Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 00:09

L1020150.JPGFallait l’oser : monter à Paris, et dans le cas présent c’était bien vrai puisqu’il s’agissait de se retrouver sur la butte Montmartre à la pétanque du Tertre 7 rue Becquerel. Bonne idée que de constituer des triplettes pour : 

Le tournoi de pétanque de 15h30 à 18h30

9 pistes de jeux et les équipes s’affrontent en triplette

A vos cochonnets !

La dégustation - de 15h30 à 18h30

Les blancs et les rosés de l’appellation sont servis sur chaque piste pour vous rafraîchir entre deux lancés de boules.

Et entre deux parties, dégustez à l’horizontal les rouges de l’appellation Vacqueyras sur les Millésimes à la vente.

Remise des Prix - à 19h00

Barbeuc’ et vieux flacons - à 20h00

Vieilles bouteilles et grands millésimes de l’appellation sont ouverts autour d’une rôtisserie.

Soirée guinguette et chansons françaises s’installent gaiement !

 

Vu le temps de cochon que nous connaissons ce mois de juillet ce n’était pas gagné mais, sans doute la magie du vin, vers midi le temps s’est éclairci et le soleil a enfin pointé le bout de son nez. Moi qui ne suis pas un journaliste patenté ou un caviste désœuvré ou un sommelier qui ’a rien à glander ou un retraité je me trouvais à l’heure dites au siège de Danone produits frais du côté de Saint-Ouen pour m’occuper de mes vaches à lait. Quand j’ai pointé mon nez au bas d’la Butte vers 19 heures, comme disent les chefs de gare, je me suis contenté de faire des photos car ça sentait la fin de la journée les vignerons c’étaient un peu égaillés. Atmosphère bon enfant, pas beaucoup de têtes connues de moi, sauf mon pote Nicolas qui pétanquait avec Miss Vicky Wine, et Daniel Berger très élégant et imberbe. Pour faire court, ça vous changera :

Organisatrices : mention TB

Vignerons : mention Passable je ne sais pas où ils étaient passés.

La pétanque, je dois l’avouer, ne fait pas partie de ma culture, moi je suis boule en bois de Vendée. La pétanque est à Paris un produit d’importation sudiste qui fleure bon le pastis et l’esbroufe marseillaise. Tout le contraire des taiseux de mes bocains vendéens, pour autant la pétanque fait partie de la culture du populo. Souvenir de mes Cégétistes du Comité d’Entreprise de la SVF grands adeptes du petit jaune et de la boule qui pète. Moi je les charriais car à longueur de temps ils pestaient contre notre actionnaire : Pernod-Ricard alors qu’ils se tassaient du Ricard ou du 51 produits fort profitables du groupe. Bref, la pétanque c’est un Georges Brassens, forçant sur l’accent marseillais, sur une java de guinguette, jupe fendue, main du Julot sur la fesse de sa cavalière. Temps englouti jamais retrouvé alors si un peu de nostalgie ne nuit jamais il ne faut pas en abuser.

 

Ma boule en bois à moi, plus grosse que la marseillaise mais plus petite que la lyonnaise se joue dans un lieu dédié : le roué. Celui-ci est une aire de jeu en terre battue, avec des bandes, de 20 mètres de long sur 2,50 mètres de large, dont le fond est matérialisé par une grosse poutre de bois. La boule est pourvue d’un trou non percé, le côté faible, et comme elle ne se joue que roulée, l’art de la main, car le côté fort incurvera le court de la boule, est essentiel. Ajouté à cela la possibilité de jouer avec les bandes donne à ce jeu une gestuelle aux antipodes de la pétanque. La partie se joue en 15 pts, entre deux équipes de deux. Le cochonnet doit se situer au-delà  de la moitié du roué et à plus de 1,50 mètres du fond. Toute boule qui touche le fond, sans avoir effleuré le cochonnet, est éliminée. Dans ma Vendée des années 50-60 le Pastis était une denrée inconnue et seul le vin de la cave ou les « fillettes » de Gros du bistrot avaient droit de cité.

 

Bon je ne vais pas faire le mauvais joueur puisque je n’ai pas joué et puis comme ça été un des rares jours de juillet où le soleil a daigné se montrer je ne vais pas chipoter. Si les journalistes, les cavistes, les restaurateurs et les vignerons sont contents, que demande de plus le peuple ? Et puis comme tu n’es pas resté au barbecue tu n’as pu goûter aux vieux millésimes alors camembert Berthomeau ! Certes, certes, et pourtant c’était la St Jacques et même avec la magie du lieu je n’ai pas connecté, comme une impression d’entre-soi, de fête un peu plaquée là. Peut-être qu’après mon départ la fête a battu son plein... De toute façon les organisatrices m’ont envoyés un message pour me dire à l’année prochaine. Qui vivra, verra... et si Dieu le veut !

L1020140.JPG

L1020149.JPGL1020142

L1020147.JPGL1020146.JPG

L1020152L1020153.JPGL1020154

 

L1020151.JPG 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Jean HERITIER 05/08/2011 01:13



je pensais qu en Vendée c' était le palais ou le pallet qui occupait la place de la pétanque



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents