout lorsqu'elle se passionnait, Marie jouait en permanence avec le troisième bouton de ses corsages ; j'adorais ce geste léger, instinctif. Voulait-elle le défaire ou vérifiait-elle qu'il fût bien en place ? Balancement ou équilibre, je fixais le jeu de son pouce et de son index avec volupté. Parfois, dans le feu de la conversation, la barrière du troisième bouton tombait, les pans du corsage s'entrouvaient, découvrant la naissance de la gorge de ses seins.  Je la désirais alors, avec une force brutale que je réfrénais. Souvent je me levais pour lui caresser la nuque. Sentir au bout de mes doigts le grain si fin de sa peau m'apaisait. Transfuser de sa chaleur adoucissait le tranchant de mon sexe de silex. Marie attrappait ma main. Je la laissais me guider. Elle me disait, " Benoît, m'aimeras-tu quand je serai vieille et que mes seins seront des petites pommes ridées ? " En enveloppant dans le creux de mes mains ses seins je lui répondais " nous ne serons jamais vieux ma belle car nous veillirons ensemble..."

Nos parents, les miens surtout, nous avaient élevé dans la   diabolisation de la chair, le plaisir érigé en péché et maintenant, après ce mois de mai de tous les excès, nous étions étiquetés comme les enfants de la libération sexuelle, et dieu sait que nous allions traîner ce boulet dans les temps futurs, mais il nous restait encore des traces de notre éducation rigide. Nous n'abordions que rarement ce sujet, notre harmonie suffisait, le mot fidélité s'ancrait naturellement dans notre manière d'être. Pour ma part, libertin repenti, j'appréciais l'intensité de notre vie à deux. Marie comblait tous mes vides. Elle me protégeait de mes démons. Je n'imaginais rien d'autre que la vie avec elle. Sur cette miette d'île, je travaillais, elle peignait, nous lisions dans notre lit jusqu'à des heures avancées, je m'appuyais sur elle, Marie me déliait, Marie me bordait, Marie m'aimait, je l'admirais, elle me haussait, je l'adorais, avec Achille nous arpentions la côte sauvage en nous disant que nous aurions vite des enfants.  

A partir du 18 août, les 200 000 soldats et les 5000 chars du Pacte de Varsovie allaient étouffer les premiers bourgeons du printemps de Prague. L'opération Danube réprimait brutalement dans le sang le peuple de Prague qui n'avait que ses mains et son courage à opposer aux tankistes soviétiques, qui, sur les photos, semblaient tout étonnés de ne pas être accueillis par des jeunes filles aux bras chargés de fleurs. Ils sont jeunes eux aussi mais les pré-séniles du Kremlin n'ont que faire du sang neuf, ils préfèrent l'épandre dans les caniveaux de Prague. Marie et moi nous pleurons. Nous pleurons de rage en écoutant le silence assourdissant des dirigeants communistes français. Fort des voix populaires, ces couards, insensibles aux cris de liberté, ces merdes suffisantes, ces intellectuels émasculés, vont jouer la comédie de la protestation officielle. Ils deviendront le parti de Georges Marchais, tout un symbole du dévoiement d'hommes et de femmes confinés dans leur bunker de la place du Colonel Fabien. Ils sont morts, jamais plus ils ne pourront parler en notre nom.

Partager cet article
Repost0
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 00:12

Avant l'irruption de Marie dans ma vie j'adorais me glisser dans la peau du libertin. Dans ces temps où le péché de chair pour les filles gardait un goût de fruit défendu, conduire hors du sentier balisé l'innocente victime, la séduire, l'amener dans ses filets, procurait des émotions fortes. Faire oeuvre de séduction pour un libertin c'est suivre un plan déterminé, avoir un projet. Tout est dans l'avant, la traque, l'attente, la jouissance suprême de voir la caille innocente s'engager sur le chemin de l'abandon. Le libertinage est cérébral, on y manipule le coeur humain, on y est patient, calculateur. Se contrôler, ne pas céder à la passion, éviter l'écueil de l'amour forment l'armature froide du projet libertin. Dans ce jeu cruel, où la victime devient très vite consentante, l'important pour le libertin est de ne pas être conduit à son insu là où il n'a pas prévu d'être. Toute la jouissance vient de ce contrôle sur ses actes, ses sentiments, ses pensées et d'exercer sur l'autre un empire total. Comme dans un jeu d'échecs il faut toujours prévoir le coup d'après. Mais une fois l'acte accompli l'angoisse du vide vous saisit. On n'est plus qu'un animal à sang froid.

Comme dans les Liaisons Dangeureuses j'avais levée, en mon pays,  ma Mme de Tourvel. Femme mariée, aux yeux de biche effarouchés à peine masqués par sa voilette légère de pieuse se rendant à la messe du matin. Jeune, très jeune prisonnière de la couche d'un barbon ventru et moustachu, au portefeuille épais, pour moi ces messes matinales ne pouvaient être que le change donné à sa sèche et impérieuse belle-mère. Il me fallait donc me placer sur son chemin avec une régularité qui attiserait sa curiosité. Ce que je fis sans jamais lui adresser autrechose que des regards appuyés. Après avoir baissé les yeux puis sourit sous son manteau je pressentis qu'une révolution s'opérait. Elle devait, avant son départ du domicile conjugal, ruser, se donner des frayeurs extrêmes. Restait pour elle à franchir une nouvelle étape : me donner le premier signe de sa soumission. Le printemps à cette vertu que les matins y sont souvent tendres. Ce matin-là, sa trajectoire ordinaire s'incurva et la belle, d'un pas vif, gagnait la place des tilleuls. Dans ma ligne de mire, elle posait le pied sur un banc de pierre dévoilant une jambe galbée d'un bas de soie. Imperméable à sa volupté j'exigeais d'elle plus encore. Ce qu'elle fit. Sous un imperméable mastic, perché sur des hauts talons, elle me présenta avec des yeux implorants sa nudité. Nos amours dans les prés hauts de Bibrou furent catastrophiques, elle attendait, soumise, ma jouissance, alors que c'était la sienne que je voulais.

Marie m'ota ce carcan de froideur. Moi le silencieux, le garçon qui tient tout sous contrôle, je me laissais aller à lui dire mes peurs et mes faiblesses. Cet abandon je le devais à l'absolue certitude, peut-être que le temps m'aurait démenti, que jamais Marie ne retournerait ces armes contre moi. Nous étions si différents, nos origines étaient aux antipodes, mais notre nous s'érigeait sans question, avec naturel. Elle me donnait la chance de m'aimer moi-même, de me départir de mes hautes murailles. Jamais nous ne faisions de projets. Nous vivions. A chaque moment, seuls ou ensemble, nous inventions notre vie. Tout ce j'écris semble idyllique, une reconstruction du passé idéalisée, alors que nous eumes des orages, des divergences mais ce ne furent que des scories dont nous avions besoin de nous débarasser. J'abordais notre vie à deux avec dans ma besace de jeune homme rien de ce qui encombre les gens de mon âge : tous ces désirs refoulés qui le jour où la flamme décline resurgissent à la surface.

  

Partager cet article
Repost0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 00:02

Voici deux petites histoires, deux jolies petites histoires courtes pour commencer la journée avec un sourire. 

" Juste après le déluge le plant de vigne s'étirait sans cesse, épuisant sa sève à nourrir des gourmands, sans bénéfice pour l'homme. Lorsque l'âne, en descendant de l'arche, pénétra dans l'enclos de Noé, il se précipita sur les tendres rejets pour les brouter avant que de se faire chasser par le gardien du lieu.
Le scénario se renouvela plusieurs fois au cours de l'hiver et au grand étonnement du vigneron, les ceps attaqués par l'animal poussèrent au printemps avec beaucoup plus de vigueur et se couvrirent de raisins à la différence de ceux qui avaient été épargnés par les dents de l'animal.
Voilà comment les hommes, instruits par l'exemple de l'âne, furent amenés à tailler la vigne. "

Paul Delarue dans Le folflore vivant Cahier n°1 éditions Elvézir 1946  

" Noé avait emporté sur l'arche un sarment de vigne, et, quand le déluge cessa, et que, l'eau commença à décroître, Noé voulut mesurer la profondeur de l'eau dessous la barque. Il enfonça sous l'arche le sarment de vigne qui resta coincé dans la vase en haut de la montagne. Si la vigne donne de si bons vins au sommet des montagnes c'est parce que Noé y planta le premier cep. Les cépages de vignes, comme ceux du Tokay viennent du sarment de Noé et c'est pourquoi ils sont si fameux et si réputés.

La Bible paysanne Contes et légendes traduit du Hongrois éditions Bayard

Partager cet article
Repost0
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 00:18

Les " tontons flingueurs " dégainent à nouveau ! Dans une déclaration publiée dans le quotidien " Libération " du 22 janvier les promoteurs de la loi Evin montent à l'assaut pour demander un engagement des candidats à la Présidence sur la sécurité sanitaire. Arguant de leur combat immémorial, ces auteurs du rapport sur la prévention à l'origine de la loi de 1991, déclarent " Pour l'alcool, il faut revenir aux propositions de 1988 sur la publicité qui ont fondé la loi de 1991 et interdire sa promotion sur des supports qui s'imposent aux enfants (affichage, radio). Il faut aussi indiquer la quantité d'alcool contenue dans un conditionnement, renouveler les messages sanitaires et supprimer le Conseil de la modération et de la prévention. Sa composition exprime plus une forme de soutien psychologique à la viticulture en crise qu'une volonté de réflexion sur le contenu des messages de prévention ". 
Emballé c'est pesé, circulez y'a rien à voir et à quand, messieurs les professeurs, l'élaboration d'un protocole compassionnel pour les pauvres viticulteurs en phase terminale ? 

Au cours des discussions qui précèdèrent l'élaboration du projet de loi dit Evin, à notre demande, trois de ces messieurs, Got, Tubiana, et Hirsch je crois, avaient accepté de dîner à la table du Ministre de la Santé avec des représentants de la viticulture emmenés par le président de l'INAO. J'y étais, avec Jean Nestor le dircab d'Henri Nallet. Les échanges furent courtois. Ces messieurs apprécièrent les vins. Nos représentants du vin ne furent guère brillants. Les éminents professeurs leurs concédèrent que le vin n'était pas vraiment leur coeur de cible mais que, las d'être roulés dans la farine par les grandes sociétés de spiritueux et les brasseurs, ils avaient décidé de leur déclarer la guerre tout azimut, que le vin ne pouvait être épargné, et d'ajouter, que cette guerre ils la gagneraient, forts de l'appui de l'opinion publique.

Le grand feuilleton de la loi Evin était sur les rails. Ces messieurs, en dépit de leur arrogance de professeurs de médecine et de leurs certitudes à deux balles, ont perdu une bataille : celle de la lutte contre l'alcoolisme. Croire qu'interdire ou cadenasser la communication constitue un axe fort d'une politique de prévention et de protection de la jeunesse est une illusion. Leur analyse date. Ils vivent dans leur monde. La jeunesse est un âge de la vie où l'on transgresse, on s'oppose, on se différencie. Bref, la politique du cachez-moi ce sein que je ne saurais voir est une pure tartufferie. Mais revenons à la remontée au créneau des croisés. Je sens monter le courroux dans le monde du vin : trop c'est trop ! La colère est mauvaise conseillère. Monter au pas de charge, bannière au vent, contre les chars des biens-pensants du sanitairement correct nous conduirait, comme d'habitude, à recevoir un choc en retour plus brutal encore. Alors, que faire ? Pratiquer la politique de la non-violence, le déjeuner sur l'herbe des convives, adhérer massivement au grand mouvement convivial du pique-nique, venir dans la ville offrir le spectacle du bien-vivre. Face à un tel mouvement du peuple, nos ayatollahs seront désarmés car, croyez-moi, nous n'avons pas perdu la guerre mais, de grâce, cessons de leur fournir des armes qu'ils tourneront contre nous.

C'est toujours lepiknik-demonik@hotmail.fr ou 06 80 17 78 25 (attention pour l'adresse c'est point fr) alors au lieu de ronchonner, de se plaindre, de s'autocélébrer entre nous, bougeons-nous !

Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 00:38
" Mercredi 24 janvier, Laurent Bazin journaliste à i>TELE, a annoncé qu'il fermait son blog ouvert il y a seulement trois mois. Celui-ci avait pour ambition d'être un lieu de liberté de parole et d'échange avec les internautes. Cette belle entreprise s'est avérée "impossible" à poursuivre, sans risquer de mettre en péril la carrière du journaliste. Laurent Bazin doit pour sa tranquillité, rentrer dans le rang. Un micro-évènement pour le moins inquiétant "
extrait de l'article de Taïké Eilée Agora Vox

Voilà, c'est déjà fini " il m'est impossible de continuer l'exercice de transparence que je m'étais imposé le 16 novembre dernier en entamant ce dialogue avec vous. Je réalise aujourd'hui, sans doute trop tard, qu'en vérité on ne peut pas "tout publier". Formidable naïveté de ma part, presqu'inquiétante, diront certains, après vingt ans de métier..." écrit Laurent Bazin dans son dernier blog.

Laurent Bazin j'ai découvert son visage franc et souriant sur LCI en 2004. Jamais agressif, toujours courtois, aimable mais ferme, il poussait ses interlocuteurs à aller à l'essentiel. Et puis il est parti sur Europe 1 et c'est au cours de cette période que je l'ai croisé, un verre de vin à la main, à la soirée de lancement du n° spécial Vins du Point. Nous avons papoté. Je lui ai dit tout le bien que je pensais de sa manière d'exercer son métier. Il a esquissé un léger sourire et, un peu gèné par mon compliment, il m'a simplement dit merci. L'homme en chair et en os respirait la simplicité et une formidable santé. Sa déclaration est à son image et je la trouve émouvante. Alors, de mon petit espace de liberté à moi, je te salue Laurent Bazin, chapeau bas. Tu as osé. Tu as du ployer. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Mettre à nu le vrai, porter le fer dans la plaie, malgré les risques et les pressions, c'est s'exposer à la main inflexible des puissants. Mais " sans la liberté de blamer, il n'est point d'éloge flatteur "

Ce qui me trouble le plus dans cette affaire c'est lorsque Laurent Bazin explique qu'il s'est heurté à ses propres confrères : " Ce sont mes confrères qui ont le plus souffert " Il en a ainsi blessé certains, exaspéré d'autres, et déclenché la colère des derniers. Sans me hisser au niveau de notoriété de Laurent Bazin, je sens dans les réactions de certains professionnels (ceux qui me contactent directement sans que leurs réactions soient publiées en commentaires) que j'éveille dans mes rubriques les plus engagées les mêmes sentiments. C'est la loi du genre. Le je est redoutable, et je l'assume. Le reproche de tirer sur tout ce qui bouge, de ramener tout à mon point de vue m'est fait. C'est faux. Je concède l'utilisation de titres parfois raccoleurs mais c'est le jeu des mots clés de la toile. Pour le reste je prends mes responsabilités. J'admets et sollicite la contradiction. Elle n'est guère vivace. Quand au reproche de ne pas être dans l'action, il est irrecevable puisque si je n'y suis pas c'est que ceux qui m'en font le reproche ne le veulent pas. Je continue car mes statistiques de lecture progressent chaque mois : plus de 8000 visiteurs uniques en janvier et 29 000 pages lues. Merci pour votre fidélité. Dans mon pays j'ai trop souffert des échines courbées pour me départir de ma manière d'être, libre mais respectueuse des avis de chacun...

Partager cet article
Repost0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 00:04

SIDNEY (ATS)
Face à une sécheresse historique, les Australiens n'auront pas d'autre solution que de boire leurs eaux usées recyclées, a averti le Premier Ministre John Howard. La plupart des grandes villes ont déjà dû prendre des mesures de restriction d'eau.
Commentant une décision de l'Etat du Queensland (nord-est) de faire boire des eaux usées traitées, le chef du gouvernement conservateur a déclaré : " Je suis tout à fait favorable au recyclage, je défends cette solution depuis longtemps.
M.Howard a félicité le 1er Ministre du Queensland, Peter Battie, qui a décidé de recycler les eaux usées dès l'année prochaine, malgré la contreverse suscitée. M.Battie a renoncé à tenir un référendum sur la question prévue en mars.
Peter Battie a justifié sa décision par le fait que le niveau des barrages, d'une faiblesse jamais atteinte auparavant, ne laissait aucune alternative à son gouvernement.

 

 

 

 

CALIFORNIE
Une équation économique idéale

Cette immigration (1) est attirée par une forte activité économique, elle-même soutenue historiquement par... uneforte immigration. L'économie californienne est importante dans trois secteurs : l'industrie avec le secteur militaro-industriel et aérospatial américain (Douglas, Hughes Electronics, Rokwell) ; l'agriculture (aucun autre Etat n'a une production agricole aussi élevée : fruits et légumes, vins de la Nappa et de Sonoma Valley, coton, luzerne, élevages stabulés : les feeds lots, véritables usines à viande) ; et le tourisme, les médias (Hollywood), l'informatique (Silicon Valley) et le commerce facilité par le fait que le plus grand port américain est californien. Le complexe Los-Angelès-Long Beach est le premier port américain, il a dépassé New York de trois fois par le tonnage ; Los Angelès est aussi la troisième porte d'entrée aérienne du pays après Atlanta et Chicago.
La Californie est donc en position d'interface entre les USA, le monde latino-américain, et les mondes de l'Asie et du Pacifique. C'est l'une des explications de sa position tout à fait éminente aux USA.
Si cette équation économique est idéale, l'équation géographique, elle, ne tient plus.

Une équation géographique dépassée

Ce développement souvent présenté comme "exemplaire" s'est fondé, depuis les années 1900, sur un bouleversement radical de l'ordre naturel. Car pour faire fonctionner villes, industries, agriculture, il a fallu aller chercher de l'eau très tôt et très loin.
Aujourd'hui, 20 millions de Californiens dépendent de ressources hydrauliques extérieures et les capacités de croissance future sont gagées, d'abord sur les besoins des agriculteurs et enfin sur des ressources situées derrière les grands barrages du Colorado. Tout cela ouvrant sur des conflits d'usage entre les compagnies des eaux, les écologistes, les agriculteurs, et le pouvoir fédéral qui doit arbitrer.
Par exemple, la prospérité de la filière agro-buiseness (2) repose sur une main d'oeuvre bon marché, et bien formée, d'origine mexicaine. Mais aussi sur l'eau bon marché, les travaux d'infrastructure étant financés par l'Etat californien ou l'Etat fédéral, soit dans les deux cas par le contribuable !
En résumé voici un Etat suspendu aux chutes de neige dans la Sierra Nevada, et au taux de remplissage des réservoirs du Colorado. La Californie a tiré sur le fleuve bien plus que son quota autorisé, simplement parce que l'Arizona et le Nevada n'utilisaient pas leurs propres quotas. Or, ces "droits de tirage spéciaux" viennent à leur terme avec le développement de Tucson, de Phoenix, de Las-Vegas, autant de villes qui consomment désormais tous leurs quotas sur le Colorado (...)

Extraits de l'Atlas géopolitique Le Dessous des Cartes JC Victor Arte éditions Taillandier pages 231-232

(1) la Californie accueille 30% de l'immigration et c'est l'Etat le plus multiethnique avec 47% de blancs contre 69% en moyenne nationale.
(2) les agriculteurs consomment 80% du volume d'eau à eux seuls 


Comme diraient nos démagogues ruro-zé-viticols : nos concurrents yzont que dèzavantages, padeproblèmes, zycoulent des jourzeureux sur le long fleuve sauvage du libéralisme, alors kenou pauvredenou sanlécopo nouzavons le moralazéro... Faut sortir les gars pour voir skiss passe zailleurs ! Je sais bien que vouzète-trèzoccupés zaoccuper voboburos mais lire un ptichoua vouzokuperait pabokou  www.arte.tv/fr/histoire-societe/le-dessous-des-cartes/392.html et ça vouzéviterait d'entonner toujours les mêmes zantiennes zéculées qui ne font plus rigoler personne ...  

Partager cet article
Repost0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 00:11

Dans une chronique du journal Le Monde du jeudi 1er février, Ecofrictions, la journaliste Laetitia Clavreul, écrit que selon l'étude ISWR/Vinexpo " d'ici trois ans, les USA passeraient premier consommateur mondial, devant la France, et les échanges commerciaux progresseraient de 15 %. Pour en profiter, la France devra inverser la tendance : de 2001 à 2005, elle est la seule à avoir vu ses exportations baisser - de 12,4 % - quand l'Espagne gagnait 40 % ou l'Australie 64 %.
Comment ? En se battant " à armes égales " avec les vins du Nouveau Monde, bien plus compétitifs, répondent les responsables français. Autrement dit, en copiant les méthodes qui ont fait leur succès... " 

Manichéisme à la française, absence d'analyse sérieuse des éléments de la compétitivité, on réduit la percée des vins dit du Nouveau Monde à des méthodes originales qu'ils nous suffiraient de copier pour regagner des parts de marché. Permettez-moi de m'insurger face à un tel simplisme. Les méthodes n'ont rien d'originales, elles sont celles appliquées dans l'agro-alimentaire par Danone, Bongrain, Bonduelle et consorts. On peut le regretter mais le challenge mondial, pour ce type de vins, se situe à ce niveau et pas seulement dans la mise en oeuvre de copeaux ou la mise en place administrative de Vignobles de France. A-t-on oublié que si nous en sommes arrivés là c'est que nous avons refusé de gérer les vins d'en bas du plus grand vignoble généraliste du monde ? Haro sur la quantité produite à l'ha, le salut ne viendra que par les petits rendements, tout le monde sous la même toise et la viticulture nationale triomphera. Et les viticulteurs vivent eux de l'air du temps sans doute. 

C'est d'une stupidité confondante. C'est surtout le refus d'appliquer, comme le font si bien les Champenois, avec leur kilo de raisin, un process industriel à la ressource. De la rigueur, du raisin adapté au type de vin souhaité par le concepteur de la marque. Ce n'est pas du cousu main, mais du prêt-à-porter de qualité. Ce que le plus grand nombre achète en acceptant de payer un prix qui permet de conforter la marque. Bien sûr ça fait pleurer de rire les bobos de tout poils que des mecs ou des nanas achètent de l'Hugo Boss ou du Max Mara alors qu'eux y zont leurs petits créateurs qui leurs mitonnent des trucs payés au prix du caviar mais qu'on ne voit pas sur le cul de tout le monde. Moi aussi je préfèrerais rouler en Bugatti que dans une Renault assemblée en Slovénie. Mais me dira-t-on le vin n'est pas... Ok, d'accord, alors tirons le rideau de beaucoup de coop et allons nous plaindre ailleurs. De toute façon ce sera de la faute de l'ultralibéralisme de Bruxelles qui ne nous comprends pas nous les français qui savons tout et sommes les lumières qui éclairent un monde peuplé d'obscurantistes.


Bref, ce dont a besoin le Vignoble de France c'est d'entrer dans une nouvelle ère, d'imaginer de nouvelles relations entre ceux qui détiennent la ressource et ceux qui la vendent. L'espace de liberté ce n'est ni l'économie de cueillette de type Languedocien, ni la mise sous intégration de type poulet breton, mais la construction d'un corps de règles simples : ce pourrait-être une marque privée appartenant aux grands metteurs en marché, ceux qui exportent - car n'oublions pas la finalité de cette nouvelle donne : créer des marques mondiales en dégageant de la valeur pour les faire vivre - qui garantirait aux acheteurs que ce nouveau produit est à la hauteur des ambitions affichées par ses promoteurs. Sans cette rigueur à l'australienne sur la ressource, sa valorisation, le gagnant-gagnant producteurs-faiseurs de marque, tout ce qui est présenté comme du copiage pour gagner débouchera sur notre mise hors-jeu. 


Assez de déclarations présidentielles pour ou contre, de réflexions désabusées de type Robert Skalli ou de bourrage de mou de soi-disant marketeurs géniaux qui inventent le fil à couper le beurre mais tendent surtout leur sébille pour recueillir des picaillons. Au boulot les mecs ! La réussite champenoise ne s'est pas bâtie en un jour. C'est au pied du mur qu'on juge le maçon dit l'adage populaire. Moi qui ne suis qu'un soi-disant architecte demi-solde, rien qu'un plumitif qui noircit des écrans, j'attends avec grand intérêt le passage à l'acte...

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents