Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 00:09

En ce temps de grande votation les processions, tout au long de la semaine, vont se succéder autour des vaches, cochons, couvées qui n’en pourront mais vu que ce n’est pas à eux qu’iront les attentions du gars ou de la fille en quête de suffrages. Mes fonctions de Secrétaire Autoproclamé de l’Amicale du Bien Vivre dite  des Bons Vivants exigent que je me tienne en retrait de ce rabattage mais je ne puis me dérober lorsque la sollicitation est venue d’un étranger, haut placé, en attente d’exercer le métier auquel il est destiné par sa naissance.

 

Trêve de protocole, nous y sommes allés à l’heure du laitier, sans tambours ni trompettes, comme de simples pékins, en Barbour huilés tout de même, casquettes de tweed et pantalon du même acabit, grolles de Savile Road. Nous avions l’air de gentleman-farmer venus tâter le cul de beaux  Southdown ou de big Large White ou de grands Hereford pour enrichir nos immenses troupeaux se prélassant en nos domaines héréditaires. Bref, foin des journalistes, nous étions là pour la juste cause des produits de terroir et plus particulièrement des fromages qui puent.

 

Afin de ne pas nous faire repérer nous conversions en français. Tout s’est admirablement passé, mon hôte, dont la complexion naturelle allie le pâle et le hâle rougeoyant du côté de ses larges pavillons, suite aux nombreux canons dégustés tenait un beau teint bordeaux. Pour autant, loin de se départir de son flegme, lorsque nous retrouvâmes, les membres du bureau de l’ABV,  dans un petit salon, il nous gratifia d’un petit speech qu’il m’a autorisé à publier sur mon « espace de liberté »

 

«  Mesdames, messieurs,

 

La seule notion de « normes minimales d'hygiène » a de quoi glacer le cœur de tout Français normalement constitué ! Je la trouve, quant à moi, terrifiante, comme tous ceux de mes compatriotes qui pensent que la vie ne vaut plus d'être vécue si l'on n'a plus le loisir de savourer les défis à l'hygiène que sont certains produits, créé avec amour par l'humanité - la France surtout - à partir de la planète de Dieu !

Dans une société irréprochable sur le plan bactériologique, qu'adviendra-t-il du Brie de Meaux, du crottin de Chavignol, ou du bleu d'Auvergne ? Dans un futur aseptisé, expérimental, génétiquement organisé, quelle place y aura-t-il pour l'archaïque fourme d'Ambert, le gruyère de Comté mal formé ou l'odorant Pont-l'Evêque ? L'obsession de l'homologation, de la catégorisation, de l'homogénéisation et de la pasteurisation viendra-t-elle émasculer les robustes roqueforts, reblochon vacherin et même le sempiternel camembert ? Cela paraît peut-être stupide à dire, mais une part importante de la civilisation européenne réside dans le génie et le savoir-faire que se transmettent d'âge en âge les auteurs de ces illustres concoctions... »

 

Tonnerre d’applaudissements.

 

Le protocole ne me permettant point de répondre à notre hôte je me suis contenté  d’évoquer autour d’une flute de champagne offerte par l’ami Olivier Borneuf de Brittle « Charles de Marguetel de Saint-Denis, seigneur de St-Evremond, un des écrivains les plus excentriques du Grand Siècle dont l'oeuvre paradoxale, désinvolte, semble bâtie à coups d'improvisations, comme si elle venait injurier les textes méthodiques de Boileau ou de Racine. Saint-Evremond a vécu deux existences : une première en France dans l'état-major de Condé, une seconde en Angleterre à partir de 1661, après avoir dû s'exiler. On n'a que peu de renseignements sur la vie anglaise de Saint-Evremond ; on sait seulement qu'il a été à Londres courtier en champagne et qu'il y a écrit la plupart de ses opuscules, toujours avec beaucoup de goût et de discernement, jusqu'à être un des premiers à révéler dans le détail, en 1677, les multiples facettes du génie comique de Molière. Et comme l'a remarqué Raymond Dumay, il a eu avant tout le monde l'idée lumineuse d'inventer la « généalogie éblouissant » du champagne, à travers ces propos vraisemblablement rédigés en 1683 : « Léon X, Charles-Quint, François Ier, Henri VIII avaient tous leur propre maison dans Ay pour y faire curieusement leurs provisions. Parmi les plus grandes affaires du monde qu'eurent ces grands princes à démêler, avoir du vin d'Ay, ne fut pas un des moindres de leurs soins. »

 

Le champagne était lancé.

 

Et si bien qu'en quelques décennies il allait s'installer partout et avoir la réputation d'être un vin de luxe. Ce qui veut dire aussi celle d'un vin cher, par rapport à tous ses rivaux et concurrents, et ne serait-ce que les bourgognes (...) »

 

Même si vous pensez que je décoconne mon hôte, pas encore couronné, et moi-même sommes ensuite allés jusqu’à la Gare du Nord à bicyclette sans escorte (David Cobbold voulait nous ouvrir la voie avec son anglaise mais nous avons décliné)  et sur le  quai de l’Eurostar, loin des bruissements de la campagne, nous avons échangés une poignée de mains cordiale et même si la victoire du Pays de Galles plaisait à son cœur mon hôte pris soin de me remercier de l’avoir accueilli dans un club aussi fermé que l’ABV et m’a tendu un pot de confitures confectionné par ses soins.

 

Bien évidemment je ne puis révéler l’identité de mon hôte sinon je vais faire tirer les oreilles par Alain Juppé le patron du Quai d’Orsay, car nous ne les avions point prévenus, mais je puis vous certifier que les propos de son speech sont stricte vérité. Ils ont bien été prononcés tels quels.

 

Le Nyetimber’s Classic Cuvée 2003 ci-dessous, fait à partir de Chardonnay, Pinot Noir et Pinot Meunier est élaboré dans le Sussex. Il a été couronné champion du monde des vins mousseux au concours organisé par le magazine Italien dédié au vin Euposia. Un grand dégustateur s’est risqué à délivrer ce commentaire « Il a des arômes de mandarines, de vanille et citrons, ainsi qu’un goût de sablé et d’abricot, la note biscuitée joue un rôle de soutien » et notre hôte s’est contenté de répondre : « Bollinger La Grande Année ! »

nyetimber-cuvee-classic-2003.jpgBollinger_Webzine_Cartouche_20120221_fr.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 01/03/2012 20:03


@ Daniel


David Cobbold, sujet de Sa Très Gracieuse Majesté fort versé en toutes choses françaises, me définit parfois comme « a
linguistic eel ». Et j’avoue que l’esprit d’escalier m’habite souvent.


Le rapport est ténu et ne vaut réellement pas la peine de s’y attarder. Le mot « inimitable » sert de clé mais tout
cela reste bof-bof.


Bonne nuit, je suis crevé : un petit Almodovar et zou, chez Morphée.

daniel cherel 01/03/2012 17:52


Luc, tu auras rectifié mon erreur :  ma génération  c'est celle de 65/85, génération coco, non ne te trompe pas, collectif concrêt

daniel cherel 01/03/2012 17:45


Luc, petit canaillou, tu n'a pas bien lu : Chez Camaillou n'existe pas par contre " Chez Camillou " 10 route du Languedoc est bien le presque  voisin du Grand Hotel Prouhèze, au n° 2, même
route, de pépé et mémée Cad. D'accord c'est une faute de frappe mais tu le sais, je n'en rate pas une , c'est ma génération 75/75 qui veut ça (voir le dernier blog de Jacques). Je ne doute pas
que le macaron du petit Camille soit mérité même si bibendum n'est plus que l'ombre de lui même, dit-on. De grands chefs ont rendu des macarons à Paris, Cancale et ailleurs.   Pierre Routgé,
a fait ses preuves à Toulouse et à Aumont Aubrac.C'est un excellent cuisinier dont j'ai pu mesurer le talent l'année dernière mais je crois ausssi qu'il a un fichu caractère ce qui n'arrange rien
lorsqu'il faut passer sous les fourches caudines du Michelin. Quant à Mémée Cad je regrettre que ses commentaires, souvent judicieux ( un coup de brosse à reluire !!!  soient de plus en plus
rares. Par contre Luc je n'ai vu le rapport du reste de ton commentaires avec les fromages ; Aurais je du mal à comprendre les histoires belges ? Sans rancune......et à bientôt.

Luc Charlier 01/03/2012 12:18


A propos de Buron, Daniel :


Il reste heureusement en Aubrac cette ... inimitable intervenante sur le blog du taulier, Sylvie le Buron, alias
« Mémé Cad ». Au fait, son voisin de palier, Cyril Attrazic du restaurant Chez Camaillou, vient de récupérer le macaron Michelin que « Pépé Cad » (= Pierre Roudgé),
ne tente plus de revendiquer depuis deux années au restaurant de l’Hôtel Prouhèze.


 


Et puis, une petite note à l’adresse de mes ex-compatriotes, car certains visitent ce blog.


Edmond Lebur(t)on, l’homme de Waremme, qui fut Premier Ministre de deux cabinets en 1973 et 1974,
avait eu le portefeuille de la Prévoyance Sociale –comme on disait alors – entre 1961 et 1965. Il dut gérer, entre autres, une grève des médecins qui expédia mon père – un libéral qui s’en est
toujours défendu – hors des frontières car il était major-médecin réserviste et dès lors réquisitionnable. Une déclaration tonitruante de notre Edmond avait été (en substance) : « Les
médecins, quand ils seront 10.000* en Belgique  - il y en 40.000 à présent – on les ravalera au rang de sous-commissaire de police et on fera ce qu’on
en voudra ». Cela n’avait pas plu à tout le monde. Je me demande combien il y a de sous-commissaires de police.


 


* Je cite les « 10.000 » de mémoire et peux me tromper, mais l’idée générale demeure

daniel cherel 01/03/2012 10:34


S'il veut capter l'attention de son auditoire un orateur se doit de donner à ses propos uncaractère plus ou moins outrancier, on ne peut lui en vouloir et je suis cent fois d'accord avec le fond
de sa pensée toutefois  avec un bémol : il invoque la civilisation, aïe.....je dirai plutot culture comme l'a dit recemment notre ministre des Affaires Etrangères (pas à propos des fromages
bien entendu). Le bonheur c'était pour moi cet aligot mangé il y a quelques années dans l'Aubrac dans un buron en pierres sèches, sur de tables de bois brut. Hélas les normes européenes sont
passées par là  et le buron n'existe plus c'est comme ça et on ne va pas en faire un fromage .... 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents