Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2005 5 30 /09 /septembre /2005 00:00

SVF

" Toujours pour alléger nos coûts, je me tournai vers notre premier concurrent, Pierre Castel, numéro deux des vins de table en France, pour lui proposer de partager avec nous les fonctions de back-office en créant une filiale commune qui serait chargée du stockage, de l'assemblage, de l'embouteillage et des livraisons(...) Mon idée lui plut. Un groupe de travail réunissant les directeurs des deux sociétés fut constitué. En vain ! Chacune de nos équipes s'agrippait à son pré-carré. après avoir usé deux présidents, nous décidâmes finalement de vendre la SVF(...)


"- Tope là ! Et c'est ainsi qu'après avoir acquis pour 45 millions de francs la moitié de la Société des Vins de France, le groupe la revendit cinq fois plus cher, cinq ans après. Quant à l'autre moitié, revendue au même prix, nous l'avions acquise quasiment pour rien lors du rachat de la CDC..."


Thierry Jacquillat "Fais vite, ne traîne pas en route" page 85 à 87 Albin Michel


Pour la première période, celle des discussions avec P.Castel, j'étais directeur du site de la SVF à Genevilliers ; pour la seconde j'étais directeur du cabinet du Ministre de l'Agriculture... Je n'ai nullement l'intention d'écrire mes Mémoires mais dans une discussion au coin du feu, entre amis, parler de cette période de ma vie, pourquoi pas !

 

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
28 septembre 2005 3 28 /09 /septembre /2005 00:00

" Le parler que j'ayme, disait l'auteur des Essais, c'est un parler simple et naïf, tel sur le papier qu'à la bouche ; un parler succulent et nerveux, non tant délicat et peigné comme véhément et brusque."

Essais, Livre I, chapitre XXVI

Si certains trouvent parfois mon langage trop bord-cadre c'est pas un blème car c'est pour faire plaisir à Michel Eyquem, de Montaigne, un homme du vin qui n'a pas bu l'eau des nouilles...

A plus de chez plus, chers adeptes de la Wine Attitude...

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
26 septembre 2005 1 26 /09 /septembre /2005 00:00

Ce matin, comme un lundi matin, j'ai besoin de m'épancher, je suis en veine de confidences. Voilà, je dois vous avouer, j'aime le beau linge, les belles étoffes, c'est la trace de ma mère dans mon élevage de petit vendéen : elle était couturière et j'ai passé ma tendre enfance au milieu du fil à faufiler et des coupons d'organdi ou de crêpe georgette...

 

Alors, quand la fièvre acheteuse me prend, que j'endosse sans honte la tunique de fashion victime, que je déboule dans mes boutiques préférées, que je me laisse aller à palper un coton égyptien, à m'émerveiller sur le tissu d'une chemise ou la coupe d'une veste, je me sens en phase avec tous ceux qui ont créé, fabriqué, choisi ces vêtements pour me les proposer. Bien sûr, vient le temps de l'étiquette, le temps du prix, le temps du choix.

 

C'est là que tout se joue. C'est un rapport amoureux. Parfois je craque, un autre jour je fuis, je reviens parfois, je ne regrette jamais. L'important n'est pas le prix : une des vestes qui me plaît beaucoup et sur laquelle mes copines s'extasient je l'ai acheté en solde à INNO : 15 euros... En d'autres temps, alors que j'étais raide je me suis offert une chemise à 2000 balles parce que je rêvais depuis des années d'un tel tissu. Je la porte aujourd'hui. Elle fête ses 15 ans...

 

Alors me direz-vous, où veux-tu en venir ? Où vous voudrez chers lecteurs. Mais puisqu'ici je blablate sur le vin, et que certains m'habillent pour l'hiver en confection industrielle, je voulais simplement vous dire que nul n'est parfait et que je me laisse aller à boire des vins chers à Eric Conan et autres vignerons de ma Vendée natale... 

 

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
23 septembre 2005 5 23 /09 /septembre /2005 00:00

Quel bonheur qu'il existât encore des journalistes engagés dans la lignée des Zola, Mauriac et autres grandes plumes courageuses; le vin est le dernier refuge, dans nos grands hebdomadaires, de ces chevaliers blancs toujours prêts à carracoler aux flancs de nos beaux côteaux viticoles, ils sont perfusés au terroir, ils sont le dernier rempart face aux barbares...

EC est de ceux-là (Eric Conan pour le sérail) dans l'Expressmag du 5 septembre il commet un article sympathique dont l'entame est courte en bouche "la crise du vin français ne fait que commencer, et elle sera longue et douloureuse : la vraie question est de savoir quel tour elle prendra..." Bian bian mézencore ? En un raccourci saisissant mais flou il place de chaque côté de la couche du grabataire : d'abord les forces du mal, ensuite les bons docteurs...

Et là, vlan le diagnostic tombe comme un couperet : "beaucoup de vins français ne sont pas bons! Tout simplement. C'est une des raisons de leur déclin à l'exportation..." Et bien cher EC, non, le déclin des vins français, même si sous les grandes ombrelles de nos appellations s'abritent des vins indignes d'elles, ne trouve pas on origine dans une régression qualitative.

Au Royaume-Uni d'abord, nos concurrents qui font des vins avec des pratiques oenologiques que réprouvent nos chers chroniqueurs, ont convertis des consommateurs de bière de la classe moyenne, des femmes en particulier, de boire leur Chardonnay à la sauce australienne. C'est Jacob Creek's la marque phare de Pernod-Ricard. C'est la première raison.

La seconde est plus grave pour les tenants du tout terroir c'est qu'une part de nos fidèles clients ont été séduits par ces vins de marque "industriels", crime de lèse-majesté pour le tonnant Perricco Légasse qui s'étrangle dans Marianne.

Alors, puisque EC fait référence au colloque de Banyuls, il aurait du faire le déplacement pour entendre l'ami René Renou dire que les vins de terroir c'était 15% du marché mondial et que son combat pour la réécriture des décrets et la réforme de l'agrément n'était pas exclusive de la remise en ordre de l'ensemble de notre ressource vin.

A force d'écrèmer on fabrique beaucoup de petit lait alors la sélectivité chère à AC, qui est un élitisme qui ne veut pas dire son nom, le vin qu'on va acheter avec sa petite auto grâce à la RTT n'est plus qu'un produit culturel pour ces bobos qu'exècre tant EC (surtout ceux de l'Hôtel de ville de notre capitale) et tous ces viticulteurs qui font du bon raisin pour faire des vins de qualité, plus modestes certes, mais appréciés par nos voisins anglais et autres aux papilles vierges, on en fait quoi ? 

Voilà la seule question qui vaille plutôt que de gloser sur une soi-disant crise viticole. La grande mutation du monde du vin appelle une analyse sereine de notre ressource en vin, et comme le dit très justement Marc Parcé "on fait du vin avec du raisin pas avec des mots " et je ne vois pas ce qu'il y aurait de déshonorant pour un viticulteur de produire, comme le font les champenois, des raisins pour élaborer des produits de marque à grande diffusion...      

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
22 septembre 2005 4 22 /09 /septembre /2005 00:00

Ce matin sur France Inter, Bernard Carayon député UMP du Tarn, auteur d'un rapport sur l'intelligence économique, un libéral bon teint, déclarait que dans certains domaines économiques seul l'Etat disposait d'assez de recul pour définir une stratégie. 

Bien évidemment, en bons français, nous pensons tout de suite aux grands projets : Airbus, le nucléaire ou les satellites... Mais le tissu économique de notre pays, si l'on souhaite maintenir la cohésion sociale et territoriale, est aussi le maillage d'initiatives et de projets bien plus modestes.

D'accord, vous me voyez venir avec mes gros sabots dans les rangs de vos vignes mais tout de même, face aux enjeux mondiaux, la balkanisation de notre viticulture et de l'ensemble du secteur donnait à l'Etat mission d'initier une ligne stratégique cohérente.

Ce qui fut fait.

Je ne dis pas que ce fut bien fait mais depuis la modeste note d'orientation stratégique Cap 2010 fruit d'une réflexion collective des parties prenantes de la filière, avec le seul pilotage d'un "missionnaire" mandaté par la puissance publique, qu'avons-nous vu à l'oeuvre ?

En m'abritant derrière le député Carayon qui déclare dans une tribune libre de Libération " Notre génération a la responsabilité d'adapter notre pays aux nouveaux mondes..." je me permet de dire aux apparatchiks de toutes obédiences que l'enjeu n'est pas à leur hauteur et je le regrette pour notre beau pays de France...

A propos on me dit qu'un "Vin de pays Vignobles de France" serait en gestation, les idées sont des vivaces chers amis...      

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article
21 septembre 2005 3 21 /09 /septembre /2005 00:00

En France, "la viticulture est la première activité de la production agricole pourvoyeuse d'emploi." Les chiffres qui suivent sont tirés d'un rapport publié par l'ENFA (organisme paritaire sur l'emploi et la formation en agriculture).

- Plus de 80% des exploitations du secteur emploie de la main-d'oeuvre salariée (42 % pour l'ensemble des secteurs de la production agricole) Les salariés agricoles réalisent pour moitié le travail fourni dans le domaine viticole, le reste l'est par le chef d'exploitation et sa famille ;

- En 2003, on compte 48000 salariés permanents et plus de 430 000 contrats saisonniers (ceux-ci ne réalisent qu'un cinquième du travail de l'exploitation) Plus d'un tiers du travail est le fait de salariés permanents. 50% des exploitations emploient plus de 2 salariés;

- Parmi les permanents 24% sont des femmes, taux supérieur à la moyenne de l'ensemble de la production agricole. L'âge moyen des salariés est de 33 ans;

- La filière ce sont aussi les entreprises de transformation et de négoce. Pour les premières, caves coopératives et particulières : 21 674 salariés. Pour le négoce plus de 43000 salariés permanents. Les effectifs ont diminué de 10% depuis 1995.

Désolé de vous asséner des chiffres, je pourrais aussi en aligner d'autres prenant en compte l'amont de la filière. Simplement les petits ruisseaux font les grandes rivières. A force de tergiverser on va aussi délocaliser certains de nos vignobles et les emplois qui leur sont attachés...

Désolé aussi pour la fausse manoeuvre qui m'a fait vous envoyer chers abonnés une rubrique inachevée... 

Repost 0
Published by berthomeau - dans berthomeau
commenter cet article
19 septembre 2005 1 19 /09 /septembre /2005 00:00

Quand je portais encore des culottes courtes, avec mes copains, aux beaux jours nous enfourchions nos vélos pour filer à la plage du côté de Brem. J'avoue qu'en ce temps là je n'avais pas conscience de traverser un futur grand terroir viticole. Les vins de Brem ne s'illustraient guère par leur finesse et leur sensualité...

Mais les temps changent, les Fiefs Vendéens sont devenus dans les années 90 une AOVQS ( j'adore ce sigle) et de nouveaux vignerons en acclimatant des cépages venus d'ailleurs produisent des vins interressants. A Mareuil, le Château Marie du Fou, en est une bonne illustration : un vin plaisir pour 5 euros c'est agréable pour la bouche et le porte-monnaie.

En revanche, dans la sélection du Nouvel Observateur, pour en revenir à Brem sur Mer, voilà t'y pas que je découvre chez Thierry Michon une cuvée Jacques 2002 à 17 euros le flacon de 75cl. Bé dis donc ça fait en comptant avec le défunt franc du 150 francs le litre, c'est plus cher qu'un Chasse Spleen 2002 à la Foire aux vins de Carrefour...

Bon, si ya des acheteurs à ce prix là, je n'ai pas de commentaire à faire mais si dans le même temps les journalistes et chroniqueurs de tout poils s'étonnent de ce que la consommation ludique et festive du vin régresse je leur signale que le pouvoir d'achat est une notion qui s'applique aussi au vin, ce cher produit culturel qui ne peut être selon eux élaboré que par des artistes qui, très justement, font payer leurs oeuvres au prix d'une oeuvre d'art.

Attention à l'effet "bulle économique" l'épreuve du temps remettra tout le monde à sa juste place et soyez assuré que la versatilité des faiseurs de notoriété suivra toujours la loi de la plus grande pente...   

Repost 0
Published by berthomeau - dans berthomeau
commenter cet article
18 août 2005 4 18 /08 /août /2005 00:00

QUESTION 11 : le litre syndical c'était

a) 5 étoiles

b) 6 étoiles

c) 7 étoiles

QUESTION 12 : l'AOC Châteauneuf du Pape a été reconnue par voie judiciaire

a) vrai

b) faux

QUESTION 13 : le rapport sur la chaptalisation de 1978 du directeur de l'ONIVIT avait été commandé par le Ministre de l' Agriculture :

a) Jacques Blanc

b) Christian Bonnet

c) Pierre Méhaignerie

QUESTION 14 : le monstrueux de candolle

a) un pichet utilisé au Moyen Age dans les tavernes

b) un cépage rouge à rendement élevé

c) un tonneau de grande taille où l'on foulait le raisin

QUESTION 15 : le chai de Château Lafite a été conçu par

a) Jean Nouvel

b) Ricardo Bofill

c) Oscar Niemeyer 

Repost 0
Published by berthomeau - dans berthomeau
commenter cet article
3 août 2005 3 03 /08 /août /2005 00:00

 

Décavaillonner : labourer entre les ceps...


 

Avec mon grand-père Louis aux manchons et moi tenant les rênes de Nénette la vieille jument alezane nous passions la décavaillonneuse dans les vignes... A la réflexion nous pratiquions la culture biologique sans le savoir avant même les premiers croisés de la méthode Lemaire-Boucher... J'espère que ça va faire remonter ma cote du côté de la Confédération Paysanne...


 

A l'heure des universités d'été, souvenir de cette journée passée à Monbazillac à me faire tailler en pièces par les tenants de l'agriculture paysanne. Le vin n'est pas une marchandise... J'avoue mon allergie pour cette vision passéiste d'un monde que j'ai vu disparaître sous mes yeux de jeune homme dans ma Vendée postféodale; pas beaucoup d'attrait pour la « Terre qui meurt » de René Bazin, les bocains et les dagnions, monde clos, étriqué, étouffant...


 

L'exploitation familiale à 2 UTH chère à la loi d'orientation agricole de 1960 d’Edgard Pisani mère du productivisme de l'Ouest profond. Demandez donc l'avis de mon frère Alain, paysan lui, avait-il d'autre choix sur ses 17 malheureux hectares de bocage ?


  

Si l'on veut rendre l'agriculture plus durable, plus respectueuse de son environnement encore faut-il élaborer une alternative qui permette au plus grand nombre de trouver leur place dans une société de consommateurs qui ne sont pas avares de contradictions

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by berthomeau - dans berthomeau
commenter cet article
11 juillet 2005 1 11 /07 /juillet /2005 00:00

Chers lecteurs, Vendredi dernier mon bloc-notes sur
http://spaces.msn.com/members/Berthomeau/ avait pour titre LONDONIEN. Un internaute anglais http://blogauvin.finewinepress.com/ l'a traduit. A nous, à vous de diffuser l'adresse de " Vin & Cie " en la recommandant à vos amis ou connaissances dans le cadre prévu à cet effet ou de commenter mes papiers. Ainsi nous tisserons un réseau pour le plus grand bénéfice du vin. A vos clics chers lecteurs ! L'internet est une chance pour diffuser nos idées, saisissons là.

Repost 0
Published by berthomeau - dans berthomeau
commenter cet article

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents