Roman

Dimanche 28 septembre 2014 7 28 /09 /Sep /2014 07:00

Au terme de mon soudain périple le plus dur semblait fait, sa main m’était acquise, et pourtant je pressentais mon échec ou, plus exactement, il était inscrit, depuis la première seconde de notre rencontre, dans sa jeunesse resplendissante. L’amour ne se quémande pas, il est. Bien sûr, dans mon immense orgueil, je savais que moi seul pouvais faire d’elle une reine. Elle aussi d’ailleurs et cela suffisait à mon bonheur. Je ne vivais que par elle, pour elle, dans un état de légèreté extrême, une forme de gaze qui m’enivrait. Comme toujours, l’avion avait du retard. J’ouvrais ma boîte à rêves pour m’échapper. « Des voyageurs retour de Damas qui partaient pour l’Océanie regardaient avec émoi, symbole de la vie errante, des mouettes qui n’avaient jamais quitté Saint-Nazaire. »Par la magie de Google je retrouvais le paragraphe entier de « Suzanne et le Pacifique » de Jean Giraudoux. « C’était dimanche. Échangeant leurs dieux, équipages allaient entendre la messe dans les églises, et citadins aux paquebots. Je m’embarquais. Il y avait entre mon navire et le quai deux mètres d’océan incompressible et deux mètres de lumière entre l’extrême mer et l’horizon. Des voyageurs retour de Damas qui partaient pour l’Océanie regardaient avec émoi, symbole de la vie errante, des mouettes qui n’avaient jamais quitté Saint-Nazaire. Le soleil étincelait. Les flammèches et les pavillons doubles pour le jour saint battaient l’air, et de chaque élément, de chaque être aussi l’on sentait doublée l’épithète, la même épithète ; le navire était blanc, blanc ; la mer bleue, bleue. Seule, abandonnée dans le dock, parmi ses bagages, une jolie petite femme, au lieu d’être brune, brune, était brune, rose. Je lui proposai mon porteur, déchargé de ma grosse malle, et qui, de voir ces petits sacs, rapprochait déjà les bras comme un compas. »


Jamais nous ne partirions ensemble...


J’aime tout autant partir que revenir, éminemment casanier j’ai passé ma vie à errer, à dilapider mes souvenirs, sans jamais quitter mon petit jardin d’intérieur bien cadenassé où nul n’était jamais entré. Sur mon lisse tout glisse, je m’étais toujours protégé de l’amour avec un grand A de peur que celui qui m’avait investi tout entier, avec l’irruption de Marie dans ma vie, ne s’érode. Ne se réduise en sable. Mon indifférence affichée me plaçait à la bonne distance, je me plaisais, me complaisais en des embrasements passagers, corps à corps, jeu de la séduction sans engagement ni serment. Je me laissais aimer. Je me lassais. Partais. Me retirais comme le flux de la marée pour revenir. Toujours au  sec, bien à l’abri sans rechercher ce fameux bonheur que nul ne trouve jamais. Je me contentais de la chaleur de mes compagnes aimantes sans m’investir, agent dormant de l’amour, sdf dans son no man’s land, tranquille quoi. Et puis patatras, elle a surgi, venant  de nulle part, me bouleversant. J’aurais dû fuir de suite, la fuir, fuir cet amour dur, tranchant, trop belle pour moi ! Tout me plaisait en elle. J’étais fichu, prisonnier à perpétuité. Ça me plaisait. Je l’aimais avec une force tranquille, paisible.


Que faire ?


Écrire !


Lui dire simplement : « Émilie j’ai besoin de toi pour écrire… »


Ce fut mon premier sms depuis mon départ. Elle le consulterait sur son petit Nokia désuet...


Dans l’avion je tombais sur une fiction « Les 100 derniers jours de François Hollande », ça allait me nettoyer la tête, je me voulais pour mon retour être léger pour elle.


« Cinquante nuances d'aigrie »


Quand, au mois d'août, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon s'étaient mis à ruer un peu trop fort dans les brancards, il leur avait simplement montré la porte. Et les deux chevaux fous avaient quitté l'écurie gouvernementale, suivis par la belle Aurélie. Sur quoi était venue la trahison de Valérie, cette « ambitieuse » qu'il avait portée au firmament et qui n'avait pas hésité à bafouer les règles pour assouvir son désir de vengeance. « Cinquante nuances d'aigrie », avait moqué Le Canard... Il éprouvait pour eux plus de compassion que de colère. La fuite et la transgression n'étaient pas la liberté. Philippulus, le chroniqueur mystère du Figaro, se trompait. Il ne s'en irait pas, dût-il jouer son pays contre son parti. Avec « Valls II », il savait qu'il s'aventurait sur des terres dangereuses. Il ignorait alors encore à quel point. À présent, il savait et il était prêt.

Il sortit dans le jardin en direction de la roseraie, foulant le sol détrempé d'un pas léger. Il ne s'était jamais senti ni aussi seul ni aussi fort. Sa décision était prise. Il s'autorisa à se repasser le film des semaines passées, sans craindre d'être saisi par la peur de perdre le contrôle, comme si souvent dans le passé.

 

Le redressement « judicière»


Les sondages calamiteux, la montée de Marine Le Pen. Tout cela n'était rien à côté de l'engrenage qui s'était enclenché à Marseille. En septembre, la Commission européenne avait demandé le remboursement de 200 millions d'euros d'aides... et celui de 220 autres était en suspens. Aucun gouvernement n'avait jamais eu le courage de se débarrasser de ce boulet. Il lui était retombé sur le pied. Il n'avait même plus le choix, entre la paix avec Bruxelles au prix de la guerre sociale, et la paix sociale au prix de la guerre avec Bruxelles. Emmanuel Macron avait imposé le redressement judiciaire. Il l'avait laissé faire. Après tout, on l'avait mis là pour ça. Un seul investisseur s'était présenté : Xinmao, le même groupe chinois qui avait tenté deux ans plus tôt de mettre la main sur le fabricant de fibres optiques Draka. Cela n'avait pas été du goût des syndicats. Sur le Vieux Port, novembre s'était terminé dans une atmosphère insurrectionnelle. Le personnel de la compagnie avait défilé aux côtés de milliers de jeunes révoltés par le pilonnage de Gaza par l'armée israélienne. « HOLLANDE M'A TUER », scandaient-ils d'une même voix. Deux policiers avaient fini noyés dans le port. Le Premier ministre lui avait présenté sa démission. Il l'avait refusée. » link

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 21 septembre 2014 7 21 /09 /Sep /2014 07:00

Sous le soleil du matin, fin, pas encore implacable, le village semblait tout droit sorti d’un dépliant touristique, fier, minéral, nimbé de lourds secrets. Quelques chiens errants, le lot habituel des voitures chères à cette île : quelques grosses allemandes, noires, vitres teintées, des poubelles rafistolées et bien sûr des pick-up pour chasseurs adhérents à la MSA. Pas âme qui vive, du silence, des volets clos, aucun commerce, la vie de l’été, lorsqu’elle se serait retirée, ne laisserait que quelques vieux dans ces grandes bâtisses. Je n’en menais pas large, Antoine souriait. Il était ma caution, ça l’amusait beaucoup. Comme nous étions attendus nul besoin de présentations, nous nous saluâmes puis nous nous installâmes autour d’une grande table. Le café était excellent. L’entame fut directe, Antoine et le père d’Émilie, comme s’ils se connaissaient depuis toujours, devisèrent entre eux sans se soucier de moi et je dois avouer que ça m’arrangeait bien. Pour ne rien vous cacher je pensais à elle, si elle savait. J’avais demandé à sa mère de ne rien lui dire à propos de ma visite. Le temps s’égrenait, silencieux, attentif à tout sauf à ce pourquoi j’étais venu ici, je me voyais finir dans ce village mes jours, loin de tout, reclus. Je n’y serais qu’un pinsuttu exilé mais me parcheminant avec les derniers survivants d’un monde en voie d’enfouissement. « Tu t’appesantis sur toi-même mon coco, tu te la joues avec des trémolos, faut assumer tes errements, tu cours après quoi au juste ? Ta jeunesse perdue ? Pas vraiment, tu as passé ton temps à faire des nœuds pour les dénouer. Trop tard camarade, tourne la page, laisse tomber tes rêves… » C’est alors que je me suis entendu dire ce que j’étais venu entendre.Descendant de mon nuage je suis resté muet, ce qui somme toute, arrangeait tout le monde. À l’heure du déjeuner nous sommes redescendus à Bastia tous les trois.


Au restaurant j’ai fait des efforts pour me glisser dans la conversation sans toutefois aller au-delà d’une ligne que mes rêves m’empêchaient de franchir. La langouste aux linguines était exquise mais j’avais envie d’être auprès d’Émilie, de la serrer tout contre moi, de sentir sous mes doigts le grain de sa peau, de l’entendre respirer, palpiter, s’abandonner. Ses lèvres fraîches…


-         Vous dites…


Je devais avoir murmuré. Je balbutiai.


-          La langouste il faut la trancher vive et la saisir par le feu…


Antoine me congratulait : «  Tu veux te faire décerner un brevet de Corse, mon grand, alors que tu l’as déjà vu tes antécédents sur cette île… » La conversation reprenait son fil et moi je n’avais qu’une hâte, gagner Poretta pour retrouver au plus vite la Mouzaïa.  À l’aéroport j’achetais un vieux livre d’Ariane Chemin, «Fleurs et couronnes» chez Stock qui trainait en fond de rayon. Six enterrements, de Georges Marchais, le 20 novembre 1997, à Rafaël Kuderski, un SDF débarqué de Pologne à Paris, inhumé le 15 janvier 2008, en passant par Gérard Brach, Maurice Kriegel-Valrimont, Alain Robbe-Grillet et Robert Feliciaggi enterré le 13 mars 2006.


Ça m’allait bien. Je me plongeais immédiatement dans celui de Robert Feliciaggi ça m’évitait de penser au compte-rendu de mon périple que j’allais faire à Émilie.


« On s’embrasse devant l’église Saint-Pancrace. On se salue dans l’air piquant de Pila-Canale, en attendant le convoi qui monte d’Ajaccio. Au pied des micocouliers, on ressuscite le mort, le temps d’un baiser. « Robert lui aussi embrassait toujours tout le monde.


[...] Robert n’était pas un voyou comme certains sur son île, pas non plus un parrain comme le furent un ou deux de ses amis. C’était un « homme à services » - un omu a manu -, comme on dit. Faire un geste pour un « petit parent » en quête de subventions, payer de sa poche un ancien footballeur professionnel pour devenir le président du Gazélec d’Ajaccio et même donner un coup de pouce pour que la Bible soit traduite en Corse...


[...] Dans quelques minutes, l’évêque d’Ajaccio va bien résumer les choses : «  Ici, ce n’est pas un rassemblement de gens parfaits. Mais que Dieu nous pardonne nos péchés. » Et chacun avait profité de cette absolution collective pour se signer avec empressement.


[...] Pour « Robert », on est « monté » au village bien avant l’heure des obsèques, sachant que les places seraient rares. Les voitures se serrent les unes contre les autres le long de la route, garées dans le sens du départ : précaution de montagnards ou de monte-en-l’air, indispensable sur la route du Taravo.


[...] Tout ce que le département compte de notabilités s’est habillé pour l’occasion. Les commerces sont « fermés pour cause d’enterrement », et mêmes les agences bancaires observent le deuil. Les Ajacciennes ont sorti la fourrure et les belles pièces de chez Lily B., grande amie du disparu, dont la boutique, avenue du Premier-Consul, au-dessus de la place des Palmiers, est un must de la cité impériale. Devant le tabernacle de bois sculpté, elles affichent au village leurs cheveux brillants, leurs ongles vermillon et leurs parfums musqués.


Pantalons à pinces et manteaux d’alpaga, jeans repassés et parkas mi-saison, les hommes se tiennent dehors, comme au temps des maquignonnages, sans jamais franchir la porte de l’église : en Corse, le passage des âmes appartient aux femmes, de la naissance à la mort.


[...] On a tout de suite « su », pour le « pauvre Robert ». Dans la nuit, les téléphones ont sonné. « Anu tombu Robert ! » « Ils ont tué Robert ! » Le lendemain matin, tous ont vérifié dans Corse-Matin, le quotidien de l’île, qu’ « u tintu Robert » était bien mort. Chacun a échafaudé une hypothèse, mais l’a gardée pour l’oreille de son voisin. La Corse affiche plus volontiers sa dignité qu’elle ne manifeste son indignation. L’île ne connaît pas les marches blanches : devant la mala morte – la mort soudaine et violente -, elle préfère cultiver le noir et la pudeur, le sentiment du sort et sa couleur.»

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 14 septembre 2014 7 14 /09 /Sep /2014 07:00
Pour un étranger tel que moi, doté d'un CV sulfureux, monter au village rendre visite à un résident, surtout un résident de fraîche date, de plus résident épisodique, le continent ça dilue la corsitude, constitue un exercice qui peut se révéler périlleux. Le FNLC a certes déposé officiellement les armes mais les vieilles histoires de famille, de clan ou de corne-cul peuvent causer des dégâts collatéraux difficilement maîtrisables. Comme je ne suis pas né de la dernière pluie j'avais pris toutes les précautions nécessaires pour que ma venue passe le plus inaperçue possible : mon ami Antoine, haute figure de Patrimonio, avait accepté au débotté de m'y conduire. Dans les temps anciens ma discrétion, lorsque je souhaitais voir un éleveur, passait par les hélicoptères de la Protection Civile qui font partie du paysage de l'île. Aujourd'hui, adoubé par la plaque minéralogique pur sucre d'une figure emblématique du terroir, je devenais intouchable et je ne risquais pas de causer des désagréments à la personne à qui je rendais visite. Pour ne rien vous cacher j'étais dans mes petits souliers, allait-il me prendre pour un fêlé ou un vieux grigou lubrique en mal de jeunesse ? Comme à l'ordinaire je n'avais réfléchi à ce que j'allais dire et à la manière de le dire, j'improviserais !

Le soleil se pointait. Je nageais seul dans la piscine de l'hôtel, Erbaluga  hâvre de paix, pépite nichée au flanc droit du doigt de la Corse, et si j'achetais la belle bâtisse face à la mer ? « L’omniprésence familiale renforce le sentiment de propriété qu’on éprouve, sur les plages de Lavasina et d’Erbalunga, exploitées par presque personne et fréquentées par une poignée de familles locales, ou sur les rives délaissées du golfe de Saint-Florent : le village homonyme se résume à vingt maisons de pêcheurs, une citadelle en ruine et un littoral semé d’algues offert au premier venu, avec ses tours génoises que mes frères et moi partons explorer à mains nues. Les côtes paraissent encore appartenir à tous les Corses, comme l’immense territoire âpre et sauvage que délimite le maquis, à l’intérieur de l’île. » Sous les palmiers, nos amis les guêpes tourbillonnaient au-dessus des sucres du petit déjeuner. La journée s'annonçait belle, ça allait cogner dur sur la Castagniccia, il nous fallait profiter de la fraîcher matinale pour monter au village en espérant pouvoir déjeuner chez notre hôte qui devait, à juste raison, se demander pourquoi je venais le visiter en urgence.

photoErba.jpg
En montant au village avec Antoine nous évoquions le portrait de  Paul Marcaggi dans le Monde ciselé par Antoine Albertini. Comme lui nous nous inquiétions « d'une démocratisation de la violence que certains ici feignent encore d'ignorer » et nous ne pouvions qu'acquiescer à son esquisse du profil glaçant du tueur des années 2010 dans l'île : « Un jeune adulte avec un travail bidon ou qui pointe au RSA, son polo Ralph Lauren, sa grosse moto achetée à crédit, un peu de deal. Le genre qui tue juste pour exister dans un monde microscopique où personne n'assume plus ses responsabilités. »

Nous qui en avions tant vu mourir dans les années de folie « le tropisme corse n'est pas une vue de l'esprit. Quel praticien, dans une ville de 50 000 habitants, a déjà réalisé quatre autopsies d'affilée en moins de vingt-quatre heures, dans quatre affaires criminelles différentes ? Quel autre médecin légiste s'est retrouvé penché sur le corps d'une connaissance invitée à dîner le soir même ? Robert Feliciaggi, élu de l'Assemblée de Corse, tué en 2006 ; François Santoni, ex-leader indépendantiste, abattu en 2001 ; le capitaine René Canto, policier du RAID, victime d'une fusillade en 1996 : quel légiste aura eu à autopsier, sous une pression judiciaire et médiatique intense, le Who's Who corse de la politique, des affaires, des flics et des voyous ?»

Et Ange Mancini, l'ancien patron de la PJ en Coorse et préfet de police jusqu'en 2002, de rappelr « sa connaissance très fine de tous les milieux fait justement sa force ». Les deux hommes se sont rencontrés à la fin des années 1990. « Parce qu'il est corse jusqu'au bout des ongles, se souvient le flic à la retraite, Paul a su désamorcer des situations explosives où tout pouvait dégénérer. » Comme l'épisode traumatisant qui a vu Marcel Lorenzoni – figure historique du nationalisme corse – et son fils s'entre-tuer à coups de couteau au cours d'une randonnée en montagne, en juin 2000.

Rappelle-toi le débat sur France3 entre Marcel Lorenzoni et Lucien Tirroloni, ils en étaient venus aux mains... Morts tous les deux.

Témoin à un mariage, Paul Marcaggi s'envole devant les invités médusés à bord d'un hélicoptère qui le dépose à Bastelica, le village des Lorenzoni, où les corps du père et du fils ont été transportés dans la maison familiale. Ange Mancini :

« C'était très tendu, les proches affluaient, ils refusaient que les dépouilles soient transférées à la morgue d'Ajaccio. Paul a calmé les esprits, est parvenu à un compromis : les autopsier sur place. Sans lui ce jour-là, on avait droit à un drame de plus. »

Le drame, toujours le drame, cette île se complaît dans une dramaturgie sanglante, indescriptible car elle puise ses racines dans un terreau identitaire où se mêlent une histoire ressassée, fantasmée, enjolivée, un clanisme encore puissant, un nationalisme dévoyé, une incapacité à regarder en face la réalité. Le FLNC venait de déposer les armes dans une totale indifférence mais les meurtres égrenaient toujours leur sanglante litanie sur la base d'un scénario quasi-immuable : les tueurs opéraient à moto. Corse-Matin titrait Le Sartenais entraîné dans la spirale meurtrière, l'ordinaire. Antoine et moi parlions des enfants, je me disais dans mon fors intérieur que j'étais un vieux père indigne. 
Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 7 septembre 2014 7 07 /09 /Sep /2014 07:00
Alors que le soleil, en un soudain et brutal retour en force, redonnait à Paris une lumière crue d'été, je décidais de m'exfiltrer de la Mouzaïa pour mettre en oeuvre un projet fou, une forme de solde de tout compte : j'allais demander sa main. Dieu que la Bretagne est belle sous le soleil ! Le pays bigouden, un port sardinier, « Quand les bateaux arrivaient, il fallait que les sardines soient mises en boîte tout de suite. La corne de brume sonnait donc. Les ouvrières arrivaient à toute heure du jour ou de la nuit. Au début, elles y allaient à pied et, pour ne pas avoir peur la nuit, elles chantaient sur la route. Quand il n'y avait plus de travail ici, chez Cassegrain, Amieux ou les autres, on les envoyait comme du bétail aux Sables-d'Olonne, au Croisic ou à Saint-Jean-de-Luz. Là-bas, les ouvrières logeaient dans des dortoirs. ».

Sa mère, l'effet de surprise passé m'a écouté avec un léger sourire, puis nous avons échangé, longuement, je me suis expliqué, maladroitement, le temps filait, « je suis sûre qu'elle vous vouvoie...» enfin je me suis permis de l'inviter à dîner à l'hôtel Le Sterenn, plage de la joie. Elle a accepté. Mon audace me stupéfiait mais je ne pouvais m'empêcher de l'apprécier, d'en goûter le miel, elle me libérait de mes dernières entraves. « Dans ce restaurant typiquement breton, posé sur la pointe de Penmarch, on travaille en famille: le chef compose avec son gendre une partition culinaire à quatre mains. Les produits de la mer dominent, avec des poissons issus de la pêche côtière locale, préparés avec attention et joliment présentés dans l'assiette...». Google avait raison, ce fut un moment simple et délicieux, nous en profitâmes sans retenue. Nous rîmes même, « vieux fou que je suis...». Il se faisait tard, elle m'a proposé de m'héberger. J'ai accepté.

Pourquoi ai-je pris le Quimper-Bordeaux ? Parce qu'il le fallait ! Il fallait que je me donne le temps d'égrener mes souvenirs, non pas pour les ressasser mais pour tenter de mettre un terme à mon errance. Face au malheur qui m'était tombé dessus en ce jour d'août 68, pourquoi  toujours ce verbe tomber, j'avais décidé de brûler ma vie et je l'avais brûlé avec une complaisance sans limite. L'avais-je pour autant bousillé ? Qu'en aurais-je fait si Marie en était resté le coeur ? Je ne sais, mais ce que je savais aujourd'hui, alors que les gares entre Nantes et la Roche-sur-Yon défilaient, c'est que l'irruption de ce grand amour, si neuf, si fort, dans mon dernier bout de vie lui redonnait un sens. Suprême dérision que l'impossible, l'inatteingnable, comme une forme d'esthétisme pur, l'amour rien que l'amour. J'appréciais même l'affreux sandwich du marchand ambulant. Bordeaux Saint-Jean, l'ami François venait me quérir pour me porter jusqu'à l'aéroport, son éternel sourire accroché dans le buisson de sa barbe il se gardait bien de me poser la question de savoir en quoi consistait mon étrange périple. L'amitié, la vraie, n'aime pas les questions, nous nous comprenions d'un simple échange de regards. François savait qu'il y avait le feu au lac, il vaquait, avec son habituelle discrétion, à l'ordinaire de mes folies. En peu de mots je lui faisais part, avant de passer le contrôle de police, de l'état des lieux, il me prenait dans ses bras et murmurait « Prends soin de toi...»

« En survolant la Giraglia, j’ai l’impression de toucher des yeux ce caillou couvert de myrte et de lentisque. Les hublots deviennent autant de masques qui grossissent les contreforts du cap Corse, un index tendu vers le golfe de Gênes… Une forte odeur de maquis me gagne à l’aéroport de Bastia-Poretta, quelque chose d’âpre et d’entêtant qui fait battre mon cœur et me confirme que je suis Corse aussi…» Corse, elle l'est la belle, à demi et, dans le taxi qui me mènait à l'hôtel Castel Brando à Erbalunga, je me rappellais du jour où je vins témoigner, dans le dossier de la Caisse de Crédit Agricole Corse, dans le cabinet du juge Charles Duchaine. Journée étrange, je m'étais juré de ne plus jamais remettre les pieds dans ce pays sauvage, si beau et si étrange.

Tout ça pour ça ! Risquer sa vie pour ça ! Pourquoi pas après tout, les causes perdues sont souvent les plus belles...

« Dix ans d’instruction, un pôle financier spécialement créé au tribunal de Bastia, 40 mis en examen dont deux préfets, un dossier de près de 100 tomes et… un gros flop. Dans son réquisitoire écrit du 24 novembre, le parquet de Bastia a réclamé un non-lieu général dans l’instruction judiciaire sur le Crédit agricole et le détournement de subventions d’Etat. Lancée après l’assassinat du préfet Erignac, en 1998, dans le cadre d’une opération «Mains propres», l’affaire semblait au départ accablante : le Crédit agricole offrait des crédits à des agriculteurs qui ne remboursaient jamais, attendant que l’Etat efface l’ardoise. Les vrais ou faux agriculteurs truquaient leurs déclarations, et certains prêts n’avaient aucun rapport avec l’agriculture : l’un a acheté des chevaux de course, l’autre des voitures, le troisième a construit un lotissement. L’Etat approuvait sans contrôle la dilapidation des fonds publics, au nom de la «paix sociale» chèrement acquise.»

Je m'étais pourtant payé la tronche d'un Ministre.

« Ministre de l'intérieur de mai 1988 à janvier 1991, Pierre Joxe , aujourd'hui membre du Conseil constitutionnel, a été interrogé le 28 juin en qualité de témoin par le juge Duchaine. « Comment expliquez-vous que l'Etat ait pu consacrer plus de 440 millions de francs à la mesure Nallet, alors que l'enveloppe prévue était de 185 millions ? », lui a demandé le magistrat. « Les dépassements de crédits sont fréquents, a répondu M. Joxe. Ils sont votés annuellement, ils peuvent être reconduits d'année en année ou augmentés par décision budgétaire ou par transfert interne. » Questionné sur le témoignage du directeur de cabinet au ministère de l'agriculture à cette époque, JB, pour qui le dossier avait été « piloté par Matignon (...) et copiloté par Pierre Joxe », il a indiqué : « C'est exact que j'ai copiloté ce dossier, puisque, même si Rocard s'y intéressait beaucoup, il m'a délégué et soutenu dans l'élaboration du statut pour la Corse » M. B..., qui avait déclaré qu'il voyait « mal un préfet aller chercher ses ordres ailleurs qu'auprès de M. Joxe », s'est attiré cette réplique : « Si B... voit mal, je n'y peux rien. » 

Sous les palmiers du Castel Brando, avant d'aller dormir je sirotais un Muscat du Cap Corse glacé en pensant à elle, demain je monterais au village, dans la Castagniccia et ce serait une autre histoire, un vrai défi au code en vigueur sur cette île.
Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 31 août 2014 7 31 /08 /Août /2014 07:00

« Je suis arrivé à bon port… »


Un simple SMS pour la rassurer, comme si du haut de sa jeunesse rayonnante elle assurait ma protection rapprochée. Elle s’inquiétait de moi, ça me rendait plus encore vulnérable mais je n’en laissais rien paraître car j’avais acquis la certitude que plus rien ne pourrait m’arriver. J’étais immunisé. Le temps était en deuil, le cinéma et la lecture s’imposaient. Mon vieux complice le hasard en profitait pour m’asséner deux sérieux rappels à l’ordre : tout d’abord Winter Sleep le film de Nuri Bilge Ceylan, la palme d’or de Cannes que j’allais voir en solitaire à l’Escurial, Émilie souhaitant y aller de son côté. Intuition prémonitoire « La plus grande faute d'Aydin — mais c'est une faiblesse très répandue — est d'avoir considéré ses partenaires de vie comme les figurants d'une pièce écrite à sa gloire. De les avoir méprisés s'ils tenaient mal leur rôle. Et de s'être replié en lui-même à la suite de cette déception. Toute sa vie, il s'est tenu résolument à l'écart. A côté des autres. Non par lâcheté, mais par dédain : pourquoi se mêler à des vies indignes de lui ? C'est sa suffisance que dénonce son épouse lorsqu'elle lui reproche de l'avoir, peu à peu, réduite à l'insignifiance. Et sa sœur, quand elle remarque le mépris tapi dans ses écrits. « Tu faisais notre admiration, lui dit-elle. Nous pensions tant que tu ferais de grandes choses... »


Ce film superbe, dont on ne sort pas indemne, qu'on emporte avec soi pour ne le quitter jamais, provoque, en nous, de la peur et de la mélancolie : angoisse totale à l'idée d'être liés, même de loin, à tous ces personnages en perte d'eux-mêmes. Et tristesse infinie de savoir qu'un jour ou l'autre, on ne leur ressemblera que trop. » notait fort justement Pierre Murat dans Télérama.


Impossible de vivre sans elle !


Irving.jpg

 

Dans le même temps j’achevais de lire le dernier roman de John Irving « In Our Person » et là, tel un retour de flamme violent, le rappel d’un temps très douloureux de ma vie replaçait mes petites douleurs de cœur à leur bonne place : celle d’un enfant gâté par la vie qui n’avait aucune bonne raison de se plaindre.


« … Nous étions encore en 1981, Russell, le jeune amant de Larry tomba malade… Bien des écrivains qui connaissaient Larry le jugeaient gâté et égocentrique, voire pompeux. À ma grande honte, je faisais partie de ces censeurs. Mais Larry était de ceux qui se transcendent dans les heures difficiles…Il aurait mieux valu que ça tombe sur moi… Moi j’ai fait ma vie, lui commence la sienne…


« …La PCP fut la grande faucheuse de ces années-là ; il s’agissait d’une pneumonie, la pneumocystis carinii pneumonia. Chez Russell, comme chez beaucoup d’autres, ce fut le premier symptôme du sida… Il fut le premier malade que je vis dépérir, et encore, il avait de l’argent, et il avait Larry…


« … Je revois Larry en train de lui donner à manger. Il avait des plaques de candidose plein la bouche, et la langue crayeuse.


Lui si jeune et si beau serait bientôt défiguré par les lésions du sarcome de Kaposi ; une boursouflure violette lui pendait au sourcil, comme un lobe d’oreille charnu qui se serait trompé de place ; une autre, plus rouge, lui pendait sur le nez, si proéminente qu’il finit par la cacher sous un bandana…


« … Pourquoi ils sont si jeunes ? » me demandait sans cesse Larry à l’époque où cette hécatombe nous fit prendre conscience que la mort de Russell n’était qu’un début.


Nous vîmes Russell vieillir en quelques mois, cheveux clairsemés, teint plombé, il était souvent couvert d’une sueur fraîche au toucher, et ses fièvres ne tombaient pas. La candidose lui envahissait la gorge, puis ce fut le tour de l’œsophage, il avait du mal à avaler. Ses lèvres se couvraient d’une gerçure blanche, se fendillaient. Les ganglions lymphatiques de son cou enflaient, il ne pouvait presque plus respirer, mais il refusait toujours d’être mis sous respirateur artificiel et d’être hospitalisé. À la fin, il faisait seulement semblant de prendre son Bactrim, Larry retrouvait les pilules éparpillées sous le lit.


Il mourut  dans les bras de Larry ; je suis sûr que celui-ci aurait préféré l’inverse (« Il ne pesait plus rien » me confia-t-il). » 

 

Elle commence sa vie, moi je finis la mienne...

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 24 août 2014 7 24 /08 /Août /2014 07:00

J’hibernais. Claquemuré dans mon refuge de la Mouzaïa je tentais de faire face à la situation. Il me fallait de toute urgence colmater les brèches qui s’ouvraient de partout. Cette fois-ci je ne pouvais fuir, m’échapper. Le piège s’était refermé. Mes journées s’étiraient, se diluaient en une attente insupportable. Confronté pour la première fois de ma vie avec un manque profond je me laissais aller, me consumais. Il m’arrivait d’en rire. Rire seul, se moquer de soi-même, cruelle ironie de la complaisance, je ne touchais que la monnaie de ma pièce, mon insondable égoïsme. Alors je jeunais. Épuration. Rien n’y faisait, je ne vivais plus que pour l’instant où, au cœur de la nuit, elle se glisserait sous la couette et que ses pieds glacés viendraient capter ma chaleur. Transfusion. Sa jeunesse rayonnante, son allure de reine, ses fêlures aussi, ce je ne sais quoi que je ne pouvais saisir, me renvoyaient à mon impuissance. Émilie ma volute, tu m’échappais, même si tu ne savais où te menait ton destin. Qu’importait ! S’apitoyer sur soi : intolérable orgueil, il me fallait me soumettre et rien que ce mot me glaçait. Toute ma vie j’avais forcé le cours des choses, plié les autres à ma volonté, à mes rêves et mes désirs, le temps était venu de faire mon deuil, de tourner la page : je ne pouvais l’aimer avec un quelconque espoir de retour. Alors je l’aimerais tout court car je l’aimais comme un dingue, de cette folie que je planquais sous mes grands airs, ma soi-disant distance. Allais-je abdiquer, lâcher prise ? Non j’allais grappiller, laisser de côté mon amour-propre, me foutre comme de ma première chemise de mes échecs, de ses rebuffades, me contenter de peu. Ne rien concéder, prendre le risque de me faire jeter, c’était si neuf que ça me perfusait une rage indestructible. Somme toute la vie était belle, j’allais lui dire vous et l’aimer sans me soucier, léger, me glisser auprès d’elle, me fondre dans son paysage, lire et écrire enfin sans me préoccuper du lendemain.


janol-alpin-nom-station-metro-photo-20.jpg

Janol Alpin, photographe Parisien

 

« À l’écoute de toi tu passes trop de temps » sur mon premier petit carnet de poche c’est ce que j’avais écrit au crayon, et lorsque j’avais saisi la main glacée d’Émilie, qui était un peu pompette, sur ce trottoir en pente de la rue de Ménilmontant, au pic d’une nuit incertaine, c’était un pacte qui s’était scellé, rien ne pourrait plus nous séparer. Elle était la prisonnière de mon cœur. Prison sans barreaux, nulle levée d’écrous pour en sortir. Libre. « C’est dur… une rupture… », trop fraiche, j’acquiesçais, altière elle filait, les taxis, le deuxième étage d’un doux bordel de garçons, joyeuse petite bande, des rires, le Muscadet de derrière les fagots, les spaghetti au piment nous réunissaient, pour quelques gorgées de bière le temps d’étirait plus encore, venait le petit jour sur Laumière, la masse du parc des Buttes Chaumont, un taxi sympa hélé, « les rêves sont les seuls réceptacles de l’intime ». Aimer n’est pas posséder, alors j’allais l’aimer sur le seul terrain qui me restait, l’écriture, mon goût immodéré pour le drame s’évaporait. « Je vais, comme les accros du casino, me faire interdire d’amour… » encore une de mes formules à la con qui marquait mon retour à la surface.  J’assumais enfin !  Quoiqu’il puisse m’arriver maintenant je m’en fichais. Ma provision d’elle me permettait de reprendre la route, apaisé et serein. L’écriture serait désormais mon unique maîtresse. Dans ma pile de livres en attente j’extirpais « Le jour où mon père s’est tu », ce livre me replongerait dans un temps englouti qu’il me fallait raviver, dépoussiérer.


Robert Linhart, le brillant et intransigeant normalien, exclu de l’UEC : l’Union des étudiants communistes, à la tête des étudiants disciples inconditionnels d’Althusser, fonde à la fin de l’année 1966 l’Union des jeunesses communistes, dite UJC (ml), résolument prochinoise, qui recommande l’établissement de ses militants en usine : les fameux « établis », est l’invité avec quelques camarades, du Président Mao . Comme l’écrit Virginie sa fille « Selon la métaphore de l’époque, il faut être prêt à « descendre de cheval pour cueillir les fleurs » Mao, ses gardes-rouges, sa folle Révolution Culturelle. Linhart et ses fidèles vont s’imprégner des bienfaits de la nouvelle phase de la Révolution Chinoise. Le 14 août 1967, il écrit à sa femme depuis la chambre 310 de l’hôtel des Nationalités, à Pékin :

Mon chaton, hier nous avons visité une commune populaire ; j’attendais cela depuis 1964 ; c’est aussi bien que nous l’imaginions. C’est la voie lumineuse que prendront tous les affamés du monde, tous les paysans de la zone des ténèbres et des tempêtes. Nos entretiens avancent et nos rapports avec les camarades chinois sont de plus en plus excellents. Il nous reste deux jours à passer à Pékin, bourrés d’entretien prévus, avant de partir dans l’intérieur (Kharbin, Shanghai, etc.). Nous avons à peine une minute de répit de temps en temps. Embrasse très fort le bébé pour moi. Je t’aime. Je te couvre de baisers. Tu iras en Chine l’année prochaine, je le veux absolument (et nos amis chinois te connaissent déjà).

Robert.


Dominique Grange Les nouveaux partisans par Manonfanunuche

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 août 2014 7 17 /08 /Août /2014 09:00

Pourri, tout semblait pourri, même le temps, sur les vitres de la véranda de la Mouzaïa la pluie faisait des claquettes matin, midi et soir, tout suintait l’ennui, comme une envie de passer ma vie sous la couette avec Émilie. Privé de la lumière du petit matin m’extraire de la ouate du sommeil pour écrire me pesait, alors pour ne pas perdre pied je me plongeais dans mes petits carnets. Mes miettes de vie, et avec la bénédiction du hasard je retrouvais les notes  que j’avais griffonnées lors de ma lecture de « Qu’as-tu fait de tes frères ?» de Claude Arnaud acheté à l’Écume des Pages après avoir entendu Guy Bedos en dire grand bien. La quatrième de couverture m’avait conforté « c’est la confession d’un enfant d’une époque qui continue de hanter notre imaginaire. » Né en 1955, l’auteur fut un adolescent post-soixante-huitard – à 12 ans il était allé traîner ses belles grolles à la Sorbonne et à l’Odéon – et sa plume vive, ironique, sans concession m’a scotché à ce roman autobiographique. Heureux comme un gamin au lendemain de ses premiers émois, j’exultais. Si je ne m’étais pas retenu je serais remonté me blottir dans la douce chaleur de notre lit. Tout était soudain si neuf pour moi que je m’efforçais, sans grand succès, de serrer tous mes freins. Mes derniers feux, je vivais au présent avec une seule ambition être à la hauteur, m’infuser d’elle avec légèreté, à la bonne distance. Tout me ramenait à elle, j’en goûtais le plaisir sans aucune restriction.


Aiti_eglise_St-Etienne_facade_NO.jpg

 

Je ne me lassais pas de relire mes notes écrites comme toujours au crayon :


« En survolant la Giraglia, j’ai l’impression de toucher des yeux ce caillou couvert de myrte et de lentisque. Les hublots deviennent autant de masques qui grossissent les contreforts du cap Corse, un index tendu vers le golfe de Gênes… »


« Une forte odeur de maquis me gagne à l’aéroport de Bastia-Poretta, quelque chose d’âpre et d’entêtant qui fait battre mon cœur et me confirme que je suis Corse aussi…»


« Mince et Coquet, Jean se parfume, se laque et parle pointu sans accent ou presque. Chef incontesté du clan, il dirige la section corse du Parti radical, a ses entrées à Paris, salue Pierre Mendès-France et François Mitterrand à la Chambre et se voit presque chaque jour consacrer un article dans la presse locale que ma grand-mère collectionne dans un grand scrapbook.


Ayant longtemps plaidé au barreau de Bastia, Jean Zuccarelli se fait régulièrement élire au conseil général depuis 1932, à la députation depuis 1962, et s’apprête à conquérir la mairie. Son propre beau-père, Emile Sari, l’a fait avant lui et durant tout l’entre-deux-guerres, où il a été un indélogeable sénateur de la Corse après avoir succédé en 1912 à son propre oncle, maire de Bastia et membre du conseil général : les Sari sont les piliers du clan Landry, opposé aux gavinistes conservateurs, un qualificatif qui pourrait désigner un peu tout le monde en l’occurrence, les Casabianca ayant eux-mêmes tourné casaque au début du siècle… »


 « Une partie de la population dépend de leur entregent ou de leur art, Bastia est la ville des Zuccarelli, c’est ainsi… »


« Les jours d’élection, une partie de la famille est conviée à apposer sa signature sur les listes électorales comportant des disparus jamais radiés et soudain ressuscités, un miracle qu’accomplit aussi bien l’autre parti. Ainsi se garde-t-on des mauvaises surprises, en rusant avec la mort.


Toutes les intrigues se nouent et se dénouent chez les Jean, place Saint-Nicolas, une esplanade que l’impératrice Eugénie et le prince impérial ont inaugurée en 1869. Des coups de poing puis de feu sont parfois échangés dans l’immense escalier d’honneur, les soirs d’élection : les gros bras du parti adverse disputent les urnes à ceux du clan Zuccarelli pour savoir qui les bourrera. L’un des ballots manquera finir à la mer, lors des bagarres de 1967. Et l’on parle encore de ce soir de 1962 où la famille était partie fêter l’élection de Jean : la foule avait envahi l’hôtel de ville, le balcon s’était effondré, faisant un mort et de nombreux blessés… »


« Les règles du jeu sont ici inversées. C’est l’invalidité qui vaut un salaire, autant que le travail, le bourrage d’urnes qui assure la victoire, autant que la bonne gestion. Le mensonge et l’extorsion sont choses sues. On enfreint la loi avec le consentement d’une République qui, soucieuse d’assurer la paix civile, exonère des droits de succession et abandonne une parties des taxes sur l’essence, les alcools et les cigarettes… »


« L’omniprésence familiale renforce le sentiment de propriété qu’on éprouve, sur les plages de Lavasina et d’Erbalunga, exploitées par presque personne et fréquentées par une poignée de familles locales, ou sur les rives délaissées du golfe de Saint-Florent : le village homonyme se résume à vingt maisons de pêcheurs, une citadelle en ruine et un littoral semé d’algues offert au premier venu, avec ses tours génoises que mes frères et moi partons explorer à mains nues. Les côtes paraissent encore appartenir à tous les Corses, comme l’immense territoire âpre et sauvage que délimite le maquis, à l’intérieur de l’île… »


 « Dans le jardin long et mince qui donne sur la montagne, nous sommes parfois trente-cinq à dévorer la tarte aux herbes et les beignets au brocciu de Jacqueline, les gnocchi de semoule que ma mère découpe à l’aide d’un verre, les salades d’aubergines venues des jardins de Sermano, le village des Turchini, relevées de menthe et de ciboulette, le tout arrosé d’un vin produit dans le Patrimonio par des petits-cousins, les Orenga de Gaffory. »


Ces notes sommeillaient rien que pour elle, en avalant mon café bouillant je n’avais qu’un seul regret : jamais je n’irai au village avec elle… La Corse « une île à faire rougir de honte les toutes les autres…»

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 10 août 2014 7 10 /08 /Août /2014 07:00

Sans même y réfléchir, face à la situation, je décrétais « l’état d’urgence », je prenais enfin conscience que le temps m’était brutalement compté, il me fallait m’extraire sans délai de ma latence, rompre ma déshérence, l’aimer à me péter le cœur !


«Les amoureux d'aujourd'hui

Savent qu'il reste des bancs dans Paris

 … Tant qu’il y aura des bancs reste un pays de sentiments »


Le hasard, mon fidèle allié de circonstance, fit ce lundi très bien les choses. Il me fallait trouver au plus vite un nid d’aigle, inexpugnable, un refuge où enfin j’écrirais, mes mots pousseraient  comme une herbe dans les fentes d’un mur, dans les pierres de l’emploi du temps. Tom partait en Patagonie, face à mon état il eut pitié de moi et me confia les clés de son chez lui à la Mouzaïa. Dans mes souvenirs d’écolier, la Mouzaïa c’était l’Algérie, le col de la Mouzaïa, le duc d’Aumale, sous les ordres du duc d'Orléans commandant en chef, combattant la Smalah de l’émir Abd-el-Kader qui inspira aux zouaves du maréchal Bugeaud le chant de l’Armée d’Afrique : « La casquette du père Bugeaud » que j’avais braillée au temps de mes culottes courtes. Là, dans le haut du 19ème arrondissement, se nichait une oasis, un petit bout de campagne à Paris, des fleurs, des oiseaux, des voies pavées, 250 maisonnettes habitées à la fin du 19ème siècle par les ouvriers qui travaillaient dans les carrières de gypse et de meulière du quartier. Le gypse des Buttes Chaumont, d'excellente réputation,  chauffé à 120 ° dans des fours, donnait un plâtre de grande qualité et la légende, à tort, affirme que celui-ci fut exporté aux États-Unis pour édifier la Maison Blanche, à Washington. En témoigne une rue des Carrières d'Amérique, celle-ci plongeait à pas moins de 1000 mètres de profondeur, étayée par d’énormes piliers soutenant des voûtes hautes de 15 mètres ; des cathédrales !


Émilie, c’est ainsi : elle se prénommait Émilie, je n’avais plus besoin de farder la réalité, de l’affubler d’un prénom d’emprunt pour la protéger, s’étonnait de ma soudaine décision. Alors je fus très disert sur notre nouvelle maison qui, comme toutes les maisons de la Mouzaïa, fut conçue par l’architecte Paul-Casimir Fouquiau, érigée selon le même modèle sur un terrain en pente, avec façade de brique rouge, porte d’entrée étroite, marquise en fer forgé et cour à l’avant.  Les règles strictes de construction furent imposées par la structure du sous-sol truffé d’anciennes carrières, les demeures ne devaient pas faire plus de deux étages. Les maisonnettes appartenaient autrefois à des voies privées fermées. Aujourd'hui ouvertes ces ruelles sont pavées et éclairées par des lampadaires dont le mât est décoré d'une branche de lierre entrelacée selon le modèle « Oudry ». La nôtre bordait la voie « Villa Émile Loubet », me rappelant la République troisième du nom et ses présidents oubliés : Félix Faure, Sadi-Carnot et Armand Fallières mais aussi les poètes Rimbaud, Verlaine, Monet, Laforgue qui voisinaient avec les rues de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité et du Progrès, la République, toujours la République et ses valeurs. Le clin d’œil du destin, Émilie habiterait Villa Émile Loubet…


Nous quittâmes, à vélo, sans trop de regret les mornes plaines des confins du XIIIe-XIVe pour rejoindre notre nouvelle demeure. Il nous fallut grimper, forcer sur nos pédales, pour atteindre les hauteurs de la Mouzaïa. À destination nous étions nimbés de sueur, fenêtre ouverte, face à elle sous la douche, je m’émerveillais « Y’a toujours des oiseaux à la Mouzaïa ». Affleurement, effleurement, nous fîmes l’amour avec délice sur notre presqu’île et le moka d’Abyssinie qu’Émilie prépara, avec les mêmes soins que Chouchou, bien mieux qu’un visa, me conférait le statut de résident. Je jetais mon statut d’apatride aux orties, j’abandonnais le no man’s land complaisant où je me vautrais depuis toujours. « À cette époque, n’ai-je pas toujours été en retrait, dans la position du spectateur, je dirais même de celui qu’on appelait le « spectateur nocturne » *, cet écrivain du XVIIIe siècle que j’aimais beaucoup… » le Modiano de L’herbe de la nuit « J’ai souvent l’impression que le livre que je viens de finir n’est pas content, qu’il me rejette parce que je ne l’ai pas abouti. Comme on ne peut plus revenir en arrière, il me faut alors en commencer un autre, pour aboutir enfin le précédent. Donc je reprends certaines scènes pour les développer davantage. Ces répétitions ont un côté hypnotique, comme une litanie. Je ne m’en rends pas compte quand j’écris, et puis je ne relis pas mes livres plus anciens car ça me bloquerait… Vous savez, il est difficile d’avoir de la lucidité sur ce qu’on écrit. La répétition vient peut-être du fait que je suis travaillé par une période de ma vie qui revient sans arrêt dans ma tête. »


Quête hypnotique d’une femme que ses héros tentent de retrouver de livre en livre : « C’est la même personne qui revient de roman en roman, mais de façon fantomatique, pas parce que j’aime les êtres éthérés, mais comme une photo qui aurait été rongée par les moisissures du temps et par l’oubli. C’est l’oubli qui est le fond du problème, pas la mémoire. On peut avoir été très intime avec quelqu’un, et, des années après, cette personne apparaît comme rongée, avec des pans entiers manquant dans votre mémoire. Ce sont ces fragments d’oubli qui me fascinent. » Comme Modiano mes petits carnets sont remplis de notes, de traces, d’épluchures de vie « Nous pouvions faire le chemin à pied, mais la perspective de suivre l’interminable rue de la Santé et de longer les murs de la prison puis de l’hôpital Sainte-Anne, à cette heure-là, m’a glacé le cœur. » Notre transport sur une presqu’île, paradoxalement rompait mon retrait, cet isolement me projetait dans le monde et j’allais devoir enfin l’affronter les yeux grands ouverts. Et puis, Émilie serait à deux pas de son travail, la rue de Crimée, droite comme un I qui grimpait jusqu’à Botzaris où la rue de la Mouzaïa son affluent venait se jeter après avoir bénéficiée de l’enfilade des Villas rien que des petits ruisseaux accrochés à son flanc.


* Nicolas Edme Restif, dit Restif de La Bretonne : le narrateur des Nuits de Paris se présente en « spectateur nocturne », drapé dans une large étoffe qu’il maintient au niveau du col…


* Lire une très belle chronique sur la Mouzaïa  link j'en ai emprunté le titre

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 3 août 2014 7 03 /08 /Août /2014 07:00

mural.jpg

 

Les filles sont formidables, mon bel amour en est l’un des plus beaux spécimens. Alors que nous coulions des jours paisibles, entre deux colères du ciel, la voilà qui revient de chez son coiffeur avec une coupe à damner un saint, frange au raz de ses longs sourcils soulignant ses yeux de biches, sapée comme une amazone, pour me déclarer tout de go que pour aider ma belle amie Claire en plein surrégime dans son resto des Canaux elle avait accepté de faire un extra en soirée pour prendre le relais. Donnant le change je la félicitais pour son nouveau look et son nouvel engagement. La mutine, sûre de son effet, faisait comme si de rien n'était mais, connaissant bien mon mode de fonctionnement, elle se préparait à éponger mes excès sentimentaux. Je suis un amoureux permanent qui tombe amoureux à la moindre perturbation, au plus petit signe d’une belle, ici ma belle, alors sans transition je fonds, j’atteins le point d’ébullition, je m’enflamme, me consume comme de l’étoupe. Capable de tout et de n’importe quoi, je suis à la fois proie et prédateur. Lorsque j’atteins le pic il me faut agir, lever la soupape, alors je mets mes mots au service de mon incandescence. C’est ce que je fis, sans emphase, avec tendresse, comme si ma vie en dépendait. Elle en dépendait d’ailleurs ma vie, mes derniers feux, une dernière portion que je voulais belle et elle l’était. Je n’avais rien à donner tout à offrir. Amour radical, définitif, célébration d’un moment exceptionnel, unique, point de non-retour, je la contemplais extatique. « Je t’aime… » Aussi étrange que ça puisse paraître c’était pour moi une première, un aveu si neuf, si spontané que j’en fus le premier étonné.


Ainsi je passais mes soirées à lire, face au bassin  de la Villette, sirotant des thés glacés, rien que pour le plaisir de la voir apparaître sur le perron, attirant les regards, irradiant tout de sa beauté simple et lumineuse. Plaisir sans cesse renouvelé, j’étais fier et heureux intégré au paysage, partie intégrante d’un écosystème amoureux où mon bel amour s’épanouissait. Tout le monde l’admirait, moi le premier bien sûr ! Je lisais « Viva la vida ! » de Pino Cacucci.


khalo.jpg

 

Frida Kahlo sur Diego Rivera, l’amour de sa vie…

 

« Animal ! Tu as encore son parfum sur toi, crapaud lubrique ! Tu dégages une odeur douceâtre, on dirait du désodorisant pour les chiottes ! Ce devait être une sacrée miss, ta truie de service, pour user d’un parfum aussi ordinaire !  Je préfère mon remugle de cadavre !


Tu es vraiment dégoûtant, Diego… Tu es venu jusqu’à New York sous prétexte de m’assister… et tu t’en vas traîner à baiser à droite à gauche comme d’habitude. Entendons-nous : tu l’as fait toute ta vie, tu ne vas certainement pas changer maintenant. Mais au moins quelques jours de trêve, au moins ne viens pas à l’hôpital avec son odeur sur toi, bon Dieu ! Je me sens insultée quand tu vas avec une pute qui ne vaut pas le prix d’un bouquet de fleurs ! Et maintenant, les fleurs, tu me les apportes à moi… tu es pathétique. »


DiegoRivera1949b.JPG

Frida Kahlo à sa sœur préférée Cristina


« Et tu disais m’envier… M’envier ? Il ne manquerait plus que ça…Mais regarde-toi : belle, bien portante, pleine de vigueur et mère par-dessus le marché… m’envier moi qui suis un débris (…) j’aurais dû m’en douter.  Quand tu as posé pour lui pour la fresque du Palais national, il t’a peinte avec une telle sensualité… le regard vague, comme si tu venais d’avoir un orgasme… J’aurais dû le comprendre à ce moment-là. C’est comme ça qu’il fait : il peint les femmes comme il les a vues un instant après les avoir fait jouir. »


Frida Kahlo toujours à Diego


« Tu ne changeras jamais et moi, du reste, de quel droit pourrais-je t’obliger à changer ? On n’aime pas quelqu’un pour ce qu’on voudrait qu’il soit, mais pour ce qu’il est.

Je t’aime parce que je t’estime, Diego. Moi seule sais ce que tu vaux. »


6a00d8341d961753ef01a73db08c41970d-320wi.jpg

 

Sa demi-sœur Maria Luisa à son propos


« Toi, ils t’ont ramassée dans une poubelle »


Frida Kahlo sur elle-même


« Mais à quoi me servent des jambes si j’ai des ailes pour voler… »

« Mais à quoi me servent des pieds si j’ai des ailes pour voler… »


Kahlo--Rivera-003.jpg

 

« J’ai dans les veines  du sang de juifs hongrois et du sang d’Indiens tarasques, je suis issue du mélange de gens persécutés et dominés, contraints à la fuite et dispersés, je descends de générations de vaincus jamais soumis qui ont tout perdu hormis le bien le plus précieux : la dignité ! »

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 27 juillet 2014 7 27 /07 /Juil /2014 07:00

Envie de ne rien faire, dans un état de quasi-attrition, même ma plume me semble du même plomb que ce putain de soleil, je ne veux plus mettre le nez dehors. Ma chérie me nourrit de melon et de fruits. J’erre sur la Toile. Les nouvelles du monde ne charrient que des victimes innocentes. Même Mélanchon a le bourdon, c’est dire. «J’aspire à ce que le niveau de pression sur moi baisse. Ça fait cinq ans que ça dure et ce n’est pas bon. On finit par ne plus raisonner aussi tranquillement qu’on le devrait (…) « il faut aussi que le grand arbre n’empêche pas le reste de la forêt de pousser (...) Maintenant, il y a plusieurs visages qui ont émergé à l’intérieur du Parti de gauche. Il faut qu’ils aient leur espace politique(…) Je ne vais pas jouer tous les rôles, explique encore le responsable du Parti de gauche. Je veux m’utiliser dans ce que je crois être capable de faire: la transmission idéologique, le travail intellectuel et culturel. Et j’ai besoin de reconstituer la couche du terreau (…) Ce qu’il faut c’est donner des raisons qui donnent envie de se battre (...) C’est ça qui va être le moteur. Pour moi, ce n’est pas de me mettre en retrait, c’est m’utiliser autrement (…) On est dans une période où l’on a besoin de se reposer. Parce qu’on vient de passer cinq ans terribles. Nous sommes en échec (…) À un moment, il faut s’arrêter de courir. Parce que si on court tout le temps, on va finir par se mettre dans le vide. Et là, j’ai besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles (…) J’ai fait mon temps à organiser la vie d’un parti. J’essaie de cristalliser quelque chose qui existe en dehors de moi. J’ai besoin de temps, je ne peux plus continuer comme cela».


10478082_10202732642052471_7706388524420648332_n.jpg

 

Avoir fait son temps, bayer aux corneilles, en voilà un programme intelligent pour un responsable politique, acceptons-en l’augure. Et pendant ce temps-là au royaume des fées de l’UMP, « Longueurs et Pointes », dites l’ « emmerdeuse » par le grand Jacques de Corrèze, tire à l’arme lourde dans le Point sur le roquet de Meaux. Elle raconte comment l'ancien président de l'UMP a tenté de la remplacer comme candidate pour la mairie de la capitale lorsque le père de cette dernière a subit un AVC. « Il m'est arrivé de l'appeler et de lui témoigner mon mépris », explique-t-elle avant d'ajouter qu'elle lui avait lancé : « t'es une merde! ». Pour adoucir les mœurs du parti qu’il veut prendre par derrière le p’tit Nicolas fait du scooter sans casque avec sa Carlita sur le biplace. Faut dire que le « conducator » de l’UMP est à l’arrêt, sur béquilles, normal c’est un « grand » martyrisé par les hordes de juges gauchistes. Par bonheur, il avait rangé son smartphone. Le communicant Philippe Moreau-Chevrolet qui doit carburer au TGV (téquila-gin-vodka), confie ses hautes analyses sur cette belle photo au Figaro « C'est une couverture brillante en termes de communication politique. Tout d'abord parce que nous sommes en période de vacances et que Paris Match est le magazine le plus lu l'été. Le support est donc le bon. Mais elle est surtout très habile car elle fait référence à François Hollande, pris en photo cet hiver par la presse people, casque sur la tête, alors qu'il rejoignait l'actrice Julie Gayet. En s'affichant ainsi avec sa femme, Nicolas Sarkozy montre la stabilité de sa vie conjugale et souligne, en creux, l'instabilité de celle de son successeur à l'Élysée. La symbolique du scooter est aussi forte, car, contrairement à ce que pense François Hollande, l'officialisation ou non de sa relation avec la comédienne est une vraie question pour les Français. Etre président aujourd'hui comporte des obligations, notamment de transparence et de responsabilités. Avec cette image, Nicolas Sarkozy se met donc au même niveau que le chef de l'État, tout en montrant que lui n'a pas besoin de se cacher. »


Le 12 août, « ce sera mon anniversaire, et rien d'autre. Vous pouvez emmener un cadeau ! Pas besoin d'emporter quelques présents supplémentaires et dragées », a lancé avec malice François Hollande, notre Président brocardé, qui n'a jamais épousé, contrairement au Nico qui fait du cumul, ses précédentes compagnes, Ségolène Royal et Valérie Trierweiler. Il fêtera ce jour-là ses soixante ans. Ma compagne à moi, elle aussi non épousée, à la fraîche réussit à me sortir de ma tanière. Je découvre sur les abris bus Decaux la nouvelle mouture de la campagne de pub des poulets de Loué   une récidive flagrante. Équipé de jumelles, un gendarme rétro prend la pose souriant, mains sur le radar. A ses côtés, un poulet « contrôlé ». J’adore cette campagne de publicité qui, bien sûr, ne plaît pas aux « poulets ». Ça me requinque un chouïa pour le plus grand plaisir de ma fiancée qui n’hésite pas à m’entraîner dans ses boutiques préférées. Juge aux élégances c’est mon truc. Chargés de paquets nous rentrons en taxi. Ma belle se pare de ses nouveaux atours « tu m’emmènes dîner mon beau légionnaire ?


10403297_629208737178235_5982360265887041779_n--1-.jpeg

 

-         Oui, à Coq Rico !

-         C‘est où ?

-         Rue Lepic… link

-         J’ai compris… t’es adorable…

-         Je te ferai une toute petite lecture

 

« Le détail qui tue ! L'œil de Léon, aussi acéré que celui de Christine Clerc, la reine du potin vachard sur le microcosme politique parisien, l'avait repéré dès l'entrée du plus jeune des longs qui, en dépit d'un costar correct, se payait des écrase-merdes plus André que chez André, bien plates, bien avachies, avec chaussettes négligées incorporées. Sans contestation, les pieds trahissent les poulets. Donc, l'ignorer ! Tout en repliant ses jambes pour reprendre une position plus conforme aux conventions en usage dans le monde, Léon, d'un geste ne souffrant pas la contestation, intimait à Carlotta de bouger ses sublimes fesses afin de porter à ces messieurs de quoi déposer leur postérieur. Elle s'exécutait avec grâce et suggestivité, le drapé, outre ses épaules dénudées, laissait voir sur le flanc gauche son compas immense jusqu'à l'attache de la cuisse. Du haut et du beau, un développé enchanteur, Bourdalou flirtait avec l'implosion, entre pivoine et incarnat, en état d'apnée il ruisselait. Le petit Pochon embrayait.


« Messieurs, comme vous le constatez, je fais retraite, dans toutes les acceptions du terme. En effet, face à l'évolution d'une situation trop rapide à mon goût, j'ai décidé de me replier sur des positions préparées à l'avance. L'effet de surprise a joué plein pot. En ce lieu, même s'il n'a rien de monacal, je vis en reclus, de peu ; je suis un Charles de Foucauld contemporain en quelque sorte, l'amour en plus. Carlotta me ressource. C'est ma muse et mon mécène, l'alliance du corps et de l'esprit, la soie et l'éthéré, mon chemin de Damas semé de roses. Bref, puisque vous fîtes irruption - ne protestez pas - dans mon ermitage sous la conduite de mon lamentable géniteur, je vais être avec vous d'une redoutable franchise. Ne sachant pas ce que me vaut, l'honneur ou le désavantage, de votre visite, avant que vous m'éclairiez, je vais vous balancer le fond de ma pensée. D'accord, je vous le concède ce n'est pas du Bossuet (incise du narrateur). »

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés