Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 06:00

https://media.vanityfair.fr/photos/60d37d99027eced3de6ef89f/3:2/w_711,h_474,c_limit/ava_gardner_cover_8388.png

Avortements, violences conjugales, alcoolisme... Les tragédies d'Ava Gardner ICI

 

 

Elle a incarné le sex-appeal et la tentation pour des milliers d'hommes. Ava Gardner, la « Marilyn brune », était une femme avide de liberté et d'amour, refusant de faire des concessions. Mais derrière cette vie débridée et non-consensuelle se cachent de nombreux drames.

 

PAR CHARLINE BOUZON

Les 55 Jours de Pékin — Wikipédia

Pourquoi ce film ?

 

Soucieux de coller à la réalité, Ciné papy trouve indispensable de vous expliquer les raisons de  l’agressive renaissance de la Chine.

 

Alors, en avant ! Sonnez hautbois, résonnez musettes ! Même si c’est derrière nous. Attention au Barnum que va faire Ciné papy. Entrez dans la danse ! Vous allez assister à un  bal et ses violons et à des combats au son du clairon !

 

Quelle est l’histoire ?

 

Ciné papy qui vient de rédiger une de ses fiches les plus longues, va tirer au flanc. Il va citer,  sans vergogne, Wikipédia qui, soit dit en passant, est plus complet qu’Allo ciné.

 

« Pékin, 1900. La révolte des Boxers prend de l'ampleur et les autorités chinoises sont  divisées : le général Jung-Lu presse l'impératrice Tseu-Hi d'arrêter les fanatiques, tandis que  le prince Tuan lui conseille de les aider à chasser les étrangers. Face à la menace de conflit,  les délégations étrangères regroupées au sein du Quartier des légations, organisent leur  défense. Le major Matt Lewis arrive à Pékin à la tête d'un détachement chargé de protéger  l'ambassade américaine. Il y rencontre la baronne Natacha Ivanoff et l'ambassadeur  britannique, Sir Arthur Robertson. Le 20 juin, le siège du quartier des ambassades commence.  Il durera 55 jours. »

 

Réalisation

 

Nicholas Ray, Andrew Marton, Guy Green

 

Une vie cabossée que celle de ce scénariste, cinéaste et acteur américains. Le malaise  cardiaque qui le terrasse sur le plateau des 55 jours brise sa carrière. Restaurateur un moment, il devient alcoolique et joueur compulsif, il perd sa fortune. Il fait  faillite.

 

De réussites magistrales en faillites, des mariages ratés et de sérieux problèmes de santé  marquèrent son existence. Il est mort relativement jeune à 67 ans Malgré plusieurs opérations,  il décède d'un cancer des poumons le 16 juin 1973. Ses derniers mois de vie ont été filmés dans Nick's Movie par son ami Wim Wenders, qui l'avait fait jouer deux ans auparavant dans « L'Ami américain ». Cette fin tragique et cette connivence avec Wim Wenders illustre son  amour du cinéma et ce qu’il va apporter à cet art. 

 

Curieusement contrairement à ses contemporains qui commencent à innover il reste attaché  aux films de genre tels le western, le film policier ou encore le péplum. Mais il dynamite ces genres car il n’y a plus de héros mais que des personnages dont la chute semble inévitable. Il  influença un nombre considérable de jeunes cinéastes qui se revendiquent ouvertement de lui.  Ainsi Jean-Luc Godard est un grand laudateur du cinéaste qui "personnifiait le cinéma" à ses  yeux.

 

Martin Scorsese admire particulièrement « Johnny Guitare » 1954 et le célébrissime « La  Fureur de vivre » 1955 avec le mythique James Dean et « Derrière le miroir » 1956

 

Curtis Hanson apparaît dans un documentaire pour le DVD de « Le Violent, » 1950 exprimant son analyse du film qui était l'une des nombreuses influences pour la réalisation de  son « L.A. Confidential » 1997

 

François Truffaut a écrit sur Ray (très présent dans son livre Les Films de ma vie). Il affirme  que « Les Amants de la nuit » 1949 est le meilleur film de Ray, mais accorde une grande place  également à « Derrière le miroir » 1956 et « Johnny Guitare » 1954.

 

Wim Wenders est un autre de ses admirateurs européens, lui rendant hommage dans de  nombreux films. Il donne un petit rôle au cinéaste dans son film « L'Ami américain » 1977. Alors enseignant à la New York University, Ray eut Jim Jarmusch50 comme élève, le jeune  cinéaste indépendant devint son assistant. En retour, Jarmusch lui demanda conseil pour ses  scénarios.

 

Quentin Tarantino est également un grand admirateur de Ray dont il cite souvent l'influence  dans de nombreuses interviews « Les Amants de la Nuit » 1949 est d'ailleurs un de ses films  préférés. On trouve en effet, aussi bien dans ses films « Reservoir Dogs » 1992 que dans ses  scénarios tournés par d'autres « True Romance » 1993 (Scénario de Ray – film Tony Scott), la même dimension tragique de ces personnages prédestinés.

 

Un très grand cinéaste donc même si la forme classique de ses films pourrait en faire douter à  l’occasion d’un visionnage superficiel.

 

Un dernier exemple pour s’en convaincre. Ray tourne son deuxième film « Les Ruelles du malheur » 1949 avec Humphrey Bogart, et surtout, avec le même « Le Violent » en 1950. Déjà, tout au long du film on ne sait si on se dirige vers un happy end ou un drame.

 

Qui fait quoi ?

 

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/e6cbfb72d86896bfaf28e71dc2b73f3d-les-55-jours-de-pekin-film-historique-programme-tv.jpg?width=1260&sign=4c6ff8a5cc78035cf5594a666014b1d50a96b49d5528616d7324b9a35925549d&client_id=bpservices

 

Charlton Heston: Le major Matt Lewis

 

Personnalité complexe et pleine de contradiction que ce « Monstre Sacré » du Cinéma  américain. Il s’engage auprès d Martin Luther King dans les années soixante. Démocrate  jusqu’en 1972 il devient Républicain par la suite militant actif, jusqu’à en devenir président  puis membre honoraire à vie de la NRA cette association de défense du deuxième  amendement et donc de la vente libre des armes qui fait tant de ravage aux USA sans que  personne ne fasse quoi que ce soit de réaliste pour améliorer la situation. La puissance  financière de la NRA est telle que tout homme politique qui aurait des velléités à lutter contre  elle, sait que ce sera non seulement en vain mais qu’il ne sera jamais plus élu. Remarqué par le réalisateur Cecil B. DeMille ce dernier lui confie un premier rôle en tant que  directeur de cirque dans le long métrage « Sous le plus grand chapiteau du monde » 1952 ce  qui le révèlera au public. (A ne pas confondre avec « Le Plus Grand Cirque du monde » 1964  d'Hathaway avec Rita Hayworth, Claudia Cardinale et John Wayne)

 

Dès lors Il va rapidement devenir l'acteur spécialiste des rôles historiques dans les grandes  superproductions d'Hollywood des années 1950 et 1960. Cette spécialisation lui vient de sa  carrure athlétique et de son visage aux traits fermes et réguliers. Ainsi, au cours de sa carrière  Charlton Heston a été successivement Moïse, Le Cid, saint Jean Baptiste, Marc-Antoine (à  deux reprises), le général Gordon, le président Jackson, le roi Henri VIII et Richelieu. En 1956, il obtient la consécration avec sa participation au film « Les Dix Commandements » 1956 de Cecil B. DeMille puis « Ben-Hur » 1959 de William Wyler pour lequel il obtient  l'Oscar du meilleur acteur. Les autres films que sont « Le Cid »1961et « Antoine et Cléopâtre » (1972) (qu'il met lui-même en scène) confirment son intérêt pour les films à  grand spectacle.

 

Une fois passée la mode des films « historiques » Il participera, toujours en tête d’affiche à  des films de science-fiction ou d’anticipation tel le remarquable « Soleil vert » 1973 de Richard Fleischer ou encore « La Planète des singes » 1968 de Franklin J. Schaffner immense  succès critique et public avec notamment cette géniale image finale de la Statue de la Liberté  abattue, à moitié immergée en bordure de mer. Pour Ciné papy il s’agit là d’une image forte et  puissante comme seul ,ce me semble, les américains savent trouver. Elle rejoint, dans mon  album personnel, l’image du casque abandonné sur la plage, seul vestige semble t’il, du  débarquement réussi en Normandie.

 

Malgré ce panégyrique Ciné papy a assez peu de sympathie pour cet acteur. Il trouve quand  même grâce à ses yeux pour sa participation à « La Soif du mal » 1958 mis en scène par  Orson Welles qui transformera Charlton Heston (comme il a transformé Rita Hayworth dans  « La Dame de Shanghai » 1947. Il apparaît dans le rôle inattendu d'un commissaire mexicain  honnête, Ramon Miguel « Mike » Vargas, face à son homologue américain, Hank Quinlan  (interprété par Orson Welles), personnage énorme, bouffi, véreux et manipulateur. Ce film est  une exception noire, baroque, unique — comme sont uniques la moustache et les cheveux  noirs qu'il arbore — dans sa carrière où l'acteur, loin des fastes bibliques, historiques et  épiques, peut montrer une dimension humaine plus moderne.

 

Ciné papy explique son peu de sympathie pour Charlton Heston par l’impression qu’il donne  de savoir qu’il est Charlton Heston. Il se sert de ses rôles, pour montrer qui il est au lieu de  lui permettre de montrer ses talents d’acteurs.

 

Charlton Heston aurait pu faire sienne cette phrase de John Wayne autre Monstre Sacré  d’Hollywood : « J'ai joué John Wayne dans tous mes films et ça m'a plutôt pas mal réussi » Mais il n’avait certainement pas assez d’humour, pour ne pas parler d’auto dérision pour  cela.

 

Ava Gardner: La baronne Natacha Ivanof

 

Cette superbe femme doublée d’une grande actrice évoquait régulièrement son horreur des chaussures. « Je les mets pour danser mais je ne suis bien que pieds nus » (de mémoire) Le grand Joseph L. Mankiewicz en fera un film « La Comtesse aux pieds nus » 1954 dont il  sera également le scénariste . Ava Gardner est arrivée au cinéma presque contre son gré . Elle  ne s’est jamais sentie à sa place . Elle a été élevée ( formatée ?) chaque apport lui faisant  comprendre ,d’une par, que ce n’était pas elle et, d’autre part, confortait ses complexes.  Les paparazzi ne manquent rien de savie amoureuse chaotique ear elle semble savoir ce  qu'elle veut. Sa liaison torride et tumultueuse avec un Sinatra au creux de la vague va  déchainer contre elle les ligues de vertus car Sinatra était encore marié.  Cela ne l’empêche nullement de tourner des films qui deviendront de grands succès qui la  mèneront au succès international. Elle viendra habiter en Espagne et en Angleterre sans  arrêter de tourner :

 

- 1951 « Pandora » d'Albert Lewin

- 1952 « Les Neiges du Kilimandjaro » d’après Hemingway

- 1953 « Mogambo » de John Ford avec Clark Gable

Sans oublier - 1964 « La Nuit de l'iguane » de John Huston ou elle est ensorcelante Ni bien sur - 1954 « La Comtesse aux pieds nus » ou elle est sublimée par Mankiewicz qui  retrace la vie de celle qui fut dans la réalité sténo dactylo

Assez pour Ava Gardner qu’on retrouvera certainement d’en d’autres fiches

 

Mais pour finir en beauté, ce sont les autres qui en parlent mieux que Ciné papy.

 

 « Elle est extrêmement intelligente. Elle exerce une grande fascination mais elle est hantée  par le désespoir. C’est une femme dominée par la fatalité. Elle n’est pas en très bons rapports  avec elle-même et entre autres choses – elle se considère une mauvaise comédienne. C’est  bien triste. Dans La Croisée des destins, elle a joué de merveilleuses scènes érotiques ainsi  que je vous l’ai dit. Elle se brossait les dents avec du whisky, très vulgaire et très excitant.  Mais tout ça était coupé par les censeurs. »

— Citation de George Cukor, dans Cinéma d’aujourd’hui de Jean Domarchi, éditions  Seghers, 1965.

 

 « Je l'ai toujours admirée en tant qu'actrice, et j'ai toujours eu le sentiment qu'elle n'était  pas appréciée à sa juste valeur, parce que les gens étaient trompés par sa beauté et  n'attendaient rien de plus. Elle-même n'était pas très ambitieuse quant à sa carrière d'actrice.  Pourtant elle s'est constamment améliorée, et dans ses meilleurs films, je crois qu'on peut  légitimement la classer parmi les grandes actrices du cinéma américain. »

— Citation de Gregory Peck, dans Ava, Mémoires, 1990, page 291.

 

https://www.avcesar.com/source/actualites/00/00/88/92/11.jpg

 

David Niven: L'ambassadeur britannique, Sir Arthur Robertson

Cinquante ans de carrière pour cet acteur qui incarna si bien l’Anglais tel qu’on l’imagine  alliant flegme et humour. Ces quelques références vous permettrons de le mieux situer.

 

- 1969 « Le Cerveau » de Gérard Oury

- 1963 : « La Panthère rose » de Blacke Edwards

- 1978 : « Mort sur le Nil » de John Guillermin

 

Sans oublier - 1965 : Lady L de Peter Ustinov dont il existe une fiche de Papy ciné John Ireland: Le sergent Harry

 

Collectionneur de seconds rôles il n’est mentionné ici que par ce qu’il a participé à plusieurs  série que les aficionados reconnaîtront certainement s’ils ont suivi des « Petite Maison dans la  prairie » ou « Bonanza »

 

Pour la petite histoire il réalisa, avant l’heure, «The Fastand & Furious » 1955 titre repris par  les réalisateurs de la série contemporaine mais qui n’a rien à voir avec les vols de camions  et/ou problème de drogue de l’original.

 

Harry Andrews: Le père de Béarn

Ce serait une erreur, pire, une faute que de ne pas faire de place à cet acteur anglais à la carrière florissante au théâtre (presque tout Shakespeare) et à la gueule si reconnaissable au  cinéma (comme son compatriote Trevor Howard, par exemple). Les rôles pour lesquels  Harry Andrews reste celle d’officier comme Lord Lucan dans « La Charge de la brigade  légère » 1968

 

Paul Lukas : Le docteur Steinfeldt

Que personne, j’en suis sûr, ne connaît mais, il ne sera fait aucun reproche pour cette lacune.  D’autant que sa présence est dû à un caprice de Ciné papy. Paul Lukas est plus connu pour  avoir joué le professeur Aronnax dans le film « Vingt Mille Lieues sous les mers » 1954,  produit par Walt Disney avec également Kirk Douglas et James Masson en Capitaine Nemo,  film qui avait enchanté mon enfance.

 

à y bien regarder Il travailla ardemment dans les années 1930. On le vit le policier Grumpy,  dans « Une femme disparaît » 1938 d’Alfred Hitchcock. Son rôle majeur fut dans « Quand le  jour viendra », . 1935 lorsqu'il reprit le rôle qu'il avait déjà joué au théâtre d'homme luttant  contre les Nazis Il se permit de coiffer – excusez du peu –Bogey sur le poteau obtenant l'oscar  du meilleur acteur pour ce rôle, malgré la redoutable concurrence, avec Humphrey Bogart  pour « Casablanca », 1942 mais aussi Gary Cooper pour « Pour qui sonne le glas » 1943  Walter Pidgeon pour « Madame Curie » 1943 et Mickey Rooney – Immense vedette en son  temps et mari éphémère d’Ava Gardner - pour « Et la vie continue »1943.

 

Les 55 jours de Pékin de Nicholas Ray (1963), synopsis, casting, diffusions  tv, photos, videos...- Télé-Loisirs

 

Cerise sur le gâteau

 

Acteur mais curieusement non crédité au casting présenté par les sites consacrés au cinéma Walter GotelL . 

 

- Qui ça ? Walter GotelL

- Je ne vois pas !

- Mais si voyons Anatol Gogol à l’écran !

- Anatol … arrête de te foutre de nous Ciné papy

- Et si je vous dis Chef du KGB ?

- ???

- Et si je vous dis James Bond ? Et oui, il est le vilain dans sept films de 1963 avec   « Bon baisers de Russie » à 1987 avec « Tuer n’est pas jouer »

 

Ici il est l’équivalent du Major Lewis mais pour la légation Allemande et on le voit bien  distinctement dans plusieurs scènes mondaines (hall de l’hôtel) ou militaires (réunion des  représentant des légations et de leurs officiers supérieurs commandant les effectifs, font le  point

 

Des bons et beaux moments

 

La première apparition de la splendide Ava Gardner, royale, descendant l’escalier alors que son beau-frère se voit opposé par le directeur de l’hôtel un refus d’obliger une cliente à  descendre de sa chambre.

 

La réplique de David Niven à ses homologues représentants les autres concessions. Ils  donnent tous dans un drôle de chahut pour des diplomates, des raisons de partir. Ils somment  David Niven de leur dire ce qu’il va faire, lui. Il les écarte avec une détermination toute  diplomatique et répond : « Boire une coupe de champagne »

 

A son arrivée à l’hôtel le directeur remet au Major Lewis son courrier que celui-ci, sans plus  attendre, jette à la poubelle. Mais c’est le courrier de six mois s’exclame le directeur !  Réplique du Major « Vous ouvrez votre courrier, il vous faut le lire. Vous le lisez il vous faut  répondre « Voilà une corvée d’évitée. Et de poursuivre la façon de régler son problème de  chambre l’hôtel étant complet.

 

La façon dont David Niven, d’un négligent et discret coup de pied écarte le coussin que l’on  place au pied du trône pour s’adresser à l’impératrice Tseu-Hi.

 

Les 55 jours de Pékin Film 1963 - Télépoche

 

Et si pour une fois on parlait musique - aujourd’hui Dimitri Tiomkin

 

Dimitri Tiomkin est un des plus grands compositeurs de musique de film américain pendant  l’âge d’or du cinéma. Il a travaillé avec les metteurs en scène majeurs de la profession tels  John Sturges, Howard Hawks, William Wyler, Richard Fleischer, John Huston, Alfred  Hitchcock et Frank Capra. Il récolta trois Oscars.

Pax

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 06:00

Hymne à la gloire de La Villageoise 1 L 5 ou 25 cl plastifiés un des  fleurons du groupe Castel… - Le blog de JACQUES BERTHOMEAU

En ce moment, je suis en pleine séquence Italie.

 

 

« Le grand brûlé de l’intérieur

 

Sous notre toit, il y a deux réponses possibles à la question : Qu’est-ce qui a besoin d’un carburant rouge pour entretenir une combustion constante ? À une nuance près : au printemps, le poêle est à l’arrêt.

 

Aucune des évolutions marketing du vin dit de « table » ne m’échappe, et pour cause : j’en assure l’acheminement. Je connais la bouteille en verre étoilée, consignée, puis la bouteille plastique, dont on pourrait croire qu’elle est moins lourde dans le cabas, ce qui  est faux puisqu’elle contient désormais 1,5 litre. Je les prends par deux, qui se font oublier entre un paquet de farine et un kilo de pommes, car trois attireraient l’oeil en coin de la caissière-taulière-commère. Elles ont pour moi l’aspect du mazout, sa couleur, peut-être son goût, à  coup sûr sa toxicité si  j’en juge par l’état  de corrosion de la peau de Cesare (ndlr le père de Tonino), sa carnation écarlate, l’odeur acide de ses tissus en décomposition. Rien d’étonnant à ce que tant d’aigreur absorbée soit immédiatement vomie sous forme de logorrhée bilieuse. Le plus pénible est de l’entendre dire « J’ai soif » comme un homme de peine réclame de l’eau, au lieu de de : « Laissez-moi vider cette putain de bouteille, porca miseria ! » La question n’étant pas de savoir s’il est soûl mais à quel point il l’est, je sais à sa démarche estimer le temps qu’il nous reste avant qu’il ne perde connaissance. Au stade 1, à son retour de d’usine, aussi vite qu’il quitte son bleu de travail il cherche à  se défaire d’une fébrilité due au manque. Bientôt, nous ne serons plus que des silhouettes floues sur son passage ; le voilà condamné à lui-même, mais après tout connaît-il de meilleure compagnie ? Au stade 2… »

Pages 75-76

 

Suis-je coupable d’avoir embouteillé, distribué ces flacons maudits ?

 

Je ne le pense pas…

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 06:00

 

Mais Mélenchon est Mélenchon, vieil apparatchik aigri du PS, il est incapable de dépasser son ego surdimensionné, il se persuade, persuade sa petite troupe insoumise, que son charisme, qui est bien réel en campagne électorale, va cristalliser sur sa personne les voix des sans voix, ceux qui dans les quartiers populaires s’abstiennent massivement.

 

Tonton avait écrit le Coup d’État permanent en 1964, un brûlot !

 

Le coup d'Etat permanent - François Mitterrand - SensCritique

 

« J'appelle le régime gaulliste dictature parce que, tout compte fait, c'est à cela qu'il ressemble le plus, parce que c'est vers un renforcement continu du pouvoir personnel qu'inéluctablement, il tend, parce qu'il ne dépend plus de lui de changer de cap. Je veux bien que cette dictature s'instaure en dépit de De Gaulle. Je veux bien, par complaisance, appeler ce dictateur d'un nom plus aimable, consul, podestat, roi sans couronne, sans chrême et sans ancêtres. Alors elle m'apparaît plus redoutable encore. »

 

« Je n'accuse pas la Ve République d'être un régime policier parce qu'elle entretient des nuées de policiers, mais parce que son origine, ses mœurs, ses ambitions, son système politique, la condamnent à contrôler par des moyens qui lui sont propres les rouages chaque l'État…

 

« Il existe dans notre pays une solide permanence du bonapartisme, où se rencontrent la vocation de la grandeur nationale, tradition monarchique, et la passion de l'unité nationale, tradition jacobine." chaque cellule du pays. [...]

 

Et puis, chemin faisant, ce pur produit des curés, flirtant avec le régime de Pétain, la francisque, mais résistant, garde des Sceaux sous la IVe a beaucoup laissé guillotiner, tout le monde le croyait disqualifié suite à l’affaire de l’Observatoire, il met en 1965, candidat unique de la gauche, de Gaulle en ballotage, puis prends le contrôle du PS à Epinay en s’alliant avec Deferre et Chevènement, au nez et à la barbe d’un Savary pourtant porteur de la tradition socialiste. Il tient alors un discours pur et dur, maniant avec délice une rhétorique néo-marxiste de rupture avec le capitalisme, enterrant ce pauvre Rocard au Congrès de Metz en 1979… La suite ICI 

 

Ses dents de vampire

 

Dans le livre du journaliste britannique Philip Short, François Mitterrand, portrait d'un ambigu (2015), celui-ci raconte que pour mieux paraître à la télévision, l'ancien président était coaché par le publiciste Jacques Séguéla. « Un chirurgien-dentiste s’occupa de ses canines, qui lui donnaient un petit air de vampire. Mitterrand commença par refuser, mais Séguéla lui dit : « Si vous ne vous faites pas limer les canines […] vous susciterez toujours la méfiance. […] Vous ne serez jamais élu à la présidence de la République avec une denture pareille’. », relate le journaliste britannique.

 

Le Programme Commun signé avec le PCF de Marchais et les Radicaux de Gauche du pharmacien de Villefranche-de-Rouergue, Robert Fabre, met les cocos dans un corner, les écrase, les appellent au gouvernement après la vague rose, se la joue à gauche toute jusqu’au tournant de la rigueur où il capitule en rase campagne face aux allemands.  

 

Le pouvoir personnel est jeté aux orties, Tonton règne !

 

Et puis, après avoir roulé à nouveau ce pauvre Rocard dans la farine, il nous fait le coup de la France Unie pour se faire réélire pour un nouveau septennat et nommer dans la foulée le maire de Conflans-Sainte-Honorine à Matignon pour achever son œuvre de démolition.

 

Je n’ai jamais été mitterrandien, Mélenchon si mais il n’en a tiré aucune leçon, il veut le pouvoir personnel, celui qu’il reproche à Macron, afin de mettre en œuvre tout son programme, rien que son programme. Dans le système de qualification de la Présidentielle  gaullienne ça ne tient pas la route.

 

Alors tout ceux qui chouinent sur la désunion de la gauche, le trop plein de candidats de gauche, ceux qui  se la jouent primaire populaire, sont des jean-foutre, les additions de % de sondages ne font pas un total de voix capable d’accéder au second tour. Seule une union programmatique, même pleine de contradictions, de désaccords masqués, le permet. Tonton, le roi de l’ambiguë le savait fort bien.

 

Alors : Trop Tard !

 

« Les batailles perdues se résument en deux mots : trop tard. »

Douglas MacArthur

 

Mélenchon, le caméléon politique - Matière et Révolution

 

Je le crois, mais si Mélenchon était moins crétin, il mettrait vite de l’eau dans son vin, proposerait à Jadot d’être son Premier Ministre et à Hidalgo de présider l’Assemblée Nationale, une assemblée où il aurait une majorité plurielle comme disait Jospin, où il pourrait même agréger les cocos de la nouvelle coqueluche des médias Fabien Roussel.

 

Je ne déconne pas, je suis persuadé qu’ainsi Mélenchon pourrait accéder au second tour, même si face à Macron comme à Pécresse il aurait peu de chance d’être élu Président de la République mais ouvrirait la porte à une cohabitation qui serait un caillou dans le pouvoir personnel de l’élu (e).

 

Comme le dirait Pax « Mais pour ce que j’en dis… »

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 06:00

Les pistaches de Bronte | La pistacheraie

Suis ainsi fait je ne résiste pas aux beaux livres, ainsi avant la Noël je me suis offert A Nuostra Cucina Siciliana

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.jpeg.

UN JOUR, UN LIVRE – ECHAPPÉE BELLE EN SICILE AVEC LE LIVRE DE CUISINE « A NUOSTRA CUCINA SICILIANA » DE GIUSEPPE MESSIMA –

 

11 janvier 2022

 

La Poule sur un  Mur ne pouvait pas ne pas se poser sur ce livre du soleil – « A Nuostra Cucina Siciliana » – La lecture du titre suffit pour nous embarquer vers cette ile, la photo de couverture se transforme en tapis volant pour nous inviter à nous envoler pour la Sicile, ile colorée et riche, gourmande et lumineuse, sur laquelle les fées et dieux de la création se sont penchés et ont donné des terres riches comme des jardins d’Eden de vignes, d’agrumes, d’oliviers; un jardin à ciel ouvert où la cuisine ne peut qu’être généreuse, ensoleillée, colorée, riche de goûts et de saveurs multiples multipliées par les nombreuses cultures qui se sont succédées sur l’île. Elles ont laissé en héritage des produits, des gestes, des coutumes qui n’ont fait qu’enrichir la cuisine identitaire de l’île. Une cuisine qui se présente  simple et traditionnelle sans chichis ni colifichets inutiles, qui joue avec le respect du goût, de la terre, de ses habitants, de ses traditions et de sa culture. une terre et des îliens qui pratiquent naturellement le partage et la transmission, l’hospitalité et la générosité, invitent à visiter sans tralala leurs maisons posées sur des villages haut perchés, leurs champs où les branches des arbres ploient sous les citrons, oranges, bergamotes, amandes. Ils invitent à partager sur leur terrasse où sèchent des tomates et des grappes de raisins, un verre de vin, un morceau de fromage, une vue extraordinaire sur l’Etna, la mer, le maquis et les ruines millénaires témoins d’un passé glorieux.

 

La suite ICI 

Le grand tour de la Sicile - Voyage Sicile - Atalante

 

 

 

Pistache de Bronte : à la découverte de l'or vert sicilien ICI

PARROBERTA SCHIRA,

07 Décembre, 2016

 

Pistache de Bronte : à la découverte de l'or vert sicilien

« La Pistacia vera » est une plante d’origine persane, de couleur émeraude intense, pouvant atteindre six mètres de haut. À Bronte sa production représente 1 % de la production mondiale, 80 % de cette production est vendue hors de l’Italie. En sortant du village, devant un champ de pistachiers, j’ai satisfait ma première curiosité : l’arbre à tronc court et massif ressemble au figuier, son développement est très lent et sa durée de vie peut atteindre 300 ans (il ne devient productif qu’au bout de dix ans). Cela, et le fait que les fruits doivent être recueillis à la main en secouant l’arbre et en les déposant dans une toile, justifie son prix.

.

 

Une partie des 3500 hectares de cultures de pistaches de la région de Bronte se trouve dans le Parc de l'Etna qui donne 80 % de la production régionale. La pistache de Bronte est douce, délicate, aromatique. Elle est surtout unique, pour sa taille et son vert éclatant, et par conséquent très appréciée et recherchée par les marchés européens et japonais. Sur le palais une pistache de qualité donne une sensation pâteuse, elle a un goût aromatique légèrement salé avec des notes de résine et un fond minéral dû au terrain lavique sur lequel l’arbre est cultivé.

 

Comment je la préfère ?

 

Sous forme de pistou pour assaisonner un plat de spaghetti faits main n°5, en mixant du basilic, de l’ail, des pignons grillés, des pistaches de Bronte, des amandes, du fromage Grana râpé mélangé à du Pecorino, du sel. De préférence avec un verre de Catarratto frais, assis sur une terrasse donnant sur la mer.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-1-577x800.jpeg.

L’AUTEUR – GIUSEPPE MESSINA –

 

Chef  et propriétaire des restaurants Non Solo Cucina, Non Solo Pizze et Pane e Olio (Paris 16 ème) – A Nuostra Cucina Siciliana est son deuxième livre. Il cuisine depuis qu’il est petit, naturellement. Il a tout appris en Sicile, dans sa ville natale, Cefalù, auprès de sa nonna  et de son père. C’était le temps béni où les enfants ne mangeaient pas à la cantine mais rentraient à la maison pour dévorer les arancini et la capunata. Puis il est arrivé à Paris, il avait 19 ans. Il a compris l’importance et la richesse de la cuisine sicilienne, que manger à Paris des aubergines frites étaient un billet pour la Sicile. Il est aujourd’hui ambassadeur de la cuisine sicilienne dans ses trois restaurants et rejoint souvent son ile pour retrouver l’ADN de cette cuisine, la famille, les marchés, flâner le nez au vent sur sa terre nourricière, entre la Sicile des champs et celle de l’Antiquité, entre églises baroques et palais majestueux, marchés et  petits ports. Et se poser en famille la question éternelle qui passionne tout bon Sicilien : que mangeons-nous ce soir et demain !

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 06:00

Pourquoi le camélia ?

 

4 raisons :

 

La première, c’est qu’au Bourg Pailler au pignon nord deux solides et robustes camélias, l’un aux fleurs roses et l’autre aux fleurs rouges, nous offraient chaque année une floraison de cette plante, de fleurs si délicates. Ni le froid ni l’eau n’ont d’incidence sur ses pétales et ses feuilles vernissées.

 

 

La seconde c’est que dans ma boîte aux lettres j’ai reçu Les saisons de Chanel n°3

 

  • Pourquoi cette fleur originaire d’Asie, qui fleurie l’hiver, a séduit Coco Chanel ?

 

À treize ans, la jeune Gabrielle aurait été particulièrement marquée par une représentation de « La Dame aux Camélias » interprétée par Sarah Bernhardt. Au début du XXème siècle, les dandys, à l’image de Marcel Proust, portent cette fleur délicate en boutonnière. Et c’est la créatrice, qui en 1923, piquera cet accessoire coquet au vestiaire masculin et l’épinglera sur une robe en mousseline qu’elle a créée.

 

La troisième c’est qu’entre les collines verdoyantes du Béarn et les rives de l’Adour, la maison Chanel mène, depuis 1998, un projet d’envergure rarissime autour  de cette plante. Des 2000 variétés présentes au sein du jardin conservatoire de Jean Thoby, expert mondial du camélia, des 2700 plants d’Alba Plena de la ferme aux camélias, le camélia se révèle dans tous ses états.

 

 

Sur le site du château de Gaujacq, la recherche sur les camélias est favorisée par le jardin botanique créé en 1986 par Jean Thoby. Dédié à la conservation végétale, ce lieu unique au monde abrite les espèces et variétés horticoles les plus rares. Il comptabilise plus de 260 espèces de plantes et 2000 variétés de camélias venant des 5 continents du monde, sur près de 5 hectares.

 

Les plants de camélia sont cultivés en pleine terre selon des pratiques agricoles, exigeantes et respectueuses de l’environnement, sans aucun intrant chimique. Un procédé précis d’agroforesterie a été mis en place pour préserver et valoriser leurs qualités naturelles. Cette culture en symbiose a pour vocation d’enrichir les sols et de renforcer les synergies entre la plante et son écosystème, en augmentant sa résistance face aux maladies

 

La quatrième c’est que j’y ai retrouvé notre Marc-André Selosse

 

Le Camélia : Son histoire et ses vertus ICI

 

 

Son histoire, ses origines

 

C’est une plante indigène dans les forêts du Japon, de Chine, de Corée et de tout le Sud-est asiatique.

 

La patrie des Camélias se situe en extrême Orient, sur un territoire immense qui va du Népal jusqu’à la Chine, de la Corée jusqu’au Japon et jusqu’au Vietnam vers le Sud.

 

Au Japon, le Camélia s’appelle « TSUBAKI » (modification phonétique des mots arbre à feuilles épaisses), forte valeur culturelle liée au cérémonial sacré de l’empire. Le Camélia devient l’emblème des Samouraï, ils y voyaient le symbole de la fugacité de la vie dans les pétales rouges de la fleur nouvellement ouverte.

La Dame aux Camélias (Théâtre d'Alexandre Dumas fils t. 1) eBook : Dumas  (fils), Alexandre: Amazon.fr: Boutique Kindle

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 06:00

Le cloporte : comment vit-il ? Comment s’en débarrasser ?

Je plaisante, bien sûr, le sémillant Arnaud à la marinière s’est retiré avec dignité, faire son miel de son échec serait peu charitable, avant de céder la plume au Stakhanov de la fiche cinématographique, qui doit se reposer le samedi, deux inserts :

 

topelement.jpg

 

  • Maurice Biraud, un mec vraiment sympa, né le 3 mars 1922 à Paris, après avoir été gardien, comptable, discothécaire, passe à l'antenne et entre dans l'équipe du « Café de l'Europe », et dans celle du fameux feuilleton « Signé Furax », avec Francis Blanche et Pierre Dac. Dans la tradition des grands seconds rôles qui ont fait la qualité du cinéma français d'avant-guerre : Carette, Aimos, Jean Tissier, Pierre Larquey... Il incarne le brave type, blagueur, généreux, extraordinairement sympathique.

 

MAURICE BIRAUD

 

  • En argot, le terme de cloporte désigne un concierge, soit en raison de l’obscurité supposée de sa loge, soit par jeu de mots sur sa fonction « il clôt la porte ». Le terme de cloporte est parfois utilisé comme traduction du mot anglais « bug ».

 

Dans certaines régions, les cloportes sont appelés « cochons de saint Antoine, cochons de cave ou cochons de mur ». Dans d’autres « poux de loup, poux de cochon ou rats de terre ».

 

Le cloporte travaille sans cesse pour transformer les déchets de cuisine ou de jardin en terreau. Ce petit animal est tellement drôle à regarder qu’on l’a appelé la petite bête du bonheur. Ce n’est que bien plus tard que l’on a appris qu’il est en réalité un véritable décomposeur. Un vrai besogneux qui travaille pour le bien de la collectivité.

 

Le cloporte ressemble à un insecte mais fait en réalité partie des rares crustacés terrestres. Très commun dans les jardins, le cloporte se met en boule quand un danger le guette. Utile dans le potager, il peut devenir envahissant dans la maison.

 

Les cloportes appartiennent au sous-ordre des oniscoïdes qui constitue le plus important groupe de crustacés terrestres. Il existe plus de 3 000 espèces de cloportes dans le monde, dont 160 en France. Parmi les nombreuses espèces figure le cloporte commun (Armadillidium vulgare) le plus couramment rencontré en Europe. Il fait partie des arthropodes.

 

De ses origines aquatiques, le cloporte hérite d’un besoin vital d’humidité afin que sa peau ne se dessèche pas. Pour les mêmes raisons, il fuit la lumière et préfère fréquenter les milieux sombres tels que les écorces d’arbre, les feuilles, les rochers, les pots de fleurs, les bois morts, les champignons de type trompettes-de-la-mort. Le crustacé est aussi tenté de vivre dans une maison qui réunit ses critères d’humidité et d’obscurité. Il trouve ainsi refuge dans des pièces qui ne sont pas éclairées, ni aérées (comme la cave ou les charpentes de toit) et les moisissures ne l’effarouchent pas. La salle de bains et surtout la cuisine, en particulier sous l’évier est aussi un endroit prisé par le cloporte qui peut y trouver quelques déchets à consommer.

 

Un menu en décomposition

 

Le régime alimentaire du cloporte se compose principalement de matières végétales mortes telles que les feuilles tombées à terre, le bois, les écorces et les champignons. Si la nourriture vient à manquer, le crustacé est capable de consommer des matières animales à condition qu’elles soient en décomposition : insectes ou petits reptiles morts qu’il va fragmenter en infimes morceaux avant d’ingérer. En cas de disette, le cloporte se résigne également à consommer des végétaux vivants, comme des feuilles, des tiges, des racines ou encore des fruits.

LA METAMORPHOSE DES CLOPORTES

Pourquoi ce film ?

 

Ce petit film sans prétention toujours dans la veine de la « Qualité Française » présente aussi  l’intérêt de réunir un ensemble de très bons comédiens. Il est toujours agréable de voir les  réunis. Un amoureux des acteurs ne saurait se refuser un tel plaisir.

 

Quelle est l’histoire ? (Encore une fois pourquoi se priver de Wikipédia quand l’histoire un peu   compliquée est si bien racontée)

 

Edmond (Charles Aznavour), Arthur (Maurice Biraud) et Rouquemoute (Georges Géret) sont  trois voyous minables. Ils sont sur un « coup ». Mais, pour percer le coffre, il leur faut un  chalumeau spécial. La vieille Gertrude (Françoise Rosay) fournit tout le matériel possible au «  milieu », mais elle n'est pas prêteuse : elle demande trois cents billets (que Rouquemoute  transforme aussitôt en trois « briques ») pour trois heures de location ! Edmond réussit à  convaincre son ami d'enfance Alphonse (Lino Ventura), dit « Le Malin », un habile voleur de  tableaux, de vendre un tableau de Braque pour avancer les fonds et de se joindre à eux, en lui  faisant miroiter un magot bien plus gros qu'il ne l'est réellement : le coffre contiendrait cent «  briques » !

 

L'équipe part au travail, mais l'affaire ne se déroule pas comme prévu. Non seulement  Alphonse constate que ses trois associés d'un jour sont encore plus maladroits qu'il ne le  croyait, mais, surtout, l'arrivée inopinée d'un vigile les fait paniquer et prendre la poudre  d'escampette. « Le Malin » se retrouve tout seul et est arrêté. Il est condamné à cinq ans de  réclusion.

 

Alphonse passe son séjour en prison sans recevoir ni visite, ni colis. Il va longuement ruminer  sa vengeance. Il ne peut oublier la lâcheté de ses complices, qui ont d'ailleurs aussi pillé son  appartement. Il réserve aussi un sort spécial à « Tonton » (Pierre Brasseur), le receleur de ses  tableaux, qui s'est enrichi sur son dos de manière fabuleuse. Une chose est sûre : coûte que  coûte, il retrouvera et écrasera sans pitié ces « cloportes ». Mais, dès sa sortie de prison, l'inspecteur Lescure (Daniel Ceccaldi) a l'œil sur lui et ne l'entend pas de cette oreille.

 

Réalisation Pierre Granier-Deferre

 

Réalisateur, scénariste de près 40 films pour le cinéma et la télévision – il était le scénariste  de tous ses films – il est connu pour être un réalisateur ayant marqué son opposition à la  Nouvelle Vague, continuant à faire des films d'une facture traditionnelle. Il a porté à l’écran  beaucoup de romans de Simenon avec comme interprètes des acteurs de tout premier plan.  Tels que Simone Signoret, Lino Ventura, Jean Gabin, Alain Delon ou Romy Schneider. Il  dirige deux fois Jean Gabin dans « La Horse » 1969 et « Le Chat » 1971 asseyant ainsi sa  carrière et « La Veuve Couderc », 1971 avec le duo Alain Delon/Simone Signoret.  Après 1995, il se consacrera à la réalisation de films pour la télévision, comme « Maigret » avec Bruno Cremer dans le rôle-titre.

 

Le préféré de Ciné  papy est le film policier « Adieu poulet » 1975, avec Lino Ventura et  Patrick Dewaere.

 

La Métamorphose des cloportes : un polar désabusé dialogué par Michel  Audiard (en DVD)

 

Qui fait quoi ?

 

Lino Ventura : Alphonse Maréchal dit « Le Malin », un truand qui a été lâché  par ses complices

 

Ciné papy ne va pas vous infliger l’énumération des quelques 75 films tournés « avec les plus  grands metteurs en scène et/ou acteurs » et dont beaucoup sont devenu « culte ». En effet, celui qui ne voulait pas faire du cinéma et conserva jusqu'en 1958 ses « vrais » métiers  d'organisateur de combats de catch et de gérant d'une entreprise de layette.  C’est Jacques Becker qui emporta le morceau. Ventura refusait et pour bien faire comprendre  son refus demanda, un cachet à peu près équivalent à celui de Gabin, tête d’affiche du film  qu’on lui proposait. Cela lui fut accordé et c’est ainsi que démarra une formidable carrière  dans tous les genres tels comédie, drames, policiers, sociétés etc. Il put y déployer son talent  naturel. Il disait, lui qui ne prit jamais de cours : « Je ne suis pas un acteur, je ne suis ni  Laurence Olivier, ni Robert Hirsch. Je ne suis qu'un comédien instinctif » Adopté immédiatement par le monde du spectacle grâce à celui qui allait devenir un de ces  grands amis de toujours, Jean Gabin et aussi Georges Brassens, Jacques Brel, Jean Gabin,  César, Claude Sautet ou José Giovanni. Les plaisirs de la table sont très importants pour lui : « La perspective de manger avec mes copains, c'est pour moi une fête. Être à table avec eux,  c'est une véritable communion. »

 

Pour Ciné papy, son film préféré est « La Bonne Année » 1973 de Claude Lelouch qui ne fait  pas que des niaiseries. Le rôle qu’il tient résume sa personnalité dont il expliquait le plus  simplement du monde que : « De passer pour un ours, à un moment, ça arrange très bien les  choses, comme ça on vous fout la paix et c'est fini »

 

Dans « La Bonne Année » il forme avec la superbe Françoise Fabian un couple tel qu’on se le souhaiterait pour soi-même. C’est un truand qui veut cambrioler la bijouterie Van Cleef&Arpels juste à côté d’un magasin d’antiquités voisin. Le magasin est tenu par une bourgeoise  aisée. Ils se croisent. Il lui fait la cour. Son cambriolage réussi mais lui, se fait prendre. Les  retrouvailles seront fabuleuses.

 

Deux répliques de Ventura. Lors de la cour qu’il fait à Fabian. à un moment il dit « Ce serait  plus confortable ». Elle décline la proposition et Lino se retrouve comme un con sur la  Croisette à marmonner : Confortable...confortable mais où tu as été le cherche celui-là ?  Confortable !… »

 

Peu après elle l’invite à diner. Elle est seule avec un entourage de gandins apparemment habitués des lieux. Aujourd’hui on dirait bobos prétentieux, même si c’est un pléonasme. La conversation tourne autour du cinéma mais Lino reste silencieux. Il est apostrophé : - Lisez-vous Télérama.

 

- Non

 

- Mais alors comment choisissez-vous vos films ?

 

Et Ventura, plantant ses yeux dans ceux de Fabian, de rétorquer : « Comme avec les femmes,  je prends des risques ! »

 

En 1974, Françoise Fabian et Lino Ventura remportèrent les David di Donatello pour ses  rôles (Les David di Donatello sont des récompenses décernées chaque année depuis 1955 par  l'association David di Donatello (Ente David di Donatello), rattachée à l'Académie du cinéma  italien (Accademia del Cinema Italiano).

 

Charles Aznavour : Edmond Clancul dit « Le Naïf », un ancien complice  d'Alphonse, devenu faux fakir.

 

Quel dommage que ce remarquable acteur ait préféré faire le chanteur auteur compositeur  interprète. Au cinéma, il crève l’écran sans « tirer la couverture à soi » On a pu l’admirer  dans da le film « Tirez sur le pianiste » 1960 (il y tient le rôle principal) de François Truffaut  et dans « Le Passage du Rhin » 1960 réalisé par André Cayatte. La même année, il joue  notamment en compagnie de Lino Ventura dans « Un taxi pour Tobrouk » 1960, de Denys de  la Patellière. Dans ces films, il déploie son talent d’acteur avec un naturel époustouflant. Sur  scène, c’est tout au long de sa carrière, le même rôle figé de chanteur « à succès » lassant, avec des tics qui faciliteront la tâche des imitateurs.

 

La Métamorphose des cloportes (Pierre Granier-Deferre, 1965) - Le Monde de  Djayesse

 

Pierre Brasseur : Demulder dit « Tonton le Brocanteur », un receleur devenu  marchand d'art

 

Une légende, un monstre sacré du cinéma et théâtre français. Membre d'une dynastie de  comédiens célèbres, il est le père de Claude Brasseur, lui-même père d'Alexandre Brasseur. Déjà renommé comme acteur de théâtre il devient populaire auprès du grand public avec son  interprétation dans « Le Quai des brumes » 1938 de Marcel Carné et surtout avec son rôle de  Frédérick Lemaître dans « Les Enfants du paradis » 1945.Il offre une superbe prestation de  Lucien Maublanc, le rejeté des « Grandes Familles », 1958 d'après l'œuvre de Maurice  Druon, dans un extraordinaire face-à-face avec Jean Gabin.

 

Éclectique, il n’est pas qu’une bête de scène. Il est l’intime de Pablo Picasso, Jean Cocteau,  Max Jacob, de Louis Aragon qui l'introduit dans le groupe surréaliste où il fait la  connaissance d'André Breton, Paul Éluard, Benjamin Péret, Raymond Queneau.  Grâce à Aragon, Robert Desnos et Jacques Prévert, il publie ses premiers textes dans La  « Révolution surréaliste ».

 

Sa passion pour le théâtre l’amène à jouer dans Kean, où il incarne le grand acteur anglais  raconté par Alexandre Dumas père et repris plus tard magistralement par Jean Paul Belmondo  dans une adaptation de Sartre. Il joue aussi dans « Les Mains sales » et « Le Diable et le Bon Dieu » de Jean-Paul Sartre, comme dans « Tchao » de Marc-Gilbert Sauvajon ou dans « Dom Juan aux Enfers » de George Bernard Shaw aux côtés de Paul Meurisse. En 1966, dans un rôle à contre-emploi, il campe un truculent général Géranium dans le film  de Philippe de Broca « Le Roi de cœur » (LOL)

 

Irina Demick : Catherine Verdier, la gérante d'une galerie d'art qui travaille  pour Tonton

 

Cette jeune et ravissante actrice a été la compagne du célèbre producteur Américain Darryl  Zanuck (plus de 200 films à son actif) Grace à lui Irina Demick apparaît dans « Le jour le plus  long » 1962. Souvenez-vous, la jolie jeune femme qui joue l’agent de liaison pour la résistance et traverse un pont son vélo à la main détournant, en outres, l’attention des gardes  allemands. Il l’impose également dans « Le clan des Siciliens » 1962 alors qu’aucun rôle  n’avait été écrit pour elle.

 

Ciné papy lui doit un de ses premiers émois d’adolescent attardé lorsqu’elle fournit un alibi à Alphonse soupçonné par l’inspecteur Lescure

 

La métamorphose des cloportes de Pierre Granier-Deferre : Du spécial ! |  «Le blog de la revue de cinéma Versus

 

Françoise Rosay : Gertrude, une spécialiste en fournitures du « milieu »

 

Autre légende du cinéma français grâce notamment à une carrière de près de soixante ans. On  comprendra aisément qu’elle joua et/ou tourna « avec les plus grands » et cela parce qu’elle  savait tout jouer. En effet, Elle joue en virtuose sur tous les registres, de l'émotion au drame,  de la comédie de boulevard à la farce, elle tire des larmes comme elle déclenche les rires. Elle  enchaîne les films, passe d'un chef-d'œuvre à l'autre, de « Drôle de drame » 1937 de Marcel  Carné à « Un carnet de bal » 1937 de Julien Duvivier, ou encore à « L'Auberge rouge » 1951  de Claude Autant-Lara.

Maurice Biraud : Arthur dit « Le Mou », un ancien complice d'Alphonse

 

Humoriste, acteur français et animateur de radio : 10 ans à la toute jeune radio Europe I. En 1962, il reçoit à Barcelone le Prix Ondas du "meilleur meneur de jeu " du monde Après la radio et la comédie, Il joue dans « Un taxi pour Tobrouk » 1960, « Le cave se rebiffe » 1961, où il interprète le « Cave », un imbécile, et « Mélodie en sous-sol » 1963.  Éternel second rôle, on le surnomme « Bibi » et en 1952, Michel Audiard le choisit comme  parrain de son fils, Jacques.

 

Georges Géret : « Rouquemoute », ou « Le Rouquin », un ancien complice  d'Alphonse

 

Cet acteur démarra une grande carrière par un rôle de choix. A vingt-huit ans, de il est engagé  par Luis Buñuel pour « Le Journal d'une femme de chambre » 1964 avec Jeanne Moreau. Son  personnage de jardinier maurrassien et assassin lui apporte la consécration. On se souviendra également de lui parmi ses autres rôles, « Roger la Honte » 1966 l’adjudant  chargé de la formation des soldats dans « le Pistonné » 1970 et le fanatique de football témoin  de l’attentat dans « Z » 1969. D'autres rôles le marqueront également dans la mémoire  collective le fusilier-mitrailleur Pinot du « Week-end à Zuydcoote » 1964 avec la réplique  culte : "Aussi sec !" - le voisin de Jean Gabin qui tombe amoureux de sa protégée dans « Le  Tonnerre de Dieu » 1966 - il est aussi le boulanger qui, dans « Paris brûle-t-il ? » 1966,  permet à Pierre Vaneck de passer en zone libre. Il retrouve Jean-Paul Belmondo dans « Flic  ou Voyou » 1979 de Georges Lautner où il tient le rôle de "L'Auvergnat", bandit notoire, et  apparaît entièrement nu dans une cabine téléphonique.

 

Annie Fratellini : Léone, la prostituée, femme de Rouquemoute

 

Plus connue pour ses activités dans le monde du cirque où elle faisait autre chose que de la  simple figuration, elle a été mariée à Granier-Deferre avec qui elle a eu une fille. Elle a  également été l’épouse de Pierre Etaix amoureux fou du cirque avec qui elle montât un numéro de clown avant de se tourner vers l’enseignement de cet art qui, étonnamment, ne  veut pas mourir malgré l’environnement envahissant du « numérique » et de l’« I.A. »

 

Daniel Ceccaldi : l'inspecteur de police Lescure

 

Essentiellement acteur de théâtre de boulevard, il a néanmoins développé une honorable  carrière au cinéma sous la direction, entre autre des cinéastes Jacques Becker, Édouard  Molinaro, Henri Verneuil, Pascal Thomas et Philippe de Broca.

 

Son premier film, excusez du peu, est « Le Diable boiteux » 1948 de Sacha Guitry. Mais son  premier grand rôle date de 1954 Il joue Henri d'Anjou dans « La Reine Margot » 1954 aux  côtés de Jeanne Moreau.

 

On a également pu l’apprécier pour son rôle de Lucien Darbon, le père de Claude Jade, dans  les films de François Truffaut, « Baisers volés » 1968 et « Domicile conjugal ». 1970

 

Jean Carmet : le critique d'art efféminé

 

Acteur et scénariste, il démarra d’abord par le cabaret et/ou music-hall. Il fit partie de la  troupe des Branquignols de Robert Dhéry. Son rôle de Gaston Duvet dans le feuilleton  radiophonique ,la RTL de l’époque, Radio Luxembourg « La Famille Duraton » fait connaître  sa voix dans les années 1950. Sa renommée internationale s'installe en 1976 avec le film « La  Victoire en chantant. » de Jean-Jacques Annaud. Sa célébrité en France date du « Grand blond avec une chaussure noire »1972 d’Yves Robert.

 

Jean Carmet a été l'un des plus proches amis de Michel Audiard

 

Outre l'amour du cinéma, ils partageaient également la passion du cyclisme.

 

Georges Blaness : Omar

 

Plus chanteur qu’acteur il est connu, repéré par Michel Legrand, pour avoir doublé les héros  des, entre autres, « Les Parapluies de Cherbourg »1963 et « Les demoiselles de Rochefort » 1967

 

Dominique Zardi : un prisonnier

 

Archétype du second rôle reconnaissable entre tous à sa coupe de cheveux des plus courtes, il  n’était pas que cela. Il était également journaliste, écrivain et parolier français. En tant  qu’acteur il est apparu dans près de 600 films dont il ne figura au générique que pour la moitié  d’entre eux. Il fut l'acteur fétiche de Claude Chabrol, Jean-Pierre Mocky et Pierre Granier Deferre. Pour Chabrol il composa quelques chansons.

 

Ses rôles l'ont fait côtoyer les plus grands. Parmi eux, Louis de Funès, Bourvil, Jean Gabin,  Jean Marais, Pierre Mondy, Michel Galabru, Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Brigitte  Bardot.

 

On raconte que lors d'une conférence de presse, une monteuse de cinéma a demandé à André Hunebelle pourquoi il engageait des seconds couteaux comme Dominique Zardi. Ce dernier  lui répondit par une citation de Raimu:

 

« Vous savez, dans le gigot, ce qui est bon, c'est pas la viande, c'est les pointes d'ail.  C'est pas moi qui dis ça, c'est Raimu. »

 

Le générique mentionne la présence de plus de trente acteurs et/ou actrices. Ils me  pardonneront de les passer sous silence. Ils n’ont en rien démérité. Loin de là quand on sait la  notoriété des metteurs en scène avec qui ils ont tourné et la qualité des autres films auxquels  ils ont participé.

 

Ciné papy s’en voudrais de lasser ses lecteurs avec les formules maintenant usuelles dans les  fiches : « Il a tourné avec les plus grands…Sa carrière lui fit rencontrer le succès outre  atlantique etc. »

 

Accueil 

 

L’accueil critique fut plus que mitigé. En tête bien sur les intellos de Télérama et du Monde  qui firent la fine bouche. Ils se limitèrent pour ne pas complètement démolir un film ou apparaissaient tant d’acteurs confirmés et de renom à faire l’éloge de Lino Ventura.

 

Ces écrits mi-figue mi-raisin contribuèrent peut être au semi échec commercial du film. Il ne  rassembla qu’un petit million de spectateurs alors qu’à cette période Lino affichait des records souvent autour de deux millions.

 

Bien sûr, ces têtes pensantes, haut du pavé du politiquement correct parisien démolirent Michel Audiard et ses dialogues.

 

Des bons moments (difficiles à choisir)

 

- Quand les actualités sportives sont utilisées pour souligner les cinq ans de prison que  purge Alphonse : Une à une les cinq victoires consécutives de Jacques Anquetil au Tour de  France.

 

- La façon dont Alphonse ronge son frein en savourant à l’avance la sortie de sa  deuxième incarcération et sa vengeance. « Ces années, sur une main que j’vais les faires, sur  une main… et après… »

 

Une réplique (souvenir personnel de Ciné papy)

 

L’inspecteur Lescure, véhément, demande à Alphonse s’il a un alibi. Catherine Verdier  s’immisce dans la conversation et là, mine gourmande, comme si elle savourait encore ce  dont elle va parler : « A ce moment, Monsieur le commissaire Alphonse et moi on s’envoyait en l’air » L’adolescent attardé en restait tout chose.

 

Ce qui est notoirement plus aimable que la façon dont elle va traiter ce pauvre Alphonse qu’elle et Demulder viennent de blouser : « Eh du con !)

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 06:00

Historique de la pizza Margherita : une pizza au nom de la reine

C’est celle que je choisis lorsque je déjeune avec polpette la princesse de la trottinette !

 

Mais je lis aussi Antonio Scurati, le second volet de sa trilogie sur Mussolini  « L’homme de la providence »

 

 

Et qui lis-je page 107 ?

 

Le roi Victor-Emmanuel III avec sa mère et la princesse Yolande.

Le roi Victor-Emmanuel III avec sa mère et la princesse Yolande. La famille de Savoie retrouve espoir avec le jeune couple royal et la toute jeune princesse.

 

« La reine est morte

 

Marguerite de Savoie a été la première reine consort d’Italie et sa première reine mère. Amatrice raffinée des arts mais férocement réactionnaire, pionnière de l’automobilisme tout en étant secrètement dévouée au Vatican, elle a été populaire parmi ses sujets mais a toujours incité les généraux à ouvrir le feu sur leurs rebellions, elle a soutenu avec ardeur les fascistes dès la première heure, ce dont ils lui ont été reconnaissants. Alpiniste, salonnière, organisatrice de bals légendaires, chantée par les poètes, veuve d’un homme tué à coups de révolver (le roi Humbert Ier fut assassiné le 29 juillet 1900 à Monza par l’anarchiste Gaetano Bresci), elle a donné son nom à  un village situé dans la province de Barletta, à un lac d’Éthiopie et au meilleur plat du monde, la pizza garnie de mozzarella, de sauce tomate et d’une feuille de basilic, la pizza Margherita. »

 

Pizza Margherita - Recettes Italiennes

 

Marguerite de Savoie et son époux, le roi Umberto 1er d’Italie, étaient alors en visite à Naples le 11 juin 1889. La reine voulut goûter à la cuisine savoureuse et généreuse de Naples au Pietro e basta così, du pizzaiolo Raffaele Esposito qui eut l’honneur de démontrer son talent dans la cuisine royale. Il créa une pizza, le pays venant tout juste d’être unifié, aux couleurs du drapeau italien avec du basilic (vert), de la Mozzarella (blanc) et des tomates (rouge). La reine adora la pizza et Esposito la baptisa « Margherita» en son honneur.

La ville de Naples (sud de l'Italie) a célébré jeudi en fanfare les 120 ans de la pizza Margherita, créée en 1889 aux couleurs du drapeau italien, a constaté un photographe de l'AFP. ICI

Mis à jour le 11 juin 2009

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 06:00

 

Après Hitler, Mussolini, j’ai acheté les 2 premiers tomes, le troisième est à venir.

 

C’est du lourd :

 

  • « M. L’enfant du siècle » 787-788 pages (terminé)

 

 

  • «  M, l’homme de la providence » 672 pages (entamé)

 

C’est plus facile à lire car c’est l’oeuvre d’un romancier, ce qui n’est pas du goût des historiens mais plébiscité par un large public en Italie.

 

Portrait (1933) de Benito Mussolini, par Gerardo Dottori. Ce peintre appartenait au mouvement futuriste, dont une partie des membres a soutenu activement le fascisme.

Portrait (1933) de Benito Mussolini, par Gerardo Dottori. Ce peintre appartenait au mouvement futuriste, dont une partie des membres a soutenu activement le fascisme. 

 

- « M. L’enfant du siècle », d’Antonio Scurati : Mussolini, la tyrannie du vide

Couronné par le prix Strega, le formidable et imposant « M. L’enfant du siècle » ouvre une trilogie romanesque sur le « Duce », en se concentrant sur son ascension.

 

Par Nicolas Weill

Publié le 02 septembre 2020

 

 

 « M. l’enfant du siècle » (M. Il figlio del secolo), d’Antonio Scurati, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, Les Arènes, 864 p., 24,90 €.

 

Monumental ! Le mot n’est pas trop fort pour qualifier le projet d’Antonio Scurati. L’écrivain italien, qui a reçu le prix Strega 2019 – l’équivalent du ­Goncourt – pour M. L’enfant du siècle, campe le portrait de Mussolini en un triptyque romanesque d’une ampleur inédite. La première partie, qui paraît aujourd’hui en français, traite de la période 1919-1924 et comprend déjà plus de 800 pages. Elle dresse, pour des générations exposées à tous les révisionnismes, le paysage de l’Italie au sortir de la première guerre mondiale, frustrée des fruits territoriaux d’une victoire qui a coûté plus d’un million de morts civils et militaires, déchirée par des affrontements confinant à la guerre civile entre les militants révolutionnaires et la poignée de fascistes lancés à la conquête de Rome. Le défi était ­immense. Il est magnifiquement relevé et offre ce qu’il y a de meilleur dans le genre du roman historique.

 

Gourdins et huile de ricin

 

Le ton et le style sont ceux de la chronique. Les événements se trouvent relatés presque au jour le jour, dans une présentation arrangée des faits, certes, mais où toutes les figures sont réelles. Le discours indirect et les subtils glissements d’un point de vue à l’autre ouvrent au romancier le cerveau et la psychologie des ­acteurs. M. L’enfant du siècle fournit une brillante illustration de la puissance propre à la littérature, capable, comme le pensait le philosophe Paul Ricœur, d’articuler temps historique et temps humain. Organisé en saynètes qui portent à chaque fois un nom de protagoniste, une date et un lieu, le livre raconte l’ascension du fascisme sur le mode d’un scénario de film ou de série dont la fin ne ­serait jamais écrite d’avance. L’« effet de réel » est assuré, à la fin de chaque chapitre, par des documents du temps qui, en leur langage, attestent la réalité de ­l’action qui vient d’être racontée. Le récit en reçoit son rythme haletant et, surtout, l’histoire retrouve toute sa contingence.

 

« M. L’enfant du siècle » raconte l’ascension du fascisme sur le mode d’un scénario de film ou de série dont la fin ne serait jamais écrite d’avance

 

Et si le roi Victor-Emmanuel III avait ­signé le décret instaurant l’état d’urgence lors de la « marche sur Rome » de 1922, au lieu de jeter le coup de pied de l’âne à l’Etat libéral et de désigner Mussolini comme premier ministre ? Et si, en dépit de son goût soi-disant nietzschéen pour la guerre, Mussolini avait échoué à maîtriser ses troupes, qui ravageaient le nord de l’Italie armées de gourdins, d’huile de ricin mais aussi de revolvers et de fusils ? Et si, face au scandale provoqué par le meurtre de l’opposant socialiste Giacomo Matteotti (1885-1924), qu’Antonio Scurati érige en contretype ­positif de Mussolini, ce dernier s’était laissé pousser à la démission ? Et si la gauche, pourtant triomphante dans les urnes, n’avait pas été aussi divisée ?

 

 

Mussolini a profité de nombreux hasards et de beaucoup de lâcheté, suggère l’auteur. Et ce portrait n’a rien d’un monument à la gloire du personnage. Au ­contraire, il en propose une démythification systématique, annoncée par un titre qui, d’emblée, réduit le tyran à une initiale. Scurati se livre à une destruction de la légende mussolinienne d’autant plus nécessaire que, en comparaison avec son disciple Adolf Hitler, Mussolini bénéficie d’une indulgence relative. Au-delà des hagiographies ­parfois délirantes de l’ère fasciste, dont celle de la célèbre maîtresse du « Duce », Margherita Sarfatti (Dux, 1926), on a pu, après 1945, le considérer comme un fils simplement dévoyé du Risorgimento (l’unité italienne), un rempart contre le déferlement du bolchevisme, un intellectuel austère et moderniste passionné de futurisme ou de Pirandello, entraîné malgré lui dans la guerre, élève du philosophe socialiste français Georges Sorel, théoricien de la grève générale et de ­l’action directe, etc.

 

Mise en scène de soi

 

Qu’il ne fut rien de tout cela est le ­message du livre de Scurati. Ce dernier montre un Mussolini opportuniste et jouisseur. Surtout, il détaille la cruauté sadique avec laquelle ses fascistes, aux alentours de la plaine du Pô (la célèbre chemise noire faisait partie du costume du paysan de Romagne) ou en Polésine (au sud de la Vénétie), traitaient leurs ­adversaires. Pour Antonio Scurati, le ­fascisme et son leader sont avant tout des « enfants d’un siècle » marqué au fer rouge par la « brutalisation » du premier conflit mondial. Les scènes de violence pure scandent la progression du texte. Saisissantes, insoutenables, parce qu’elles eurent bien lieu : « L’homme aux ­lunettes de motard fait tournoyer sa massue ferrée au-dessus de sa propre tête et l’abat sur le crâne du chef de la ligue [des paysans socialistes]. Le visage couvert de sang, ce dernier tente de rejoindre ses filles, il marmonne des mots incompréhensibles en rampant sur le ventre, entre les jambes des squadristes qui le frappent de leurs bâtons. »

 

 

Derrière les poses, la rhétorique ronflante et la mise en scène de soi en « star » de cinéma, la véritable dimension de Mussolini et du fascisme se dévoile à travers la chronique romancée de sa prise de pouvoir : par-delà le mirage de la grandeur, le règne du gangstérisme, du chaos et du sang.

 

EXTRAIT

 

« La figure de Giacomo Matteotti est élevée à la gloire du saint. Son habitation, via Giuseppe Pisanelli, est déjà devenue une destination de pèlerinage, et sur les lieux du rapt s’accumulent des centaines de couronnes de fleurs en une sorte de mausolée à ciel ouvert. La police intervient pour disperser la procession des fidèles sur le quai du Tibre, les carabiniers montés ­balaient les fleurs et rompent le rassemblement. (…) Le Duce paraît abattu, abasourdi, paralysé par la ­déception. Giovanni Marinelli vient d’avouer qu’il possède encore, cinq jours après l’enlèvement, les ­reçus dûment contresignés des paiements versés aux assassins avant et après le crime. (…) Hébété, Mussolini fixe un regard vitreux sur un fantôme à l’horizon : il a toujours prôné la nécessité historique de la ­violence chirurgicale, la férocité précise, exacte, ­inexorable, et voilà qu’il a entre ses mains souillées d’excréments et de sang, un crime bestial. »

 

« M. L’enfant du siècle », pages 787-788

 

Nicolas Weill

 

Benito Mussolini dans les années 1930 avec sa famille (de gauche à droite) : sa femme Rachele tenant dans ses bras Anna Maria, son fils Romano, sa fille aînée Edda, ainsi que Bruno et Vittorio.

Benito Mussolini dans les années 1930 avec sa famille (de gauche à droite) : sa femme Rachele tenant dans ses bras Anna Maria, son fils Romano, sa fille aînée Edda, ainsi que Bruno et Vittorio. | ARCHIVES / OUEST-FRANCE ARCHIVES

 

- M, l’homme de la providence, le monumental roman vrai sur Benito Mussolini ICI

 

L’Italien Antonio Scurati livre un deuxième tome de sa magistrale histoire du dictateur et du fascisme. Tout est vrai, insiste-t-il, seule la forme est littéraire.

 

L’Italie n’a jamais vraiment soldé les comptes avec ses Chemises noires. « Je fais partie de la dernière génération élevée dans les valeurs antifascistes, constate Antonio Scurati, 52 ans, joint au téléphone. Il y a aujourd’hui une nostalgie explicite du fascisme et de Mussolini, qui lamine la démocratie. »

 

Auteur reconnu, professeur de littérature à l’université de Milan et créateur d’un groupe de recherche sur le langage de la guerre et de la violence, Antonio Scurati s’est lancé dans une monumentale entreprise : raconter le fascisme pas à pas, par ses acteurs et par les faits, avec la rigueur de l’historien et la langue du romancier.

 

La suprématie du vide

 

Le premier tome M, l’enfant du siècle (2020) contait en plus de 800 pages la transformation du militant socialiste en leader autocrate, de l’après-guerre aux lois « fascitissimes » de 1925. « Benito Mussolini est le père des leaders populistes, sans idéologie, prêt à toutes les volte-face pour accéder au pouvoir. Son absence de principe est ce qui fait sa force. C’est la suprématie du vide. Il sent les peurs des gens et les alimente. Bien des mouvements populistes d’aujourd’hui usent des mêmes mécanismes », juge Antonio Scurati.

 

Ce premier tome en tous points remarquable a reçu le Goncourt italien (le prix Strega) en 2019, a été traduit dans trente-huit pays et s’est déjà vendu à 500 000 exemplaires. C’est dire si le second tome était attendu.

 

Celui-ci retrace les années 1925-1932, le culte de la personnalité grandissant

 

(« Mussolini a fait de son corps le cœur de sa communication »), les failles et les maux intimes de « l’homme de la Providence », selon les mots du pape Pie X, les petites et grandes bassesses du régime, le grotesque disputant parfois au terrible, comme dans la guerre coloniale totale de Libye.

 

Antonio Scurati l’assure. Tout est vrai. Un de ses procédés particulièrement efficace est de citer des documents officiels, secrets ou intimes, dans le corps du récit. Puis de retranscrire des extraits bruts de ces documents à la fin de chaque chapitre. « On me demande parfois comment je coordonne mes assistants. Au début, il n’y avait que moi. Depuis, je reçois un peu d’aide de la part d’archivistes, de l’Institut d’études du mouvement de libération, de réseaux de bibliothécaires. »

 

Tout le monde croit connaître l’histoire

 

Scurati multiplie les formes littéraires et les points de vue pour faire de ces ouvrages chronologiques une lecture haletante : dialogues, lettres, récit chirurgicalement précis, chronique baroque… Et là, reconnaît-il, sa subjectivité joue : « Pendant que Mussolini cherchait son chemin, je cherchais le mien. Comment raconter cette réalité vénéneuse en restant au plus proche de la réalité, mais en évitant de susciter de l’empathie pour le personnage ? »

 

Antonio Scurati sait désormais qu’il lui faudra (au moins ?) quatre tomes pour aller au bout de l’histoire. Jusqu’à ce que le corps du dictateur déchu et celui de sa dernière maîtresse soient exposés à la colère de la foule, le 25 avril 1945 à Milan.

 

« En Italie, ce qui a déterminé le succès du livre est qu’il raconte une histoire que tout le monde connaît sans la connaitre réellement, estime l’auteur. Dans les pays étrangers, c’est ce que cette histoire raconte du pouvoir et de la soif de pouvoir. »

 

Un succès qui lui a valu des critiques. Des erreurs mineures ont donné lieu à des articles vengeurs.

 

Et certains historiens avalent mal qu’un romancier attire toute la lumière sur cette sombre mémoire. Francesco Filippi, par exemple, auteur d’un récent Y a-t-il de bons dictateurs ? démentant point par point (et en moins de 200 pages) les fantasmes sur le régime mussolinien, a eu quelques mots grinçants.

 

Antonio Scurati n’en a cure et poursuit son travail de romain. À l’ouvrage sur le troisième tome, il supervise également le scénario de l’adaptation en série de son grand œuvre : « Une grosse production avec des acteurs internationaux, déjà très engagée », assure-t-il.

 

M, l’homme de la providence, Les Arènes, 672 p. 24,90 € (suite de M, l’enfant du siècle).

 

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2022 3 26 /01 /janvier /2022 06:00

 

Au tout début de juillet 1981, le second tour des législatives ayant eu lieu le 21 juin 1981, à la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République François Mitterrand le 22 mai 1981, 333 députés de la Majorité Présidentielle (PS, PCF, MRG, Divers gauche) sur un total de 491 sièges, concédant 158 députés à la Droite (RPR, UDF et divers droite).

 

Un vrai raz de marée rose : 266 députés PS, la majorité absolue, le RPR de Chirac n’avait que 85 sièges. La première alternance de gauche sous la Ve République et le 2e gouvernement Mauroy accueillait 4 Ministres communistes. Un véritable séisme pour le pays même si les chars russes s’étaient abstenus d’envahir la Place de la Concorde.

 

Votre serviteur, juché sur son destrier hollandais Grand Batavus, se pointait dès le matin au guichet du porche qui dessert l’Hôtel de Lassay, le 128 rue de l’Université, pour prendre ses fonctions de conseiller technique du Président de l’Assemblée Nationale, fraîchement élu le 02/07/1981. ICI 

 

Le premier acte de Louis Mermaz Président de l’Assemblée Nationale fut d’abandonner la jaquette et l’habit le soir.

 

La horde rose, majoritairement issues du vivier de l’Éducation Nationale, ne brillait pas par son dress code vestimentaire, du prêt-à-porter de province, chemise tergal et écrases-merde avachies, sur le banc des Ministres l’état des lieux étaient plus reluisant : l’imposant Pierre Mauroy sanglé dans un costume croisé, Robert Badinter élégance 7e arrondissement, Lolo Fabius avec ses gros nœuds de cravates en tricot fluo très jeune-vieux, les 4 Ministres communistes stricts, le Che bien mis très Chevènement, seuls Delors arquebouté sur les déficits et Rocard en pénitence au Plan, se rapprochaient de la masse socialistes.

 

Bref, la Droite, réduite à une peau de chagrin, contemplait avec dédain ces intrus mal vêtus, pariant sur le rapide effondrement des socialo-communistes entraînant avec lui dans sa chute un Mitterrand première version à gauche toute.

 

Tout ce petit monde du chaudron du Palais Bourbon je le côtoyais journellement, jour et nuit, dans l’hémicycle, dans la salle des Pas Perdus, à la bibliothèque, à la buvette, pour les socialistes dans la salle Colbert et lors des réceptions du Président. Très instructif sur les mœurs parlementaires, j’aurais pu écrire un traité d’anthropologie des députés de toutes les sensibilités.  

 

Et puis, il y avait Jack Lang le trublion de la Place de Valois, pas le genre à faire dans la nuance, frivole, favori du maître du château, s’en donnait à cœur joie ralliant à lui le petit monde de la culture et les jeunes aussi. Je n’ai fait que le  croiser en mes années d’Assemblée Nationale, ce n’est que sous Tonton 2 que j’eus avec lui un lien privilégié, ayant à la demande d’Henri Nallet accompagné le trublion et sa cour en Loir-et-Cher  lors de sa campagne électorale pour se faire élire à Blois. Pour Jack j’étais « le meilleur connaisseur de la paysannerie », il l’avait écrit à mon Ministre sur un bristol pendant le Conseil, il me téléphonait en direct pour que je lui explique la jachère cynégétique et que je l’aide à transférer l’école du paysage à Blois.

 

En 1985, j’étais alors au cabinet de Rocard Ministre de l’agriculture, le 17 avril, ça siffle sévère lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Les raisons de la colère ?

 

La veste à col Mao que porte ce jour-là Jack Lang, ministre de la Culture. Elle est signée d'un jeune créateur nommé Thierry Mugler.

 

 

 

Quand le col Mao de Jack Lang signé Mugler faisait siffler l’Assemblée nationale ICI

Par Sabrina Pons

 Le 24 janvier 2022

 

 

Dans les années 1980, Thierry Mugler est le couturier de la mise en scène, le roi des défilés spectacles. Mais de façon plus inattendue, il se fait aussi remarquer dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. C’était le 17 avril 1985, Jack Lang, ministre de la Culture depuis quatre ans, se présente à la tribune pour répondre à une question sur les travaux du Grand Louvre. Il porte un costume au col Mao, qui change du complet traditionnel porté par les députés et occulte la cravate, et directement inspiré de la tenue des officiels indiens. Au retour d’un voyage en Inde avec François Mitterrand, Jack Lang avait passé commande auprès du couturier français afin d’avoir une veste sur le même modèle.

 

"On dirait Khadafi"

 

Il n’a pas encore pris la parole au micro que ça gronde dans les travées du Palais Bourbon. La veste noire en énerve certains : elle a beau faire la promotion de la création française, elle ne laisse pas apparaître de cravate. Pour l’opposition, ça va trop loin. Si aucune disposition du règlement intérieur ne précise un quelconque dress code à destination des hommes, les conventions veulent toutefois qu’ils se présentent cravatés. Pendant plusieurs minutes, Jack Lang est la cible de sifflements et de quolibets. «On dirait Khadafi», «le carnaval est fini»… Les attaques fusent.

 

Une bronca qui aura eu raison de l’habit. Même si Jack Lang s’amuse de l’effet produit par sa veste, il ne la reportera plus lors de ses apparitions à l’Assemblée. L’affaire a marqué les esprits – le costume est actuellement exposé au musée des Arts décoratifs à Paris dans le cadre de l’exposition «Couturissime» - mais elle n’a pas tant modifié les habitudes culturelles. Trente-sept ans après, la cravate est toujours «exigée» au sein de l'Hémicycle.

Le vêtement en politique. Représentation, ressemblance et faux pas ICI 

Frédérique Matonti

Dans Travail, genre et sociétés 2019/1 (n° 41), pages 87 à 104

 

La présence accrue des femmes dans la sphère politique et la diffusion des études de genre ont permis la publication de nombreux travaux portant sur les représentations médiatiques des femmes (et des hommes) politiques[1]

 

Ces recherches ont, entre autres, souligné l’intérêt des journalistes pour leurs vêtements, la manière dont cette focalisation ramène plus particulièrement les professionnelles de la politique à leur identité genrée, et par conséquent dont elle contribue à mettre en doute leurs compétences (voir, entre autres, Marlène Coulomb-Gully [2012] ; Delphine Dulong et Frédérique Matonti [2005] ; Frédérique Matonti [2017] ; Aurélie Olivesi [2012]).

 

Mais penser le vêtement comme un vêtement de travail, ainsi que ce dossier y invite, permet de recentrer le regard sur le métier politique lui-même. Ce recentrement s’inscrit dans ce qu’a permis, depuis une quinzaine d’années, l’introduction des études de genre en science politique : repenser des objets classiques de cette discipline comme les logiques de la carrière, du recrutement ou de la professionnalisation [Achin et al., 2008]. Il est, en effet, a priori déroutant de supposer que les professionnels de la politique portent des vêtements de travail, tant ce type d’habillement paraît le plus souvent réservé aux catégories populaires (très peu présentes dans les assemblées parlementaires et à la tête des ministères), et que l’on parlera plutôt de costume pour les juges ou les avocats. De plus, ces mêmes politiques, y compris lorsqu’ils n’ont pas connu d’autres activités professionnelles, s’empressent de dénier qu’ils exercent un « métier », pour insister au contraire, sur leur « vocation », comme l’ont rappelé encore des travaux récents [Boelaert, Michon et Ollion, 2017]. Comment imaginer donc qu’ils puissent porter des vêtements de travail puisqu’ils n’en exercent pas un ? Pourtant, leurs vêtements sont scrutés, on l’a dit, par les observateurs, journalistes et communicants, ce qui laisse à penser qu’il en existe qui seraient plus ou moins bien adaptés au métier politique et à ses diverses scènes et exercices (à l’Assemblée, interviews, reportages, campagne, meeting, visite officielle, etc.). Enfin, eux-mêmes jouent sur leur style vestimentaire pour être identifiés. Tailleurs aux couleurs acidulées de Roselyne Bachelot, écharpe et chapeau de François Mitterrand, parka rouge de Laurent Wauquiez, les exemples sont légion.

 

La suite ICI

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 06:00

La villa Cavrois retrouve ses meubles Photo © Jean-Luc Paillé - CMN

Il n’est pas interdit de rêver.

 

La Villa Cavrois de Mallet-Stevens : une leçon d’architecture ICI 

 

Chef-d’œuvre de l’architecte moderniste Robert Mallet-Stevens, la Villa Cavrois ouvrait ses portes en 2015 après 15 années de travaux. Retour sur ce projet aussi complexe que sophistiqué, inscrit dans tous les manuels d’architecture.

 

Le 12 juin 2015 dernier s’achevait, avec l’inauguration de la Villa Cavrois, l’un des grands chantiers menés par le Centre des Monuments nationaux ces dernières années. Construite en 1932 pour l’industriel Paul Cavrois et sa famille, le bâtiment, chef-d’œuvre de l’architecte moderniste Robert Mallet-Stevens, avait connu bien des vicissitudes. Occupée par la famille jusqu’en 1985 (hormis la parenthèse de la Seconde Guerre mondiale où elle fut réquisitionnée par les Allemands), la villa, passée en 1988 entre les mains d’un promoteur peu scrupuleux, avait subi d’affligeantes dégradations malgré la mesure de classement de 1990, censée la protéger. Suite au décès de Madame Cavrois en 1986, l’ensemble du mobilier avait également été dispersé.

 

La suite ICI 

Du lac Léman au lac de Côme : les plus belles demeures au bord de l'eau ICI

De la villa Ottagonal à la Casa 26 en passant par la propriété Peduzzi, tour d'horizon les plus belles villas avec vue imprenable sur les lacs d’Europe. 

Par Camille Corolleur

Villa PeduzziVilla Peduzzi ©Luxury Retreats

janvier 2022

Villa Peduzzi

 

Construite en 1909 sur le site d'une ancienne tour de guet médiévale, la villa Peduzzi a été entièrement modernisée. Surplombant le lac de Côme, troisième plus grand lac d'Italie, la villa dévoile à l'intérieur de ses murs une décoration épurée associée à un mobilier de designers. Avec son toit-terrasse et sa piscine à débordement, elle offre toutes les commodités.

 

Où : Pigra, Lombardie, Italie

 

Capacité : 14 voyageurs, 8 chambres, 13 lits, 6 salles de bains

 

La villa luxueuseLa villa luxueuse © Courtesy of Airbnb

 

La villa luxueuse

 

Face au lac d’Annecy, cette somptueuse villa a été entièrement rénovée pour accueillir une  famille ou des amis.  À l’intérieur, l’inspiration et les détails japonais sont à l’honneur. Avec un spa, une piscine intérieure, un jacuzzi, la maison dispose d’une variété d’activités auxquelles s'adonner pendant votre séjour.

 

Où : Sévrier, Haute-Savoie, France

 

La suite ICI

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents