Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 00:09

Telle est la raison que j’invoque dans le message que je propose sur mon téléphone à ceux qui ne peuvent me joindre. Ça les surprend bien sûr mais ce n’est ni tout à fait vrai, ni tout à fait faux. Je m’explique. En effet, lorsque je chronique chaque jour je suis toujours par la pensée dans les vignes, les vôtres bien sûr. Cependant, même si mes vaches m’éloignent parfois de Paris, je foule plus le macadam que les beaux terroirs de vos vignes. Alors, comme je l’avais annoncé, j’ai décidé de sortir de Paris pour me rendre dans les vignes.


Ainsi, lundi et mardi derniers, avec ma petite auto noire, j’ai mis au petit matin cap au sud pour me retrouver dans les vignes. Et croyez-moi, j’y ai passé les ¾ de mon précieux temps. J’ai beaucoup écouté les amis vignerons qui nous ont reçu, trois générations mais un facteur commun le respect de la terre et l’extrême soin du vin. Bien sûr, selon une tradition bien établie chez moi, je n’ai pris aucune note mais en revanche des photos. Bouffée d’oxygène extraordinaire, un ressourcement indispensable pour votre Taulier qui sent parfois qu’il s’essouffle, se dit que ce qu’il fait est bien vain. Vous ne pouvez pas savoir comme ça m’a fait du bien. Tout le contraire d’un voyage de presse, le programme se bâtissant au fil de la journée sans contraintes de d’horaires, une conversation en continue libre et riche. Et bien sûr, nous avons dégusté mais aussi bien mangé et bien bu. La totale quoi !


N’attendez pas de moi aujourd’hui que je vous dise où j’étais car je n’ai pas encore décanté tout ce que j’ai engrangé. Mes idées sont encore sur lie. Je laisse du temps au temps pour vous faire profiter de cette incursion dans les vignes qui était pendant deux jours mes vignes. Bien évidemment je ne vais pas en resté là et je vais programmer, façon de parler, d’autres incursions du même genre. Mais, comme le dirait N de R « pendant que j’y pense » je me plais à imaginer inviter un jour notre Ministre de l’Agriculture, Stéphane le Foll, à se joindre, pendant une matinée ou un après-midi, à cette plongée dans les vignes. Comptez sur moi pour lui proposer car il me semble que c’est la meilleure manière de comprendre ce que sont et ce que font nos vignerons. Et ce sera si ça se fait : sans casquette de préfet ni nuée de journalistes, une vraie découverte du terrain.


Je m’en tiens là car n’étant pas, contrairement à l’idée que beaucoup de ma production journalière, un stakhanoviste. Je salue au passage Jules Tourmeau. Enfin, je signale à tous ceux qui reconnaîtront, et je crois qu’ils seront nombreux, le lieu de mes vignes éphémères que, libre à eux de le révéler, car ça ne changera rien au fait que pour l’heure votre Taulier restera muet comme une carpe en attendant de cracher le morceau bien sûr (normal pour un dégustateur de sa trempe, pas vrai PSA !)


Chablis-001.JPGChablis-002.JPGChablis-003.JPG

Chablis-007.JPGChablis-008.JPGChablis-009.JPGChablis-012.JPGChablis-013.JPGChablis-016.JPGChablis-018.JPGChablis-018-copie-1.JPGChablis-022.JPGChablis-031.JPGChablis-032.JPGChablis-033.JPGChablis-034.JPGChablis-036.JPG

Partager cet article
Repost0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 07:00

Matteo avait tout prévu, son maître d’hôtel nous porta des vêtements d’été en lin à notre taille puis une dînette copieuse qu’il déposa sur la terrasse surplombant notre étage. Adeline en se glissant dans la robe chasuble me dit d’un air extatique « mon Dieu que c’est bon de se glisser nue dans une telle merveille… Comment me trouves-tu ?

-         Comme une fille !

-         Ça veut dire quoi comme une fille ?

-         Que je vais te fesser à cul nu si tu continues de minauder…

-         Je ne minaude pas sale macho. Essaie donc d’accéder à mes fesses et tu verras de quel bois je me chauffe…

-         Rassures-toi je n’ai pas l’intention de passer à l’acte !

-         Que tu dis…

-         Mangeons, j’ai une dalle terrible…

-         C’est l’âge…

-         Oui je compense mes insuffisances…

Adeline mangea deux fois plus que moi mais dès le melon au jambon de Parme elle m’avait pris de cours en jouant sur la corde sensible. « Comme je sais qu’au fond sous tes airs de mec revenu de tout tu es un pro, tu vas me raconter comment tu as infiltré la Gauche Prolétarienne…

-         Rien que ça la belle…

-         Oui mon grand !

-         Bon point, tu n’as pas dit mon vieux.

-         Arrête ton char sinon je te viole.

-         Que tu dis…

-         Allez racontes…


Et bien sûr j’ai raconté. « Le 1er septembre 1969, c’était un lundi quand je m’étais au bureau d’embauche de Citroën, quai de Javel, c’était plein de cols blancs et de petits culs frais de dactylos qui arpentaient les couloirs avec des airs inspirés pour les mecs et dédaigneux pour les filles qui froufroutaient salement devant eux. Pour ne pas me faire remarquer je regardais le bout de mes grosses grôles. Une grosse moustachue en blouse grise m’avait fait remplir les formalités d’usage, plein de paperasses sur lesquelles je m’appliquais à écrire de la pire façon des trucs sur moi que j’avais appris par cœur. Ensuite, une poulette m’avait dirigé vers le bureau du responsable du pointage où officiait, derrière un petit bureau métallique, un grand mec au crâne rasé qui avait une gueule de juteux de l’armée, et qui s’avéra par la suite être un ancien sous-off qu’avait fait l’Indochine et l’Algérie, plus caricatural que nature, raide et con à la fois. Manifestement ma gueule lui déplaisait et, pour me faire chier, il m’avait collé dans l’équipe de nuit : j’embauchais à neuf heures du soir et je finissais à cinq heures du mat. À part les affres de mon Golgotha quotidien, ça m’allait comme un gant car ça me laissait du temps pour aller traîner mes grolles du côté des réunions secrètes de mes amis les «tigres en papier de la Gauche Prolétarienne » que j’étais chargé d’infiltrer ». Il m’expédia à l’usine Citroën du quai Michelet à Levallois-Perret, celle où l’on fabriquait la « deuche » la chouchoute des babas cools.


Pour moi c’était, tout, sauf cool, mais la galère. Mon boulot, boucheur de trou sur la chaîne de montage de la « caisse », consistait à charroyer entre l’atelier de soudure et celui d’emboutissage des structures métalliques pour pallier les anomalies constatées sur certaines caisses et éviter un trou dans l’assemblage. Entre les deux ateliers, cent mètres où je devais pousser, courbé, arc-bouté, une sorte de fardier, dont les toutes petites roues collaient au goudron, rempli de carcasses en tôle tout juste sorti des presses. J’en chiais, ça me sciait les reins et, comme ce sadique de contremaître, lorsque je lui avais demandé poliment des gants, m’avait ri au nez en me balançant goguenard « tu te démerdes y’en a pas… » - y’avais jamais rien dans cette boîte de merde c’était comme ça chez Citroën le royaume du bout de ficelle – je me faisais bouffer les mains par le nu tout juste refroidi de la tôle et cisailler les doigts par tous les angles de ces putains de pièces.


 

Les nervis, la couche de brutes épaisses qui évitait à la caste des ingénieurs géniaux – les pères de la DS – de se préoccuper de la lie des OS, m’avait classé dans la catégorie « intellos », tous ces branleurs qui venaient les faire chier et foutre le bordel en s’immergeant dans la classe ouvrière, ici fortement représentée par les « bicots » et les « crouilles » ex-fellaghas coupeurs de couilles des braves défenseurs de l’Algérie Française. La manœuvre des « génies » de la place Beauvau fonctionnait à merveille : j’allais plaire aux illuminés de la Gauche Prolétarienne. Lorsque je sortis de l’usine, encore plein du fracas des presses, cassé par la nouvelle gestuelle que m’imposait le charroi de pièces en tôles coupantes qui me mettait les mains en sang, vidé de toute envie et affamé, j’enfourchais ma mobylette et je fonçais jusqu’à mon gourbi de la Butte aux Cailles pour me jeter sous une douche bouillante. Décapé, propre sur moi, je gagnais Montparnasse où j’allais, dès l’ouverture, poser mon cul sur la paille des fauteuils nickel du Sélect. En dépit de mon décrassage je devais suinter l’ouvrier car les garçons me tiraient des mines dégoûtées en prenant ma commande. Je les ignorais en m’empiffrant de leur petit déjeuner continental. La faune matinale me plaisait ; des femmes entre deux âges me mataient ; des intellos en velours côtelé péroraient ; quelques filles en mini-jupes et bouquins sous le bras faisaient escale et pépiaient ; de vieux messieurs à rosette lisaient la presse du matin ; moi je somnolais doucement jusqu’aux environs de neuf heures.


 Sans rouler sur l’or, comme la grande maison continuait de m’assurer mon traitement de fonctionnaire de police, qu’elle prenait en charge le loyer de mon gourbi de la Butte aux Cailles, et que la maison Citroën m’assurait le maigre salaire d’un OS – toujours assez mince même si les accords de Grenelle avaient rallongé un peu la sauce – je pouvais me permettre de claquer un peu de blé pour me faire plaisir. Ferdinand qui était de service le matin, après m’avoir battu froid les premiers jours, face à ma munificence et ma lecture du Monde, me prit très vite sous sa protection. Archétype du vieux titi parisien il alternait des réparties désopilantes et des propos de la France un peu rance qui râle à tout propos sur tout et rien. J’étais bon public, me gondolais à la plus petite plaisanterie, approuvais ses pires insanités. Le Fernand appréciait. Le seul nuage obscurcissant un peu  notre lune de miel provenait du flou de mes réponses lorsqu’il tentait de me pousser aux confidences sur mes activités. Je le faisais, non que je craignais son indiscrétion, d’ailleurs j’aurais pu m’inventer une troisième vie, mais parce que voulais le tenir un peu à distance avec juste ce qu’il faut de mystère. »

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 00:09

johnny-depp-image1-600x450.jpg

 

Johnny Depp, l’ex de notre Lolita nationale, Vanessa Paradis, dont le goût trop prononcé pour la bouteille aurait mis de l’eau dans le gaz dans le ménage, dément cette version de la presse people tout en concédant « J’ai étudié les vins et les spiritueux à fond, et ils m’ont certainement bien étudié aussi. Nous avons découvert que nous nous entendions à merveille, mais peut-être trop bien ». La star, qui se dit à nouveau sobre, a boudé la France lors de sa tournée européenne pour faire la promotion de son dernier film, étrillé par la critique, « Lone Ranger » Ce désamour pour moi n’a rien à voir ni avec le cinéma, ni avec son ex-Lolita, mais trouve sa pour cause dans la peur de Johnny de repiquer au jaja chez Hubert de Boüard de Laforest qui n’aime rien tant que de voir les stars se désaltérer à l’Angélus.


En 2009, alors qu’il filait le parfait amour avec Vanessa, Johnny à l’Oustau de Baumanière aux Baux de Provence commanda une bouteille de Cheval Blanc 1947 qu’il régla 40 000 €. Quand on aime on ne compte pas.


Le sieur Antonin, dit Vindicateur, au temps où il n’était pas tombé dans le chaudron nature, notait sur son blog « Sur le haut du bras de Johnny, un tatouage où on peut lire « Wino Forever » (poivrot pour toujours). A l’origine, c’était « Winona Forever », mais la belle ayant filé, le tatouage fut raccourci - au couteau s'il vous plaît - pour coller à la réalité : Johnny Depp adore le bon vin. »


Lire la suite ICI link  Antonin pris la main dans le sac « Ainsi, à la question de ses vins préférés, il répondit un jour Calon Ségur : « Un vin merveilleux qu'on peut boire tous les jours et, en plus, d'un prix très abordable. » Avant d’ajouter qu’il atteignait « le nirvana » avec Pétrus, Cheval Blanc et Romanée-Conti. Effectivement, il y a pire. » Nos amis du célèbre site 1855 ne disaient pas autre chose link (le tout venait de madame Figaro, une référence)


Je plaisante, je titille, ça me tire de la torpeur du mois d’août…


Autre superbe cas, Gwyneth Paltrow, qui ce dernier week-end, a participé à la nuit des auteurs de la East Hampton Library’s, un salon du livre se déroulant chaque année dans les Hamptons, près de New York pour signer des exemplaires de son livre de cuisine vegan, It’s all good. Elle a fait un tabac auprès des visiteurs mais a sérieusement énervée les vrais auteurs dont Jay McInerney qui a ironisé sur un Twitte « La Nuit des auteurs de la East Hampton Library’s s’est fait pirater par des stars du cinéma et leurs livres de cuisine écrits par des ghost-writers ». Comme les auteurs étaient positionnés par ordre alphabétique, la voisine de la star l’écrivaine Christina Oxenberg raconte sur son blog. « La divinité en question est arrivée avec son mari, ses enfants et deux imposants gardes du corps. Ses fidèles m’ont isolée du reste du monde, empiétant sur mon petit territoire, pour jeter leurs détritus et poser leurs c*ls. » Ecœurée elle a quitté sa place et a ramené une assiette pleine de « mini-burgers bien gras » et « d’odorants sandwichs à la viande » de quoi lever le cœur des adeptes du régime vegan cher à Gwyneth Paltrow.


ITSALLGOOD.jpeg

 

Ne ricanons pas, c’est ce qui nous guette car nous n’aimons rien tant que de mettre nos pas dans ceux de nos grands voisins d’Outre-Atlantique. L’abêtissement est là, bien là et si une star venait poser son beau cul au salon du livre pour promouvoir la même cause ses adeptes se comporteraient de la même manière. Dans le même ordre d’idée j’attends avec impatience le déferlement sur Paris du hamburger de nouilles «ramen». En ce moment nous n’en sommes qu’à la prolifération des boutiques baggel. Tout a commencé à la foire alimentaire Snorgasburg de Brooklyn où Keizo Shimamoto, le créateur du « ramen burger » qui n'avait préparé que 150 burgers s'est rapidement retrouvé en rupture de stock.link


Keizo-Shimamoto-s-Ramen-Burger-at-Sun-Noodle--Smorgasburg--.JPG

 

Les new-yorkais adorent faire la queue, c’est le syndrome Camdeborde et Keizo Shimamoto, espère éventuellement ouvrir un restaurant spécialisé en hamburgers ramen. Créer une queue attire le chaland. Lorsque je suis allé expérimenter le kebab chic d’Hugo Desnoyer à « Grillé » j’ai attendu plus de 20 mn avant d’être servi et lorsque mon tour est arrivé il ne restait plus beaucoup de viande à servir. Un bon conseil aux restaurateurs qui attendent vainement le client, créez des queues avec quelques intermittents du spectacle ça attirera le chaland. Je plaisante bien sûr car il faut se souvenir qu’un certain Olivier Stirn, dit l’andouille de Vire, utilisa ce procédé pour emplir la salle où il organisait un colloque…


Keizo-Shimamoto-s-Ramen-Burger-at-Sun-Noodle--Smor-copie-1.JPG

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 11:00

2013-06-05-HPtetescherchban600x160_2.jpeg

 

Ce billet, publié par le Huffington Post, de Denise Quirk-Baillot * Psychologue, spécialiste des troubles de comportement alimentaire a été publié dans le cadre de l'opération Têtes Chercheuses, qui permet à des étudiants ou chercheurs de grandes écoles, d'universités ou de centres de recherche partenaires de promouvoir des projets innovants en les rendant accessibles, et ainsi participer au débat public.


« Dans le cadre de son projet doctoral, elle a effectué une étude sur 1073 adolescents français et 1573 adolescents américains, afin d'identifier et de comparer les facteurs culturels et les pratiques alimentaires ainsi que de problèmes pondéraux et de troubles des conduites alimentaires. J'ai mené cette étude en collaboration avec des chercheuses des deux côtés de l'océan : Martine Flament (IRSM, Ottawa), Nathalie Godart (Inserm, Paris) Angelina Allen (Stanford, Californie) et Brigitte Remy (MGEN, Paris)


Force est de constater que les adultes français prennent davantage de plaisir et de temps pour les repas et mangent en compagnie de leur famille, de leurs amis et de leurs collègues. Les portions des aliments sont plus importantes aux Etats Unis, les Américains grignotent plus et ils préparent moins souvent des plats traditionnels faits maison servis à table avec une présentation soignée.


Chez les adolescents, même constat


Ma thèse retrouve ces différences chez les adolescents : les Français ont des attitudes plus "saines" envers la nourriture. Ils sautent moins souvent les repas, par exemple. Ce comportement est considéré comme déséquilibré par les nutritionnistes parce qu'il est associé à une consommation de boissons gazeuses sucrées, au fast food, aux aliments gras et à une moindre consommation d'aliments riches en nutriments (6). Il pourrait entraîner le grignotage tout au long de la journée, des carences ou même les crises boulimiques. Les adolescents français mangent plus souvent en famille. Selon des études précédentes de Neumark-Sztainer et al (7,8) le fait de manger plus souvent en famille (repas réguliers, structurés et dans une ambiance positive) était associé avec des taux de symptômes TCA amoindris. Le travail que j'ai mené avec mes collègues montre aussi que les repas "faits maison" avec des produits frais sont plus répandus chez les Français. Autre caractéristique : le grignotage. Les Américains grignotent plus de chips et gâteaux salés. Les Français mangent des fruits comme dessert alors que les Américains les grignotent plutôt tout au long de la journée. »


La suite ICI link 


  • Denise Quirk Baillot est californienne. Elle est diplômée d’un master de l’Université Chapman (Californie) et a récemment soutenu sa thèse à l’UPMC. Psychologue, spécialiste des troubles de comportement alimentaire, elle a d’abord exercé près de Los Angeles avant de s’installer à Paris après son mariage avec un français en 1997. A l’occasion de son arrivée, elle a découvert que ce qu’elle préconisait à ses patients aux USA, était comportement ordinaire en France (3 repas pris à heure régulière, en bonne compagnie, portions raisonnables, plaisir), ce qui l’a motivé en partie à poursuivre en thèse. Son projet doctoral s’est effectué dans le cadre du Département de Psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte (Unité INSERM U 669) à l’Institut Mutualiste Montsouris (Hôpital Cochin). Actuellement, elle exerce sa profession en cabinet à Paris au Counseling Center at the American Cathedral in Paris. Elle accueille des patients anglophones et francophones.

 

Pour l’article de recherche ADOLESCENTS AMERICAINS ET FRANÇAIS : OBESITE, TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE, ATTITUDES ET HABITUDES ALIMENTAIRES voir ICI link

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 00:09

BD2-superdupont.jpg

 

Les images ont la vie dure dit-on mais celle du français black béret vissé sur la tête, kil de rouge et baguette de pain dans sa musette chère à nos collègues anglo-saxons est à tout jamais engloutie. Même la baguette est, à leur dire, en danger en dépit de ses 10 milliards d’unités annuelles qui fait des Français sans nul doute les plus gros consommateurs de pain en Europe : 99% d'entre eux déclarent le faire quotidiennement avec en moyenne 140 g de pain par jour.


Pas mal non, il subsiste encore dans notre vieux pays 38.000 boulangeries artisanales (la résistance est plus forte que pour d’autres artisans de bouche) Même qu’à Paris il existe un prix de la meilleure baguette : en 2013 c’est Rhida Khadher, de la boulangerie « Au Paradis du Gourmand » 156, rue Raymond Losserand dans  qui l’a reçu link et est devenu le fournisseur officiel de l'Elysée pendant un an. 


Et pourtant, après avoir combattu le pain quotidien, les nutritionnistes recommandent de consommer entre 3/4 et 1 baguette par jour pour couvrir notamment les besoins en glucides complexes et protéines végétales.


Mais combien coûte une baguette de pain traditionnelle ? Évitez de poser cette question à Bruno Le Maire mon ancien patron, il pourrait prendre la mouche car il avait séché dessus en février 2011. Comptez aujourd'hui en moyenne 88 centimes pour une baguette traditionnelle en boulangerie et 57 centimes en grande surface ! Depuis 1987, les boulangers fixent librement le prix de leur pain.


Répartition du coût d'une baguette en France en 2011. (Chambre syndicale de la boulangerie)


19% imputable aux coûts de la farine, la levure, le sel et l'eau.

53% pèsent sur les salaires et les charges.

11% de frais divers (impôts, emballage, transport, amortissement).

11% pour l'énergie et le loyer.

6% de revenu.


Comparatifs de la baguette et du SMIC (Chambre syndicale de la boulangerie)


En 1970, le smic est à 593 Fr, la baguette à 0.57 Fr.

On peut acheter 1040 baguettes.

En 1980, le smic est à 2392 Fr, la baguette à 1.67 Fr.

On peut acheter 1432 baguettes.

En 1990, le smic est à 5286 Fr, la baguette à 3.14 Fr.

On peut acheter 1683 baguettes.

En 1997, le smic est à 6664 Fr, la baguette à 3.97 Fr.

On peut acheter 1678 baguettes.

En 2008, le smic est à 1309 Є, la baguette à 0.80 Є.

On peut acheter 1636 baguettes.

En 2011, le smic est à 1365,03 Є, la baguette à 0.90 Є.

On peut acheter 1436 baguettes.

NB: En 2000, on est passé à 151 heures au lieu de 169.


La baguette standard est « large d'environ 5 à 6 cm, haute d'environ 3 à 4 cm et longue d'environ 65 centimètres. Les différentes sortes de pains sont caractérisées entre autres par leur poids. Celui de la baguette est d'environ 250 grammes.

La croûte des baguettes est très croustillante et dorée, tandis que l'intérieur, la mie, est blanche et moelleuse. En principe, elle reprend sa forme si on la presse. C'est un critère pour savoir si le pain est de qualité. »


L’article 2 du Décret n°93-1074 du 13 septembre 1993 pris pour l'application de la loi du 1er août 1905 en ce qui concerne certaines catégories de pains indique « Peuvent seuls être mis en vente ou vendus sous la dénomination de : "pain de tradition française", "pain traditionnel français", "pain traditionnel de France" ou sous une dénomination combinant ces termes les pains, quelle que soit leur forme, n'ayant subi aucun traitement de surgélation au cours de leur élaboration, ne contenant aucun additif et résultant de la cuisson d'une pâte qui présente les caractéristiques suivantes :

 

1° Etre composée exclusivement d'un mélange de farines panifiables de blé, d'eau potable et de sel de cuisine ;

2° Etre fermentée à l'aide de levure de panification (Saccharomyces cerevisiae) et de levain, au sens de l'article 4 du présent décret, ou de l'un seulement de ces agents de fermentation alcoolique panaire ;

3° Eventuellement, contenir, par rapport au poids total de farine mise en oeuvre, une proportion maximale de :

a) 2 p. 100 de farine de fèves ;

b) 0,5 p. 100 de farine de soja ;

c) 0,3 p. 100 de farine de malt de blé. »


Elle est là, et bien là notre sacro-sainte baguette de pain, alors pourquoi diable les médias anglo-saxons s’inquiètent-ils en évoquant notre désamour vis-à-vis d’elle ?


Elaine Sciolino a récemment publié un article dans le New York Times intitulé «Un essentiel de l'alimentation française n'a plus sa place à table».link Cœur du problème: les Français mangent moins de pain et délaissent la baguette, emblème culinaire s'il en est.


logo-home.png

« Si la modification des habitudes alimentaires a conduit à la réduction de la consommation de pain, la qualité de la baguette est également pointée du doigt. Elle ne fait pas le poids face à ses concurrentes plus sophistiquées, à l'instar des baguettes «tradition» réputées plus savoureuses. L'Observatoire du pain a lancé une contre-offensive sous la forme d'une campagne d'affichage encourageant les Français à faire du passage à la boulangerie une habitude quotidienne. Les panneaux «Coucou! Tu as pris le pain?» essaiment dans l'Hexagone. » commente le Figaro.


Il est vrai que la baguette est de plus en plus menacée par le marketing : « la Banette, la Tradition, le Bon’heur, la Rustique, la Rétrodor, la Saint Albin, la Paysanne, la Gallega, la Gourmet, la Campaiette, sans oublier l’exotique Finlandaise : Prévert n’aurait pas renié pareil inventaire, hélas loin d’être exhaustif. Car tous ces mots, tantôt latin de boulange, tantôt marques déposées, sont censés remplacer avantageusement le terme de baguette. » note un puriste.


Plus sérieusement selon Steven L. Kaplan, l’historien américain de référence sur le pain, la raison est que panification a suivi deux tendances au cours du siècle dernier : une baisse constante de la qualité de la plupart des produits, et l'émergence d'une nouvelle race des boulangers artisanaux consacrés à l'excellence et de tradition. Pour lui la baisse de la qualité a commencé en 1920 avec le passage de panification lente avec une base de levain à un processus rapide en utilisant des levures. Mécanisation dans les années 1960 qui a contribué à la fabrication du pain qui manquait goût et l'arôme. La tendance a commencé à s'inverser dans les années 1980. Les meuniers français ont fourni aux boulangers de la meilleure farine et un plus grand soutien de la commercialisation. Lionel Poilâne a conjugué production à grande échelle avec pratiques artisanales comme la longue fermentation au levain et four à bois à pâte. La «tradition», comme on l'appelle, est plus chère que la baguette ordinaire, qui utilise des additifs, la fermentation rapide montante et la mécanisation, et représente environ 75 % des ventes de pain du pays.


La journaliste américaine cite Philippe Levin, boulanger dans le 9e arrondissement de Paris depuis 25 ans « Les procédés de fabrication des deux pains ne sont pas du tout les mêmes. Le secret pour faire une bonne tradition c’est le temps, le temps, le temps. La fermentation est très, très lente. Les arômes, le sucre doivent émerger. Il faut de 3 h et demie, à quatre heures du début à la fin. » Pour montrer la différence il tranche une tradition et une baguette classique en deux et la longueur comme pour faire un sandwich. «Regardez toutes les cavités irrégulières, la belle croûte dorée» pour la tradition. « Sentez l'arôme, doux et épicé. Chacune est faite à la main. C'est magnifique! » Pour la baguette, «C'est différent, plus blanc, fait à la machine. » M. Levin vend plus de traditions que les baguettes, même si les baguettes coûtent 20 centimes de moins.


L'art de vivre à la Française est-il vraiment en péril ? Nos chers voisins anglo-saxons ne profitent-ils du relatif déclin de la baguette traditionnelle pour pratiquer encore une fois  le «French bashing» ? Je le crois mais je concède que notre morosité affichée favorise ce sport. John Simpson de la BBC se demande «Qu'est-il arrivé à la joie de vivre française?» Roger Cohen, journaliste au New York Times en fonce le clou «le malaise et l'ennui sont à la France ce que l'enthousiasme est aux Etats-Unis: un emblème dont on est fier».


Cependant, sous cette ironie, ces critiques récurrentes, se cachent souvent, comme le note le Figaro, « des compliments, voire parfois des déclarations d'amour à la France et ses habitants, aussi moroses soient-ils. » Dans sa tribune Roger Cohen conclut en estimant qu'il «vaut mieux être malheureux qu'hypocrite, écœuré que naïf - et il vaut même beaucoup mieux être morose qu'idiot».


Morale de cette histoire : si au lieu de nous auto-flageller, de ronchonner, nous prenions enfin conscience que nous vivons dans l’un des endroits de la Terre où il fait encore bon vivre. Cet optimisme, qui d’ailleurs existe dans la sphère privée des Français, nous permettrait de retrouver de l’allant. « J’ai toujours voulu que l’avenir ne soit plus ce qui va arriver mais ce que nous allons faire. » Henri BERGSON


6a016302ca19da970d01901e56693f970b-800wi.jpg

 

6a016302ca19da970d0191044c6db7970c-800wi.jpg

 

La suite ICI link

Partager cet article
Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 11:00

« Disons qu’elle s’appelait Mme Anserre, pour qu’on ne découvre point son vrai nom.


C’était une de ses comètes parisiennes qui laissent comme une traînée de feu derrière elles. Elle faisait des vers et des nouvelles, avait le cœur poétique et était belle à ravir. Elle recevait peu, rie, que des gens hors ligne, de ceux qu’on appelle communément les princes de quelque chose. Être reçu chez elle constituait un titre, un vrai titre d’intelligence ; du moins on appréciait ainsi ses invitations.


Son mari jouait le rôle de satellite obscur. Être l’époux d’un astre n’est point chose aisée. Celui-là cependant avait eu une idée forte, celle de créer un État dans l’État, de posséder son mérite à lui, mérite de second ordre, il est vrai ; mais enfin, de cette façon, les jours où sa femme recevait, il recevait aussi ; il avait son public spécial qui l’appréciait, l’écoutait, lui prêtait plus d’attention qu’à son éclatante compagne.


Il s’était adonné à l’agriculture ; à l’agriculture en chambre. Il y a comme cela des généraux en chambre, – tous ceux qui naissent, vivent et meurent sur les ronds de cuir du ministère de la Guerre ne le sont-ils pas ? – des marins en chambre, voire au ministère de la Marine ; – des colonisateurs en chambre, etc., etc. Il avait donc étudié l’agriculture, mais il l’avait étudiée profondément, dans ses rapports avec les autres sciences, avec l’économie politique, avec les arts, – on met les arts à toutes les sauces, puisqu’on appelle bien « travaux d’art » les horribles ponts des chemins de fer. Enfin il était arrivé à ce qu’on dit de lui : « C’est un homme fort. » On le citait dans les Revues techniques ; sa femme avait obtenu qu’il fut nommé membre d’une commission au ministère de l’agriculture.


Cette gloire modeste lui suffisait.


Sous prétexte de diminuer les frais, il invitait ses amis le jour où sa femme recevait les siens, de sorte qu’on se mêlait, ou plutôt non, on formait deux groupes. Madame, avec son escorte d’artistes, d’académiciens, de ministres occupait une sorte de galerie, meublée et décorée dans le style Empire. Monsieur de retirait généralement avec ses laboureurs dans une pièce plus petite, servant de fumoir et que Mme Anserre appelait ironiquement le salon de l’Agriculture.


Les deux camps étaient bien tranchés. Monsieur, sans jalousie, pénétrait quelquefois dans l’Académie, et des poignées de mains cordiales étaient échangées ; mais l’Académie dédaignait infiniment le salon de l’Agriculture, et il était rare qu’un des princes de la science, de la pensée ou d’autre chose se mêlât aux laboureurs.


Ces réception se faisaient sans frais : un thé, une brioche, voilà tout. Monsieur, dans les premiers temps, avait réclamé deux brioches, une pour l’académie, une pour les laboureurs ; mais Madame ayant justement observé que cette manière d’agir semblerait indiquer deux camps, deux réceptions, deux partis. Monsieur n’avait point insisté ; de sorte qu’on ne servait qu’une seule brioche, dont Mme Anserre faisait d’abord les honneurs à l’Académie et qui passait ensuite dans le salon de l’Agriculture.


Or, cette brioche fut bientôt, pour l’Académie, un sujet d’observations des plus curieuses. Mme Anserre ne la découpait jamais elle-même. Ce rôle revenait toujours à l’un ou l’autre des illustres invités. Cette fonction particulière, spé& Il s’était adonné à l’agriculture ; à l’agriculture en chambre spécialement honorable et recherchée, durait plus ou moins longtemps pour chacun : tantôt trois mois, rarement plus ; et l’on remarqua que le privilège de »découper la brioche » semblait entraîner avec lui une foule d’autres supériorités, une sorte de royauté ou plutôt de vice-royauté très accentuée.


Le découpeur régnant avait le verbe plus haut, un ton de commandement marqué ; et toutes les faveurs de la maîtresse de maison étaient pour lui, toutes.


On appelait ces heureux dans l’intimité, à mi-voix, derrière les portes, les « favoris de la brioche », et chaque changement de favori amenait dans l’Académie une sorte de révolution. Le couteau était un sceptre, la pâtisserie un emblème ; on félicitait les élus. Les laboureurs jamais ne découpaient la brioche. Monsieur lui-même était toujours exclu, bien qu’il en mangeât sa part.


La brioche fut successivement taillée par des poètes, des peintres et des romanciers. Un grand musicien mesura les portions pendant quelque temps, un ambassadeur lui succéda. Quelquefois un homme moins connu, mais élégant et recherché, un de ceux qu’on appelle, suivant les époques, vrai gentleman, ou parfait cavalier, ou dandy, ou autrement, s’assit à son tour devant le gâteau symbolique. Chacun d’eux, pendant son règne éphémère, témoignait à l’époux une considération plus grande ; puis quand l’heure de sa chute était venue, il passait à un autre le couteau et se mêlait de nouveau dans la foule des suivants et des admirateurs de la « belle Mme Anserre ».

 

à suivre...

 

Guy de Maupassant : Le gâteau. Texte publié dans Gil Blas du 19 janvier 1882 sous la signature de Maufrigneuse.

http://youtu.be/N_ITv5-Onqg

Partager cet article
Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 00:09

photo259.JPG

 

Rassurez-vous vignerons de Pomerol, petits ou grands, avec ou sans chais, il n’est pas écrit sur le front du Taulier « soutien à l’ODG Pomerol» car n’est pas localier de Sud-Ouest qui veut ou qui peut. Sans être mauvaise langue Dominique Richard drichard@sudouest.fr se prend les pieds dans la moquette, à défaut de la fumer, lorsqu’il mélange joyeusement dans un article du 25 juillet arrêt de la Cour d’appel de Bordeaux, juridiction civile et  arrêt du Conseil d’État, juridiction administrative. L’impératif utilisé en titre : « les Pomerol doivent être vinifiés sur place » relève de la prise de position en faveur des thèses de l’ODG de Pomerol, le journaliste se faisant le relais pur et simple de Me Jean-Philippe Magret l’avocat de la dite ODG, allant même jusqu’à parler de « fâcheuse posture » pour les plaignants alors que l’arrêt de la Cour d’appel de Bordeaux n’a pas  tranché pas sur le fond, c’est-à-dire le bien-fondé de la vinification dans l’aire de production. Le plus drôle dans cette histoire c’est que Terre de Vins après avoir relayé l’article sous le même titre partisan a rectifié le tir en remettant les pendules à la bonne heure en titrant « la carte et le territoire » et en exposant les deux points de vue sans parti pris.

photo260.JPGphoto262.JPG

 

Je me permets de rappeler que le Conseil d’État a retoqué sèchement le premier décret excluant les sans-chais de Pomerol link et que le dernier considérant du Conseil d’Etat sur les sans-chais de Pomerol en dit plus long qu’un long discours link


« Considérant que si le ministre de l'agriculture et l'INAO motivent cette nouvelle délimitation, qui aura pour effet de retirer à des vignerons producteurs de vins bénéficiant depuis des décennies de l'AOC Pomerol la possibilité de procéder à la vinification et à l'élevage de leurs vins en dehors de l'aire géographique, par la nécessité de limiter le transport et la manipulation du vin afin de préserver sa qualité, il ne ressort pas des pièces du dossier que le transport sur les distances mentionnées ci-dessus des grappes de raisins, et non du vin, entre le lieu de la récolte et celui du chais de vinification aurait une incidence sur la qualité du vin produit, alors qu'il est par ailleurs constant que certains exploitants sont amenés à transporter leur vendange à l'intérieur de l'aire géographique de production sur des distances parfois plus longues que celles sur lesquelles les requérants transportent leur récolte ; qu'au regard du seul motif invoqué par le ministre de l'agriculture, les requérants sont fondés à soutenir que la délimitation ainsi retenue de l'aire dite de proximité immédiate induit une différence de traitement entre des exploitants qui bénéficiaient jusque-là pour leur production de vin de l'AOC Pomerol, les uns conservant ce bénéfice parce que leurs chais sont implantés sur les parcelles comprises dans cette zone et les autres se voyant retirer ce bénéfice à terme, et qu'il n'apparaît pas que cette différence de traitement serait en rapport avec les objectifs du cahier des charges ; que, dès lors, et sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de leur requête, les requérants sont fondés à demander l'annulation du décret attaqué homologuant le cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée (AOC) Pomerol, en tant qu'il a homologué la délimitation de l'aire de proximité immédiate. »


Qui vivra verra et attendons ce que nous dira le second arrêt du Conseil d’État au lieu d’enfourcher comme le journaliste de Sud-Ouest la cause d’une des parties.


Pour autant je n’abandonne pas mon « Vin du Conseil d’État » qui arborera une collerette distinctive et sera servi aux hôtes du Gouvernement vaudois lors de certaines manifestations officielles et je vais même en faire tout un fromage.


domaine_selection_2012_123_news624.jpg

« Pour la deuxième année consécutive, le gouvernement a choisi - à l'aveugle - un vin Vaudois qui sera honoré tout au long de l’année, jusqu’au 30 juin 2014. Cette année, c'est le Domaine de Fischer Féchy Premier grand cru, qui a séduit le gouvernement. Pour rappel, en 2012, L'Ovaille 1584, produit dans les hauteurs d'Yvorne, avait été désigné. Pour la première fois cette année, le Conseil d'Etat a aussi choisi un «fromage d'excellence». C'est le Gruyère AOP de la Fromagerie du Haut Jorat qui a remporté cette désignation. »


1414037_pic_970x641.jpg

 

Un peu coquins nos Vaudois d’avoir choisi un Gruyère AOP voir ICI link


Selon les critiques « Il présente une robe jaune pâle brillante et se caractérise par de fins arômes frais de raisin mûr, pêche et tilleul. La bouche offre une riche palette de saveurs intensément fruitées. La finale est d’une belle persistance gustative. Le Premier Grand Cru du Domaine de Fischer possède un potentiel de garde de 10 ans minimum »


Si par hasard, sur le Pont des Arts, notre Conseil d’État à nous confirmait son premier arrêt resterait plus qu’aux sans chais à apposer une collerette « Vin du Conseil d’État » à leur Pomerol pour fêter ça.


Je plaisante bien sûr !

Partager cet article
Repost0
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 11:00

Jeff-Bezos-Post.jpg

 

L'humoriste Andy Borowitz du New-Yorker dépeint un Jeff Bezos cliquant de façon frénétique sur la Toile, avec manifestement l'esprit ailleurs. Il fait dire au patron d'Amazon : « Je crois que j'étais en train de surfer sur leur site sans trop faire attention à ce que je faisais. En aucun cas je n'avais l'intention d'acheter quoi que ce soit ». Son rachat du Washington Post aurait donc résulté d'un « énorme malentendu », dont Jeff Bezos se serait rendu compte en découvrant sur son relevé de carte bancaire un débit de 250 millions de dollars. »link

 

J’adore !


Même la très officielle agence de presse Chine nouvelle (Xinhua) a pris pour argent comptant un canular.


Dans notre vieille France, où la presse est bien moins impertinente même qu’elle en devient chiante, nous sommes obligés de nous rabattre sur un petit bouquin d’un journaliste « infiltré » (embauché comme intérimaire) dans un entrepôt d’Amazon à Montélimar. J’ai écouté l’auteur sur France-Inter et je dois avouer qu’il ne m’a pas convaincu de la pertinence de son enquête. Je n’achèterai donc pas son livre sur Amazon car, ironie de la vente en ligne, le site Amazon s’affiche en premier lorsque vous cherchez son livre En Amazonie: Infiltré dans le « meilleur des mondes » de Jean-Baptiste Malet chez Fayard. Vous pouvez lire une interview de lui ICI link  et 2 critiques link et link


31vm2yjkpeL._.jpg

 

J’avais un vieux compte Amazon qui traînait je l’ai clôt, non parce que les arguments de Malet m’ont ébranlés, c’était bien avant de prendre connaissance de l’existence de son reportage, mais tout bêtement parce que la « facilité » de la commande chez Amazon s’apparentait à une complicité avec un système qui s’apparente à la GD et qui ne fait que fabriquer des emplois sous-qualifiés et précaires.


« Le Syndicat de la librairie française considère aujourd’hui que, à proportions égales, la librairie indépendante française représente une activité qui génère deux fois plus d’emplois que les grandes surfaces culturelles, trois fois plus que la grande distribution et, selon les chiffres de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, dix-huit fois plus que le secteur de la vente en ligne dont Amazon est le fleuron. (…)


Mais au-delà de ce geste il faut aussi soutenir la nouvelle génération d’éditeurs qui se lève et qui renouvelle, y compris graphiquement le livre lui-même. Tel est le cas de la nouvelle maison d’édition Zones Sensibles et du studio graphique Le Théâtre des Opérations qui produit ses livres. Je vous propose de lire son manifeste link, de découvrir son Comité de parrainage scientifique et son superbe graphisme.


photo258.JPG

 

1-      Manifesto (extraits)


« Zones sensibles est une nouvelle maison d'édition belge, basée à Bruxelles et spécialisée dans les sciences de l'homme (et fruit de 15 ans d'expérience dans le domaine éditorial). « Sciences de l'homme » désigne ici un vaste domaine se rapportant à l'humain dans ses divers modes d'existence (sociale, artistique, politique, culturelle vs naturelle, etc.), domaine qui peut concerner tout autant l'anthropologie que le roman graphique, les études culturelles que l'histoire de la médecine, les mondes sonores que les atlas géographiques, les constructions urbaines comme les environnements non humains.


Les zones sensibles sont justement ces lieux autres, des hétérotopies où s'entrecroisent les disciplines et les sujets récalcitrants, les autochtones et les allochtones, des lieux de décloisonnements et de rapprochements, des zones grises car le monde n'est ni noir, ni blanc ; des zones bariolées (à l'image du zinneke) qui contrastent avec l'homogénéité des milieux de ceux qui « pensent » ou qui « gouvernent » (il n'est pire ghettos que ceux-là) ; des zones sensibles qui sont celles de la société - ni de droite, ni de gauche (mais en faveur du livre-échange), minoritaires et indisciplinées.


2-      Comité de parrainage scientifique


Philippe Descola (Collège de France, FR)

Jacques Le Goff (EHESS, FR)

Jean-Claude Lebensztejn (université de Paris-4, FR)

Lucienne Strivay (Université de Liège, BE)

Bruno Latour (Sciences Po, FR)

Alexandre Vanautgaerden (Musée de la Maison d'Erasme, BE)

Philippe Vendrix (Centre d'études supérieures de la Renaissance, FR; université de Liège, BE)


3-                  Le Théâtre des Opérations


C’est un studio graphique établi à Bruxelles et spécialisé dans la production de livres. Parmi mes clients figurent entre autres le Centre d'études supérieures de la Renaissance, université François Rabelais (Tours), Le Fresnoy (Lille), le Centre Pompidou, le Palais de Tokyo, les éditions Kargo, les Presses universitaires de France, les Presses du réel, les éditions de l'Eclat, les revues Nomad's land et Fresh Theorie (Paris), la Maison d'Erasme (Bruxelles), le Royal Museum for Central Africa (Tervuren) ou les éditions Zones sensibles.link 

 

Le livre ci-dessous a fait l'objet d'une chronique ICI link


photo122

Partager cet article
Repost0
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 00:09

Les grands dégustateurs de la LPV ne reculent devant aucune expérience gustative, ainsi Valéry M le jeudi 1 novembre 2012 posait à ses petits camarades la question qui tue : « bonjour, voici encore un truc impossible, comme le fruit lui-même, que boire avec un durian ? (durion) » Bien sûr il répondait à sa propre question (voir à la fin de cette chronique) mais comme tout va si vite dans notre petit monde mondialisé, la réponse est venu de Singapour : « des scientifiques de Singapour ont eu du succès le mois dernier en créant un vin à base d'un fruit décrit comme très odorant et au goût de chaussettes et d'oignons pourris. Fabriqué avec le durian - connu comme le fruit le plus malodorant au monde - ce vin contient 6 % d'alcool et est épuré de presque toute sa mauvaise odeur. »link


durian.jpg

 

Mais c’est quoi exactement ce fameux Durian dont raffolent les asiatiques ?


La réponse se trouve ICI link mais je vous conseille de visionner la première vidéo en anglais qui donne une image idyllique de ce fruit et la seconde en français plus pédagogique. Trip Gourmand : Le durian - le fruit qui sent le fromage.


Mon attention sur le durian avait déjà été attirée lors de la lecture du beau livre de Kim Thúy mãn link 


« C’est la dernière fois que Maman a vu son père : sous les durians, que les Vietnamiens appellent sãu riêng. Jusqu’à ce jour, elle n’avait jamais pensé au nom formé par ses deux mots, qui signifie littéralement « tristesses personnelles ». On l’oublie peut-être parce que ces tristesses, comme leur chair, sont scellées dans des compartiments hermétiques, sous une carapace hérissée d’épines. »


Quelques pépites sur le Durian


22023719

 

« Les durians sont interdits dans l’établissement. » En Asie du Sud-Est, il n’est pas étonnant de voir ce signe à l’entrée des hôtels, agences de voyage et autres…


Son parfum est lourd. Gras. Profond. Entêtant et complexe (…) On a plutôt l’impression d’un mélange qui ne fonctionne pas, comme si on avait mis ensemble plusieurs produits dont les parfums mélangés donnent un résultat proche de l’odeur du pourri. Certains évoquent carrément un cadavre en décomposition. Et il faut l’avouer, ce n’est pas faux.


Ensuite, lorsqu’on le goûte, on n’est pas surpris. En fait, on mange cette odeur. Sa chair est l’expression solide de cette puanteur : douceâtre, complexe, tenace. »


« Le naturaliste Alfred Wallace, qui s’est spécialisé dans l’Asie du Sud-Est, plus particulièrement l’Indonésie et les Philippines, a décrit les arômes du durian de manière très vivace lors de sa visite à Bornéo, au milieu du XIXème siècle. On croirait lire Alice au pays des merveilles et l’absurde description que Lewis Caroll fait de la potion rapetissante. « Une crème riche aux amandes », mais avec des notes de « fromage, sauce aux oignons, et de vin».


« Pourtant, il n’est pas sans danger.

« En ce qui concerne les overdoses, c’est la vérité. Chaque année, plusieurs décès sont reportés par la presse en Thaïlande, en Indonésie et dans le reste de la région. Effectivement, il est fortement déconseillé aux personnes souffrant d’hypertension d’en consommer. Et aussi aux femmes enceintes. Mais le véritable cocktail molotov, c’est le durian associé à l’alcool. Des scientifiques japonais de l’université de Tsukuba ont récemment établi que le durian, sans doute à cause de sa haute teneur en soufre, est capable d’inhiber l’enzyme ALDH, qui est la principale défense de notre foie contre les sous-produits toxiques de l’alcool. »


L’auto-réponse sur la LPV


« En fils ingrat, j'ai servi à mes parents un dessert des plus originaux : un durion. Il faut dire que je les avais déjà régalés de glaces au même fruit et que je les sentais prêts. Mais que boire avec ? Un essai infructueux me fit essayer les restes des Bordeaux du repas. (Je relève au passage que le Château de Francs Cerisiers 2006 s'en est largement mieux sorti que Cambon la Pelouse 2002, peut-être grâce au boisé plus présent)


Puis m'est venue cette bonne idée : du Cognac. Et là l'accord s'est fait. Quelqu'un a-t-il fait une expérience similaire ? Ou testé un liquoreux ? (j'avais aussi testé un fond de Banyuls sans trop y croire et ce n'était effectivement pas terrible). »

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 11:00

« Mener les gens en bateau » tel devrait être le nouveau slogan du site de vente de vin 1855 depuis l’acquisition des caves de la Transat. Plus sérieusement quelques infos :


caves_de_la_transat.jpg

Le ­26 juillet dernier les stocks du site de vente 1855 ou une partie, je n’ai pas d’informations précises «Saisie vente à la demande de la SCP PEYCHEZ-GUITOU-BOUSQUET Huissiers de justice d'un site de vente en ligne de grands crus 2700 bouteilles (que fait la presse papier qui crie famine mais qui ne fait plus son travail d’information ? Tout particulièrement le journal Sud-Ouest qui me semble plus prompt à se faire le haut-parleur de l’avocat de l’ODG de Pomerol dans le dossier sans-chai qu’à relayer cette info) ont été saisis et vendus aux enchères à Bordeaux à l’Hôtel des Chartrons)… « Une nouvelle vacation a eu lieu le 31/07, avec le même cabinet d'huissiers à la saisie. 1150 bouteilles dont pas mal de bourgognes de Louis Jadot » source LPV


Voir ci-dessous la listelink

 

Je m’étonne vraiment que cette information n’ait pas été relayée par des organes de presse, tout particulièrement par les magazines nationaux et bien évidemment par la grande muette : la Revue des Vins de France.


Et pendant ce temps-là les dirigeants du groupe 1855 amusent la galerie des jobards avec une dose de foutage de gueule non mesurable sur l’échelle de Richter de la provocation. Du grand art tout de même.


19 Juillet 2013 - Nouvelle plateforme logistique - COMMUNIQUE DE PRESSE


Le groupe 1855 annonce l'ouverture d'une nouvelle plateforme logistique dédiée à la réception, au stockage et à la préparation des commandes de vins de toutes les marques du groupe.


« Nos clients demandent aujourd'hui une livraison toujours plus rapide et à coût compétitif. Pour atteindre ces deux objectifs, nous avons décidé d'internaliser notre plateforme logistique » déclare Fabien Hyon Directeur général.


« En réintégrant ce métier, nous sommes confiants de pouvoir répondre aux attentes légitimes de nos clients ».


« Depuis un peu plus de six semaines, ce changement de plateforme a malheureusement généré des retards de livraison. Nous sommes confiants pour que ces retards soient absorbés d'ici quatre semaines environ ».


« En termes de calendrier, cette nouvelle plateforme logistique est aujourd'hui en phase de test et sera pleinement opérationnelle courant août 2013. Nous serons donc prêts à organiser des livraisons rapides pour toutes les commandes de notre pic d'activité annuel (septembre à décembre) ».


Et en plus ils gagnent de l’argent comme le souligne N de R le grand connaisseur des arcanes des GCC « Avec ce merveilleux angélisme attribué le plus souvent aux enfants, la gouvernance de 1855 (.com, oui) annonce une deuxième année consécutive bénéficiaire. Bref, ça marche très bien pour ces jeunes gens qui ont complètement dévalué la célèbre expression américaine « take the money and run ».link


Signalons à ceux qui ne le sauraient pas que le groupe 1855 a ajouté à son escarcelle : Château-Online et cave privée et dernièrement les Caves du Transat auprès de STEF, le spécialiste européen de la logistique du froid.link

 

A cette occasion Emeric Sauty de Chalon, Président de 1855. le petit génie des Chartrons, qui a eu une Rolex à 30 ans, déclarait:


« Du point de vue stratégique, le groupe fait l'acquisition avec cette opération d'un nouveau savoir-faire : la vente en magasins physiques. Et aujourd'hui, à l'ère du commerce multicanal intégré, il était essentiel de positionner le groupe sur ce canal complémentaire du e-commerce ».


« Enfin, du point de vue financier, cette acquisition va générer des synergies évidentes grâce à la mutualisation des fonctions supports au sein du groupe (achats, finance et comptabilité, systèmes d'informations). Cependant, les Caves de la Transat bénéficieront de la plus grande autonomie de fonctionnement pour ce qui est du marketing, de la politique produits et de la relation clients, le groupe étant organisé comme une fédération de PME indépendantes, autonomes et réactives ».


« Cette nouvelle acquisition va contribuer à renforcer le poids de l'activité Vins, à nourrir la croissance de l'activité et à développer le niveau de rentabilité du groupe »


Vraiment nous vivons une époque formidable où vendre du vin est présenté par des « petits cons prétentieux » comme une activité s’apparentant à de la haute-technologie et que des jobards se précipitent la tête la première sur leur miroir aux alouettes. J’ai du mal à plaindre les nouveaux entrants, quant aux anciens qu’ils aillent voir du côté de ce site link pour se dépêtrer de ce site dont la valeur ajoutée, sauf pour ses actionnaires, ne m’est jamais apparu très importante pour les clients. 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents