Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 00:05

Mon ami César Compadre, journaliste à Sud-Ouest, qui suit mes écrits depuis les débats passionnés sur mon rapport, m’a confié il y a quelques temps « vous qui aimez les gens qui n’utilisent pas la langue de bois vous devriez interroger Stéphane Toutoundji… » Alors dans mon esprit éruptif l’idée de poser les 3 mêmes questions à des œnologues a fermenté. D’une certaine manière c’est à lui que vous devez cette série. Lorsque j’ai lancé ma bordée de questions, Stéphane Toutoundji a donné un accord rapide et enthousiaste. C’est un confrère de blog puisqu’il a ouvert  le sien « Ras la bouteille » www.stephane-toutoundji.com  en 2006. Sa vocation est née en visitant le Château Angélus C’est, dit-on, un œnologue qui monte. Il a réussi à se faire un nom en un temps record. Sa philosophie du métier d’œnologue est de réaliser des vins modernes en respectant les terroirs, les millésimes et les propriétés, sans perdre de vue les attentes des consommateurs. En dehors d’être bloggeur nous partageons un lien commun, nous avons tous les deux travaillés dans le groupe Pernod-Ricard, lui à ses débuts professionnels en tant qu’assistant Marketing Manager en Australie. En, 2002 : Stéphane Toutoundji a racheté la moitié du Laboratoire d’analyses viticoles de Gilles Pauquet à Libourne. Ce laboratoire est aujourd’hui en charge de près de 250 à 300 propriétés. En 2004 : Le Château Tournefeuille, propriété de 18 hectares en Lalande de Pomerol, qui produit chaque année près de 100 000 bouteilles, confie les conseils en œnologie à Stéphane Toutoundji. 2007 : collaboration pour les Vignobles Turasan, situés à Urgup dans la région de Cappadoce en plein cœur de la Turquie. Les vignobles Turasan font partie des 5 plus grosses propriétés viticoles turques. La liste des châteaux avec lesquels Stéphane Toutoundji collabore est impressionnante mais il travaille aussi bien avec des Grands Crus Classés que des propriétés moins connues. Cet éclectisme lui permet de prendre du recul et, sans doute d’aiguiser, son sens critique, une qualité que j’apprécie autant que le bon vin.


Question N°1
 : Supposons que je sois un jeune bachelier passionné par le vin. Je cherche ma voie Sur le site du CIDJ je lis « L’œnologue, grâce à ses connaissances scientifiques et techniques, accompagne et supervise l’élaboration des vins et des produits dérivés du raisin. Sa principale activité concerne la vinification. Il conseille les viticulteurs dans le choix des cépages et la plantation des vignes. Il surveille les fermentations en cave, le traitement des vins et leur conditionnement. Il effectue des analyses et procède à des recherches technologiques visant à l’amélioration des cépages. L’œnologue peut également être chargé de la distillation ou fabrication des alcools à partir des marcs de raisins. Enfin, connaisseur et expert en dégustation, il participe à la commercialisation des vins en France et à l’étranger. En raison de la concurrence rencontrée désormais par la production française de vin sur le marché mondial, l’œnologue remplit une fonction stratégique pour le maintien ou l’amélioration de la qualité des produits de la viticulture française. »

Présenteriez-vous ainsi votre métier à une jeune pousse Stéphane Toutoundji ?

Réponse de Stéphane Toutoundji : Cette définition de mon métier est assez juste pour expliquer son fondement. Notre métier parait simple comme l’indique la définition du CIDJ, mais en fait, il est complexe et cloisonné. L’œnologue en propriété n’a pas le même rôle qu’un œnologue œuvrant chez un négociant. L’un doit veiller à la qualité annuelle d’un vin alors que l’autre doit avoir un don pour l’assemblage au quotidien. Mon métier est mille et un à la fois.

Métier de contact et d’écoute, mais également de connaissances sans cesse renouvelées, il n’est pas figé mais évolue. Il faut comprendre et anticiper le marché du vin, prendre en compte les objectifs commerciaux fixés avec le propriétaire, voyager  pour comprendre les peuples et leur consommation.

Cette nourriture s’acquière avec le temps et l’expérience. C’est en cela que la définition que vous citez est réductrice : un œnologue, c’est surtout un apprentissage et un vécu au-delà du diplôme.

Question N°2 : « Monsieur Seignelet, qui avait assis Bertrand face à lui, donnait à mi voix des leçons d’œnologie, récitait des châteaux, des climats, des millésimes, émettait des jugements, prononçait du vocabulaire : puis il voulut enseigner à son fils aîné le rite grave de la dégustation. » Tony Duvert « L’île Atlantique » éditions de Minuit 2005. Dans le fameux manga « Les Gouttes de Dieu » «  Le héros est présenté comme œnologue alors que manifestement c’est plutôt un œnophile doué et cultivé.

Quel est votre sentiment sur ce glissement sémantique Stéphane Toutoundji ?

Réponse de Stéphane Toutoundji : C’est un des problèmes de notre profession. Je trouve cela sclérosant.

Notre profession est jeune, et elle n’a jamais su se protéger contre l’usurpation du titre. Cela est révoltant car notre profession le mérite. Les études sont longues et difficiles et il est injuste que ce titre soit utilisé à tort et à travers. Mais c’est notre faute ! Nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous même.

Si chaque fois que le titre était utilisé à mauvais escient dans un article ou par un individu et que l’avocat de l’union des œnologues l’attaquait, cela n’arriverait plus. Mais cela n’est jamais le cas.

Complexe de jeunesse ou manque de confiance dans notre profession…allez savoir ! D’autres, comme les avocats, les géomètres et les médecins ont tranché depuis bien longtemps.

Question N°3 : Moi qui ne suis qu’un pur amateur aussi bien pour le vin, que pour la musique ou la peinture je place ma confiance non dans les critiques mais plutôt dans ma perception au travers de l’œuvre du génie du compositeur ou du peintre. Pour le vin l’affaire est plus complexe entre l’origine, le terroir, le vigneron, le vinificateur, le concepteur du vin, l’exécution est à plusieurs mains. La mise en avant de l’œnologue, une certaine starification, correspondant par ailleurs avec l’esprit du temps, à une forme de marketing du vin, ne risque-t-elle pas de nous priver d’une forme de référence objective, celle de l’homme de l’art, nous aidant à mieux comprendre l’esprit d’un vin ?

Réponse de Stéphane Toutoundji : Cette question est primordiale et je n’ai toujours pas la réponse. Certains vinificateurs sont devenus des stars médiatiques en surfant sur le créneau « surtout pas œnologue » et ça a superbement fonctionné.

D’autres œnologues, peu nombreux, sont aussi des stars. Je crois que cette starification était et est toujours nécessaire pour certains marchés et certains consommateurs. C’est un peu une marque de fabrique qui rassure et conforte.

Mais ce système a ses failles : la référence objective n’existe plus et la recherche est réduite à un nom, garantie d’une qualité ou d’un goût. Je pense que l’avenir va apporter des changements profonds et durables : l’éducation des consommateurs se fait à grande vitesse à travers le monde et la curiosité humaine aura toujours le dernier mot.

Mais cette recherche de l’esprit d’un vin est longue et doit dépasser les guides et critiques qui assènent des vérités de dégustation. Mais en même temps, cette recherche par des critiques permet d’accélérer la connaissance car ils débroussaillent le terrain.

Donc, la réponse idéale n’existe pas. Le vin est fait pour être consommé. C’est un objet de plaisirs, d’échanges et de bonheur. L’objectivité dans la dégustation est toujours la plus compliquée. Je suis souvent effaré par tous ces vins ‘’bêtes de concours‘’ dont les bouteilles ne se vident pas car le plaisir n’existe pas en les buvant.

Ils ont trop de tout et l’humain n’aime plus ces excès. Je suis ravi quand les bouteilles sont bues à table et terminées. C’est signe qu’il  y a eu du plaisir ! C’est l’essentiel.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 00:00

Olivier Ameisen, l’auteur du livre « Le dernier verre » chez Denoël, est un médecin sensible et talentueux. Deuxième enfant d’une famille parisienne aisée, d’origine juive polonaise, son parcours scolaire est fascinant : en 2d à l’Ecole Alsacienne il sollicite une dérogation, qu’il obtient d’Edgard Faure lui-même, pour passer son bac et le réussit brillamment. « C’était la première fois dans les annales, m’a affirmé le Ministère, qu’un élève réussissait son bac en classe de seconde. » Il veut être pianiste. Il a hérité du don de son père capable de jouer tout ce qu’il voulait au piano, « d’oreille car il n’avait jamais appris à lire la musique ». À sept ans, il dit à son père « Regarde, papa j’ai composé quelque chose de très beau, regarde.

-         C’est très bien, mais je crois que quelqu’un l’a composé avant toi, à dit son père.

-         Impossible !

-         - Bien sûr que si : c’est le Concert pour piano n°1 de Tchaïkovski. »


 

Bac en poche ses parents ne sont pas très disposés à le voir « passer tout son temps à travailler le piano ». Médecine alors, à l’exemple de l’ami de la famille le Pr Jean Bernard. Olivier décroche son premier job d’été comme pianiste à la Closerie des Lilas. Comme il fait plus vieux que son âge, les clients lui offraient des verres qu’il ne buvait pas. Un jour il décide sa mère à écrire à Arthur Rubinstein, »le pianiste des pianistes » pour qu’il le reçoive. Le maître accepte. Olivier joue, au 22 square de l’avenue Foch, sur le Steinway de son idole. Il confie à Rubinstein son intention de mener de front ses études de médecine et une carrière de concertiste et s’entend répondre « C’était possible du temps de Moritz Rosenthal, qui avait je crois un doctorat en philosophie, mais aujourd’hui c’est exclu. Il faut travailler comme un fou. Vous êtes un pianiste fabuleux, cher monsieur, vous êtes l’un des meilleurs. Vous me faites penser à moi-même, mais aussi à Samson François lorsqu’il a joué sur ce même piano. » Il choisit donc la cardiologie car « L’école française de « rythmologie » a une réputation mondiale, et ce sont les professeurs Slama et Coumel, mes maîtres à l’hôpital Lariboisière, qui ont guidé mes premiers pas. » Je dois avouer que ces références me touchent au cœur, au propre comme au figuré, car c’est à Lariboisière dans le service du Pr Slama que le Pr Coumel a soigné mon syndrome de Kent. Il est médecin-aspirant à Matignon au temps de Raymond Barre. New-York exerce sur Olivier « une singulière fascination » et, en octobre 1983, il choisit le service de cardiologie du prestigieux New York Presbyterian Hospital-Cornell University Medical Center. Quand l’alcool déboule dans sa vie il exerce aussi dans son propre cabinet de cardiologie à Manhattan.


 

Mais « Je suis hanté depuis toujours par un sentiment angoissant d’inadéquation, d’imposture. Alors que je dégage – selon ce qu’on me dit – une impression de force et d’assurance et même, pour beaucoup, de charisme, je me sens en totale inadéquation avec cette image. Pour moi, cette personne dont le CV épate tout le monde n’a rien à voir avec la personne que je suis réellement. Je vis dans la crainte d’être découvert. Un jour, forcément, quelqu’un comprendra que tout ce que j’entreprends, tous mes succès ne sont qu’une escroquerie, et le château de cartes s’écroulera en quelques secondes. » Là est la racine de sa maladie. Ce livre vous devez le lire. Je ne vais donc pas vous le résumer mais vous confier, dans l’ordre chronologique, des passages que j’ai soulignés lors de ma lecture.


 

« Mes parents n’ont jamais été buveurs ; à la maison, il n’y avait jamais de vin à table ; mes parents ont donc failli car ils ont omis de m’enseigner comment boire convenablement. Ils ont commis une faute importante car ils auraient dû prévoir que cela me handicaperait sur le plan social et professionnel » page 14


 

« la dépendance met les médecins mal à l’aise parce qu’ils n’ont aucun traitement efficace à proposer. Cela explique aussi la stigmatisation morale qui accompagne la dépendance. Chaque fois que la médecine ne parvient pas à guérir ou à contrôler une maladie, elle en rejette la faute sur le patient, en l’accusant de manquer de force de caractère, de volonté, etc. » page 17


 

« J’ai découvert que l’alcool calmait mes angoisses comme jamais les benzodiazépines ne l’avaient fait, et sans effet secondaires. L’alcool me donnait de l’assurance. Je me sentais serein, extraverti, lucide, complètement à l’aise. Je pouvais bavarder sans retenue avec un parfait inconnu. » page 58


 

« Le grand avantage de la cure, c’est que ce n’est pas la « vraie » vie. Mais c’est également son grand inconvénient, et c’est la raison pour laquelle ses résultats sont si fragiles. » page 111


 

« Les racines non biologiques de cette maladie qu’est la dépendance sont à rechercher dans le besoin de changement individuel, de grandir, et surtout de se comprendre soi-même et surtout de comprendre son rapport à autrui. Encore une fois, il est crucial de comprendre le terrain qui prédispose certaines personnes à l’addiction (…) En d’autres termes, tout le monde ne peut pas devenir alcoolique » page 137


 

« personne ne semblait comprendre que je n’avais aucune envie de me détruire. Même dans les moments les plus atroces, j’avis envie de vivre. »

« Ce que j’ai toujours pensé, ce que je continue de penser, c’est que l’alcool, s’il a failli me tuer à d’innombrables reprises, m’a permis d’aller mieux, de survivre. C’est l’alcool qui m’a permis de vivre et je pense que je serais mort, ou bien fou. » page 141


 

« Dans l’addiction, en revanche, les symptômes sont la maladie. Le principal symptôme de la dépendance c’est la dépendance, c’est-à-dire le craving, l’envie obsessionnelle de fumer, de boire, de prendre de l’héroïne et ainsi de suite. Si le patient refume, reboit, etc., c’est à cause de ce symptôme. Pour dire les choses autrement, si le patient est dépendant de la substance, la maladie, elle, est dépendante de ses symptômes. Supprimez les symptômes, et vous supprimez la maladie. » page 214


 

« Mais le baclofène était tombé dans le domaine public depuis des années. On pourrait penser que c’est une bonne chose, mais ce n’est pas le cas : n’importe quel laboratoire peut fabriquer et vendre un générique du baclofène, et donc aucun laboratoire n’investira le moindre centime dans une étude sur ses effets. Comme ce sont les laboratoires qui financent l’essentiel de la recherche sur le traitement de la dépendance… » page 237


 

« Les traitements contre la dépendance ont toujours pour but déclaré de ramener les patients à leur vie d’avant l’addiction, à leur état de « préaddiction ». Non seulement cette méthode ne marche pas, mais elle comporte en outre une faille importante. L’état qui précède la plongée dans la dépendance n’est rien d’autre qu’un état d’extrême vulnérabilité à l’addiction : ce n’est pas un « avant » vers lequel on peut vouloir retourner. C’est pour cela que lorsqu’on me disait : »C’st bon de se retrouver comme avant », je répondais invariablement : »Ce n’est pas du tout comme avant. Avant j’avais peut-être l’air normal, mais je me sentais extrêmement mal. Aujourd’hui, je ne me suis jamais senti aussi bien. » page 247


 

Allez sur le site d’Olivier Ameisen  http://olivierameisen.e-monsite.com/ et bonne lecture avec des commentaires…

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 00:06

 À Ajaccio le samedi est jour de marché. Le soleil se levait, l’air était tendre et la lumière fine. Nous avons baguenaudé entre les étals et Raphaël a fait une provision de charcuterie et de fromages de brebis corses dans un grand cabas d’osier qu’il venait d’acheter au bazar qui jouxte le marché. Mon estomac criait famine. Jasmine, qui jusqu’ici planait dans la gaze de sa nuit blanche, me tirait par la manche en pointant son index sur des petites boules de pâte dorée constellées de sucre en poudre « j’en veux plein…je suis en manque de sucre… » La boulangère, femme accorte et souriante, repérant les continentaux, ignares et étrangers à la corsitude, comme une poule les poussins de ses voisines de basse-cour, nous indiquait que ces petites friandises étaient fourrées au brocciu. « Le brocciu c’est la Corse ma belle » Ma remarque allait droit au cœur de notre boulangère qui m’enveloppait d’un regard ému. Poussant mon avantage je me lançais dans une démonstration « ethnolo-technologique » sur la fabrication du brocciu. « Ici, le berger est une icône. C’est lui l’homme du maquis qui, après la traite de ses chèvres ou de ses brebis, doit fabriquer le fromage. Sans cela le lait tournerait, alors il le fait d’abord cailler en le chauffant. Ensuite il casse ce caillé pour le mettre dans moules pour qu’il s’égoutte. C’est avec le petit lait récupéré qu’il va faire du brocciu. Il le fait recuire doucement, loin de l’ébullition. Il le sale et rajoute du lait de chèvre entier tout en brassant et en continuant la cuisson en poussant un peu le feu mais sans faire bouillir. Puis le berger, à la louche, récupère le futur brocciu, qui s’est massifié en surface, et il le verse dans des canestris. Quand c’est refroidi, le brocciu est prêt… » Jasmine m’écoutait religieusement et la boulangère m’octroyait silencieusement la carte d’identité Corse. Grisé par mon succès j’ajoutais « profitons-en car le vrai brocciu ne se fabrique pas pendant les mois d’été… » Suite à ce morceau de bravoure un peu pédant, en dépit de mes protestations, je ne pus m’acquitter de notre dû. Je n’insistai pas pour ne pas froisser notre boulangère qui, en sus, nous offrit un pochon empli d’ambrucciata.

 

Sur la terrasse du bar PMU où nous nous étions assis Jasmine, les lèvres barbouillées de sucre, me taquinait « Toi mon coco je suis sûre que tu tires ta science d’un séjour prolongé dans les bras d’une femme de braise de ce beau pays… »

-         Tu te trompes jolie cœur. C’est pire !

-          

-         Je connais les moindres replis de cette île.

-         Et pourtant tu nous as dit n’y avoir jamais mis les pieds…

-         Exact ma belle sucrée…

-         Ne cherche pas à détourner la conversation en me flattant. T’as encore pataugé dans les égouts…

-         C’est mon fond de commerce, tu le sais bien !

-         Arrête ton char ! Ne fais pas ton Pasqua ! Je n’aime pas ça !

-         Canal historique ou canal habituel ?

Raphaël, tout en se délectant de figatelli, venait de s’insérer dans notre partie de ping-pong. Jasmine se récriait.

-         De quoi tu causes Rapha ?

-         De trucs de mec jeune nana, ici les gonzesses la bouclent. Leur place c’est à la cuisine et au pieu…

-         Tu surjoue mon Rapha. Tu n’es pas crédible…

-         Peut-être mais c’était pour te mettre en garde…

-         De qui, de quoi ?

-         De tout ma belle sucrée…

Mon air supérieur exaspérait Jasmine. Elle se renfrognait puis contre-attaquait « Moi, les rouleurs, chaîne en or sur torse poilu, ray-ban et marcel, je m’en tamponne. Le premier qui se présente, je le détruis. Aux burnes en piqué, la totale radicale et il me mange dans la main. Tenez-le vous pour dit… »

 

La diversion de Raphaël avait parfaitement fonctionné et notre Jasmine semblait avoir oublié ses questions. Le soleil montait. On s’acheminait doucement vers l’heure de l’apéro et les accros du Tiercé nous environnaient. Que des vieux comme seule la Corse sait en faire, en grappes, avec la somme de leurs petites habitudes. Jasmine s’est levée. Elle m’a souri en me caressant les cheveux puis, empoignant son sac, d’un pas décidé elle s’est engouffrée dans la salle du café. Les vieux n’ont pas levé les yeux. Je rêvassais. Raphaël dépiautait Corse-Matin. Et puis, alors que je m’assoupissais, une forme étrange de houle, imperceptible mais palpable, me ramenait à la surface. Les vieux avaient rectifié leur position. Il faut dire que le spectacle qui s’offrait à eux en valait la peine : Jasmine avait troqué son jean pourri et son sweet informe pour une ravissante et très courte robe à bretelles qui donnait un aperçu complet et convaincant de ses charmes. Sa peau mate déjà dorée, ses cheveux jais taillés courts, son air canaille et ses sandales de moines la plaçaient dans la catégorie des inaccessibles, celles qui choisissent. Elle se plantait face à nous « et maintenant que la fête commence ! » Elle ne croyait pas si bien dire car à la seconde, dans ma ligne de mire, se positionnait une silhouette massive que j’aurais reconnue entre mille dans un hall de gare. Fataliste je ne pouvais m’empêcher de lâcher : « il me manquait plus que cette enflure de Contrucci… »  

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 00:02

Le temps de gestation de mes chroniques ne répond à aucune règle précise : certaines sont du genre poule pondeuse, sitôt pensées sitôt pondues ; à l’autre extrémité, il en est de pachydermiques, elles restent un long moment nichées dans l’une des « briques », la JB 85 ag peut-être – j’ai visité l’hôpital Ste Anne pendant les journées du Patrimoine et je suis incollable sur la stéréotaxie fondée sur une vision 3D de notre cerveau – pour en être expulsées dans une mise-bas rapide. L’embryon de celle de ce matin date de Pâques 2007 http://www.berthomeau.com/article-6335576.html alors que j’étais descendu dans le Morvan, plus précisément à Quarré-les-Tombes. Sans doute est-ce la mélamine dans le lait des nourrissons chinois qui est à l’origine de cette soudaine remontée.

 

Mon titre est une citation de Marcel VIGREUX : Les nourrices du Morvan et enfants assistés au XIXe siècle Bulletin n°25 -1987 - ACADEMIE DU MORVAN, qui écrit par ailleurs  « De tout temps, le Morvan a été regardé comme la terre de lait par excellence. Déjà les romains rapportaient que les gauloises de Bibracte trempaient leurs seins dans une fontaine du Mont Beuvray pour obtenir en quantité le lait qui nourrirait leurs enfants. Depuis lors, les descendantes chrétiennes de ces femmes ont été constamment recherchées. A Dun-les-Places, on est venu quérir la nourrice du Roi de Rome. D'Empury, on a fait venir celle du fils de Napoléon III. C'est cette préférence connue et reconnue pour les nourrices du Morvan qui, au XIXème siècle, peupla de nouveau-nés le moindre hameau de leur petit pays... »

 

Le Morvan va donc être sous le Second Empire où la nouvelle bourgeoisie d’affaires et d’industrie de Paris, dans son besoin de paraître, le pourvoyeur de « l’industrie des nourrices », en 1865 plus de 52% (le canton de Montsauche entre 1858 et 1864 envoie 1900 jeunes femmes à Paris). Celles qu’on appelle les nourrices sur lieu deviennent un élément privilégié de la domesticité. À la fin du XIXe le Nord et la Bretagne pèseront aussi lourd. Ces jeunes femmes, sitôt la naissance de leur enfant, quittaient le pays pour une durée de 12 à 18 mois. Dans leur famille d’accueil elles s’apparentaient à des gouvernantes en s’occupant des enfants de la famille. Bien traitées, correctement habillées, parfois même dotée d’une domestique, elles suivaient la famille dans tous ses déplacements. Victor Petit écrit :

« Rendons-nous vers une des principales portes des Tuileries entre midi et quatre heures. Deux magnifiques chevaux lancés au grand trot et fièrement menés par un cocher à riche livrée, sont attelés à une voiture armoriée. Cette voiture s’arrête et, tout aussitôt, un valet de pied de haute taille s’empresse d’ouvrir la portière et d’abaisser le marchepied. Une jeune femme tenant un enfant de quelques mois seulement, descend lentement. Les vêtements de l’enfant sont d’une finesse extrême, ceux de la nourrice sont simples mais d’une irréprochable propreté. Le valet et une camériste de bonne tenue aident avec précaution et attention l’heureuse nourrice à descendre, puis l’accompagnent dans le jardin en portant gravement des châles, des tabourets de pied, des ombrelles et quelques menues friandises.


Et bien, cette nourrice entourée de tant de soins à qui chacun s’empresse d’obéir, à laquelle rien n’est refusé, pour laquelle rien n’est trop beau ni trop bien, c’est une "Morvandiaute" de l’Avallonnais, une "bourguignotte" des environs de Chastellux ou de Quarré les Tombes ; c’est enfin une jeune villageoise que nous aurions pu voir, quelques mois auparavant dans la chambre obscure d’une pauvre chaumière où, quelquefois, il n’y avait pas de pain pour toute la famille ».

 

Dans cette florissante industrie des nourrices, la part de marché la plus importante est celle des enfants assistés, ceux qui se déplacent vers la nourrice. Le phénomène des nourrices sur place est d’abord régional : « L’étude de l’agence de Château-Chinon est bien révélatrice à cet égard : sur 7.326 enfants envoyés par la Seine et par la Nièvre dans la première moitié du XIXe siècle, 4.375 viennent de Nevers. C’est seulement à partir de 1840 que la concurrence de Paris s’affirme : entre 1840 et 1850, la même agence reçoit 1.500 enfants de Nevers mais 2.650 de Paris. Le déséquilibre au bénéfice des “Petits Paris” ne cesse de se confirmer. » La mortalité des “Petits Paris”  très élevée, selon le Dr Monnot, entre 1858 et 1869, 33% d’entre eux décèdent : ces enfants perdent la vie entre huit jours et trois mois après leur arrivée de Paris. Les raisons en sont multiples : conditions de retour abominables (coche d’eau jusqu’à Auxerre puis sur des routes défoncées en des voitures où les nourrices sont assises sur des bancs en tenant l’enfant dans leurs bras), sevrages prématurés, brutalité des mœurs, « appât du gain des Morvandiaux », le trafic d’enfants…

 

« L’historiographie du XIXème siècle fait peser la responsabilité totale du manque de soins donnés aux enfants de l’Assistance Publique sur les familles d’accueil du Morvan, qui, indirectement, ont fait augmenter la mortalité infantile. De ce point de vue, il convient aussi de poser la question en tenant compte des mentalités de l’époque et des conditions offertes aux Morvandiaux par la médecine du temps.

L’univers mental des paysans est tel que la médecine scientifique ne peut guère pénétrer le pays : le poids de l’ignorance, l’attitude à l’égard du médecin, sont de sérieux butoirs. En effet, quand un enfant est malade (même s’il s’agit de son propre enfant), on n’appelle pas le docteur, le paysan demande plutôt le sorcier, le rebouteux, le “gôgneux” et utilise volontiers les amulettes. Un officier de santé de Moux, très proche des populations morvandelles, le docteur Despiotte, écrit en 1870 "Pour le Morvan, l’histoire de l’humanité n’a pas franchi le Moyen Age. A quand le déchirement des ténèbres ?".

Le comportement des familles n’est pas délibéré à l’égard des “Petits Paris”, mais il relève d’une mentalité générale ».

 

Pour le Morvan, « l’industrie des nourrices » est une manne pour les populations pauvres. « Vers 1840, une nourrice à Paris peut gagner entre 400 et 500 F pour une “nourriture” de quatorze mois. Elle reçoit aussi de nombreux cadeaux, offerts par la mère de l’enfant, estimés à 150 ou 200 F, pour les dons en espèces, auxquels s’ajoutent des vêtements et des chaussures. Déduction faite des dépenses, le gain net peut s’établir à deux ou trois fois celui de la nourrice à emporter et approcher le salaire d’un migrant masculin, bœutier ou “galvacher”. » Les nourrices des « Grandes Maisons » peuvent « gagner aux environs de 2.000 F par an, placés sur un livret de Caisse d’Epargne. » Ascension sociale, amélioration de l’habitat, une nouvelle autorité féminine, de nouvelles habitudes alimentaires et vestimentaires… le retour au pays des nourrices ayant fréquenté « les belles manières » de la bourgeoisie parisienne, bouscule ce pays arriéré. Quand aux enfants de l’Assistance Publique, ils sont aussi des vaches à lait : « d’environ 1.000 F pour un enfant élevé jusqu’à douze ans, le salaire versé à la famille passe à près de 1.330 F vers 1880. Les mois de nourrices sont régulièrement révisés à la hausse depuis 1889 et à partir de 1902, la pension versée pour les pupilles de un à deux ans et pour ceux de moins d’un an, augmente de 33 à 39% par rapport à 1876. En 1911, le salaire mensuel pour les “nourrissons” est de 33 F au lieu de 18 F en 1876. A ces mois de nourrices s’ajoutent la fourniture de tous les vêtements des pupilles, la gratuité de tous les soins (paiement par le percepteur) et de nombreuses indemnités, celle des neuf mois, celle d’habillement (chaussures, bas et coiffure). Plusieurs récompenses et indemnités sont versées aux familles : pour la garde d’un enfant depuis un an jusqu’à douze ans et jusqu’à treize ans pour l’obtention du certificat d’études primaires depuis 1885 (50 F au nourricier, 40 F à l’instituteur et 10 F à l’élève). »

« Quand les “Petits Paris” ont atteint treize ans. Ceux-ci sont alors embauchés comme valets ou servantes de ferme chez les exploitants, selon l’usage des “louées” de domestiques aux foires habituelles. Pour les anciens pupilles, le directeur de leur agence établit, depuis la fin du XIXème siècle, des contrats d’embauche avec les employeurs, si bien que la louée publique n’est plus qu’une formalité : le directeur a tenu une permanence dans les chefs-lieux de canton, annoncée par voix de presse ; s’y rendent les employeurs et futurs domestiques et servantes - tous anciens pupilles de l’Assistance Publique. La discussion aboutit à la signature du contrat, dit “Contrat de placement”, qui fixe toutes les conditions du travail, soit quatre principales :

  1. la nourriture, l’hébergement et le blanchissage du pupille
  2. le traitement du domestique “avec bonté, douceur et humanité”
  3. les soins médicaux nécessaires en cas de maladie
  4. l’interdiction du renvoi de l’employé sans avoir consulté le directeur d’agence au moins huit jours d’avance.

A ces conditions s’ajoute un salaire annuel payable à la fin de l’engagement et correspondant aux frais de vêtements et à l’argent de poche remis à la fin de chaque mois. »

 

Pourquoi ce retour en arrière me direz-vous ? Deux raisons principales :

-         lors de mes 3 jours à Blois, avant le service national, j’ai rencontré des « gagés » du Morvan et, comme l’institution militaire est toujours d’une extrême délicatesse, à la suite des tests, ils étaient regroupés dans le bataillon des « illettrés » dans lequel 2 gars de mon village étaient aussi. Ça m’a marqué.

-         C’est un fait de société peu commun d’une ampleur difficile à imaginer aujourd’hui « De nombreux milieux sociaux sont concernés en Morvan, le monde médical, les journaliers agricoles et les petits exploitants; à Paris, les nobles et les bourgeois. Plusieurs milliers d’enfants de tous âges sont venus vivre en Morvan, des milliers de nourrices ont été chargées de les allaiter et de les élever ; d’autres sont allées à Paris et dans les grandes villes, même étrangères, vendre leur lait ». Ça remet en perspective l’intensité de certains de nos malheurs…

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 00:00

C’est le titre de l’éditorial du Monde daté du 29 octobre. Quelques jours avant, dans Ouest France, un autre titre : « On devient alcoolique de plus en plus tôt, fille ou garçon ». Je commence par l’histoire d’Anaïs, tout juste 20 ans et « derrière elle, l’expérience d’une déchéance violente. Alcools, substances stupéfiantes de toutes sortes, misères sociales et affectives… L’enfer lui a ouvert les bras lors de l’anniversaire d’une copine. Les deux amies ont 12 ans. Elles vont vider chacune une bouteille de mousseux. « On était euphoriques. On s’est bien amusées » Le pli est pris. L’habitude des fêtes avec les copains s’installe. »Certains ne buvaient que le week-end. D’autres, comme moi, se sont mis à boire dans la semaine. Au début, c’est un plaisir qu’on partage avec des amis. Et puis, ça devient un besoin. Je me suis mise à boire toute seule. Dès le matin. Du vin en cubi, de la bière. Tout ce qu’il y avait de moins cher. » Elle associe parfois l’alcool à l’ecstasy, la cocaïne, le LSD. À 17 ans, Anaïs est dans l’étau d’une dépendance psychique qui, très vite, devient physique. Les tremblements, les sueurs, le repli pathologique sur soi…Ses parent sont séparés, elle fréquente des squatts et les abris et les abris de fortune. Elle murmure : « Je ne pensais pas que ça pouvait mener si loin, si vite ! » Elle parle d’enfance difficile, de fuite, d’oubli… »

 

L’édito du Monde est lui dans le plus pur style très « faux-cul » du Monde (je suis abonné) : « C’est l’histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Depuis des mois, le gouvernement a exprimé son intention de limiter sévèrement l’accès des jeunes à l’alcool pour tenter d’enrayer des phénomènes d’addiction de plus en plus précoces et dangereux. Le projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoire » préparé par la ministre de la santé prévoit à cet effet plusieurs mesures comme l’interdiction stricte de vente d’alcool au moins de 18 ans ou la prohibition des « opens bars », ces soirées étudiantes où l’on peut boire à volonté après s’être acquitté d’un ticket d’entrée. »

 

Donc, si je lis bien l’éditorialiste du Monde ça c’est le verre à moitié plein mais ce cher homme ne nous dit pas ce qu’il faudrait faire pour qu’il soit complètement plein. En clair, que faire pour endiguer vraiment le phénomène décrit. Si l’on se réfère au cas d’Anaïs, les digues prévues, même si pour les « opens bars » je souscris des deux mains, apparaissent bien peu appropriées. Autre exemple cité dans l’article d’Ouest-France « Briser l’omerta, c’est le combat de Véronique, 46 ans, du pays Bigouden. Elle élève seule son fils de 19 ans, accro aux drogues et à l’alcool. « Il passe son temps à dormir, dormir, sans boire, sans manger, avec un teint vert de gris. J’appelle le 15. On me répond : ce n’est pas une urgence. Toutes les portes se claquent. On va crever tous les deux ! Le début de la maltraitance, c’est l’indifférence. » Et pendant ce temps-là l’ANPAA attaque un article sur le Champagne dans Le Parisien. Dérisoire !

 

« Mais dans le même temps, poursuit l’éditorialiste, Roselyne Bachelot – à noter le glissement vers la personnalisation – vient d’annoncer, avec un sens aigu de la litote, qu’elle ne s’opposera pas, lors de l’examen de ce texte au début 2009, à un amendement parlementaire autorisant la publicité pour l’alcool sur Internet. La Ministre s’est empressée d’ajouter que cette « actualisation » de la loi Evin, qui encadre strictement depuis 1991 la publicité pour les boissons alcoolisées, serait assortie de nombreuses protections : maintien de l’interdiction sur les sites voués aux jeunes ou au sport, messages assortis de mises en garde sanitaires, etc. »

 

Là, si je comprends bien notre plumitif du boulevard Blanqui – on est voisin – le verre est soudain moitié vide et l’argumentation frise la malveillance intellectuelle : « C’est vouloir une chose et son contraire. Non seulement Internet est sans conteste le média préféré des jeunes, mais c’est un média sans frontières : rien n’interdit à un adolescent de naviguer à sa guise sur le Web, sur des sites qui ne lui sont pas destinés ou sur des sites étrangers qui ne se privent pas de faire de la publicité pour des boissons alcoolisées. Prétendre y poser des garde-fous est donc largement illusoire. »

Totalement d’accord mais ensuite je m’embrouille dans vos pédales monsieur Fottorino lorsque vous concluez « À moins qu’il ne s’agisse d’une politique de gribouille, destinée à concilier l’inconciliable, en l’occurrence les impératifs de santé publique – quand on écrit cela on a tout dit et rien dit, c’est de la pure incantation, et ça dure depuis des décennies – et les demandes des industriels du secteur – les vignerons tout particulièrement je suppose – pour lever les carcans qui brident leurs stratégies commerciales

Or – tout est dans cet or sans recours – toutes les études récentes le démontrent : l’abus d’alcool est en forte augmentation chez les jeunes depuis quelques années, et ce phénomène n’est certainement pas de nature à prévenir les dégâts que provoque toujours l’alcoolisme en France : 45 000 décès prématurés chaque année, 2 millions de personnes dépendantes, un tiers des accidents de la route provoqués par l’alcool et la plupart des violences conjugales. La Ministre de la santé ne saurait l’ignorer. »

 

Fermez le ban ! Verrouillons le Net français car, comme chacun sait, Anaïs et le fils de Véronique sont allés sur le Net pour se goinfrer de pub sur l’alcool, l’ecstasy, le LSD ou tout ce qui n’était pas cher pour se défoncer… » C’est débile monsieur Fottorino ! Bien sûr que le Net est le média préféré des jeunes mais, comme vous le dites aussi, c’est un média sans frontières alors toutes vos lignes Maginot seront contournées. Le phénomène d’alcoolisation violente des jeunes est malheureusement lié à un phénomène de mimétisme avec la découverte du binge-drinking sur le Net. Cette pratique provenant de pays du Nord où les politiques de santé publique vis-à-vis de l’alcool étaient très strictes. Les gens du vin, au travers des positions de Vin&Santé, ne sont pas la caricature que vous présentez monsieur l’éditorialiste. Nous jeter à la gueule des morts, des femmes battues, des personnes dépendantes pour nous interdire de communiquer sur le vin – car au-delà de la réclame les censeurs veulent interdire l’expression même des valeurs du produit – c’est indigne. Le produit en tant que tel n’est pas une drogue – ou alors je me drogue – mais comme le dit très bien le Dr Olivier Ameisen c’est le craving – l’envie irrépressible de boire – qui créé la dépendance, l’addiction. La protection de la jeunesse vaut mieux que ces illusoires batailles à la française qui semblent faire fi de la réalité de la vie que l’on vit. Croire, ou vouloir faire croire, que les impératifs de santé publique pourront substituer des politiques publiques à la dislocation de la cellule familiale, à la solitude, à la misère, au stress, au mal être, c’est se moquer du monde.

Atlas régional des consommations de produits psychoactifs des jeunes Français.
Exploitation régionale de l'enquête ESCAPAD 2002/2003

OFDT, 224 p.
Juin 2005.


" En interrogeant régulièrement, lors de leur journée d'appel de préparation à la défense, un échantillon représentatif des jeunes Français de 17 et 18 ans sur leurs usages d'alcool, de tabac, de médicaments psychotropes et de drogues illicites, ESCAPAD constitue un véritable baromètre de ces comportements à un âge stratégique.
La publication de cet Atlas illustre aujourd'hui la capacité de l'enquête à produire des indicateurs pertinents à l'échelle régionale, constituant une véritable plus-value en termes de précision pour les acteurs locaux. Un des intérêts de l'enquête ESCAPAD est en effet d'offrir un cadre de comparabilité plus rigoureux que lorsque des enquêtes sont menées indépendamment d'une région à l'autre, avec des méthodes, des populations et des questionnements différents."



Auteurs :
François Beck, Stéphane Legleye, Stanislas Spilka (OFDT)



http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/publi/rapports/rap05/atlas05.html

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 00:09

Afin de ne pas me faire taxer par le sieur Thomas d’utiliser des arguments de V.C. contre des icones modernes : aujourd’hui les chercheurs, je commence par citer ma source : SCIENCES ET AVENIR - SEPTEMBRE 2008 sous le titre : Toxicologie Animale « la musaraigne alcoolique et jamais ivre » Fascinant non, vous ne trouvez pas, le rêve non – je plaisante bien sûr – et toujours pour ne pas tomber sous les oukases de mon lecteur intransigeant, je livre à votre sagacité le texte de cet article.

« C'est un peu le superchiffre du mois : 1,4 g d'alcool dans le sang, tous les jours de l‘année pour une musaraigne asiatique à la queue en panache. Et sans tituber, en plus ! L’alcoolisme chronique de Ptilocercus louwii a été découvert par l'équipe de Frank Wiens, de l'université de Bayreuth (Allemagne). Le péché mignon du ptilocerque? Le nectar d’un palmier qui fleurit au cœur de la forêt malaise et titre jusqu'à 3 ,8% d’alcool comme le cidre. L’animal en boit l'équivalent de neuf verres par nuit ! De tous les animaux qui s'abreuvent à cette « fontaine », c'est le pire alcoolique de la bande.

A l'aide de caméras, l’équipe a également filmé les allées et venues d'un écureuil, de quelques rats, d'un loris et d'un primate prosimien. Le plus étonnant est que notre ptilocerque ne manifeste aucun signe d'ivresse. Comment fait son organisme pour supporter cette alcoolémie sans équivalent? C’est a première question que se posent les chercheurs La seconde étant: L'alcool fait-il partie intégrante du régime de ces petits- mammifères et ce, depuis leur apparition voilà 55 millions d'années? Avec des implications qui font tourner la tête... » H.R.

Sans contester le bien-fondé de ces recherches qui sans doute auront un jour un impact sur la pharmacopée, grande utilisatrice de produits toxiques, ou peut-être sur l’alcoologie, ou je ne sais sur quel progrès, je ne peux m’empêcher de penser que sous le prétexte de l’observation scientifique, derrière les caméras de surveillance des écureuils et des rats, se cache une volonté de réduire nos comportements sociaux à de pures addictions ou à des phénomènes où la chimie tient plus de place que notre libre arbitre. Soumis à la dictature des blouses blanches, bien encadrés par des bataillons d’hygiénistes, nos plaisirs seront soumis à des normes issues de leurs travaux et de leurs préconisations. Fini le jeu stupide de la séduction, vive le taux de phéromones des belles ! Le joyeux drille ou le bon vivant entrera dans une population à risque. Jouir sans entrave constituera un comportement déviant. Nous serons fichés, encartés, soumis à plein de taux divers et variés permettant aux maîtres de la Santé Publique de déterminer notre dangerosité. Enfin protégés de nous-mêmes, surveillés de près, soumis à des bonus malus après déclaration obligatoire de notre consommation, sous tranquillisants, antidépresseurs, sevrés, béats nous pourrons mourir tranquilles.

Par ailleurs, après réflexion, pourquoi qualifier ce malheureux ptilocerque d’alcoolique, alors que sa consommation du nectar de palmier, même s’il lui fait atteindre un taux d’alcoolémie record, n’a sur lui aucun effet néfaste. D’ailleurs il est toujours présent dans son milieu naturel après 55 millions d’années d’existence. Ses 9 verres de cidre font tout bêtement parti de son régime alimentaire. Se poser la question de la capacité de résistance de son organisme à cette ingestion en dit plus long qu’un long discours sur les présupposés des scientifiques. Joyeux coup de pied dans la suffisance de certains d’entre eux qui, à grands coups de statistiques agglomérées, font des corrélations hasardeuses qui, bien évidemment, confortent leurs présupposés. Nous sommes des animaux sociaux pas des souris de laboratoires. Que l’ingestion massive d’alcool détruise l’organisme, nul ne le conteste, mais penser qu’il suffit de mettre, sur la base de purs interdits ou de prohibitions, une vraie politique de prévention, relève de l’inhumanité. Nous sommes et nous resterons des petits bons hommes pleins de défauts, angoissés, stressés, complexés. Nous traiter comme des pipistrelles (chauves-souris accusées par l'obscurantisme de méfaits fantasmés) en nous clouant, comme elles, sur les portes des granges, pour nous stigmatiser nous, les gens du vin, pourvoyeurs de « souffrance »… Les procès en sorcellerie, même modernes, sont toujours instruits par des inquisiteurs qui campent sur des positions d'un autre âge...

Comme je suis un bon petit soldat discipliné je participe à la journée d'action des bloggeurs du vin (ça me rappelle d'autres temps)    www.le-vin-sur-internet.fr même si je pense que ça va servir de prétexte supplémentaire à nos "amis" de l'ANAPAA pour prendre l'opinion publique à témoin des pressions "insupportables" du très fameux lobby du vin sur les politiques. Mais bon, c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe, alors espérons que les bons vieux défilés avec dépôt de motions à la Préfecture, seront efficaces. Je reviendrai sur le sujet demain dans une chronique à propos d'un éditorial du journal Le Monde daté du 29 mai : "l'alcool et les jeunes, et qui évoque la question de la publicité sur le Net,  car j'ai vraiment le sentiment que nous fonçons tête baissée dans un piège. Merci de ne pas me tomber sur le râble pour cette position, je rappelle que sur cet espace de liberté, depuis l'origine, ma position sur ces sujets est sans ambiguité...

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 00:01


" Vignerons, hommes d'une chose, vignerons, je vous salue.

    Il y a des gens qui écrèment, ils se contentent du plaisir du dessus ; vous, vous avez été profond. Vous voilà contre la terre.

  Vignerons, chers amis, vous savez bien : cette terre, il faut d'abord avoir sué contre, avoir peiné, avoir pleuré contre, avoir juré contre, avoir gémi contre, lui avoir dit : "Non", plusieurs fois, l'avoir reniée comme a fait saint Pierre : c'est qu'il y a certains jours où l'amour se retourne et où l'amour agit à rebours. L'amour dit parfois non... Puis tout à coup il dit oui de nouveau, car l'amour est persévérence." 

                                        C.F. RAMUZ ( La fête des vignerons )

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 00:09

Olivier Nasles, notre second invité à répondre aux 3 mêmes questions est membre fondateur du club « Sans Interdit ». C'est un œnologue engagé. En 2004 il siège au CN de l’INAO et depuis 2007 il est Vice-président du CAC (Conseil Agrément et Contrôle) de l’Institut  devenu National de l’Origine et de la Qualité et il est membre de son Conseil Permanent. Pour ne pas me voir taxé de connivence par certains - le club - ou de parti pris par d'autres - mes chroniques sur le CAC - pour vous le présenter je laisse la plume à une journaliste, Dominique Fonsèque-Nathan :

« Il parait qu’il est tombé dans une barrique. 4ème génération d’une famille vouée entièrement au vin, il co-exploite aujourd’hui avec sa mère, présidente des Coteaux d’Aix, le domaine de Camaïssette, exploitation de 25 hectares, en AOC et, aussi, en oliviers, sa dernière passion. Depuis1986, il est patron d’un laboratoire d’œnologie, créé lors de son 25ème anniversaire. Cette entreprise emploie 9 salariés, conseille une centaine de domaines et de caves coopératives et présente une originalité, celle d’être le laboratoire d’analyses en spiritueux, Bière et sirop pour…Carrefour France. Echanson du Roy René, chroniqueur à France Bleu Provence etc., Olivier Nasles est devenu, au fil du temps, celui auquel on fait volontiers appel quand il s’agit de parler, déguster ou faire déguster le vin. Ancien président de la Jeune Chambre Economique d’Aix, il a, jadis, siégé au conseil municipal de Jean-François Picheral, malgré une étiquette politique différente. Boulimique d’activités, il avoue « travailler 100 heures les semaines calmes et 110 heures, les semaines de folie. » Une boutade que ses amis savent proche de la réalité. Pourtant, Olivier Nasles aurait voulu être pilote de ligne.  On était en 1977, il venait d’avoir le baccalauréat. La crise pétrolière et les difficultés du marché aérien avaient entraîné la fermeture (provisoire) de l’Ecole nationale de l’aviation civile. Il raconte : « j’ai choisi la sécurité et passé mon diplôme d’œnologue. » Pendant deux ans, il prend la direction d’un grand domaine à Valensole. Le temps de faire ses premières armes avant de fonder le laboratoire d’œnologie. Si, au fil du temps, le grand jeune homme a pris « de la bouteille », au propre et au figuré, il garde sa passion pour son métier et cette alchimie entre la matière première, le raisin, et le savoir-faire des hommes accompagnant sa transformation. Ce qu’il aime c’est le mariage entre la science et l’expérience non livresque. « Mon métier, c’est d’aider le vigneron à faire un vin à son image, pas à la mienne. Si c’était le cas, on irait vers la standardisation. » Intervenant sur l’ensemble du processus d’élaboration du vin, de la production de raisin jusqu’à la mise en bouteille, présent sur le terrain, les caves, les ateliers de dégustation ou son laboratoire, Olivier Nasles compare son métier à celui d’un vétérinaire ! « Comme lui, on essaie de comprendre un être vivant qui ne parle pas, qu’on doit soigner et élever. Un être qui, à sa majorité, nous échappe et que l’on ne contrôle pas. »

 

Question N°1 : Supposons que je sois un jeune bachelier passionné par le vin. Je cherche ma voie Sur le site du CIDJ je lis « L’œnologue, grâce à ses connaissances scientifiques et techniques, accompagne et supervise l’élaboration des vins et des produits dérivés du raisin. Sa principale activité concerne la vinification. Il conseille les viticulteurs dans le choix des cépages et la plantation des vignes. Il surveille les fermentations en cave, le traitement des vins et leur conditionnement. Il effectue des analyses et procède à des recherches technologiques visant à l’amélioration des cépages. L’œnologue peut également être chargé de la distillation ou fabrication des alcools à partir des marcs de raisins. Enfin, connaisseur et expert en dégustation, il participe à la commercialisation des vins en France et à l’étranger. En raison de la concurrence rencontrée désormais par la production française de vin sur le marché mondial, l’œnologue remplit une fonction stratégique pour le maintien ou l’amélioration de la qualité des produits de la viticulture française. »

Présenteriez-vous ainsi votre métier à une jeune pousse Olivier Nasles ?

Réponse d’Olivier Nasles : Oui et Non.  Oui car effectivement, à quelques nuances près, cette définition de notre métier recouvre et montre la diversité de celui-ci, de la vigne à la cave, du laboratoire à l’examen sensoriel en passant par l’accompagnement commercial, tout y est.

Non car résumer le métier d’œnologue à un simple exercice scientifique est une profonde erreur. Le vin est un être vivant qu’il faut comprendre avant de lui apporter des soins. L’analyse, la connaissance de la chimie et de la biochimie ne sont que des moyens, des aides aux conseils. L’œnologue qu’il exerce en propriété, en coopérative ou en conseil, doit avant tout comprendre ce que la vigne et son raisin ont dans le « ventre » avant d’intervenir. Cette sensibilité est fondamentale car elle évite de faire des erreurs.  Un bon œnologue doit comprendre qu’il ne « fait » pas du vin mais qu’il accompagne un processus naturel, qu’il peut parfois pallier partiellement à des déviations mais qu’en aucun cas, il ne transforme l’eau en vin.

 

Question N°2 : « Monsieur Seignelet, qui avait assis Bertrand face à lui, donnait à mi-voix des leçons d’œnologie, récitait des châteaux, des climats, des millésimes, émettait des jugements, prononçait du vocabulaire : puis il voulut enseigner à son fils aîné le rite grave de la dégustation. » Tony Duvert « L’île Atlantique » éditions de Minuit 2005. Dans la fameuse manga « Les Gouttes de Dieu » «  Le héros est présenté comme œnologue alors que manifestement c’est plutôt un œnophile doué et cultivé.

Quel est votre sentiment sur ce glissement sémantique Olivier Nasles ?

Réponse d’Olivier Nasles : Effectivement, le terme d’œnologue est souvent utilisé à tort et à travers. Combien de fois un oenophile ou un sommelier se voit parer du titre d’œnologue. Loin de moi l’idée de laisser penser que notre métier est supérieur, là n’est pas la question. Mais il ne faut pas confondre celui qui va accompagner la naissance d’un vin avec celui qui a la connaissance du produit et qui va pouvoir le conseiller. Un visiteur médical connaît parfaitement les médicaments qu’il vend, il n’est pas pour autant médecin ou pharmacien.

Question N°3 : Moi qui ne suis qu’un pur amateur aussi bien pour le vin, que pour la musique ou la peinture, je place ma confiance non dans les critiques mais plutôt dans ma perception au travers de l’œuvre du génie du compositeur ou du peintre. Pour le vin l’affaire est plus complexe entre l’origine, le terroir, le vigneron, le vinificateur, le concepteur du vin, l’exécution est à plusieurs mains. La mise en avant de l’œnologue, une certaine starification, correspondant par ailleurs avec l’esprit du temps, à une forme de marketing du vin, ne risque-t-elle pas de nous priver d’une forme de référence objective, celle de l’homme de l’art, nous aidant à mieux comprendre l’esprit d’un vin ?

Réponse d’Olivier Nasles : Vous mettez là le doigt sur ce qui, pour moi, fait le plus de dégâts dans la perception du vin par les consommateurs. La République des « sachants » qui s’arroge le droit de décider ce qui est bon ou mauvais. La comparaison avec les critiques en matières artistiques est tout à fait pertinente.  C’est toute la différence qu’il y a entre informer sur une œuvre et imposer son avis sur celle-ci. À force de sacraliser le vin, ces « bien-pensants » ont à la fois découragé les jeunes consommateurs qui se sentent perdus et ont peur de rentrer dans le monde du vin et surtout, ils ont fait oublier que le vin, c’est avant tout un produit qui doit donner du plaisir. Dans un de ses poèmes, Jaques Prévert disait : « Je plais à qui je plais, je suis faite comme ça, est-ce ma faute à moi si ce n’est pas le même qui m’aime chaque fois… ». Il faut arrêter de se prendre au sérieux, tous les métiers de la filière viticole ne doivent avoir qu’un seul objectif, celui de donner du plaisir au consommateur qui est le seul juge du résultat du travail du vigneron, du négociant ou de l’œnologue. La starification de certains œnologues ou critiques d’ailleurs fait partie des besoins de communication de notre société, mais elle fait souvent plus de dégâts que de bien à notre filière. Nous souffrons enfin de la mauvaise utilisation des mots. Régulièrement, les dirigeants de notre filière parlent de vins de qualité, cela est la plus belle des bêtises pour rester polis. Il y a totale confusion entre le terme « qualité » et celui de « goût ». La qualité, c’est un système d’accompagnement de productions ou de services. Nous faisons des produits à « goûts ». Le fondamental, c’est que ce goût soit pluriel. Il y a le goût du plus grand nombre, ce sont les vins de marque comme « JP Chenet », il y a le goût à la mode comme  ceux des vins « Parkérisés » et puis, il y a surtout la multiplicité de goûts qui fait la richesse de notre patrimoine bachique. En résumé, le vin est et doit rester avant tout un instant de plaisir où nul n’a le droit, pas même l’œnologue, de venir nous dire ce qui est bon ou ce qui ne l’est pas.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 00:06

À la lecture de mon titre je vois déjà les esthètes frétiller du gosier en se disant ce galopin de Berthomeau s’est enfin décidé à nous parler des vins de Vienne, un must donc. En dépit de mon rapport intime avec Vienne l’Iséroise – j’ai travaillé à deux reprises avec son ancien maire, Louis Mermaz, alors qu’il était Président de l’Assemblée Nationale puis Ministre de l’Agriculture – ce matin c’est de Vienne l’Autrichienne dont je vais vous entretenir. En effet, au cul des bus parisiens, mon œil acéré a découvert ces derniers jours une intrigante proposition : « Vienne, vin&design » du 1er octobre au 30 novembre 2008. Dare-dare je suis donc allé sur le site et j’y ai découvert tout d’abord la déclaration du maire de Vienne, Michael Häupl orné du titre dont je me suis servi pour ma chronique : « Vienne et le vin sont inséparables » :

« En vertu d'une loi sur la viticulture parmi les plus sévères au monde, les vins autrichiens, et par là-même les vins viennois, ont connu lors des vingt dernières années un essor sans précédent. Aujourd'hui, nous avons toutes les raisons d'être fiers de l'excellence du vin de Vienne. Or Vienne n'est pas uniquement une ville du vin, elle est aussi une ville du design : architecture, mode, mobilier et bien d'autres domaines en témoignent. Riche d'une longue tradition, Vienne bénéficie désormais d'une reconnaissance internationale et d'un grand rayonnement sur ces deux plans. Savourez la culture et l'art de vivre de notre capitale qui s'expriment – notamment, mais pas seulement – à travers le vin de Vienne et le design moderne. »

On peut aussi lire : « À Vienne, la viticulture jouit d'une tradition deux fois millénaire. Aujourd'hui, Vienne, qui est aussi un vignoble à part entière, se présente comme une ville à l'activité viticole vivante et dynamique. 700 hectares de vignes sont exploités dans l'agglomération viennoise : ils influencent la physionomie de la ville, constituent un facteur économique primordial et offrent un espace de détente de proximité fort apprécié. Riesling, Weissburgunder, « Gemischter Satz » (un savant assemblage de vins) ou encore Blauer Zweigelt se dégustent dans les auberges traditionnelles de heuriger, en banlieue viennoise, ou sur les nombreuses tables gastronomiques de Vienne qui, de plus en plus, misent sur les crus viennois. »

Ou bien encore : « Bien manger & bien boire » Du petit verre gâterie au 7e ciel des pâtisseries: Vienne, la seule métropole internationale à faire le vin de sa vigne, est dans toutes les bouches. La Cuisine viennoise, la seule parmi les grandes cuisines du monde qui tire son nom d'une ville, vous attend. »
Et encore, le vin de Vienne va en ville « Depuis quelques années, le vin de Vienne quitte son pré carré traditionnel, le heuriger, et part à la conquête du centre-ville. Il est désormais chic de boire le vin de Vienne et de plus en plus de restaurateurs misent résolument sur les crus locaux. Et bien leur en prend, car le vin de Vienne sait se tenir ! Le « Gemischter Satz », riche en arômes et nerveux, le primeur appelé « Junge Wiener », le Grüner Veltliner, léger et poivré, et le Blauer Zweigelt au nez de cerise sont chez eux dans les restaurants tendance et sur les terrasses estivales des bistros. Les tables les plus réputées préfèrent en général les vins de caractère, élevés en barriques, comme le Weissburgunder et le Riesling bien mûrs, mais aussi le Chardonnay, le Sauvignon blanc, certain Grüner Veltliner viril et les grands crus rouges tels que le Pinot noir et le St-Laurent. Ce sont d'excellents compagnons d'agapes, qui s'adaptent facilement et complètent harmonieusement les nombreux délices de la cuisine viennoise. »
Et pendant ce temps-là dans notre doulce France alors que vient de se clore la Semaine du Goût et que la FIAC 2008 ouvre ses portes à l’heure où j’écris cette chronique le 23 octobre, nos « amis » des associations antialcooliques se sont fendus d’un communiqué où ils sortent l’artillerie lourde pour fustiger « la présence de plusieurs marques de boissons alcooliques – non seulement de vin et de champagne – mais de bière, d’apéritif et de whisky… » en soutien de la semaine du Goût. Pour eux cela illustre « les dérives auxquelles il faut s’attendre si la publicité pour l’alcool sur Internet n’est pas strictement encadrée » Pour faire bon poids, elles ont adressé au Premier Ministre une lettre pour souligner « le caractère illusoire de la protection d’une législation qui autoriseraient tous les sites à l’exception de ceux destinés à la jeunesse, au sens des dispositions de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. » Enfin ils s’étonnent du Haut patronage du Ministère de l’Agriculture à la Semaine du Goût. Bref, France pays emblématique du vin, France des vignerons, France en panne de croissance, France des PME du vin, France du bien vivre, remballe tout, cède la place à une France honteuse, une France triste, une France des hygiénistes incapables d’endiguer le fléau de l’alcoolisme depuis des décennies, une France bardée d’interdits, une France sous perfusion d’assistanat social. J’enrage d’une telle cécité, d’un tel acharnement imbécile. Dans quel monde vivent-ils ? Pourquoi se refusent-ils à admettre comme l’écrit si bien le Docteur Olivier Ameisen dans son beau livre « Le dernier verre » (je vais écrire une chronique à son propos), que la prohibition est une muraille de papier. Quand allons-nous sortir de ce face à face stérile, improductif pour aborder les questions de fond, sans anathèmes ni tabous ?
Que nous reste-t-il à faire au lieu de pester contre nos sinistres censeurs ? C’est simple : à convaincre le Maire de Paris, le Ministre de la Culture d’organiser fin octobre 2009 : « Paris, le vin&l’art contemporain » Entre nous, ça aurait de la gueule que d’offrir, à tous ceux qui pensent que nous restons la référence dans le domaine du vin, l’image d’une France alliant tradition&modernité. L’entreprise ne me semble pas hors de portée, mon principal souci c’est nous gens du vin qui montrons jour après jour notre incapacité à porter ce type de projet fédérateur et à fort impact sur notre opinion publique et tous ceux pour qui Paris est la ville de l’art de vivre à la française. Quand on pense que Bernard Arnault et François Pinault, mécènes et grands collectionneurs d’art contemporain sont, surtout le premier, même si ça fait sourire certains d’entre vous, des gens du vin, le challenge pourrait être relevé. L’idée est lancée et, selon la tradition de ce blog, elle va disparaître dans un silence abyssal.
Pour terminer sur une note plus gaie, quelques mots sur le vignoble de Vienne tirés du site 75cl info : «  Un vignoble riche en histoire : ce sont les soldats romains qui, il y a plus de vingt siècle plantèrent les premières vignes de la région ! C'est en 1986 que 3 noms de la Vallée du Rhône décidèrent de recréer un domaine : François Villard, Yves Cuilleron, et Pierre Gaillard. Les vignes, situées sur des coteaux granitiques, donnent naissance à des cuvées d’une qualité reconnue par les plus grands (Revue du Vin de France, R. Parker...). »

 

Commentaire Revue du Vin de France :

"Le caractère riche et dense des 2004 leur a permis de bien se fondre dans le boisé de l'élevage. Taburnum est ainsi magnifique de densité et d'expression.

A l'autre bout de l'échelle, on se régale du Côtes du Rhône franc et aromatique. Les rouges possèdent également un très bon équilibre et de la chair, en particulier le cornas, de toute beauté, et le Sonatum, droit et épicé."  

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 00:02

 

Le soir de l’unique débat entre les deux candidats au 2ième tour je me trouvais à la salle de sport de mon club de gym. Alors que je me tapais mes 5000 mètres à la rame, sur les écrans muets, où d’ordinaire nous avions droit à des images des chaînes sportives, la mise en place des deux protagonistes puis leur simple gestuelle me fit pressentir le drame qui se nouait. Elle sortait ses griffes. Son coefficient de méchanceté naturelle crevait l’écran, effrayait la France modérée dont elle sollicitait le ralliement. Lui, agressé, jouait à la perfection le premier communiant outragé. La messe était définitivement dite. Ce soir-là je battis mon record de temps sur mon rameur. Le jour du meeting de Charléty, Jasmine, qui n’avait jamais pénétré dans un bureau de vote, me tannait pour que nous nous y rendions. Faux-cul je lui servis mon couplet soixante-huitard sur Charléty  ce qui me valait un retour foudroyant : « si tu ne le fais pas pour moi, fais-le pour Marie ». Sous le choc je rendais les armes. En chemin, retrouvant mon ironi,e je titillais ma douce et tendre amie « tu t’intéresses à la politique maintenant ? »

-         Non !

-         Alors qu’allons-nous faire à cette grand-messe ?

-         La voir.

-         Pourquoi ?

-         Elle m’émeut…

-         Pourtant elle horripile beaucoup de femmes…

-         Normal elle leur ressemble. C’est Jeanne d’Arc dans la fosse aux lions…

-         En l’occurrence c’était Daniel…

-         Arrête de jouer le mec, ça ne te vas pas, tu forces ta nature…

-         Féministe ?

-         Ne fais pas chier avec tes clichés à la con. Toutes des mal-baisées, moches et frustrées…

-         T’exagères, elles se sont battues contre l’hégémonie des mecs.

-         Ouais mais elles détestent les mecs. Moi je les aime…

-         Tous ?

-         Ouais, j’aurais été capable de tomber amoureuse d’un beau SS.

-         Que tu dis !

-         Tu aimes trop les femmes mon beau tu ne sais pas à quel point de bassesse elles sont capables de descendre quand elles tombent amoureuses…

-         Je ne te savais pas aussi pertinente…

-         Normal, tu m’aimes comme tu aimes de Staël ou Pollock, avec tes couilles et ton imagination délirante. T’es un esthète moi je suis une sauvage…

-         Tu vas voter pour elle ?

-         Oui.

 

Je me suis étendu sur l’herbe de la pelouse. Sur l’estrade la fine fleur de l’intelligentsia parisienne défilait. Ils aiment ça. Des chanteurs chantaient. Jasmine s’était éclipsée. Une femme, la quarantaine rayonnante, vint se poser près de moi. Des seins à damner un saint ! Tout de go je le lui dis. Elle me sourit. Nous restâmes ainsi un long moment sans rien nous dire. La foule se faisait de plus en plus dense. C’était comme si un cocon se refermait autour de nous. Nous nous relevâmes. Je lui pris la main. Elle tressaillait mais ne résistait pas. La candidate était annoncée. Je profitais du mouvement de la foule pour lui enserrer la taille. Elle se cabrait un peu puis se détendait. Doucement, sans brusquerie, je l’encorbellais de mes bras tout en glissant mes mains sous son tee-shirt un peu humide. Elle avait une peau fine et douce. Je le lui disais. Ses mains guidaient les miennes jusqu’à la splendeur de sa poitrine. Autour de nous nul ne se souciait de notre petit jeu. Dans mes paumes ils palpitaient. Avec une rapidité et une dextérité dont je ne me croyais pas capable je les libérais. Elle se haussait sur la pointe des pieds en criant « la voilà » tout en frottant langoureusement ses fesses sur mon sexe dressé. Ses tétons eux-aussi étaient durs et dressés. Nous sommes restés ainsi pendant tout le discours, collés, au bord de la rupture. Ils sont tous partis et nous nous sommes rassis sur la pelouse. L’air était doux. Elle ne disait rien. Puis elle s’est levée. M’a demandé de ragrafer son soutien-gorge. Ce que j’ai fait. Puis je l’ai embrassé. Elle m’a donné sa bouche avec passion. « Il faut que je rentre. Je suis une femme mariée… » J’ai fait un bout de chemin avec elle. Nous nous sommes arrêtés prendre un verre à la Butte aux Cailles. Avec un air de petite fille surprise à se donner du plaisir elle m’a dit « J’ai déjà un amant. Il est jaloux comme un tigre. C’est un vieux. Je ne sais pas rompre. Aidez-moi… » Bien évidemment j’ai répondu oui. Erreur manifeste c’était un oiseau des îles, au corps charmant, qui collectionnait les amants sans n’en quitter aucun. Alors, c’est moi qui ai pris la poudre d’escampette : je voguais vers la Corse sans aucun remords.

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents