Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 14:00

Retour en France et retour en arrière : en mars 2010 je lisais « Dix ans. Le Beaujolais vit sa dixième année de crise d’affilée. Durant cette décennie 1500 viticulteurs ont mis la clé sous la porte » écrit le magazine Lyon Capitale dans son numéro de février sous le titre choc « Un vin à l’agonie » avant d’ajouter « sans doute pas en danger de mort, mais plus probablement en voie de paupérisation. Clochardisation, diront certaines langues vipérines ».


Et pourtant !

Brechard.jpg

« Les vignerons décidés à faire du primeur, ou ceux qui n’avaient pas de meilleure alternative – je pense surtout aux miens, ceux du Sud – se sont appliqués. Ils ont démontrés, nonobstant les tentatives ultérieurs d’autres vignobles attirés par la poule aux œufs d’or, que l’association terroir beaujolais/gamay noir à jus blanc, donnait par vocation et quand on le voulait bien, le meilleur primeur rouge du monde, souvent imité, rarement égalé, jamais dépassé et croyez-moi, c’est pas de la réclame mensongère...


On fit tant et si bien que le primeur est, en quelque sorte, devenu une appellation officieuse dans l’appellation beaujolaise. Conséquence plaisante, Chiroubles, Brouilly, tous les crus ont pu dans l’esprit du consommateur, se démarquer du simple label beaujolais puisqu’ils ne font pas le vin en primeur, prendre leur essor, s’imposer comme beaujolais haut de gamme porte-drapeaux de l’appellation. Conséquence plus préoccupante pour les beaujolais et beaujolais-villages classiques, coincés entre la notoriété universelle des primeurs et des crus. Sans image de marque précise, pour eux la partie se compliquait, elle l’est toujours hélas, et de plus en plus au fur et à mesure que le primeur gagne des parts de marché. » [...]


Papa Bréchard, l’homme de la conquête, l’artisan le plus populaire du Beaujolais primeur dresse un tableau impressionnant : « En 1960, nous faisions 40 000hl de primeur, à peine 10% de la récolte (…) En 1968, année de grands lancements, si vous vous souvenez. Du côté négoce, Duboeuf et quelques autres ont aussi foncé. A partir de 1968, le primeur a commencé de submerger le monde.

100 700 hl soit 17% des 607 000hl de la récolte 1970.


Combien d’hecto de Bojolo  Nouveau en  1986 selon papa Bréchard ?

Partager cet article
Repost0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 00:09

Je n’ai pas pu résister : voilà le travail d’un Taulier en congepés d’été, dans l'île de Beauté normalement ses derniers.

 photoCorse1.JPG

 

« Concentration aromatique, belle acidité... les premières vendanges sur les cépages blancs laissent augurer de beaux vins de garde. Dans le sud, le sciacarellu souffre tout de même de la chaleur... » À Patrimonio Antoine Arena a dégainé le premier en commençant ses vendanges le 18 août devancé de 48 heurs dans l’extrême sud par un autre pape de la viticulture insulaire Yves Canarelli qui a rentré tout son biancu gentile, le sciacarellu et vermentino. Les caprices du climat devenus des dérèglements de celui-ci affolent le calendrier des vendanges dans notre vignoble le plus méridional : Yves Canarelli le dit « Nous avons vendangé le 16 août. On aurait pu le faire le 15 août mais c’était la Sainte Marie... Il y a 20 ans, lorsque j’ai commencé ce métier on vendangeait autour du 10 septembre. Depuis 2000, nous n’avons plus vendangé en septembre. Auparavant, le plus tôt dans l’année, c’était le 17 août en 2003. »


photoCorse2.JPG

 

Tout ça c’est dans Corse-matin : les vendanges sont un merveilleux marronnier qui permet de meubler une pleine page avec grande photo en Une (toujours ça de pris, la PQR n’aime pas beaucoup l’écrit). Le journaliste Christophe Laurent au patronyme affreusement continental pond une copie qui suit le même scénario que celui de l’année passée. Bien sûr, le couplet sur le millésime est de mise et pour le décrire quoi de plus chic et tendance qu’un « maître sommelier de France » : Patrick Fioramonti du Grand Hôtel de Cala Rossa à Porto-Vecchio (peut-être qu'Emmanuel Delmas, le Du Bellay de la blogosphère , aurait fait mieux? Qu’en penses-tu chère Eva ?) Que nous dit-il cet homme qui ne sert que des bronzés plein de thune ? « Les vignerons que j’ai eus au téléphone me disent que le raisin est magnifique. En quantité ce sera moindre mais en qualité par contre... On aura sans doute de très beaux vins de garde. Il ne faut pas croire que l’épisode climatique va donner un millésime solaire comme 2003 ! Il ne faut pas oublier la pluie, le froid et la chaleur correcte que l’on a eue auparavant. Là, les raisins vont avoir une richesse aromatique, une belle concentration, une superbe acidité. Attention à ne pas vendanger trop tard parce que le degré d’alcool monte en ce moment comme un TGV ! Il faut garder de la fraîcheur à nos vins ! »


photo-Corse3.JPG

 

Je n’ironiserai pas sur le fait que notre gars il ne se donne  même pas la peine d’aller mettre son tarin dans le vignoble pour constater lui-même l’état de santé du raisin mais je note la forte utilisation du verbe falloir. En Corse y’a déjà 4 techniciens par agriculteur maintenant si les sommeliers s’y mettent y sont pas sortis de l’auberge nos amis vignerons insulaires. Pour le reste les ingrédients de la sauce sont toujours les mêmes donc reste le saucier qui se fait mousser. Grand bien lui fasse mais il existe tellement de produits de substitution qu’on en vient à se demander qu’avec tous ces conseilleurs, ces guides, a-t-on vraiment besoin lorsqu’on pose ses fesses sur les chaises de luxe d’un resto qui pète aussi haut que son cul d’un sommelier pour te conseiller puisqu’on sait tout ?

 

Sans transition ni commentaire j’en reviens au titre de cette chronique « Il n’y a qu’un guide vraiment valable sur le marché français : celui de Bettane et Desseauve » qui est une pure citation d’un bel encadré de Corse-matin (voir ci-dessous) Pas sûr que leurs petits camarades de la RVF soient être très contents, je vois bien Denis Saverot provoquer en duel Thierry Desseauve, à vélo bien sûr : le Ventoux par exemple ou s’ils poussent jusqu’en Corse la montée vers le Clos d’Alzeto. Du côté de Pierre Guigui je lui conseille un duel à la belote avec Michel Bettane. Pour les autres, le guide Hachette qui n’a pas de visage et au couple Gilbert&Gaillard dont je ne sais qui est le bon G... pour ne pas faire de jaloux je vous donne les références de tous ou presque :


photo-Corse4

 

Le Grand Guide des Vins de France - Bettane & Desseauve

Le Classement des Meilleurs Vins de France - La Revue du Vin de France

Guide Hachette

Guide Gault Millau : Les meilleurs vins de France

Guide des vins en biodynamie - Evelyne Malnic

Bonnes adresses du Vin Bio - Jean-Marc Carité

Guide des Vins Bio - Evelyne Malnic, Georges Lepré, Antoine Pétrus

Guide des vins de Bourgogne

Le guide des vins de Bordeaux - Jacques Dupont

Guide Quarin des vins de Bordeaux - Jean-Marc Quarin

Guide Parker Bordeaux

Les notes Parker des vins de Bordeaux

Guide Parker France

Meilleurs vins à petits prix - Antoine Gerbelle & Ph. Maurange (RVF)

Guide des vins Gilbert et Gaillard

Guide Fleurus des Sommeliers

Les 1001 meilleurs vins à moins de 10 € - Ed. Petit Futé

Vinalies Internationales : 1000 vins du monde

Vins, Vignobles et Vignerons - Guide Ellébore

Guide Solar des Vins Bio

Le petit Lapaque des vins de copains

Le Guide des grands amateurs de vin - Alain Marty

Guide Paumard des grands vins du monde

Les Grands Bordeaux de 1899 à nos jours - Franck Dubourdieu

Les Bons Bordeaux - Franck Dubourdieu

Guide Dussert-Gerber

Guide des Vins Bio

Mes vins préférés à moins de 10 € - Jean-Pierre Coffe

Guide Malesan

Partager cet article
Repost0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 14:00

 « Ce que je peux vous restituer, parce que c’est ce que je sais le mieux faire, c’est la pâte humaine de Paul. Homme curieux, homme qui cherche, homme qui lit, homme qui se confronte. Dans les années 60 il s’imprègne de la culture italienne en roulant à moto dans la campagne italienne sur une moto, apprentissage de la culture, la cuisine locale et du vin. Après sa libération par l'armée, il passe du côté de la Sorbonne, étudie la cuisine française et la nutrition. Diplômé  de philosophie à Stanford, Paul n’est pas œnologue, il s’est construit autour de l’expérience des hommes et de leur pratique : en 1968, il est à Bordeaux et c’est dans les chais du Château Latour qu’il puise son savoir-faire. »


« Lorsque j’arrive au Macéo, Paul Draper est assis, tranquille, l’œil pétillant, il converse avec un journaliste, sa poignée de mains est ferme, directe et je me dis que cet homme va me faire passer une belle paire d’heures de qualité. Je vais écouter, l’écouter. M’instruire. Voyez-vous, paradoxalement, c’est tout à la fois reposant et excitant. J’aime beaucoup le temps de la table lorsqu’il s’ordonnance autour d’une conversation entre hommes de bonne volonté, car alors tout coule de source, sans effort, on se nourrit l’âme et le corps en harmonie. Par surcroît lorsque les vins sont d’authentiques merveilles le temps s’écoule en une forme de douce volupté. »

zinfandel.jpg

Paul Draper cultive un cépage « aussi décrié en Californie que le carignan dans le Midi, il en a senti tout le potentiel si les vignobles étaient implantés dans les bons terroirs et cultivés avec des petits rendements. Paul, fort de son expérience européenne a su dénicher de «vieilles vignes » du début du XXe siècle qui répondaient à ses recherches de petits rendements pour tirer la quintessence de ce cépage dont vous aller me donner le nom !

Partager cet article
Repost0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 00:09

 

 

Appareil_digestif_des_tetras.PNG

 

Dans le vocabulaire culinaire je préfère les abattis aux abats, c’est plus léger, ça sonne mieux. Ceux-ci, les abattis désignent chez les volailles, non seulement les organes comme chez les animaux de boucherie, mais une liste bien plus exotique : le gésier  5 sur le croquis (estomac), le cou, les ailerons, les crêtes de coq, les pattes… qui s’ajoutent au foie 9 sur le croquis, au cœur… Bref, tout ce qu’il faut pour ajouter à vos salades d’été une touche de fantaisie nourrissante qui, de plus, permet d’accorder le vin en général peu friand du caractère vinaigrée de cette verdure fatiguée (« Fatiguer la salade » j’adore cette expression, par ailleurs définie dans la Robert Culturel : comme étant l’action de « la remuer pour y mêler l’assaisonnement » (1845), tout d’abord parce que je la trouve bien plus belle que « mélanger sa salade » ou « touiller sa salade », mais surtout parce qu’elle transpire d’une chaude sensualité. Voir chronique link


Du côté de la salade je vous recommande tout particulièrement la frisée et le pissenlit qui,par leur croquant et leur côté acidulé, se prêtent excellemment au mariage avec les abattis de volailles : gésiers et foies tout particulièrement.


photoabattis.JPGphotoabattis2.JPG

photoabattis3.JPG


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux recettes :


-         Foies sautés au raisin et avec un vin à bulles


Faire revenir vivement les foies de volailles dans l’huile jusqu’à ce qu’ils soient cuits à point. Réservez-les. Ajoutez une noix de beurre salé dans la poêle et faites suer vos échalotes ciselées. Versez votre vin à bulles (celui de votre choix), faites-le réduire de moitié, ajouter du jus de viande et faites réduire quelques minutes à feu vif . Complétez avec des grains de raisin frais, le mascarpone et la crème fraîche (qui n’est pas indispensable). Ajoutez les foies et servez chaud avec la salade assaisonnée si possible avec une belle huile non raffinée et du vinaigre balsamique, du vrai, ou de Banyuls.


-         Salade de gésiers aux œufs durs


Pour les gésiers utilisez ceux de poulet ou de pintade qui sont plus faciles à préparer. Faites les inciser, pour enlever la membrane intérieure, et nettoyer par votre volailler. La cuisson des gésiers au bouillon est assez longue car c’est un muscle coriace.  Lorsqu’ils sont cuits vous les émincez pour les mélanger avec les œufs durs hachés et des oignons ciselés. Au choix, une sauce moutardée ou classique, c’est selon votre humeur et le goût de vos invités. Là aussi vous pouvez ajouter des grains de raisin frais.


Un conseil de cuisinier amateur avant de parler vin, lorsque vous faites cuire une volaille au four ou à la broche, remplissez-là de foies achetez chez votre volailler. Vous les récupérez une fois la bestiole cuite. Ils pourront vous servir pour confectionner des plats simples avec par exemple des pommes de terre cuite en robe des champs : un peu de vinaigre balsamique, des herbes aromatiques, sel, poivre et pourquoi un filet du jus de cuisson de votre volaille : un plaisir simple…

 

Pour le vin tout est possible mais je suis ici délibérément rouge, surtout pas de rosé, et là la palette des vins friands, qui désoiffent sans pour autant être sans caractère, du fruit, du fruit, du fruit mais du vrai en ligne directe avec le raisin, sans artifice améliorateur, exhausteur de saveur… un peu de nature ça me va et vous pouvez aussi vous adresser à Eva elle top sur la quille coquine. Moi je m’en tiens à mes deux derniers choix :


-         Poignée de raisins link

photopoignée

 

-         Tandem link

phototamdem1

Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 14:00

Steve Mc Queen 002

 

Notre vigneron d’hier à écrit en commentaire « La poursuite de Bullitt est un monument: on attache la ceinture, et pas une goutte de sueur avec le col roulé. La classe jusqu'au bout, il évite le motard et  j'ai l'impression que SM Queen semble vérifier qu'il peut repartir.  

Et les rapports de vitesse sont beaux comme des doubles débrayages...

Et ce qui m'a toujours impressionné c'est qu'il y a autant de coccinelles vertes dans les rues de San-Francisco que d'enjambeurs bleus ici. »


Le Taulier l’avait mis en appétit avec « le feulement du V8 de la Ford Mustang Fastback 1968 4,6 litres de 315 chevaux verte (Dark Highland Green) de Bullitt, ses reprises grondantes, ces ahanements de vieille caisse sportive, le crissement de ses pneus à jantes larges, sa boîte manuelle 5 vitesses bien étagées, un cheval de feu que rien n’arrête.  Une voiture cultissime qui a fait rêver toute une génération de soixante-huitard avide de sensations fortes mais à l’époque sans un rond.


Il ne vous reste plus qu’à visionner la vidéo ci-dessous pour vous imprégner de la musique de Lalo Schifrin puis des seuls halètements du V8 et de sa course folle. Reste que pour personnifier Steve Mac Queen, tel que Claxton le décrit je ne vois qu’un seul flacon LES RACHAIS car il traduit l’élégance naturelle de ce grand acteur. »


Nous y voilà chez l’ami Francis Boulard en Champagne

.

Quel est la marque et la couleur de l’enjambeur de Francis ?

Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 00:09

Si ce matin vous voulez bien mettre vos yeux dans mes lignes vous allez découvrir une drôle d’histoire, qui n’est pas forcément une histoire drôle, une histoire qui, en dépit d’une appropriation abusive par les Jhiras : les habitants Saint-Gilles Croix de Vie, autre port de pêche de la côte vendéenne, s’est déroulée à deux pas de chez, moi disons quelques kilomètres à vélo, sur la plage de la Parée à Brétignolles-sur-Mer, plus exactement au lieu-dit le « Trait Neù » selon Joseph Papin historien local brétignollais.


À mon grand désespoir j’ignorais tout de cette histoire. Alors comment l’ai-je découverte ? Par le plus grand des hasards mais aussi grâce à ma manie de draguer les livres dans les bonnes librairies. Le samedi où, rentrant de ma montée à Marx Dormoy  je suis passé rue des Écoles, tout près de la Sorbonne  et du Collège de France, à la librairie Compagnie 58 rue des écoles 75005 www.librairiee-compagnie.fr . Au sous-sol de cette librairie il y a le Saint des saints de la production intellectuelle. Il y règne une atmosphère monacale, seuls les initiés s’y risquent et sur les tables présentoirs sont couchés des lourdes sommes fruit d’années de labeur intense de philosophes, linguistes, historiens, psychanalystes, scientifiques, sociologues, anthropologues… bref que du beau monde qui ne se laisse pas aller à l’affriolant. Les jaquettes sont sobres, le sérieux est de mise, loin des paillettes de la production pour lecteurs de plage.


Sauf que samedi à la vue de ceci (ci-dessous) j’ai failli tomber à la renverse. Et pourtant l’opus de 300 pages publié aux éditions errance  www.editions-errance.fr 27€ était signé par un très sérieux directeur de recherche au CNRS Jean-Loïc Le Quellec.


photosinge.JPG

Passé ma stupéfaction je me suis bien sûr rué sur l’ouvrage pour en découvrir le contenu. Et là je tombe sur le premier titre VERSIONS VENDÉENNES et je n’en crois pas mes yeux « Les marins de la Chaume, grands amateurs de sobriquet, affublent volontiers les Jhiras ou habitants de Saint-Gilles (officiellement Gillo-Cruciens !) du surnom de « Buveurs d’eau-de-vie de singe ».


Mais c’est chez moi ça ! Je suis tout excité : quelle histoire ! Mais de quoi s’agit-il au juste ? L’auteur y répond de suite : les faits suivants se seraient déroulés durant l'hiver 1904. « Une barrique fut trouvée sur la plage de Saint-Gilles, roulée là par le flot, suite probable de quelque fortune de mer. On s’aperçut alors qu’elle contenait de l’eau-de-vie, gnole jugée excellente par nos inventeurs lesquels, aidés de quelques collègues, eurent rapidement vidé la barrique de son contenu liquide ; il s’avère alors qu’elle renfermait atre chose. Nos compères quelque peu titubants parvinrent à coups de hache à défoncer les douelles et nos Giras virent alors le singe… conservé dans l’eau-de-vie par quelque naturaliste d’alors… » Mornet 1989.


Mais cette histoire se décline sous  de multiples versions où le lieu varie : Saint Gilles ou Brétignolles, ceux qui ont trouvé le tonneau, la façon dont fut découvert le fameux singe, la nature du singe lui-même : jeune chimpanzé ou Orang-Outang…  Notre chercheur cherche et livre tous les récits avec de légitimes interrogations. Mais l’histoire semble véridique car selon Dominique Lambert, dans un écrit datant de 1987 « des personnes de Saint-Gilles ayant eu vent de l’histoire, dont M.Boutain, photographe, viennent chercher le singe et, avec la complicité de marins et d’un autre fût (probablement) font des photos qui illustreront l’histoire, en collection de cartes postales. Le singe a été exposé de nombreuses années chez M.Boutain, et à la devanture d’une pharmacie de la rue principale de Croix-de-Vie, non loin du pont, après le magasin Grasset. Ce singe venait, paraît-il de Sumatra, et était destiné à un musée. »


La version brétignollaise diffère bien sûr mais elle confirme l’exposition du singe « La déclaration de cette trouvaille fut faite à l’administration maritime de Saint-Gilles. Le singe fut transporté à Croix-de-Vie chez les frères Boutain. Ceux-ci  firent naturaliser et il fut exposé de nombreuses années dans leur magasin « Au Bazar de la tentation », près de la gare. » Je vous passe les détails de la guéguerre entre Roger Artaud, conseiller régional et maire de Brétignolles et M. Rousseau maire de Saint Gilles pour récupérer le dit singe qui selon Véronique Poingt responsable des Archives de la mairie de Saint-Gilles avait bien été acquis et exposé dans la salle des Archives où l’auteur l’a photographié en 1990.


photosinge2.JPG

L’histoire pourrait en rester là si l’origine de ce fameux singe, un naufrage sur la côte vendéenne d’un navire en provenance de Sumatra, on n’en trouvait aucune trace dans les archives de l’administration maritime. Alors notre chercheur tenace va continuer de chercher et s’apercevoir que l’histoire du singe dans son tonneau d’eau-de-vie se délocalise à Longeville, à saint Martin de Brem, à Sainte Marie en Ré, en Bretagne en pays pagan, en Normandie, et surprise on le retrouve dans un ouvrage d’Henri Vincenot publié en 1975 sur la base d’un récit collecté dans le milieu des cheminots de Dijon.


C’est beau comme du Vincenot « par le terrible hiver de 186, un chef de train eut à loger dans son fourgon un colis énorme, assez long, fort lourd, et dans lequel, au cours de la manipulation, les wagonniers et les serre-freins crurent entendre des glougloutements caractéristiques : le colis contenait du liquide et, aux dires des connaisseurs qu'ils étaient tous, ce liquide était de l’alcool. Et même un alcool de haut degré. Grelottant dans son fourgon, le chef de train caressait ce curieux paquet du regard. A la fin, il n’y tint plus : écartant délicatement les toiles d’emballage, il s’aperçut que le colis était constitué par un récipient oblong, en boissellerie. Une sorte de tonneau, long et étroit. L’envoi était fait de Java. Oui, Java, dans les îles de la Sonde. Et le destinataire était le Professeur P… du collège de France. Pas de doute : ce tonneau contenait un alcool rare envoyé au Professeur par un de ses riches admirateurs. Le chef de train joua du vilebrequin et, ô merveille, le liquide qui s’échappa était bel et bien de l’alcool, un alcool ambré,  de goût très fin et très particulier. Le brave chef de train pensa immédiatement à la joie de ses coéquipiers, lorsqu’il leur offrirait cette merveille, ce délicieux breuvage exotique qu’il tint à goûter lui-même, plusieurs fois afin d’identifier si possible ce parfum très subtil et très are qui faisait le charme de cet alcool de luxe. Le train fut garé quelque part pour laisser passer un train express, et le chef de trin en profita pour convoquer ses serre-freins à la dégustation. A sept, on se contenta sagement de boire deux litres de breuvage javanais. On remit la cheville, très sagement, et le train express passé, on reprit la route, réchauffés, la bouche embaumée par ce liquide dont aucun n’avait pu identifier le bouquet.


A la gare destinatrice, tout le monde « donna la main » pour aider à décharger le précieux tonneau, et ces braves gens furent heureux de trouver là, sur le quai de déchargement, le Professeur P… lui-même, informé par télégraphe de l’arrivée de son précieux nectar. Le Professeur, un petit barbichu à lunettes, exigea que le colis fût ouvert afin, dit-il, de voir si la « pièce » n’avait pas été détériorée en cours de transport, et formuler éventuellement des réserves. On ouvrit donc précautionneusement ce curieux récipient, et les hommes virent alors, recroquevillé dans de l’alcool, le cadavre d’un grand singe de Bornéo que le Professeur contemplait avec ravissement, alors que les serre-freins et le chef de train devenaient verts et étaient pris de coliques rétrospectives. »


Oui j’avais omis de signaler que dans toutes les versions nos francs buveurs d’où qu’ils soient lorsqu’ils découvraient la réalité de la fonction de leur breuvage se vidaient, dégobillaient et même dans une version « certains seraient même morts sous le choc de l’horrible découverte. »


Fort bien, Vincenot en bon bourguignon avait la plume bien chantournée mais cette histoire de singe dans son tonneau d’alcool échoué sur une plage de Vendée est-elle un mythe ou une réalité ? Notre chercheur, ayant en bon écrivain maintenu le suspens, répond.


Dans un des États des Naufrages et Épaves déclarés dans les ports du sous-arrondissement de Saint Gilles Croix-de-Vie, du 7 juin 1899 au 4 novembre 1917  on y apprend que Monsieur arnaud, « garde-Côte à Brétignollles » récupéra «  à la côte de Brétignolles », le 27 décembre 1911, « une barrique contenant un cadavre de singe en assez bon état de conservation, sans marque extérieure ». l’ensemble fut mis en vente le 17 janvier 1912, permettant un produit brut de 40 francs (et net de 24,58 francs), dont le versement à la caisse des gens de mer porte le numéro de remise 1026.


Le Publicateur de la Vendée du 5 janvier 1911 indique « Saint Gilles-sur-Vie, Singulière trouvaille. La semaine dernière, il a été trouvé sur la côte de Brétignolles, un fût paraissant avoir contenu du vin ; or, les pêcheurs ayant constaté qu’il y avait, à la secousse, un bruit qui ne pouvait être produit par du liquide, défoncèrent le fût et y trouvèrent le corps d’un énorme singe. Cette pièce provenait certainement d’un navire sombré au large. » 

            

L’honneur des Brétignollais est sauf, c’est bien chez eux que le fameux tonneau fut découvert mais il reste que la taille du singe ne correspond pas à celui exposé à Saint Gilles et que le Journal des Sables du 14 janvier 1912 donnait une autre version (des pêcheurs de saint Marin de Brem mais la plage de la Parée est si proche que ça n’ a guère d’importance…) mais concluait « les malicieux disent que les pêcheurs, à qui l’eau-de-vie dans laquelle avait séjourné l’homme des bois (un orang-outang selon le rédacteur) avait paru si savoureuse, furent pris d’un tel dégoût qu’ils la rendirent plus vite qu’ils ne l’avaient absorbée… »


Fermez le ban ! Oui comme le souligne la quatrième de couverture « Le Quellec nous entraîne dans une étonnante enquête… » et que la lecture de son texte « où l’érudition, souvent pimentée d’humour, est au service d’une recherche passionnante, vous captivera. » Si tous les ouvrages érudits étaient de ce tonneau ils se placeraient facilement dans la catégorie des best-sellers de l’été en lieu et place des pavés insipides de Marc Lévy…


Si ça vous dit allez acheter « Alcool  de Singe et Liqueur de Vipère » Légendes urbaines de Jean-Loïc Le Quellec aux éditions errance 27€ vous ne serez pas déçus du voyage…

 

Ci-dessous la plaque émaillée photographiée aux Puces d'Ajaccio dimanche dernier : le Taulier a du nez pour dégoter des trucs qui collent a ses chroniques : même les italiens s'y mettent pour lui faire plaisir...

 

photosinge-copie-1.JPGphotosinge2-copie-1.JPG

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 14:00

Ce matin je quitte Patrick Baudouin et grâce à la musique je vole « Associer le vin et la musique est un geste sans fondement, un parcours guidé par aucune étoile polaire... » voilà une fraîche honnêteté qui laisse bien augurer du projet de ces « dégustateurs de vinyles » et « écouteurs de bulles», ces iconoclastes, ces provocateurs : un DJ gastrophile musical et « un buveur qui écrit pour se payer le vice et se bat pour un développement buvable » deux italiens Donpasta né dans le talon de la botte le Salento dans les Pouilles, adepte du farniente « les montagnes il les contemple de loin, et ça le fatigue déjà... » Candide, « napolitain dans l’âme et gitan par choix, raconte être né sur la terrasse d’un café, où se trouvent ses seules racines et où il veut mourir. » Des phrases appelées à devenir culte telle que « Et surtout, le verre doit être troué, il se vide tout seul ! » Je partage avec eux la même philosophie sur le vin « il faut le boire. Rien ne sert d’en parler, et encore moins d’écrire dessus. » et la « même envie d’extraire le vin de la mise en scène théâtrale dans laquelle il est souvent enfermé. »


Dans Wine Sound System les couples se forment :Léonard Cohen & Patrick Baudouin, Francis Boulard & Nina Simone, Amy Winehouse & …


hommage-a-amy-winehouse-2011-07-25-12h04-41.jpg

 

Dans ma chronique « Je déteste voir mourir des grandes filles de 27 ans : Amy Winehouse un diamant brut redevient poussière. » j’écrivais « Sale coïncidence, dans ma chronique de lundi sur le livre Wine Sound System, l’un des auteurs évoquait Amy Winehouse (1). C’était une reine ! Elle a brûlé sa vie par tous les bouts diront les cons. Et alors, même brève sa vie en vaut bien d’autres et Back to Black est et restera une œuvre magnifique. Il n’empêche que je déteste voir mourir des grandes filles de 27 ans alors je vous l’écris tout simplement. »


(1)             « Mais pour une fois, je vais t’épargner le plaisir mélancolique de l’association vin rouge et chanson triste existentielle que j’aime tant, et je vais laisser la reine, Amy Winehouse, accompagner mon chablis. D’ailleurs, avec un nom pareil, elle doit s’y connaître »


Les artistes sont éternels et l’alliance du Chablis Bel Air et Chardy 2006 et Amy Winehouse l’est aussi.  

 

Quel est le nom du vigneron produisant ce Chablis ?  

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 00:09

Le campagnard, le gars qui parlait fort dans le métro pendant le salon de l’agriculture, le plouc, le péquenot, le bouseux, est une espèce en voie de disparition tout comme la campagne d’ailleurs. Il a laissé la place au rural grand fourre-tout qui accueille les derniers paysans, quelques natifs du cru et bien sûr, plus on va vers le Sud, le soleil quoi, tout une palanquée de résidents secondaires, retraités ou voisins du gros patelin d’à côté. En parodiant Jean Ferrat je dirais « que la campagne est belle… » depuis qu’il n’y a presque plus de paysans… J’exagère sans doute mais, à la réflexion, je mets le doigt sur la contradiction la plus forte des habitants des villes, les urbains, face à ceux des champs, les ruraux dans lequel se nichent ces rares paysans dont les vaches pètent la couche d’ozone, les cochons puent, les tracteurs pétaradent à pas d’heures et qui passent leur temps sur M6 à chercher des fiancées car « l’amour est dans le pré » dit-on.


Les paysans, les urbains les aiment dans un monde fantasmé, rêvé, joyeux mélange d’images d’Epinal, de regrets, qui trouve sa quintessence dans la grande ferme du salon de l’Agriculture avec ses animaux bien brossés, choyés, bêtes à concours. Idylle contrariée, surtout du côté des écolos, par toutes les saloperies qu’ils foutent dans la nature qu’ils ont déjà bousillée en arrachant les haies pour que leurs gros engins aillent plus vite. Bon, ça n’empêche pas les résidents secondaires de bourrer leur coffre de victuailles ramassées chez Lidl ou Leclerc, normal ça coûte moins cher. Bien sûr j’évite de parler du sujet qui fâche le plus bobonne : ce putain de coq qui chante dès le lever du soleil. Bref, l’amour est certes dans le pré mais vaudrait mieux que les vaches aillent ruminer ailleurs.


Tout ça vient de loin bien sûr car chez nous « la Terre ne ment pas » mais elle a beaucoup servi aux hérauts de notre belle et intelligente droite qui aime tant les paysans, ces campagnards qui savent si bien voter avec leurs sabots. Pour preuve, ce que mettaient en avant, pour promouvoir la « campagne », au début des années 70, un groupe parlementaire rassemblant 180 députés UDR et Républicains Indépendants (le GEPAR) emmené par son fringant président, l’ondoyant Jean-Pierre Soisson bas-bourguignon d’occasion et menteur comme un arracheur de dents. Lors de leur première journée nationale le 11 avril 1972, sans doute avec force de Chablis qui est le lait de Jean-Pierre, le député-maire d’Auxerre explicitait leur programme.


L’objectif était de « faire prendre conscience au pays avant qu’il ne soit trop tard de la chance que constitue son retard en matière d’industrialisation et d’urbanisation pour proposer un type de société original. » En clair, ces aménageurs, nous sommes avec notre palanquée de grands Ingénieurs des Ponts, des Mines, du Génie Rural un peuple d’aménageurs, veulent bâtir une politique ambitieuse de la campagne destinée à défier « une modernité d’aujourd’hui (1972) qui engendre l’abstraction et l’uniformité ». Ils se veulent le contrepoids de la civilisation industrielle afin de contenir « une industrialisation qui s’effectuerait au détriment de la vraie nature de la France. »


Le mot est la lâché : la vraie France c’est la France verte des vaches, cochons, couvée, revivifiée. C’est la France contrepoids salutaire de la France grisâtre des ZUP où s’entassent pêle-mêle des populations émigrées de l’intérieur et de plus en plus de l’extérieur via nos anciennes colonies. Renault manque de bras, mais Renault est à l’Ile Seguin aux portes de Paris et Citroën après avoir quitté le quai de Javel dans le XVe monte ses bagnoles à Aulnay-sous-Bois dont les bois ne sont plus qu’un souvenir. Des usines à la campagne donc… loin des banlieues rouges… des usines dans les prés avec des ouvriers-paysans comme à l’usine Citroën de Rennes. Ces chantres de la campagne bénéficiaient du climat particulier qui régnait autour de Georges Pompidou, homme de Montboudif dans le Cantal, avec Pierre Juillet, Jacques Chirac… Le Cantal, la Creuse, la Corrèze deviennent les références d’une France qui doit y ressourcer ses valeurs.


Pierre Juillet, le campagnard du Limousin, confiait à Alain Peyrefitte : » Alors que tout bouge autour de nous, l’essentiel est de garder notre équilibre, d’éviter les écueils et de ne pas sombrer ! Dans le tourbillon des découvertes, des innovations technologiques, des échanges internationaux, ce qui importe au contraire, c’est de rester soi-même au milieu du changement qui s’accomplit de toute façon, que nous le voulions ou non ! C’est de préserver nos valeurs fondamentales ! »


Les valeurs fondamentales de notre vieux pays se trouvent dans le noyau dur d’une France provinciale qui allie les idées des radicaux et une forme de poujadisme latent : il y a du Juillet dans Guaino ! Henri de Gastines, prototype du hobereau paysan de l’Ouest, décrit bien le ressort profond du crypto-agrarisme de la République pompidolienne. « Il était né (Pierre Juillet) dans ce milieu, son père était gendarme, son frère est devenu préfet. C’étaient des gens qui avaient du tempérament et qui étaient très enracinés. C’était l’époque où les instituteurs jouaient un très grand rôle dans la nation, où ils étaient officiers de réserve, où ils étaient très patriotes et en même temps ils avaient été nourris aux mamelles de la paysannerie, sur le terrain, sachant ce qu’était la vie dure des paysans. Il était imprégné de tout cela, c’était vraiment cela le fondement de son raisonnement. »



Dit par Chirac Ministre de l’Agriculture, le 7 novembre 1973,ça donne ça : « Nous vivons dans un monde qui évolue très rapidement, marqué par une certaine agitation due au développement de processus dont nous contrôlons pas très exactement les conséquences, qu’il s’agisse du progrès technique, de la concentration de la population, de la pollution, de la destruction des milieux naturels, de l’urbanisation. Ces processus ont tendance, si l’on n’y prend pas garde, à remettre en cause non seulement les éléments temporels de notre civilisation mais aussi, on s’en aperçoit depuis quelques années, les fondements mêmes sur lesquels sont assises nos civilisations et l’organisation de nos sociétés. Quel que soit le sens qu’on donne à ces valeurs traditionnelles qui ont toujours marqué les sociétés organisées, par opposition aux sociétés d’anarchie, il faut remarquer que le monde rural est le seul, par a nature, à être capable de puiser dans son travail un certain sens de l’harmonie de la vie. Nous ne devons jamais l’oublier. »


Reste que dans la compétition internationale qui s’ouvrait avec l’amplification du démantèlement des barrières douanières (GAAT) et de la mise en œuvre des fameuses politiques agricoles commune du Marché Commun, c’est l’agriculture productiviste et le paysan-entrepreneur qui vont triompher. Le génie de Chirac fut de montrer de l’empathie pour les oubliés de la PAC tout en défendant mordicus les grandes cultures. La gauche de Mitterrand fut incapable de sortir du piège tendu par la FNSEA, sauf en viticulture où cette maison n’avait aucune prise. Quand à Sarkozy ce monde lui est totalement étranger c’est enfant de la ville et il s’est planté en dépit de son forcing final pour brosser les paysans dans le sens du poil. Reste notre PNR qui renoue avec la tradition corrézienne, revendiquant sa filiation avec le petit père Queuille, aura-t-il ou souhaitera-t-il aller au-delà d’un ruralisme mou ? Je ne sais, mais les intentions affichées du Ministère d’être à la fois celui des agriculteurs et celui de l’agro-alimentaire exige bien plus que des bonnes paroles ou des incantations de redressement industriel, c’est l’acceptation de la réalité et sa prise en compte qui accoucheront d’une campagne vivante.


Mon petit voyage depuis plus d’une année dans les plis et les replis de la France du lait, celle des producteurs du Grand Sud-Ouest, de la Normandie, du Forez et d’ailleurs et des grandes entreprises privées et coopératives qui transforment et vendent des produits laitiers, m’ont appris une chose : si le Ministère de l’Agriculture veut faire la preuve de son utilité il se doit de réinvestir le terrain, là où tout se noue, de cesser de croire que tout se joue dans les négociations communautaires, de se transformer en seul gestionnaire de primes européennes diverses et variées, d’oublier que dans les années qui viennent le sourcing va plus encore qu’aujourd’hui la clé du devenir de ces espaces ruraux dont on ne parle que dans les discours mais qui sont abandonnés à la seule loi du marché. C’est un travail de fourmi, de mise en relations, d’accouchement de groupes régionaux viables, se contenter de jouer les mauvais pompiers, comme dans le dossier Doux où ce cher Charles fait restructurer sa dette au détriment des éleveurs et des salariés, c’est à terme négliger l’essentiel : l’anticipation des grandes évolutions…

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 07:00

Je signale aux nouveaux entrants sur cette page que, ce qui suis, est pure fiction, un petit roman en ligne commencé depuis l'origine de ce blog et publié le dimanche. Il ne s'agit pas d'une autobiographie et le héros s'exprime en son propre nom. Merci de ne pas en faire un autre usage.

Depuis le début de la semaine ce n’est que du bonheur je va-et-vient, sans aucunes difficultés, avec ma petite auto dans les rues de Paris, pourtant éventrées par de multiples travaux de voiries. Le beau s’est installé et vire même à la franche canicule. J’en profite pour aller me réfugier, tôt le matin, dans la fraîcheur d’un bureau de DCRI, bien climatisé, où je me plonge dans les fichiers bien tenus de mes collègues actifs. Mes hautes relations, et ma réputation sulfureuse, m’ont largement facilité cet accès : j’ai obtenu en une vitesse record tous les pass et les codes des fichiers. La période de vacances facilite largement ma venue discrète : peu de monde dans les bureaux donc peu de trafic surtout à l’étage de la direction où je suis logé. Celle-ci, sans même me rencontrer, a mis un point d’honneur à m’octroyer un bureau accessible par un ascenseur privatif qui m’évite les rencontres avec la piétaille toujours encline au bavardage de coin de bistrot. Je bosse dur même si parfois je m’impose des plaisirs anciens, disons aussi anciens que le bureau privatif où il fait bon recevoir de la visite. Ça plaît beaucoup à ma belle amie. Je bois beaucoup de café mais ne prend aucune note. Ma plongée dans les us et coutumes de la Fédération UMP des Hauts-de-Seine, la plus importante en nombre d’adhérents, mais aussi et surtout une machine de guerre bâtie par le père Charles, sur les bases des bons vieux principes du clientélisme et des réseaux qui vont avec, est très importante. L’ex s’en est servi avec succès avant de se heurter à son nouvel ennemi intime l’Arménien. Je mémorise les noms, les coups fourrés, les trahisons, les alliances temporaires, les affaires de cul, les vilenies, et bien sûr je m’intéresse de près aux pratiques du couple infernal de Levallois, les amis du petit.


Ce qui me frappe, en dehors du jeu des chefs, de leur porte-flingues et des cercles, des jeunes excité aussi, c’est que ce parti n’est pas un parti de militants mais essentiellement un parti d’adhérents qui veulent avoir un chef qui les mène à la victoire. Les idées, les débats, les procédures démocratiques, n’y ont qu’une place restreinte. Le Général détestait les partis, les vilipendaient, la démocratie parlementaire l’excédait, c’était un militaire qui ne croyait qu’aux états-majors seuls en mesure d’interpréter, de mettre en musique, les décisions du chef. Chirac avait, avec le RPR et sa base arrière de la Ville de Paris, instillé plus encore de clientélisme et de distribution de prébendes aux affidés. Après l’OPA sur les mous de l’UDF le grand Jacques avait fait la grossière erreur de ne pas carboniser le petit Nicolas en le nommant à Matignon et celui-ci, avec son art absolu du sans-gêne, sa prise de la mairie de Neuilly au nez et à la barbe de Charly, comme le débauchage de Cécilia des bras de ce pauvre Jacques Martin, en témoignent s’était emparé de la machine UMP tout en revenant à l’Intérieur pour contrôler les élections et les agissements de Cécilia. La bonne connaissance des pratiques en vigueur dans la principauté des Hauts-de- Seine constituait pour moi un besoin vital pour me mettre dans la peau  d’un adhérent de l’UMP. Et celui-ci, en dépit de l’agitation de son secrétaire-général le petit roquet, des prétentions du cocker sournois, des dents longues des jeunes : la belle NKM et le prétentieux Le Maire, de la fausse bonhomie de l’assureur de Saint-Quentin, de la stupidité infinie du motard niçois, n’apprécie qu’à moitié cette campagne électorale interne pour élire le chef.


Dans la presse du dimanche je lis même que dans certaines fédérations, cette campagne a un goût inconnu pour les militants UMP, dont certains sont peu habitués au processus de primaire interne. « Par exemple dans les Alpes-Maritimes, bastion sarkozyste. Eric Ciotti, président du conseil général, dirige la campagne de M. Fillon. Michèle Tabarot, députée et secrétaire départementale, soutient activement M. Copé. Et M. Estrosi, maire de Nice, laisse planer le doute sur sa propre candidature. J’ai reçu une même journée trois coups de téléphone de trois permanences différentes m'invitant à accorder mon parrainage à... trois candidats différents », raille Alain D., juriste et militant à Cannes. C'est d'ailleurs dans ce même département que se réunit, les 24 et 25 août, la première rencontre de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'Etat reste omniprésent dans l'esprit des militants UMP, quel que soit leur favori. René F., qui se définit comme « gaulliste depuis 1947 », soutiendra François Fillon « si Nicolas Sarkozy persiste dans son intention de se retirer de la vie politique – ce que je regretterai », dit-il. « L'idéal serait le retour de Sarkozy, mais faute de Sarko, pour moi c'est Copé ! », assure Pierre-Henri L… » Sarkozy, le retour : 53 % des sympathisants veulent que Nicolas Sarkozy « revienne dans la vie politique et soit candidat de la droite lors de l’élection présidentielle de 2017 » et 40 % préfèrent qu’il « revienne dans la vie politique mais uniquement en s’exprimant sur différents sujets ». Seuls 7 % souhaitent qu’il ne revienne pas. Autre vœu qui va pourrir la vie de Copé et de Fillon, 52 % des sympathisants sont favorables à des accords électoraux UMP/FN aux élections locales (municipales, cantonales, régionales), selon cette étude (48 % ne sont pas favorables)… Reste les motions, base des futurs courants, on se croirait au PS, 25 % des sondés disent préférer celle de Luc Chatel « la droite moderne », 17 % celle de Jean-Pierre Raffarin motion « centriste et humaniste », 16 % celle de Guillaume Peltier « la droite forte », 5 % celle de Thierry Mariani la « droite populaire ». C’est du lourd, du très lourd, à vous tomber des mains. L’important c’est de gagner les élections, non !

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 00:09

Dans les eaux tièdes de la baie de Tiuccia des bans de barracudas indolents guettent le Taulier en se pourléchant leurs petits crocs affutés. Que fait-il là cet intrus avec son masque et ses palmes ? Mais les gros oblades aux écailles argentées, d’apparence si paisible, qui eux aussi en bans serrés vont et viennent autour du taulier entubé qui se prend pour un mérou, le trouvent parfois bien encombrant.

 

Cette parabole des jeunes aux dents longues et des vieux, grisonnant et un peu rond du bidon, vaut pour le Taulier en congepés réponse aux quelques-uns qui, débarquant sur son espace de liberté, avec leurs petites grolles modernes accueillant leurs chevilles enflées ou leurs gros sabots de gens à qui on ne la fait car ils connaissent tout du vin, et qui n’aiment pas que le vieux mérou se rebiffe parce qu'ils viennent lui chercher des poux sur la tête. Charbonnier est maître chez soi, la gratuité, la liberté d’accès ne vaut pas sésame pour le sans gêne.

 

La blogosphère du vin est, sans jeu de mots, un océan rouge où l’on se bouscule pour se faire une place. Normal, ainsi va la vie d’un écosystème. Pour autant, les nouveaux entrants imberbes ou les vieilles barbes qui se pointent aussi, doivent savoir que c’est dur de durer et que si, de temps à autre, le vieux mérou les remet en place ce n’est pas parce qu’ils prennent sa place mais que très franchement leur intrusion le gonfle. Ça me rappelle une vieille histoire que l’on se racontait en Vendée. Elle est toute bête : un couple qui n’en finissait pas de s’incruster chez des gens, un soir à la veillée, a vu soudain l’hôte se lever et dire à sa femme « Viens, y’allons nous en aller je pense que nous dérangeons… »


C’est clair !


Oui j’ai la grosse tête : j’ai des opinions sur tout et rien, plutôt sur rien que sur tout d’ailleurs, mais nul n’est obligé de me lire alors de grâce que l’on m’épargne de prise à témoin du genre : voyez comme ce type est impossible ! Oui je suis impossible, je me la pète grave mais ça me va bien au teint, je me porte bien mais je me soigne : la preuve ci-dessous sur le divan. Le vieux mérou veut tout ce que l’on veut sauf que l’on vienne se draper dans une dignité outragée par son mauvais caractère. La maison est grande ouverte, les commentaires sont libres mais lorsque je ne suis pas content je le dis. Rien à traire des barracudas ou des oblades qui ont la peau fragile ou la couenne sensible.

photoDroupi.JPG

photole-loup.JPG

Les dessins sont d’UNTER et les scénario de WANDRILLE et sont tirés de PSYCHANALYSE du Héros de Cartoon éditions Vraoum www.vraoum.eu 5€


Avant de vous quitter sachez que les chroniques des 3 semaines à venir sont en boîte, pendant ce temps-là je bullerai, je me contenterai de provoquer les barracudas et les oblades avec mon tuba et mes palmes, je lirai, je me baladerai, je jetterai un coup d’œil à mes vaches, mes pensées seront ailleurs mais je ne vous direz pas où bien sûr, il m’arrivera même de réfléchir, de boire aussi et que ça ne vous empêche pas de commenter (quand les commentaires sont ouverts, ce qui n’est pas le cas pour le Grand Jeu de Piste Normal de l’été…)


Corse-2007--17-.JPG

MD151-oblade.jpg

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents