Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 00:01

 

Lors d’un dîner champêtre, alors que nous dégustions en apéritif un excellent Crémant de Limoux, un importateur belge me faisait remarquer, alors que je lui parlais de la croissance du marché des effervescents, que pour ces vins le consommateur considérait que le seul Champagne pouvait tout se permettre en terme de positionnement alors que les autres effervescents, en dépit de leur qualité intrinsèque, devaient se contenter de « jouer » sous le plancher des prix champenois. La conséquence de cette césure radicale est que bien sûr un écrasement de l’échelle des prix, pour les crémants par exemple qui peinent sous la barre des 10 euros. Dur à avaler. De retour à Paris j’ai donc décidé d’aller fouiner dans le rayon vins effervescents de 5 enseignes de la Grande Distribution : Franprix et Monoprix tout près de chez moi, Champion et Hyper Casino à quelques encablures de mon appartement en aval de la Place d’Italie et enfin Le Carrefour de la Porte d’Auteuil qui est connu pour avoir une belle cave. Pour ne pas disperser mes observations j’ai choisi de m’intéresser qu’au brut et j’ai exclu les marques de distributeur qui se contentent de sucer les roues des marques leaders. Dans chaque magasin j’ai repéré le Champagne 1er afin de fixer la référence haute pour les autres effervescents.

CHAMPAGNE
le moins cher : entre 14 euros chez Casino et 11,32 à Franprix, le prix moyen s’établit à 12,50 euros. Ce sont des marques de fantaisies.

1 - Le cul du peloton des champagnes, donc, par ailleurs assez peu représentatif du bas de la gamme des champagnes où beaucoup de produits tournent autour de 20 euros, est donc largement hors de portée des outsiders issus des effervescents AOC.

Le produit le plus proche : Bulle de Blanquette 1 (Casino) est à  8,95 euros soit un ∆ de 3,50 euros. Suivent Louis Bouillot Crémant de Bourgogne (Monoprix) à 7,95 euros et Jaillance cuvée exceptionnelle Clairette de Die (Casino) à 7,40 euros.

À noter que lors d’un passage chez Biocoop j’ai relevé que le Crémant de Bourgogne 11,38 euros, la Clairette de Die 11,34 euros et la Blanquette de Limoux 8,54 euros et que l’écart avec le premier prix des Champagnes 22 euros ne se démarquait guère de ce qui suit.

2- Le peloton des effervescents AOC s’étage entre 7 et 4,50 euros :

Le Crémant de Bourgogne : ses prix tournent autour de 7 euros et sont assez resserrés autour de la marque de JC Boisset Louis Bouillot.

Le Crémant d’Alsace : ses prix tournent autour de 6,50 euros avec une fourchette plus large avec des marques tirant le produit vers le haut Wolfberger, Metz.

La Blanquette de Limoux : essentiellement représentée par la marque Aimery (Sieur d’Arques) ses prix tournent autour de 6 euros mais elle n’est présente que dans 2 enseignes Casino et Carrefour.

La Clairette de Die : elle aussi représentée par une marque Jaillance ses prix sont sur un axe 5,5 euros + mais elle est plus présente (partout sauf Franprix) et un facing plus important assez bien identifiable sur le linéaire du fait d’un étiquetage tranchant sur les codes habituels.

Saumur : fourchette de prix assez large 4,20 à 6,60 l’axe des prix s’établit autour de 5,20 euros.  Une marque Akermann est bien représentée dans le haut de la fourchette.

Vouvray : se situe dans le même niveau de prix que l’appellation précédente mais sans écarts significatifs. Akermann toujours très présent.

Touraine : essentiellement représenté par la marque Blanc Foussy les prix sont sur un axe de 5 euros +

Crémant de Loire : très présents mais avec un grand écart de prix de 4,14 à 6,58 l’axe des prix se situe autour de 4,50 euros.

À noter que dans ce peloton la présence du Cava de Freixenet Cordon Negro qui se situe en terme de prix autour de 5,50 euros.

3- Le petit peloton des marques de Mousseux pédale tranquille en se calant sur des prix tournant autour de 4 euros avec une hiérarchie, parfois troublée par les promos, qui s’établit ainsi : Kriter, Charles Volner et Café de Paris.

4- Le groupe des avant-derniers où l’on retrouve beaucoup de Veuves se cale sur le prix de Muscador qui tourne autour de 2 euros. À noter, pour ceux qui ont fait croire que la mention du cépage était leur propriété que, ce mousseux à deux balles, lui en fait état : cépage Muscat (ça va de soit) en toute légalité et depuis belle lurette.

5- Les proches de la voiture-balai traînent leurs gros culs en bas du rayon avec des prix chatouillant l’euro avec effort suprême chez Carrefour un Sire de Beaupré à 0,99 euro.

Ce qui m’étonne dans tout ça c’est que j’entends partout dire que la Champagne ne produit pas assez de raisins pour satisfaire ses marchés alors moi je me pose la question : pourquoi ne pas faire du « bon » champagne avec les raisins qui font du champagne bas de gamme ? En clair, est-il vraiment nécessaire pour ce beau produit de se vautrer dans des prix indignes de son prestige ? Ça ressemble comme 2 gouttes d’eau aux châteaux de Bordeaux à 1 euros du temps de la crise (quelle crise ?) Bien sûr, on va me rétorquer que c’est la faute à la GD qui veut allécher le gogo avec des champagnes à 12 euros. Mais alors, si je comprends bien, tous ces acheteurs de la GD qui se prennent pour des œnophiles de haute volée ne sont que des faiseurs de miracles qui amusent la galerie. Franchement, face au mur de grosses boutanches à muselet je me disais : qu’est-ce qui font au juste ces gars-là à part terroriser les plus faibles et copier les marques ? Bref, l’épicerie est un métier que ces mecs-là ne savent plus exercer correctement. L’obsession du prix bas si elle conduit à vendre, sommes toute cher, un produit qui est un premier prix, qualitativement médiocre souvent, alors que l’on pourrait proposer au consommateur pour un prix équivalent un beau produit, me semble être la négation de la base du métier d’épicier, en l’occurrence ici de caviste à grande échelle, qui consiste à proposer le meilleur produit au meilleur prix : « madame Michu plutôt que ce petit Champagne prenez-donc cet excellent Crémant de… »

Je sais les consommateurs sont des veaux qui veulent péter plus haut que leur cul mais, convenez-en, chers « amis » de la GD vous ne vous cassez pas beaucoup la nénette pour mettre en avant les « outsiders ». Ceux-ci d’ailleurs pourraient, au lieu de pédaler chacun dans sa petite appellation, s’unir pour un travail de fond visant à élargir le marché et faire gagner de la notoriété à ces produits que beaucoup de français rangent facilement dans la catégorie infâmante des mousseux (sous entendu le truc qu’on gagne au stand de tir à la foire du Trône). Pour ce qui touche l’exportation je vais avancer une « horreur » : pourquoi diable les grandes entreprises champenoises « méprisent-elles l’apport, de haut niveau qualitatif, de ces bulles « roturières » ? Je rêve d’une grande entreprise française « multibulles » occupant tout l’espace offert par le développement des Sparkling sur beaucoup de marchés extérieurs. Si ça donne des idées à certains, je suis preneur ! Reste, pour compléter mon panorama à lancer un appel à nos amis les grands dégustateurs qui passent leur temps à s’extasier sur les « grands champagnes » : à quand une grande dégustation réunissant toutes les strates des effervescents ? Pour le consommateur lambda ce serait faire œuvre utile. Je veux bien exclure du panel les trucs à 1 euro, style Sire de Beaupré, mais je serais curieux de voir où se situeraient les marques du modèle Kriter qui sont un « modèle économique » intéressant ou qui devrait intéresser nos amis producteurs en terme de valorisation de certains de leurs raisins.

Serais-je entendu ?

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 00:02

Pour moi Paris-Nice c’était, quand j’étais en culotte courte, une course cycliste de début de saison qui ne partait jamais de Paris mais qui arrivait quand même à Nice. En ce temps-là je suis monté à Paris mais je ne suis jamais descendu à Nice l’idée ne m’a même pas effleuré même si j’aimais bien le maillot de l’Olympique Gymnaste Club de Nice qui ressemblait à ceux des clubs sud-américains. Plus tard j’ai lu la saga de Max Gallo, l’écrivain qui écrit plus vite que les poules en batterie ne pondent, « La Baie des Anges » en 3 volumes puis, en 1981, j’ai croisé Jean-Hughes Colonna député niçois de la vague rose dans les couloirs du Palais Bourbon. Enfin, avec Henri Nallet je suis allé conclure et signer avec Philippo Pandolfi un traité franco-italien sur le vin dans l’ancienne préfecture du vieux Nice. Bref, je n’ai rien contre la ville de Nice et son aéroport gagné sur la mer mais, pour moi, elle est un peu le pendant d’Angoulême : Jacques Médecin et Jean-Michel Boucheron même combat via un petit séjour en Amérique du Sud.


Donc jusqu’à ces derniers jours je vivais fort bien ma vie de parisien privé de TGV terminus Nice lorsqu’on m’est tombé dessus pour me dire que nos grands ingénieurs des Ponts et Chaussées, sans doute lassés de parsemer la France profonde de giratoires aussi nombreux que couteux, avec leurs frères de sang d’un machin dénommé RFF (Réseau Ferré de France) qui est le nouveau gouffre de Padirac de la SNCF, sûrs et dominateurs, tiraient au droit une nouvelle ligne de TGV qui, m’écrit-on, va bousiller un beau paquet d’ha de vignes, défigurer le massif de la Ste Victoire et engendrer toute une série de joyeusetés qui accompagnent partout et en tout lieu le TGV. Très subtilement on me suggère que mon engagement sans faille pour le terroir me fait obligation de soutenir la pétition et que peut-être même qu’une lettre ouverte au PDG de RFF, un X Pont passé par Sciences-Po et ex-patron d’Aéroport de Paris. Pour ça je pourrais peut-être consulter le premier patron de RFF Claude Martinand, ingénieur général des ponts et chaussées qui dénonçait « la dérive technicienne de la SNCF » et qui, à propos du lancement des lignes à grande vitesse, déclarait en 1997 qu’il faudrait lui expliquer pourquoi le prix du kilomètre est passé, en francs constants, de 25 millions (TGV Sud-est) à 75 millions (TGV Méditerranée). Pas simple. Ancien communiste, véritable père de la loi sur les transports intérieurs (la Loti) élaborée alors qu'il était directeur de cabinet de Charles Fiterman, Martinand est un as de la dialectique.

Avant d’aller plus avant je vous dois une mise au point :

-         J’adore le TGV jusqu’à Avignon,

-         Je considère Nice – que les bons Niçois me pardonnent – comme un non-lieu, une sorte de cul-de-sac se jetant  sur une Promenade où y’a même plus d’Anglais,

-         J’ai toujours eu grand plaisir à faire la nique à nos grands ingénieurs des Ponts et Chaussées,

-         Je suis allergique aux pétitions donc vacciné (je m’en expliquerai tout à la fin),

-         Je pense que l’intérêt général doit toujours prévaloir sur les intérêts particuliers mais encore faut-il que celui-ci ne se résume pas dans la seule expression de la caste des Ingénieurs et que les enquêtes publiques soient réalisées dans la transparence et une réelle publicité auprès du grand public,

-         J’ai un goût immodéré pour les combats qui semblent perdus d’avance…

Je commence par les pétitions. C’est un truc très français : on se fait plaisir pour une efficacité très faible. L’Administration sait fort bien laisser du temps au temps, épuiser ses contradicteurs, diviser pour régner, attendre. La seule arme qui dérange ce monstre froid c’est le recours au Droit. Tous les grands projets sont truffés d’abus de droit, de non-respect des lois, de procédures bâclées, etc.
Au temps où j’habitais à La Chapelle-en-Serval, dans une magnifique forêt, j’ai, avec l’aide d’un ami Ingénieur, fait échouer un projet pharaonique de déviation 2x2 voies qui éventrait le massif sur 5km, gaspillait l’argent public, simplement en épluchant le dossier et en mettant en exergue les petits arrangements de la DDE avec le droit forestier. Le dossier est allé jusqu’à Matignon. Le préfet de l’Oise, ex-directeur de cabinet du Ministre de l’Intérieur Jean-Louis Debré, est venu en personne essayer de nous convaincre. L’Elysée nous a dépêché un émissaire car mon propriétaire était un grand collectionneur d’Art Premier. Les élus sont allés voir mon Ministre pour dénoncer mon action. Le puissant directeur des routes, Christian Leyrit (surnommé depuis en Corse le préfet brushing, il a quitté Ajaccio il y a quelques jours juste avant l'affaire) nous vouait aux gémonies. Dix ans après, lorsque je passe à la Chapelle-en-Serval je suis heureux en contemplant ma belle forêt et en constatant que le projet alternatif que nous préconisions par Plailly, dans la plaine, à la sortie de l’A1, est en route si je puis m’exprimer ainsi.

Donc, si j’ai un conseil à donner, moi qui ai pratiqué la haute-administration de l’intérieur et qui connais bien son mode de fonctionnement : les pétitions c’est sympa, les manifs aussi, mais dans la rude bataille rien ne vaut les armes lourdes du Droit. Un bataillon de bons juristes est bien plus efficace à long terme qu’une bordée de signatures et que plusieurs milliers de manifestants (je parle d’efficacité et non d’utilité). Enfin, il faudra qu’on m’explique comment une société comme RFF endettée jusqu’aux oreilles peut encore emprunter de l’argent pour ses projets pharaoniques ? Ne serait-ce pas du fait de la garantie de l’État, un État lui-même pas au mieux de sa forme dans ce domaine ? Ne continuons-nous pas de vivre un peu au-dessus de nos moyens ? Nous ne sommes plus au temps des chemins de fer mais à celui de la concurrence rail-aérien, rail-autoroutes, alors la notion de Bien Public et de l’utilité publique est d’une toute autre nature.
En vrac maintenant :

Avez-vous pensé à alerter cette chère NKM protectrice de l’Environnement qui, est-il utile de le rappeler après l’X a intégré le Corps des IGREF (le Génie Rural et les Eaux et Forêts) qui va fusionner avec celui des Ponts et des Chaussées dans le cadre de la fusion des DDAF et DDE ?
Puisqu’il existe me dit-on un puissant lobby de défense des AOC dénommé CNAOC et présidé par un proche voisin de Tavel, j’espère qu’il sera à vos côtés pour peser de tout son poids dans cette rude bataille ?
En écrivant cela je ne suis pas totalement innocent car dans ce type de bataille les décideurs publics sont à la fois sensibles à la pression de l’opinion publique et au poids de leurs électeurs. Dans le cas présent, il me semble évident que nos grands Ingénieurs de  RFF comme ceux de l’Équipement se soucient comme de leur première chemise des quelques hectares d’AOC sacrifiés, ils préfèrent le béton au terroir mais, qu’en revanche, en alliant un harcèlement juridique pertinent à une sensibilisation du grand public en jouant au-delà du localisme sur ce qui le touche vraiment : la Sainte Victoire par exemple, le projet pourrait subir les inflexions souhaitées. J’ai dans mon souvenir le sourire narquois et l’attitude condescendante du DDE de l’Oise lorsqu’il prit connaissance de notre dossier : combien de divisions ? Et pourtant ce cher homme fut, lui et ses services, battu en rase campagne (il s’en fichait un peu venant d’être nommé à la DRE de Corse). Même si j’adore m’engager dans des batailles incertaines, ce que j’aime par-dessus tout c’est le goût incomparable de la victoire. Alors, même si je suis un peu chiant avec mes conseils, mais c’est mon espace de liberté, je pense avoir répondu à ceux qui sollicitaient mon engagement.

 

Pour terminer cette déjà fort longue chronique quelques mots sur mon allergie vis-à-vis des pétitions. C’est la conséquence de ce que j’ai vécu dans mes jeunes années dominées par la toute puissance des tenants du marxisme : les communistes et leurs compagnons de route. Ne pas signer avec eux c’était être contre eux, et bien sûr être l'allié objectif de leurs adversaires, pur terrorisme intellectuel. La plupart d’entre eux sont aujourd’hui soit des repentis ou soit des renégats qui tiennent toujours le haut du pavé de l’intelligentsia parisienne qui refait le monde sur les bords de la Rive Gauche, la caste des intellectuels piliers du  Flore ou aux 2 Magots, ceux que les gens de droite dénomment dédaigneusement intellectuels « de gauche », gauche caviar ou bobo, rien que de belles âmes, rien que de beaux esprits qui squattent les plateaux télés, qui pondent des points de vue pour Libé ou le Monde, qui sont toujours prompts à se mobiliser pour des causes lointaines ou à signer des pétitions de soutien à X… ou Y…, en cet été c’est pour ou contre le vidage Siné de Charlie-Hebdo. Des circuits bien huilés existent avec des premiers signataires médiatiques, ceux qui sont en gros et en gras, qui attirent le menu fretin genre prof de philo à Romorantin ou psycho-sociologue à Landerneau. Bien évidemment, il s’agit là de l’aristocratie de la pétition, de la crème, qui n’a rien à voir avec les gugusses ou les nénettes qui vous harponnent dans la rue pour que vous apposiez votre signature pour des causes ou des soutiens les plus divers. Voilà pourquoi je ne pétitionne pas ce qui ne m’empêche pas de situer mon soutien sur le terrain que j'ai choisi. Une anecdote : la seule grande pétition que j'ai vu faire reculer le pouvoir c'est celle des happy few de Paris contre la délocalisation par Edith Cresson Premier Ministre de l'Ecole Vétérinaire de Maison-Alfort : les toutous et les chats ont plus d'amis que le Terroir... 


Les liens :
www.lemechanttgvpaca.free.fr
http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1865

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 00:04

Il y a peu, nous étions à Saragosse, avec des amis, pour visiter la foire Internationale dont le thème porte sur l’eau. En déambulant dans les rues de cette ville magnifique et aérée, nous avons été frappés par son dynamisme, le peu d’embouteillages et par le coût de la vie. Nous avons pu photographier des étals de magasins et observer un fait curieux : les fruits et légumes sont globalement moitié prix qu’en France. Il en va de même de la viande dans les boucheries et charcuteries. Quant au vin, on le retrouve à peu près aux mêmes prix qu’en France.

Toutes proportions gardées, ces écarts sont intéressants, car ils traduisent une démarche permettant de maîtriser les exportations de vin face aux problèmes de change.

Naturellement, dans la discussion, on en vint à se poser des questions sur la manière dont l’Espagne pouvait gérer son économie et aurait su tirer parti des aides de restructuration de l’Europe.

 

On n’oubliait pas qu’au même moment, dans le Sud de la France, avec le vin, nous étions dans une situation critique, malgré le fait que la filière « vin et boissons » soit un contributeur majeur de nos exportations françaises (solde positif de 8 B€ environ). Sans vouloir faire de l’économie comparative, ni se lancer dans des études polémiques, on ne peut s’empêcher de faire quelques rapprochements, avec la lettre parue le mois dernier sur les « Cocus » (lettre de R.Amalric publiée  par J.Berthomeau).

 

Dans ce domaine, avons-nous été réellement ‘trompés’ et sommes nous victimes de notre ‘crédulité’ ?  Que s’est-il passé ? … On peut mettre en lumière quelques points :

 

1 – Le problème de la Négociation

Nous sommes, à un an près, en 2010. 

Aux niveaux de l’OCM, de la mise en place des structures opérationnelles (OIV, WWTG, OTC, etc.) et de certains accords sur le vin (Genève, Madrid, etc.) il s’est écoulé environ 20 ans. Depuis l’étude « Cap 2010 » de J.Berthomeau, 10 ans sont passés. Nous avons donc eu le temps de comprendre ce qui allait arriver. Un fait reste important : le vin, si je ne me trompe, est toujours classé, au plan international, dans la catégorie « Agro-industrielle ».

Sur le plan économique, et Européen, on se sent floués, sinon un peu frustrés ! Mais, comment a-t-on fonctionné ? A-t-on pris le bon virage ?

 

Pour défendre nos positions dans la communauté internationale (sur le plan mondial, ou au niveau de l’Europe) qui a mené les débats et les négociations? Nos représentants et nos « leaders » étaient-ils aguerris et rompus à ce genre d’exercice ? Ayant été à Bruxelles comme expert, dans le monde industriel, j'ai toujours constaté que la maîtrise de l'Anglais ainsi qu'un excellent professionnalisme (connaissance des dossiers avec une dizaine de feed-back de toute nature pour parer à la non prévision et l’imprévisible) étaient nécessaires pour ne pas se faire rouler dans la farine. 

 

Dans les négociations internationales, le premier objectif d’un industriel ou d’un groupe d’activités n’est pas de « freiner » le progrès. Il essaie de comprendre le marché, son positionnement concurrentiel, puis il tente de « bétonner » avec des normes, des standards et des  réglementations pour se protéger (dans un premier temps) et permettre sa propre évolution (dans un second temps).

A-t-on agi de la sorte ? De manière unie et cohérente au niveau de la profession ?  N’est il pas un peu tard pour faire valoir certains de nos nouveaux besoins ?

 

2 -  Un problème de Gouvernance

On parle de vin mais... quelle est la stratégie pour notre agriculture ? Existe-t-il encore une agriculture au sens conventionnel du terme ? Quels sont les objectifs globaux à atteindre ? Pour le Vin, quels sont les éléments concurrentiels recherchés, et que l'on veut exploiter, pour quels segments de marché ? Evolution et tendances attendues ?  Place de cette filière dans notre société ? Je fais, bien modestement, de la « veille technologique », mais j'ai un mal fou à collecter quelques informations réalistes et cohérentes.

Je n'ai toujours pas compris la stratégie commerciale et organisationnelle sous-jacente, pour nos vins en France (AOC ? VDP ? AOP ? IGP ? IG ? OI ? Pour quelles définitions, significations et réglementations ?). N’ayant pas fait polytechnique, j’ai du mal à y voir clair ; en ayant discuté avec pas mal de viticulteurs, la seule chose que ces gens retiennent est qu'il va y avoir davantage de contrôles et que cela va coûter plus cher.  

 

3 – Notre Adaptation au Marché

Dans l’Industrie, depuis 20 ans, on ne cesse de répéter que l'Economie de Marché, qui existait déjà du temps des Phéniciens et qui est toujours en vigueur (car c'est la moins mauvaise forme d'économie, malgré des alternances diverses au cours du temps) allait s'exprimer de nouvelle façon. Pour des raisons que les économistes connaissent certainement mieux que moi, on vit maintenant dans le court terme, dans la spéciation, la spécialisation ; ce qui compte est la marge nette... dans une démarche intégrée et globalisée. Notons que pour affronter la concurrence mondiale, la variation du cours des devises est déjà intégrée au niveau des approvisionnements.

L'agro-alimentaire ne peut échapper à ce mouvement : il y a 20 ans, on a mis l’accent sur  l'industrie, on en est aux services (par exemple, la banque) restent l'alimentation, la santé, la formation, etc.  

La priorité d’une filière n’est pas de préserver des emplois ou des avantages acquis, mais de créer des richesses et de nouveaux marchés. Est-ce bien ce que nous faisons ?  

 

Sur un autre plan, compte tenu des contraintes économiques et environnementales, certaines filières agro-industrielles (dont en partie la notre) sont devenues sous compétitives. Pour changer cette situation, il faut des aides, des investissements et de l’Innovation. Mais pas n’importe où !!!

Dans le cas de la chaptalisation, par exemple, on n’est pas dans le « structurel » ; de plus cette mesure n’est pas « équitable » : elle est donc condamnée !

Dans le cas de l’irrigation, intrant indispensable, le sujet, est-il abordé de façon intégrée ? Etc.

On ne peut continuer à ignorer et rejeter certaines tendances, les demandes sociétales, les OGM, etc. Cela est suicidaire et on est contraint d’intégrer de nouvelles pratiques, des technologies innovantes,  puis de s’adapter, de s’adapter encore, … pour ne pas se faire éjecter du panorama.

 

4 – La Diversité et la Cohérence

Les considérations précédentes ne concernent pas un schéma unique ; quels que soient les secteurs considérés, plusieurs systèmes peuvent coexister ; la diversité est un fait de la nature.

Le schéma productiviste globalisé n’est pas le seul modèle de référence. Il y a de la place pour tous !

Pour faire simple, on peut considérer 2 modèles économiques dans notre filière :

Soit on élabore des produits « technologiques » (du volume standardisé, à faible coût, etc.),

Soit on élabore des produits « conceptuels » (du haut de gamme, le cousu main, avec également des produits de niche innovants et/ou ciblés, etc.). Dans cette seconde catégorie, on retrouve l’esprit initial des AOC, dépouillé de contingences compliquées (perception actuelle).

On peut encore rajouter d’autres modèles, mais les principes décrits s’appliquent aussi bien aux innovations technologiques qu’à l’oenotourisme !  Comment en faire bénéficier toute une filière ?

 

Avec la réforme actuelle portant sur le vin, on est un peu perdu et je ne vois pas bien comment se positionner : tout d’abord, notre approche, en termes de « procédures » est trop technique. Ensuite notre outil de production est atomisé et peu structuré. Enfin, comme on sait le faire dans notre beau pays, nous avons des organisations trop complexes…. et on légifère trop (bien que cela soit rassurant). Sur le plan des intentions, on essaie de changer, mais y a-t-il vraiment une rupture ?

 

Résultat : dans le vin, on se retrouve avec un « mix » de plusieurs démarches et cultures existantes et nouvelles, avec des règles variées et un chapeau formel (le contrôle) qui méritent d'être mieux ciblées et décrites.

Pour aller dans le sens de ces observations : dans l'automobile, par exemple, ce n'est pas l'Etat qui organise et effectue les contrôles : il définit simplement des normes et des standards, mais c'est le producteur qui définit, met en place et prend en charge ses propres contrôles pour livrer un produit conforme. La validation, elle, est effectuée par le client ou consommateur.

 

5 – La Recherche

Se pose enfin le problème de la recherche. Par expérience, elle ne peut se passer d’une vision, de l’expérimentation et de la validation. Ceci implique donc une symbiose entre tous les acteurs de toute la chaîne de la valeur. En ce qui concerne le vin, pour des raisons historiques évidentes, et pour corser la difficulté, il n'y a pratiquement pas d'intégration du marketing/négoce, de la recherche et de la production. Chacun a des organisations et des intérêts différents. En général, nous ne proposons pas de « solutions globales » comme savent le faire certains « bassins », l’Espagne ou certains pays de l’hémisphère sud. Ceci, bien sûr, n’est pas facile à entreprendre car la démarche est souvent transdisciplinaire, mais nous ne pouvons ni ne devons laisser la responsabilité d’assurer notre évolution au seul domaine de la recherche : les risques de déviation (involontaires) sont trop grands.

  

A ce jour, faute d’adaptation de certains produits au marché et d’amélioration dans nos démarches, on peut lire dans nombre d’articles de presse consultés, qu’il y a des pertes de marchés pour certains types de vins à l’étranger. Notre outil de « production » qui n'est, en fait, qu'un ensemble de centres de coût, ne peut qu'en pâtir. D’où l’intérêt de ne pas s’isoler et d’attirer l'adhésion de tous les viticulteurs.

 

Je n'irai pas plus loin dans ce débat, ni ne parlerai de l’organisation des marchés.

On peut maintenant se poser à nouveau la question : sommes-nous, malgré nous, des cocus ? Pas forcement, car pour un certain nombre d’entre nous, comme on fait son lit, on se couche !

Sans rechercher à qui en revient la faute (cela ne fera pas avancer le schmilblick), que peut-on faire aujourd'hui ? Il est un peu tard pour s’exciter mais il faudrait peut-être tenter de faire avancer ses pions dans d’autres directions et défendre de nouvelles ambitions.   

Un projet mal parti reste un projet mal fichu : malheureusement, les petits et les plus démunis sont en première ligne !  Ce sont eux les cocus.  

Maintenant, bien que je sois un défenseur de la notion de terroir, est-il moral, comme on vient de le lire dans la presse, de les empêcher de se diversifier pour vivre en leur interdisant d’installer des centrales photovoltaïques sur leurs anciennes vignes ? Mais, un panneau photovoltaïque ferait-il moins terroir et serait-il plus polluant qu’une éolienne (dont on ne sait encore comment elle sera démantelée et à quel coût !) ? 

 

Pierre Massotte                                                                                         9 Septembre 2008

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 00:07

 

Ceux qui suivent régulièrement mes pérégrinations se rappelleront qu’au mois d’août pour faire l’emplette d’un Chinon rosé j’ai du prendre ma petite auto pour me rendre chez un caviste de Cachan sur la N20. Bien évidemment, tout en papotant avec la caviste, je m’intéressais à l’achalandage du magasin lorsque je suis tombé sur un Côtes-du-rhône rosé baptisé Génération élaboré par le Domaine Jaume.  Immédiatement ma boîte à chronique se déclenche, j’écris déjà mon papier sur la famille Jaume et bien sûr j’achète le flacon. Rentré at home, je déballe mes achats et examine le cul de la bouteille et, surprise, j’y lis « à Vinsobres, en Drôme provençale, Pascal et Richard quatrième génération du Domaine Jaume… » Caramba, je m’étais planté et ma belle chronique s’évaporait. Sauf que, comme je suis un obstiné, je tenais un beau titre : celui de ma chronique d’aujourd’hui.
* en arrière-plan c'est une grive pas une Gélinotte

 

Mon Jaume à moi, s’il me permet ce possessif, se prénomme Alain et, j’aurais du me souvenir que son Domaine « historique » était le Grand Veneur. Bref, je me suis dis que l’occasion se représenterait, qu’il me suffisait d’attendre. C’est de David Cobbold et de son site Ecce Vino que la lumière est venue. Face à la baie de Tiuccia, au petit matin, j’ai découvert dans la foire aux vins d’Ecce Vino un Côtes du Ventoux, Les Gélinottes, Alain Jaume 2007 avec une bonne note et un commentaire flatteur : « Flatteur au nez et très gourmand en bouche, voici un excellent vin de fruit, net, juteux et souple qui donne un plaisir immédiat. 14/20 » et il était disponible sur le site de vente www.rouge-blanc.com dont je vous livre

 

Notre avis

 

Portant le nom de cet oiseau voisin de la perdrix, tant ce vin accompagnera magnifiquement les gibiers à plume, ce Côtes du Ventoux élevé sans apport de fût se montre magnifique de fruit et de souplesse, et illustre bien plus que jamais ces bouteilles que l’on aime déboucher lors de repas entre amis pour surprendre et faire plaisir à tous.

 

Dégustation

 

Belle robe grenat aux reflets violacés. Le nez repose sur une gamme aromatique variant des fruits frais (framboise notamment) aux fruits noirs (cassis et mûre). La bouche se montre particulièrement savoureuse et gourmande, elle dispose d’un bon volume et d’une texture aux tannins très doux et souples. Le fruit reste dominant jusqu’en finale. Ce vin aux aromes de fruits très flatteurs sera très agréable à déguster en toutes circonstances.

 

Notes

 

Rouge-Blanc : 5/5

 

C’est du bon pour un prix très doux. D’ailleurs, à l’heure où j’écris cette chronique le site est en réapprovisionnement, preuve du succès de cette cuvée.

 

D’Alain Jaume, sa modestie dut-elle en souffrir, je dirais qu’il est pour moi le bon exemple de l’excellent vigneron qui sait aussi consacrer de son temps à la collectivité vigneronne. Au temps où je trainais mes semelles de crêpe dans les rues de Châteauneuf-du-Pape pour tenter de dénouer les fils d’un étrange écheveau, et qu’il présidait au destinée du Syndicat « d’en face », j’ai de suite apprécié chez lui sa simplicité, son caractère direct, sa volonté d’aboutir, de trouver des solutions laissant de côté les faux-semblants chers à certains habitués de la rue de Varenne. De son passage au CNJA il a gardé, au bon sens du terme, la fibre syndicale, représenter ses pairs, ce qui, n’en déplaise à certains, manque beaucoup dans la mise en place des réformes actuelles. Face aux technostructures publiques et privées, qui savent si bien calcifier les choses, il me semble capital que les représentants des vignerons soient des chefs d’entreprise confrontés à la réalité du marché, responsables, qui puissent tout à la fois amener leurs collègues à évoluer tout en faisant prévaloir des solutions de terrain. Bien sûr, comme l’avoue Alain Jaume « il faut aimer les emm… » mais, comme l’actualité d’un monde saisit par la dictature de l’instantanéité, nous le montre, prendre des responsabilités collectives redevient une ardente obligation. Bref, sans le couvrir de compliments encombrants, avec quelques-uns de ses collègues de Châteauneuf (ils passeront eux aussi à la moulinette de ma chronique), Alain Jaume entre dans mon petit cercle de mes amis vignerons.

 

Les 9 hectares des origines, en 1979, sont devenus 60 et maintenant l’entreprise c’est Alain Jaume&Fils, Sébastien et Christophe sont associés à Odile et Alain Jaume pour assurer, autour du Domaine du Grand Veneur et du « Clos de Sixte » à Lirac, le développement et la pérennité de cette belle entreprise familiale. www.domaine-grand-veneur.com/ Ceux de mes détracteurs qui ne voient en moi que le chantre d’une viticulture dites « industrielle » doivent savoir que je suis un ardent supporter du modèle des Jaume, fait de savoir-faire vigneron conjugué à une approche commerciale fondée sur le modèle artisan mais ne dédaignant pas d’intégrer des sélections d’autres vins dans sa gamme :  Côtes du Ventoux "Les Gélinottes proposé ainsi que le "Côtes du Rhône "Haut de Brun", le Rasteau "Les Valats", le Vacqueyras   "Grande Garrigue", le Gigondas "Terrasses de Montmirail", le Lirac "Roquedon" et le  Châteauneuf du Pape "Vieux Terron". Comme dirait mon ami Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble, l’entreprise Jaume c’est tout le contraire du « petisme » cher aux chroniqueurs qui ne jurent que par les petits vignerons suant sang et eau, loin du monde mercanti, sur des lopins de terre. La dynamique des vins français passe aussi par une plus large prise en compte de ce nouveau modèle adapté à la demande d’un certain type de consommateurs.

 

Mais revenons au vin, ceux d’Alain Jaume sont à son image, francs du collier, droit, sans chichis, sincères, d’un caractère bien trempé mais d’un commerce agréable. J’invite donc mes très chers confrères dénicheurs de vins – dit de propriétés – à se rendre au Domaine du Grand Veneur (cf. plan) pour y déguster la palette de ses CHÂTEAUNEUF DU PAPE, LIRAC, COTES DU RHÔNE VILLAGES et CÔTES DU RHÔNE et ses Vins de Sélection comme ce remarquable Côtes du Ventoux Les Gélinottes à qui vous devez cette petite chronique. En effet, on ne peut à la fois se plaindre de nos reculs volumiques à l’exportation, par ailleurs masqués par la valeur des vins de haut de gamme, et s’arque bouter sur un seul modèle relevant d’une vision idyllique du tout petit producteur tirant la quintessence de ses vignes. Ceux qui, comme Alain Jaume, par leur travail patient, ont acquis un savoir-faire reconnu, tant au plan de leurs vins que du commerce, dynamisant ainsi leur environnement, créant de la valeur, doivent être reconnus comme des acteurs majeurs de notre secteur. S’en tenir à une vision d’un autre âge, cultiver les oppositions entre les divers modèles économiques, relève du masochisme national. Si nous voulons rester le plus grand vignoble généraliste du monde, ne pas laisser l’espace grand ouvert à nos collègues espagnols, il nous faut jouer nos atouts sans complexe et surtout ne pas brider le développement de ceux que j’ai qualifié, à propos de Claude Rivier, d’entrepreneur-vigneron.

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 00:07

 

Hier matin j’ai eu vent d’un vent soufflant sur la Toile, non pas un petit pet discret lâché en loucedé, l’air dégagé de celui qui ne veut pas se faire remarquer, mais un tonnant, odoriférant, le genre largué par un mec pas gêné devant le buffet où les autorités proposent des canapés au Préfet. Sous la violente poussée l’anémomètre s’affolait, ça déchirait. En bon défenseur des AOC de France je m’inquiétais de l’origine de cette flatulence. Mes limiers guidés par la fragrance m’informaient que l’exhalaison provenait d’un coup de gueule émis d’Aniane. Étonné par une telle assertion je demandai des précisions : un pet n’est pas un rot. On me répondait du tac au tac que le fumet provenait non d’un pet mais d’une cuvée joliment baptisée par un gargotier « Vin de Merde ». Dans mon dos de beaux esprits alter-mondialisés susurraient déjà qu’en dépit de son héroïque combat contre les barbares étasuniens qui voulaient y faire du vin, Aniane, loin d’être le trou du cul du monde, lançait cette élégante appellation « rien que pour faire du bruit autour de ses vins qui méritent une réelle reconnaissance ».


Comme je suis un fan de Reiser et de son gros dégueulasse alors croyez bien que je ne fais pas la fine bouche, ou plus précisément je ne frise pas le nez, face à ce positionnement d’un nouveau type destiné à accroître la notoriété des vins du Languedoc. Que les grands médias alléchés par l’odeur se soient précipités, tels des mouches, rien d’étonnant mais un gros pet est comme un fusil à un coup, il ne fait du bruit qu’une seule fois. Bien sûr on peut renouveler la partition, par exemple lancer un vin de chiasse. De celles que l’on attrape en consommant sans modération le moût tout juste sorti du pressoir. Moi ça me rappellerait mes vertes années, alors que l’appellation précédente me fait immanquablement penser au futur métier que nous mentionnions, par pure provocation, sur les petites fiches que nous faisait remplir le recruteur des séminaires de l’évêché de Luçon : « vidangeur ». Tout est possible comme le proclame je ne sais plus quel animateur abruti de la télé ! Le pire comme le meilleur même si l’homme par qui le vent ne soufflait pas dans les branches de sassafras, philosophe de bord de bar, précise sa pensée : « le pire… cache le meilleur ». Tout compte fait comme l’écrivait Shakespeare Much Ado About Nothing  et pour être plus tendance, je pense que les appellations « fuck off ! » ou « fucking hell ! » eussent été plus efficaces et bien sûr exportables.


Comme il est de tradition dans les meilleures feuilles gastronomiques je vous propose en matière d’association mets-vin, pour ce nectar d’étron, une nourriture spirituelle : « Lire aux cabinets » d’Henry Miller. Je cite un extrait « Même aux cabinets, où l’on pourrait croire qu’il n’est pas nécessaire de faire quoi que ce soit, ou de penser à quoi que ce soit, où une fois par jour au moins on est seul avec soi-même et où tout ce qui se passe est machinal, même ce moment de béatitude, car c’est bien une sorte de petite béatitude, il faut le rompre en se concentrant sur la matière imprimée. » Attention ne pas confondre Henry et Arthur Miller, ce dernier plus jeune, bon écrivain aussi, était plus people puisqu’il épousa en 1957 Marylin Monroe. Ceux qui préfèrent les DVD peuvent visionner « Certains l’aiment chaud » en dégustant, pas à l’aveugle bien sûr, mais à la température ambiante, ce cru élaboré « à partir de parcelles sélectionnées et vendangées manuellement, « le vin de merde » est conditionné en bouteille prestige (sic) avec étiquette dorée à l’or chaud » En livrant les effluves de ce beau flacon à votre verre évitez les commentaires du genre : « il a une belle couleur caca d’oie » ou « ça sent la rose ».  Ne voyez dans mes propos nulle ironie. J’informe. D’ailleurs qu’est-ce que mes dires viendraient faire dans cette affaire puisque l’inventeur a reçu le nihil obstat au plus haut niveau de South of France « Je suis très content pour ce garçon que je ne connais pas. Quoiqu'il puisse dire, c'est une bonne opération marketing et c'est l'essentiel. Ça va braquer positivement les projecteurs sur notre région, c'est une bonne provocation. Et puis avec un tel nom, je suis certain que ce type a été obligé de faire un bon vin. Je lui souhaite une bonne réussite... »

5000 bouteilles à 6,5 euros, soit 37 hl 50, une fois l'effet "pétomane" passé, la puissance de feu d'une telle initiative, dites marketing, proche du chassepot, risque à coup sûr de faire long feu... Au risque de paraître sérieux le déficit de notoriété du Languedoc ne se comblera pas par l'effet de telles iniatives folkloriques sans lendemain. Ceux qui me connaissent bien savent toute l'empathie que j'éprouve à l'égard des vignerons de cette belle région et que mes analyses ont toujours été orientées vers des propositions lui permettant de retrouver la place qu'elle mérite, alors je crois pouvoir me permettre d'écrire à nouveau que ni les leurres, ni les slogans, ni les discours, ni les trucs qui font plaisir, sont à la hauteur des enjeux du marché mondial du vin.


Dans ma Foire aux Vins http://www.berthomeau.com/article-22881267.html : 14 vins sur 28 sont issus du Languedoc soit 50% de l'ensemble et ceux qui les font sont les vrais vecteurs de la notoriété du Languedoc. Ils labourent profond depuis longtemps...

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 00:05

Les premiers échos de la seconde bataille de Flins arrivaient. Il se disait que la femme de l’ex-grand chef de l’UJ, la Nicole, qui avait pour mission de récupérer dans un minibus, une poignée des assaillants, s’était égarée. Qu’elle avait tout de même retrouvé son chemin mais, quand elle était tombé sur ses camarades, Gamelin en tête, blessé, celui-ci n’avait du son salut qu’à la présence d’une voiture qui l’avait embarqué en dépit de ses protestations, les véhicules des gardes mobiles s’engageaient dans le chemin forestier et alors elle avait détalé. Tout ce beau monde gloussait en se léchant les babines encore humides de caviar. Edern pérorait. Gustave éclusait cul sec des petits verres de Vodka frappés. Chloé sur un sofa, à l’écart du brouhaha, devisait avec Anna. J’abandonnais Aline au milieu d’un paquet de ses sœurs de militance qui se payaient la fiole de la pauvre Nicole : « elle n’aurait jamais du quitter son officine. Faire pharmacie c’est s’engager dans l’épicerie pas dans le mouvement populaire. Avec son Robert, le visionnaire, ils font vraiment la paire. Des petits bourgeois étriqués… » Ça fusait. Je me retenais de leur dire que le Robert en question s’esquintait la santé chez Citroën mais, comme le temps n’était plus pour moi à jouer les redresseurs de torts, je me contentais de lâcher un « bande de connes » qui les conforta dans leur allergie de plus en plus prononcée pour les porteurs de slip kangourou. Je me laissais choir sur le sofa auprès d’Anna qui confiait à Chloé : « vraiment ce July ce n’est pas une lumière… »    

Pour moi cette soirée au cœur de la gentry intellectuelle parisienne, qui ne pouvait être en ce temps-là que de gauche, une gauche qui se voulait rebelle, engagée, pétitionnaire, révolutionnaire du modèle « tigre de papier », bavarde, intolérante, bien logée, protégée, donneuse de leçons, internationaliste versus 1ière Classe d’Air France ou de la Pan Am, que la droite n’osait pas encore la qualifier de caviar, était une première. Tel un jeune ethnologue débarquant en Papouasie Nouvelle-Guinée, le cul posé sur le sofa, j’observais les mœurs de la peuplade en faisant semblant de m’intéresser à la conversation de mes voisines. Les vieux mâles de la peuplade paradaient, prenaient des poses tout en surveillant, d’un œil qui se voulait indifférent, la superficie et la qualité des cercles de leurs concurrents. Deux ou trois spécimens remarquables, très Collège de France, mandarins marxistes, crinière blanche et ongles manucurés, portant beau, drainaient l’essentiel d’une population féminine qui devait avoir passé beaucoup de temps à s’enlaidir et à choisir des fringues informes. On aurait dit des hordes de sorcières dépenaillées, les plus vieilles tétaient des cigarettes américaines alors que celles qui auraient pu être leurs filles se refilaient des joints. Toutes buvaient sec. Que du menu fretin sans intérêt, pour espérer lever des espèces rares il me fallait aller jeter mes filets en des eaux moins poissonneuses mais plus profondes. Je claquais une bise sur le front de Chloé avant de me lancer dans la pêche au gros.

 Jean-Edern, l’œil de traviole, cerné par une nuée de godelureaux, en futal pattes d’éléphant, vestes à carreaux cintrées sur chemises à jabot, gesticulait et pérorait en postillonnant sur ses adorateurs. Sur une bergère Louis XV Gustave, entouré de deux filles défoncées qui gloussaient en fourrageant dans sa braguette, pionçait la bouche ouverte. Dans le couloir qui menait à l’office un grand type sans âge, aux yeux globuleux et inexpressifs, bien mis, vomissait avec élégance dans un vase de Sèvres. Indifférent à ma présence, toujours avec des gestes précieux, il se débraguettait pour aller pisser sur la terre sèche d’un grand Yucca en pot. « J’amende, jeune homme… j’ensemence aussi… si ça te dit je peux m’astiquer le membre rien que pour toi… j’ai une faculté d’érection hors du commun… d’ailleurs c’est bien ma seule supériorité… j’adore me faire défoncer par de beaux étalons comme toi… si ça te dis ton prix sera le mien… » Sans prendre la peine de répondre à sa proposition je me contentais d’empoigner ses fesses étiques fermement « avec un tel matériel, ma pauvre fiotte, t’es tout juste bon à faire des passes gratos, pour les taxos en manque, à la vespasienne du boulevard Arago… »

 

  

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 00:01

Ma chronique à propos de la médiatisation de la souffrance m'a valu d'être traité de Vien Con tant par Thomas car j'osais m'effarer de cette exploitation par Catherine Millet que par une "alcoolique" en voie d'abstinence qui cherchait le bouquin de Chabalier pour tenir le coup. Moi je veux bien être traité de VC mais je demande simplement qu'on lise mon propos : je ne parlais pas du livre de CM "Jour de Souffrance" mais du battage fait autour, donc je ne contestais pas les talents d'écrivain de CM. De même pour Chabalier, je ne mettais pas en doute la profondeur de sa souffrance, je lui demandais simplement de mettre un bémol dans son apostolat de nouvel abstinent. Bref, dans notre beau monde, seuls les icones médiatiques ont droit à la parole alors ce matin je vous livre quelques réflexions sur le bonheur...  

Tout homme veut être heureux, mais pour parvenir à l’être, il faudrait commencer par savoir ce que c’est que le bonheur. »

Jean-Jacques Rousseau L’Emile, livre III.


Ce matin je vous propose donc ce conte chinois qui peut se poursuivre à l’infini car le bonheur peut difficilement être circonscrit puisqu’il ne correspond pas à un état mais à une quête qui se heurte perpétuellement, telle la vague sur le récif, à l’ennui des situations acquises. Pour être heureux devons-nous contenter de notre sort, ne pas récriminer, ne pas espérer ? Oui mais me rétorquer-t-on il y a ceux qui sont nés sous une bonne étoile, ceux qui ont de la chance, ceux que la bonne fortune favorise. Notre époque creuse les inégalités, ou du moins les rend plus voyantes donc plus intolérables. La mondialisation nous met sous le nez toute la misère du monde. Nous prenons peur. Nous craignons d’être des nantis insouciants. Près de chez nous, alors qu’on ne cesse de flatter le désir de consommer, beaucoup en son privé. Les loups sont aux portes de Paris. Tout va si vite d’un côté, tout va si mal de l’autre. Et puis, la sagesse populaire dit que le malheur des uns fait le bonheur des autres : dans la compétition si je gagne c’est que l’autre perd ou, traduit à l’échelle de notre pays : si les nouveaux entrants gagnent c’est que nous perdons…

 

«  Un paysan chinois perdit un jour son cheval.

-         Quel malheur ! dit son voisin.

-         Qu’en savez-vous ? répondit le paysan.

Et en effet, le fils aîné ramena outre le cheval perdu trois chevaux sauvages.

Le voisin dit :

-         Quel bonheur !

-         Qu’en savez-vous ? répliqua le paysan.

Et en effet, le fils aîné se brisa une jambe en dressant l’un des chevaux sauvages.

Le voisin dit alors :

-         Quel malheur !

-         Qu’en savez-vous ? rétorqua le paysan.

Et en effet des soldats vinrent dans le village, afin de recruter parmi les jeunes gens et le fils aîné, alité, fut épargné… »

 

à poursuivre…

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 00:06


Le concept vin de PDG a été lancé par Lavinia en juin dernier en accueillant
26 chefs d'entreprise propriétaires de vignobles qui ont présentés leurs vins dans le magasin du 3 Bd de la Madeleine à Paris. « Posséder un grand vin est un symbole de réussite », déclare Laurent Dassault, le petit-fils de Marcel Dassault et actuel gérant du château familial à Saint-Emilion. Rien de très nouveau, de tout temps on a vu des « gens qui ont réussi dans les affaires », comme on disait autrefois, s’offrir une propriété et plus particulièrement un  château à Bordeaux, mais au cours des dernières années la population des hommes d’affaires ou des capitaines d’industrie (appellations qui se déclinent aussi au féminin) investissant dans le vin s’est beaucoup diversifiée et le concept de vin de PDG recouvre des situations et des approches très éloignées les unes des autres car, comme le souligne Catherine Péré-Vergé, la fille de Jacques Durand, le fondateur d'Arc International (ex-Cristallerie d'Arques) : « Il faut faire une différence entre les investisseurs et ceux qui s'investissent »

Même si la frontière entre l’intérêt et la passion est toujours difficile à tracer, les sentiments humains sont ambivalents, il est possible de poser des gradients entre la stratégie d’image d’un Bernard Arnault ou d’un François Pinault, l’expression symbolique de la réussite des frères Bouygues ou d’un Laurent Dassault, le placement des institutionnels plus traditionnel comme celui de Claude Bébéar au travers d’Axa-millésime, de la GMF ou de CA Grands crus, l’affaire de famille comme  celles de Jean-Claude Béton, le créateur d'Orangina, où Françoise sa fille vient de prendre personnellement les rênes du Château Grand Ormeau, acheté par son père en 1988 à Lalande Pomerol. Chez les Bich, c'est aussi la fille, Pauline, et son mari Philippe Chandon-Moët qui gèrent aujourd'hui à temps plein le château de Ferrand (un Saint-Emilion grand cru) acheté en 1978 par le baron Bich, fondateur de la célèbre marque de stylos à bille et enfin, pour paraphraser madame Péré-Vergé, la passion des investis : elle-même avec le Château Montviel à Pomerol acheté en 1986, le Château La Gravière à Lalande-de-Pomerol, le Château Le Gay (acquis en 2002) ; le Château La Violette (septembre 2006), et aussi les vignobles argentins de Lindaflor et du Clos de Los Siete avec des familles propriétaires dans le vignoble bordelais, Renaud Momméja, héritier de la famille Hermès , gère le château Fourcas-Hosten (cru bourgeois supérieur de Listrac) qu'il a racheté avec son frère Laurent, les Cathiard (Go Sport) au Château Smith-Haut-Lafitte (Pessac-Léognan), Gérard Perse (hypermarchés Continent et Champion) en 1993 achat du Château Monbousquet (grand cru classé de Saint-Emilion depuis 2006)  puis acquisitions des châteaux de Pavie Decesse et de Pavie à Saint-Emilion en 1997 et 1998, Michel Reybier (Jambon d'Aoste et Justin Bridou) Château Cos d'Estournel (St Estèphe) et récemment Château Montelena dans la Nappa Valley, Olivier Decelle, (Picard Surgelés) Mas Amiel à Maury et Château Jean-Faure à Saint-Émilion, Jean-François Quenin (Darty) à château de Pressac, Alain-Dominique Perrin (Château Lagrézette à Cahors)…

Rassurez-vous je ne vais ni dresser une liste exhaustive, ni évaluer le degré d’investissement personnel de tous ces investis dans leur vignoble mais, au passage, je tiens à saluer tous ceux, pas forcément très fortunés, qui ne sont pas des noms connus, qui s’endettent parfois, qui se retroussent les manches pour redonner de la notoriété à des domaines ou des châteaux moins prestigieux, parfois dans des régions de moindre notoriété. Comme le disait mon grand-père « il faut de tout pour faire un monde », l’important c’est l’émulation, les challenges qui tirent vers le haut, vers l’excellence et de toute façon mon propos n’est pas ici de décerner des brevets de « vignerons passionnés » aux uns ou aux unes ou aux autres. Je veux simplement profiter de l’occasion pour lancer un petit pavé dans la mare : en dehors des vins prestigieux et des châteaux ou domaines qui vont avec pourquoi diable le vin intéresse si peu les investisseurs de tout poil ? Oui je sais, rentabilité faible, les contraintes administratives, le coût du travail en notre beau pays, la balkanisation de la propriété, la multiplicité des organisations professionnelles et tout le saint frusquin qui fait qu’il vaut mieux aller investir au Chili, en Argentine, en Afrique du Sud que dans notre Languedoc.  Cette question qui dérange je la pose à ceux qui font de belles déclarations sur la nécessité de regrouper l’offre pour peser sur le marché mondial et qui ne semblent pas avoir compris que pour ce faire l’offre regroupée devra convaincre les grands investisseurs de s’intéresser à elle pour la piloter et la distribuer. Parmi ceux qui sont en capacité de peser sur le marché mondial du vin je me permets de citer le groupe Pernod-Ricard. Pourquoi ne pas se mettre en capacité de l’intéresser à une part de notre production conduite selon des normes et un process dit industriel ? Alors, le chantier est ouvert, concret, loin des batailles stériles d’appareil, des visions administratives du marché, pourquoi diable se priver de l’investir sauf à croire que, selon une longue tradition de politique de l’autruche, de je passe la patate chaude au voisin, de je temporise, de je n’aborde pas les sujets qui fâchent mes ouailles, de je laisse passer 2010, de tous les prétextes possibles et imaginables, nous allons galvauder les atouts d’une grande région viticole. C’est inexcusable ! Agir plutôt que réagir : face à la nouvelle donne de l’OCM vin soit nous en tirons les conséquences pour générer de vrais locomotives, soit nous subirons de plein fouet les conséquences de la mondialisation.

Les gens de Gallo font pour le marché américain Red Bicycle avec un vin de pays d’Oc que leur fournit Sieur d’Arques alors est-ce livrer le vignoble d’Oc au CAC 40 que d’oser envisager qu’un jour prochain Pernod-Ricard puisse faire élaborer un vin pour une marque qu’il commercialiserait en Chine ? Quel beau vin de PDG ça ferait vous ne trouvez pas !

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 05:00

Suite et fin de ma Foire aux Vins

 

RHONE   

6-     Domaine du Grand Veneur Champauvins Côtes du Rhône villages rouge 2005 – 8,40 euros « La robe est vive et brillante, le vin est épicé et fruité, avec des notes d’olive noire et un léger boisé. En bouche, on apprécie la sève et l’absence de lourdeur. Voilà un vin qui accompagnera à ravir les viandes en sauce et les préparations à base de tomate. » B&D www.domaine-grand-veneur.com/

 

Une chronique sera publiée sur Vin&Cie dans les jours qui viennent sur les vins de mon ami Alain Jaume

 

7-    Cave de Tain Crozes-Hermitage 2005  - 7,15 euros «Chocolat, gelée de framboise, bouche fraîche, fine, élégante, tendue, beaucoup de fruit, mais sans grande concentration. » JD   www.cavedetain.com/

 

      « Partition à 4 mains en Syrah majeure à Tain l’Hermitage »       http://www.berthomeau.com/article-18753597.html

 

8-     Château du Trignon Rasteau 2005 10 euros « Nez puissant, superbe fruit, soupe de fruits rouges, note de garrigue, dense, riche, savoureux, tendu, harmonieux, persistant. » JD 14,5/20. www.jeromequiot.com/

 

« Jérôme Quiot : l’esprit de famille »

http://www.berthomeau.com/article-13616606.html

9-    - Vignerons de Chusclan Les Genêts Côtes-du-rhône Villages 2007 – 7,50   euros « La réputation de la cave de Chusclan n’est plus à faire depuis qu’elle a établi une vraie hiérarchie dans sa production. En haut de l’échelle, ces Genêts au nez complexe de réglisse, de violette et d’épices. La suite se déroule sur un tapis de velours, tout en finesse et en générosité ». GM www.vigneronsdechusclan.com

 

 

10-                Michel Chapoutier Cuvée les Meysonniers Crozes-Hermitage 2005 – 10,50 euros « Nez pas très expressif, bouche pruneau, puissante, un peu évoluée, riche, mais maturité poussée trop loin ; moelleux, dense, bonne rondeur, manque un peu de fraîcheur » JD 13,5/20  www.chapoutier.com/

 

« 3 Questions à Michel Chapoutier le « biodynamique » http://www.berthomeau.com/article-20596456.html

 

SUD-OUEST

11-                 Cave de Plaimont Château Saint-Bénazit Madiran rouge 2006 - 5,95 euros « Cette grande cave cherche à remettre au goût du jour le madiran, en gommant les aspérités du cépage tannat. Bien vinifié, celui-ci est facile d’accès et il est proposé à un tarif raisonnable » B&D Expression de Saint-Go Côtes de saint-mont rosé 2007 « Bon rosé souple et fruité, parfaitement réalisé par un producteur maîtrisant parfaitement le sujet. B&D  www.plaimont.com/

 

« André Dubosc en 1ier de couverture » http://www.berthomeau.com/article-1288659.html

 

VALLÉE DE LA LOIRE

21   - Domaine Patrick Baudouin Cuvée Maria Juby Coteaux-du-Layon 2005 – 45 euros « Puissant, confit, miel, pâte de coing, épices douces, onctueux et riche en bouche, long, racé, opulent, superbe potentiel » JD 17/20 49920 Chaudefonds-sur-Layon 02 41 78 66 04.

 

Bien sûr que lui aussi il aura droit a sa chronique notre vénéré guide du Pous… Quand ? Dieu seul le sait… En attendant, vous pouvez lire dans le N° spécial Vins du Point ses déclarations sucrées.

 

« 3 Questions à Sève » http://www.berthomeau.com/article-18469906.html  


Je remercie vivement mes éminents collaborateurs occasionnels : Jacques, Michel, Thierry, Gérard et David pour leurs précieux commentaires sur les vins de ma Foire aux Vins...
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 00:05

 

Comme je ne suis qu’un petit artisan de plume, sensible à l’audience, je cède à la force des vents dominants en vous proposant ma sélection FOIRE aux VINS. Comme vous vous en doutez mes critères de choix sont, à mon image, pas très orthodoxes car avant d’aimer leur vin j’aime d’abord les gens dont je choisis le vin dans cette Foire aux Vins et c’est pour cette raison que je leur ai consacré, un jour, une chronique (un lien vous permets soit de la lire ou de la relire, certaines sont des antiquités) sur mon « Espace de liberté ». Pour autant c’est de ma part de la belle ouvrage, très sérieuse, professionnelle, car les vins proposés ont été sélectionnés par de vrais experts :
- Jacques Dupont, Merveilleux du Vignoble

 
http://www.berthomeau.com/article-22333999.html, du Point,
- Bettane&Desseauve

http://www.berthomeau.com/article-13809232.html  http://www.berthomeau.com/article-22808007.html pour l’Express,
- Gérard Muteaud du Nouvel-Observateur,
- et David Cobbold pour Ecce Vino
 http://www.berthomeau.com/article-21378984.html  .

Attention, étant donné son volume, cette chronique est en 2 Parties...


 

BORDEAUX  

 

1-    Château Canon-Pécresse Canon-Fronsac Rouge 2003 - 9,90 euros chez wineandco.com : « Ce domaine familial a longtemps livré ses vins en vrac à un négociant libournais. Totalement repris en mains par ses propriétaires, il affiche de nouvelles ambitions » B&D et le 2005- 3 euros « Vanille, fruits noirs, bouche douce, tanins fondus, un peu sec, pas mal, serré, un peu séchant en finale » JD 14,5/20. Famille Pécresse 33126 06 82 69 16 08.

« L’autre Pécresse » :      http://www.berthomeau.com/article-17191504.html

 

2- Château Vray Croix de Gay 2006 Pomerol 50 euros 33500 Néac 05 57 51 64 58 « Longtemps en retrait, ce cru semble avoir opéré un véritable tournant avec le millésime 2006. Ample et charnu avec ses notes de fruits rouges mûrs et des tanins soyeux qui laissent une belle persistance en bouche. Une promesse de longévité. » GM.

 «  Aline au pays des Merveilles » http://www.berthomeau.com/article-  19261133.html

 

BOURGOGNE

 

3-    Maison Jean-Claude Boisset Beaune 2006 1er Cru les Bressandes 24 euros « Floral, framboise, bouche souple en attaque, qui se resserre ensuite ; fin, élégant, tendre, joli vin. » JD 15,5 /20 5, quai Dumorey 21700 Nuits-Saint-Georges 03 80 62 61 61.

 

C’est une chronique à venir à propos d’un autre Patriat qui lui, fait du vin…

 

4-    Maison Louis Jadot Beaune 2005 1er Cru Avaux 23,70 euros « Framboise mûre, bouche délicate, bien parfumée, belle expression du pinot mûr, sans dureté, tout en finesse, long, frais, fin et soyeux, grande délicatesse. » JD 21, rue Spuller 21200 Beaune 03 80 22 10 57

 

« 3 Questions à PH Gagey » http://www.berthomeau.com/article-21277690.html

 

5- Domaine Laroche Chablis Domaine de l’Obédience Les Blanchots 2005 69 euros « Le parfait équilibre entre puissance, finesse et minéralité. Long et droit en bouche, assis sur solide structure acide, ce cru est l’expression la plus pure du chardonnay en terre chablisienne. Un vin cristallin tout en tension contenue. » GM 89800 Chablis 03 86 42 89 00 www.larochewines.com

 

«  3 Questions à Michel Laroche » http://www.berthomeau.com/article-19574638.html,

 

6-    Domaine de Chassorney La Chassornade Vin de Table pétillant 13,50 euros « Frédéric Cossard est un réputé vigneron bourguignon du domaine de Chassorney à St Romain. Cet adepte di bio et des vins peu soufrés élabore avec ses aligotés un sympathique « pet nat » (pétillant naturel). Aléatoire dans l’intensité de sa bulle croquante et sa sucrosité fine, il reste précis dans sa fraîcheur. Une boisson de fête au plus près du raisin. » GM 21 990 Saint-Romain 03 80 21 65 55.

 

 

LANGUEDOC-ROUSSILLON

7-    Coopérative d’Embre&Castelmaure La Pompadour Corbières Rouge 2006 7,79 euros « Voilà une cave coopérative exemplaire du Languedoc. La présentation est aussi moderne et gaie que le vin est bon. C'est rare ! Nez vivace et fruité, aux contours bien définis. Ferme et robuste de constitution, encore un peu ferme par sa jeunesse, il a un peu les défauts de ses qualités ( ou l'inverse) : une rudesse qui est une forme de franchise, due à son accent rocailleux qui paraît encore un poil austère. Excellent avec une daube ou un autre plat savoureux. » DC http://www.cave-spirituelle.com/

 

« Embre&Castelmaure » : la coopé des 12 apôtres »

http://www.berthomeau.com/article-6832619.html

 

8-    Domaine de la Rectorie Côté Mer Collioure rouge 2006 15,39 euros « La splendide qualité du fruit est évidente au nez. Ce caractère apparaît d'une manière très juteuse en bouche, même si ce vin reste encore tendu par sa jeunesse. L'équilibre est presque parfait, le faisant paraître frais et même un peu austère pour un vin du sud. La preuve qu'un lieu propice et un encépagement adéquat permettent de produire des vins rouges de grande finesse dans cette région. Long et vibrant, d'un excellent rapport qualité/prix pour un produit de ce niveau. » DC http://www.cave-spirituelle.com/

 

 

9-    Château Pennautier Cabardès Le marquis de Pennautier blanc 2007 4,50 euros « Ce chardonnay a été réalisé avec la volonté de s’écarter du style lourd et beurré que le soleil languedocien peut conférer aux blancs. Dans le verre, la finale légèrement mentholée a capté une fraîcheur réelle : le vin montre en bouche une élégance vivifiante. » B&D et Borie Blanche Minervois rouge 2006 5 euros « Le fruité rouge des terroirs de schistes est facilement perceptible au nez. Voici un vin agréable et facile à boire qui a été réalisé par l’un des meilleurs producteurs de Cabardès, venu s’implanter dans le Minervois voisin. » B&D www.vignobles-lorgeril.com/

 

« Qu’est-ce qui fait courir Miren de Lorgeril ? »

http://www.berthomeau.com/article-12644592.html

 

10-                Sieur d’Arques Limoux rouge 2006 Terroir de Vigne et de Truffe 7,50 euros « Ce vin est le résultat de l’assemblage du bordelais cabernet et de la sudiste syrah. Celle-ci apporte la rondeur, la chaleur. La finale structurée par le cépage atlantique permettra au vin de bien évoluer pendant quelques années mais pourquoi ne pas l’entreprendre dès maintenant après un léger carafage ! »B&D et Limoux blanc 2006 Terroir de Vigne et de Truffe 7,50 euros « Frais, tendu, et gourmand, ce Limoux montre que les secteurs froids de l’Aude savent transformer le Chardonnay en réussite. Le menthol de la finale est vivifiant » B&D. Toques&Clochers Terroir Haute Vallée de l’Aude Limoux Blanc 2006 11,30 euros « Spécialiste de la blanquette, la coopérative du Sieur d’Arques produit de remarquables chardonnay sans les défauts tapageurs des vins du Sud. La cuvée Haute Vallée séduit par sa fraîcheur et son équilibre. Elle sera à son apogée d’ici quatre ou cinq ans » GM www.sieurdarques.com

 

« Sieur d’Arques s’invite à la cour des nobles champenois » http://www.berthomeau.com/article-16606733.html et « Un Vanel tout simplement »  http://www.berthomeau.com/article-21277248.html

 

11-                 Clos de Paulilles Collioure rosé 2007 7,50 euros « Ce rosé à la robe profonde est de grande densité. Sa finale épicée et très arrondie lui permettra de conter de passionnantes histoires au gingembre et aux épices » GM et Château de Jau Côtes du Roussillon villages rouge 2004 - 7,50 euros « Le rouge du Château de Jau est facile à boire mais ne cède pas à la facilité. Caressant à l’attaque, il se livre progressivement et ne se dévoile qu’en finale. Le prototype du vin de copains gourmand, dont on peut boire jusqu’au bout de la nuit sans s’ennuyer un seul instant » GM Cases de Pene 66600 04 68 38 91 38.

 

« Estelle Dauré, l’1des Niňas : les codes du vin bousculés » http://www.berthomeau.com/article-20598694.html
et « Drôles de dames las Niňas de Santa Cruz Chile, elles décoiffent » http://www.berthomeau.com/article-20103714.html

 

12-                Vignerons du Mont Tauch Fitou 2006  Roc flamboyant Tradition 5,90 euros « Nez exubérant. Notes fleuries et épicées. Saveurs suaves, onctueuses, élégantes. Tanins brillants, avec du relief. Une belle bouteille qui fait régner l’harmonie » 14 /20 JD 11350 Tuchan 04 68 45 49 49 et Vignerons du Cap-Leucate et de Quintillan Le Maritime Fitou 2005 7,50 euros « Notes de fruits mûrs au nez qui se retrouvent en bouche. Un vin qui a déjà digéré son alcool pour le meilleur des saveurs. Une matière tendre. Agréable » 14/20 JD 11370 Leucate 04 68 40 01 31.

 

« Cher Joël Castany » http://www.berthomeau.com/article-2878683.html et je suis un haut dignitaire de la Fitounie (j’ai oublié le grade)

 

13-                Gérard Bertrand Nature&Durable Languedoc 2006 raisins issus de l’AB 7 euros « Gérard Bertrand est propriétaire de près de de 500 ha de vignes. Pour autant, il signe des cuvées d’artisan. En témoigne cette bouteille au nez d’une belle noblesse. La bouche est d’une chair tendre de mûre et de cerise, soyeuse, séductrice en diable. Sa densité n’est pas exclusive d’une superbe élégance » GM www.gerard-bertrand.com

 

« Gérard Bertrand s’affiche à Paris » http://www.berthomeau.com/article-12497929.html et « La boîte de jazz de Jonasz pour 1 soir chez GB à l’Hospitallet » http://www.berthomeau.com/article-21858487.html

 

14-                L’Ostal de Cazes Minervois La Livinière 2004 20 euros « Jean-Michel Cazes , propriétaire de Lynch-Bages, produit un minervois puissant et charnu, au nez de garrigue et d’épices (65%de Syrah). Griottes, cassis, mûres explosent en bouche. Les tanins sont onctueux et la bouche enveloppante. Un vin de gibier et de plats en sauce ». GM www.lostalcazes.fr

 

« 3 Questions à Jean-Michel Cazes »

      http://www.berthomeau.com/article-20559225.html

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents