Dimanche 26 août 2012 7 26 /08 /Août /2012 00:09

Dans les eaux tièdes de la baie de Tiuccia des bans de barracudas indolents guettent le Taulier en se pourléchant leurs petits crocs affutés. Que fait-il là cet intrus avec son masque et ses palmes ? Mais les gros oblades aux écailles argentées, d’apparence si paisible, qui eux aussi en bans serrés vont et viennent autour du taulier entubé qui se prend pour un mérou, le trouvent parfois bien encombrant.

 

Cette parabole des jeunes aux dents longues et des vieux, grisonnant et un peu rond du bidon, vaut pour le Taulier en congepés réponse aux quelques-uns qui, débarquant sur son espace de liberté, avec leurs petites grolles modernes accueillant leurs chevilles enflées ou leurs gros sabots de gens à qui on ne la fait car ils connaissent tout du vin, et qui n’aiment pas que le vieux mérou se rebiffe parce qu'ils viennent lui chercher des poux sur la tête. Charbonnier est maître chez soi, la gratuité, la liberté d’accès ne vaut pas sésame pour le sans gêne.

 

La blogosphère du vin est, sans jeu de mots, un océan rouge où l’on se bouscule pour se faire une place. Normal, ainsi va la vie d’un écosystème. Pour autant, les nouveaux entrants imberbes ou les vieilles barbes qui se pointent aussi, doivent savoir que c’est dur de durer et que si, de temps à autre, le vieux mérou les remet en place ce n’est pas parce qu’ils prennent sa place mais que très franchement leur intrusion le gonfle. Ça me rappelle une vieille histoire que l’on se racontait en Vendée. Elle est toute bête : un couple qui n’en finissait pas de s’incruster chez des gens, un soir à la veillée, a vu soudain l’hôte se lever et dire à sa femme « Viens, y’allons nous en aller je pense que nous dérangeons… »


C’est clair !


Oui j’ai la grosse tête : j’ai des opinions sur tout et rien, plutôt sur rien que sur tout d’ailleurs, mais nul n’est obligé de me lire alors de grâce que l’on m’épargne de prise à témoin du genre : voyez comme ce type est impossible ! Oui je suis impossible, je me la pète grave mais ça me va bien au teint, je me porte bien mais je me soigne : la preuve ci-dessous sur le divan. Le vieux mérou veut tout ce que l’on veut sauf que l’on vienne se draper dans une dignité outragée par son mauvais caractère. La maison est grande ouverte, les commentaires sont libres mais lorsque je ne suis pas content je le dis. Rien à traire des barracudas ou des oblades qui ont la peau fragile ou la couenne sensible.

photoDroupi.JPG

photole-loup.JPG

Les dessins sont d’UNTER et les scénario de WANDRILLE et sont tirés de PSYCHANALYSE du Héros de Cartoon éditions Vraoum www.vraoum.eu 5€


Avant de vous quitter sachez que les chroniques des 3 semaines à venir sont en boîte, pendant ce temps-là je bullerai, je me contenterai de provoquer les barracudas et les oblades avec mon tuba et mes palmes, je lirai, je me baladerai, je jetterai un coup d’œil à mes vaches, mes pensées seront ailleurs mais je ne vous direz pas où bien sûr, il m’arrivera même de réfléchir, de boire aussi et que ça ne vous empêche pas de commenter (quand les commentaires sont ouverts, ce qui n’est pas le cas pour le Grand Jeu de Piste Normal de l’été…)


Corse-2007--17-.JPG

MD151-oblade.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés