publicité

Samedi 23 mars 2013 6 23 /03 /Mars /2013 13:00

Luc Charlier, vigneron en Roussillon, c’est un gars franc du collier comme je les apprécie, avec lui pas de chichis, il envoie dire ce qu’il a envie de dire. Ses premiers pas chez le taulier, en tant que commentateur attitré, en a ébouriffé  plus d’un mais, très vite, sa sincérité lui a rallié une belle majorité. Je ne vais pas lui envoyer une trop grande brassée de fleurs ça casserait son image de pourfendeur au grand cœur.

Aujourd’hui, Luc et sa compagne Christine viennent faire leur nid chez le Taulier pour vous vanter, car on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, leurs vins de soleil et de vent. Je puis vous certifier, pour les avoir goûtéslink, que vous pouvez leur faire confiance : c’est que du bon, même du grand.

Photo02.jpg

« Nous en reçûmes trois cents mais par un prompt renfort

C’est à présent sept cents signes qui me servent de passeport

Pour se bien présenter il n’en faudra guère plus

A celui qui jadis vous dévoila son cul

 

Si des entrailles unies des Flandres il provient

Et en parts presque égales de celles de Wallonie

C’est aux pentes de l’Agly qu’il arrache son vin

Sur les schistes arides d’Estagel ou Maury

 

Outre quelques pommiers et aussi quelques guignes

Il a à exploiter dix hectares de bonne vigne

Grenache ou carignan, vin de soleil et de vent

 

C’est le nectar du Roussillon offert à ses clients

Certes comme poète il ne vaut pas un clou

Essayez donc plutôt de goûter Coume Majou »

 

Domaine de la Coume Majou

11 rue de l’Eglise

66550 Corneilla

T° 04.68.51.84.83

www.coumemajou.jimdo.com

Photo01.jpg 

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : publicité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 11 septembre 2012 2 11 /09 /Sep /2012 00:09

Au Bourg-Pailler, la nuit comme le jour, les portes étaient toujours ouvertes, c’est-à-dire jamais fermées à clé. Qu’avions-nous à voler ? Pas grand-chose certes, mais cette attitude reflétait surtout une façon d’être. Seule la tante Valentine pestait sur ce qu’elle considérait comme du laisser-aller. Je dois dire que tout le monde s’en fichait. S’encombrer de clés, se barricader, n’était pas inscrit dans notre ADN de bons campagnards. J’aime toujours les portes ouvertes où l’on frappe et où l’on répond : entrez ! Quand j’étais mioche, du fait du métier de mon père : entrepreneur de battages et de travaux agricoles la salle commune était très souvent occupée par des clients qui venaient soi-disant régler leur note mais qui très souvent après avoir éclusé quelques verres repartaient comme si de rien n’était. Cette forme de table ouverte, de maison où l’on entre et l’on sort, le ballet matinal des bonnes qui venaient quérir le lait pour leurs patronnes (tous les ragots venaient à mes oreilles), m’ont marqué à jamais. De plus, mon pays étant un pays d’épais bocage où la clôture de fil de fer n’existait pas : le buisson entourait les prés et les champs et il était toujours possible de sauter les échaliers qui étaient comme des fenêtres sur. Vous comprendrez donc plus aisément tout le plaisir que j’ai à accueillir du monde sur cet espace de liberté. Vigneronnes et vignerons vous êtes donc en permanence les bienvenus ici alors, une fois la vendange engrangée – faites de belles photos pendant – en surveillant le vin qui se fait profitez-en pour laisser libre-court à votre plume. Vous êtes les bienvenus. Aujourd’hui c’est Christine et Bernard Isarn qui s’y collent, merci à eux.

 cattan-7-2011.JPG

 

Je ne sais par quel bout prendre le sujet. Il y a tellement à dire… On me demande de nous présenter : Christine et Bernard Isarn   vignerons indépendants en Languedoc, potiers céramistes pendant des années,  4 enfants...

 

La tête au ciel, les pieds sur terre, tout sauf des hurluberlus ? Enfin, il me semble.Voilà : j’ai trouvé, des idéalistes. Des qui ont envie de créer leur monde intérieur. Il en reste plus que ce que l’on croit.

 

                                          C’est parti :

 

Voilà huit ans, alors que nous étions artisans d’Art nous décidons de nous reconvertir dans le vin. Au hasard des chemins de traverse nous achetons un endroit, un lieu. 25 ha de terres, 6 de vignes et un mas typique Languedocien avec l’honnête ambition d’y installer un domaine et d’y faire du vin….. Le lieu est merveilleux, chargé, vues imprenables sur la plaine surplombée d’un volcan, parsemée de sources discrètes. Un terroir, un caractère, un esprit. Nous voilà envoutés… On fonce sans réfléchir. Seulement l’endroit est quasi à l’abandon et il va falloir tout refaire du sol au plancher, des vignes à la cave sans compter qu’en vignes et en vinif nous sommes pour ainsi dire, complètement néophytes. Après tout la vie est faite de transformations, de défis, de folies…

 

 

                                        Ce fut, c’est, une aventure absolument incroyable avec des hauts, avec des bas. De grandes euphories en désespoirs jamais vraiment profonds nous avons trouvé notre voie. C’est le cœur et non la raison qui nous l’a dicté. En quelques sorte une manière de fonctionner assumée depuis déjà longtemps… Un Combat de gladiateur face aux éléments, face aux mépris, à l’incrédulité, aux acidités humaines … La marche en avant à la conquête de notre absolu…

 

                                              Puis de belles, de merveilleuses rencontres... De coup de mains en solidarité nous avons désormais restructuré notre domaine et pouvons depuis cinq ans proposer des vins sur les trois couleurs issus d’un terroir que nous trouvons exceptionnel (argilo calcaire, basaltique). On trouve toujours ses enfants exceptionnels. Tout en équilibre, en  élégance, en retenu et en pudeur.

 

Tout cela rend fier et humble car il y a toujours un Everest à gravir. C’est le sel…


DSCF2941.JPG

 

On fait du vin à Cadablès. Quatre cuvées. Un rosé et un blanc élégants, minéraux, sur le fruit. De cinsault et grenache en rose et de terret en blanc. Quant aux rouges, plus sérieux, le « chemin à l’envers «  tout en gourmandise, croquant de syrah, grenache et carignan et, un pur terroir concentré de complexité en Carignan  identitaire et d’un soupçon de syrah issu du meilleur de Cadablès, le «  Champs de pierre ».


rblrs-OK.JPG

 

Nous accueillons à Cadablès, beaucoup de Parisiens d’ailleurs.  Durant la saison, d’avril à décembre dans notre maison de charme conçue pour partager des instants et nous secourir quand la finance corollaire du moral descend en chute libre. L’agriculture est un métier  coûteux. On ne va pas ici, rentrer dans les détails. Simplement vous donner envie d’en savoir plus car, au gré du temps nous racontons tout cela sur notre blog  ( auquel vous pouvez adhérer ), vous donner envie de nous goûter (c’est l’expression), de nous visiter, de s’intéresser à nous, première génération de vigneron indépendants de Cadablès . Sortez des sentiers battus et venez  voir les iconoclastes du Languedoc et prenez avec nous «  les chemins à l’envers »

 

D’ailleurs, et, heureusement,  nous ne sommes pas les seuls et les copains sont toujours là quand la bise siffle, quand les hivers se font rigoureux ou les étés arides. Et puis ensemble on est tellement mieux et c’est, au sortir, toujours dans un éclat de rire autour d’une bouteille que nait la profondeur. L’imbécile nous appelle des concurrents. S’il savait, ô combien nous partageons cette foi qui renverse tout sur son passage.

 

Ici, loin des lumières de la ville la porte ne se referme vraiment jamais. Il y la vie recréé dans ce lieu, les mains dans la matière, en contact du réel. On a l’intelligence au bout des doigts, les mains rugueuses, les tripes ovales et le cœur joyeux.

 

Tout avance et nous avons musicalisé cet été lors de soirées lumineuses.  Une lueur apparaît.  Le 2012 arrive ! C’est incroyable toute cette belle énergie, cette vie retrouvé. On fait du vin. On a envie de le hurler, de le danser, de le chanter afin que tous sachez la sueur, la passion, l’abnégation, le plaisir et le bonheur qu’il y a derrière une bouteille de vin. Et puis, merci à Jacques de nous laisser vous l’affirmer…

 

Allez zou, je vous colle une bise et vous donne notre adresse. On sait jamais ça peut servir…

 

cattan-10-2011.JPG

  Christine et Bernard Isarn   vigneron indépendant

  Domaine de Cadablès                     34 320 Gabian

   04 67 24 76 07                               06 66 99 67 78

cadables@free.fr                         christinebernard@aliceadsl.fr

 

                      http://domaine-de-cadables.over-blog.fr/

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : publicité
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 26 juin 2012 2 26 /06 /Juin /2012 16:00

Votre Taulier est heureux ! Sitôt écrit, sitôt fait… Son Espace de Liberté, fenêtre grande ouverte sur la Toile, accueille à bras ouverts, Céline du Clos Romain. Ce qui est bien car elle parle de son Romain, puis de son vin, avec passion et amour. La photo est belle. Le texte sincère. Foin des sceptiques, des aquoibonistes, joignons le geste à la parole pour l’extension du domaine du Vin. En dépit de la pluie qui sévit sur Paris je suis ravi et comme le dit l’adage populaire : mariage pluvieux, mariage heureux, j’espère que mon union avec les vigneron(e)s durera encore plus longtemps que les contributions indirectes.


sitepagesvins--2-.jpg

Nous sommes Céline et Romain, lui ancien juriste parisien, et moi ancienne éducatrice pour enfants, rien ne nous destinait à ce que nous sommes devenus, sauf des rêves plein la tête, la passion et des aléas de la vie ! Romain a repris ce domaine il y a 12 ans de cela, et a fait d’un lieu abandonné, en friche, sans voie d’accès, sans eau, sans électricité, vignes et oliviers à l’abandon, ce qu’il est aujourd’hui : un domaine avec 9 ha de vignes, 6 ha d’oliviers, 2 gites et une grande cave.


Patiemment Romain a aménagé, restructuré, rénové, terres et bâtiments, et il a installé un berger pour entretenir les 300 ha de garrigue qui font l’originalité du domaine : des gites perdus en pleine nature sauvage, sans voisins.


Je suis arrivée en 2007 avec un objectif en tête : faire du vin pour mes 30 ans ... en 2008, à 28 ans, nous sortions notre première cuvée, soir d’hiver. Très vite, passionnée par l’Histoire, je me suis penchée sur celle du domaine et j'ai étudié les fouilles d'une ancienne villa gallo-romaine , située non loin des oliviers, dans laquelle ont été trouvés des restes d’amphores . De  cette découverte a germé mon idée : travailler sur l'influence de la matière sur le raisin en fermentation puis sur le vin en élevage.


Donc, en 2009, je commence mon étude avec les 3 cuvées qui composent désormais notre gamme : inox, bois et terre cuite. Les fermentations se font en cuve inox, en barrique et en amphore ouvertes, puis l’élevage de 18 à 24 mois en inox, fut de chenet et amphore fermée. Depuis 2011, les assemblages sont identiques, les opérations sont menées conjointement et scrupuleusement consignées sur un cahier, afin de pouvoir comparer chaque étape et de mettre en évidence les différences qui sont frappantes dès la fermentation.


À la dégustation, chaque vin en 2011 : Parenthèse en inox, Patience en fut de chêne et Phidias en amphore  est réellement complètement différent, et c'est ce qui fait l'originalité, je pense, des vins de notre domaine.

bt_Phidias.jpg

Pour moi, c'est surtout un grand plaisir que de travailler comme cela, c'est très enrichissant chaque année, et comme je ne travaille du coup qu'avec de petits contenants, je réalise tout à la main (égrappoir manuel , pigeages manuels, pressoir manuel), c'est la continuité naturelle du travail de la vigne : nous sommes en bio, et adhérents à Nature et Progrès, nous passons donc beaucoup d'heures à la vigne, à travailler avec nos mains, que cela soit pour ébourgeonner ou piocher l’herbe … mais comme nous n’avons plus en production que 2 hectares de vignes, c’est un peu pour nous comme un grand jardin à soigner avec amour et attention.


Pour nous, ce qui prime c'est le respect de la terre, parce que nous voulons transmettre tout cela à notre enfant, avec les valeurs qui nous sont chères : l'écologie, la protection de la nature, qui nous parait primordiale.


Voilà, je ne veux pas faire plus long, mais il y aurait tellement de choses à dire, à raconter ! Peut-être puis je donner l’adresse de notre blog, sorte de journal intime du domaine :link 

 

Bien cordialement,

 

Céline Beauquel

 

CLOS ROMAIN Route de Clermont 34800 CABRIERES 06 28 06 40 23

Producteurs d'huile d'olive et de vins biologiques

Séjours en gites écologiques

www.closromain.fr

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : publicité
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés