Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 00:09

« Il s’agit d’une caricature de l’automatisation de notre vie quotidienne, un shopping aveugle où l’on ne sait plus comment et par qui les produits sont fabriqués » explique Veja pour qui « cette parabole ainsi réactualisée met en abîme l’aveuglement des consommateurs que nous sommes devenus ».


C’est qui c’est quoi, ce Veja ?


Un-dimanche-ordinaire-052.jpg

 

Lire ma chronique du mercredi 6 septembre 2006 Tout ça pour mes Veja...link 

 

« Veja en brésilien veut dire regarde : caoutchouc, coton naturels, commerce équitable... »


S’inspirant du tableau « la parabole des aveugles » de Pieter Bruegel dans lequel des aveugles conduisent d’autres aveugles, chacun essayant de trouver un appui pour aller de l'avant les chorégraphes et metteurs en scène brésiliens Marcelo Denny et Marcos Bulhoes ont imaginé une performance artistique visant à provoquer un moment de réflexion sur notre aveuglement face à la consommation. Ainsi ils ont fait déambuler, le 17 octobre 2012, dans les rue de de São Paulo une quarantaine d’acteurs anonymes recouverts d’argile. (voir video)


image004--1-.jpg

 

« Il s’agit d’une caricature de l’automatisation de notre vie quotidienne, un shopping aveugle où l’on ne sait plus comment et par qui les produits sont fabriqués » explique Veja pour qui « cette parabole ainsi réactualisée met en abîme l’aveuglement des consommateurs que nous sommes devenus ».


À Paris cette performance est partie le samedi 28 septembre à 14h30 des Champs Elysées pour aller jusqu’au jardin des Tuileries, où se déroule  la Fashion Week, en passant par la place du Palais Royal.


Source le blog d’Anne-Sophie Novel Même pas mal ! Partage d’alternatives pour mode de vie en temps de crise link


Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...