Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 00:09

Le lundi à Paris est le jour béni pour les organisateurs de folies du vin, les restaurateurs se font du beurre le jour de fermeture, la concurrence des salles fait du dumping, c’est le trop plein. Bref, votre Taulier d’ordinaire s’abstient d’aller se mêler à la ruée des grands dégustateurs ou acheteurs de vins divins. Cependant comme tout principe souffre d’exception ce lundi 25 mars, bien pourvu en joyeusetés,  le Taulier a décidé de s’y coller en se tapant l’intégralité des sollicitations.

Ce qui suit n’est que le reportage de son dur labeur de dégustateur-imposteur monté, non sur roulements à billes, mais sur sa flèche d’argent qui ne se meut qu’à la force de ses mollets.

Levé aux aurores : café, écran pour le turbin ordinaire jusqu’à 10 heures.

lundi-026.JPG

Départ vers la première station du chemin de croix : la Cartonnerie 12 rue Deguerry dans le 11e où aujourd’hui « commence la Loire ». Beau soleil sous un ciel clair il fait frisquet. Premier souhait à l’attention des organisateurs : que les tables de dégustation gardent tout au long de la journée la même fraîcheur, la même netteté qu’au tout début. Pas facile mais grandement facilité par la pose de récipients ad hoc pour les jets des dégustateurs. En effet, les petits pots minables en nombre insuffisants posés sur les tables ça relève de la faute professionnelle. À la fin de la journée ça tourne à la vinasse, c’est plein de taches, image déplorable.

Là c’est impeccable bien sûr. 4 appellations les Côtes d’Auvergne et du Forez, la Côte Roannaise et Saint-Pourçain mais aussi l’IGP d’Urfé. Toujours le même problème pour le Taulier qui n’a pas le temps de faire la tournée de toutes les tablées : comment choisir ? Y connait que le domaine des Pothiers link et le domaine Sérol link . J’aurais dû me tuyauter auprès de ma dégustatrice préférée Sonia mais elle est occupée du côté de l’île de Beauté. Je plonge donc et voilà le résultat en photos.

lundi-001.JPGlundi-002.JPG

lundi-008.JPGlundi-009.JPGlundi-009-copie-1.JPGlundi-011.JPG

lundi-016.JPGlundi-018.JPG

lundi-019.JPGlundi-023.JPG

 

-       Vincent Willenbucher  côte roannaise : www.vincent-willenbucher.fr

-       Stéphane Réal vins du Forez www.cavereal.fr

-       Domaine Miolanne vins d’Auvergne  www.domainemiolanne.com

-       Cave Mondon Demeure vins du Forez www.cave-mondon-demeure.com

-        Domaine du Fontenay côte roannaise www.domainedufontenay.com

 

 

Cap ensuite sur l’Etoile, je mouline en direction du 15 rue de Lamennais pour aller déjeuner à l’invitation de Guy-Pétrus Lignac. Je suis en retard. Pas de poteau face au beau resto ni de voiturier pour vélo. J’adore les boiseries. C’hui le dernier arrivé. Que du blogueur et gueuse autour d’une belle table. Excellent déjeuner, discussion franche et courtoise, j’oserais dire intelligente, j’y reviendrai dans une prochaine chronique sur le château Guadet. www.chateau-guadet-saintemilion.com

 

lundi-027.JPG

lundi-034.JPG

lundi-036.JPG

 

De nouveau en selle je dévale vers le canal où, au Comptoir Général quai de Jemmapes, UVA Corse vient comme chaque année nous présenter sa nouvelle journée de quilles. C’est le milieu de journée et mes petites remarques initiales s’appliquent : les tables ne sont pas vraiment nickel chrome et comme la présentation se fait par appellation une vache n’y trouverait pas son veau. Bref je godille pour trouver ce que je cherche mais je dois avouer que je le fais sans grand enthousiasme. Par bonheur, reste l’excellente cuisine de madame  Briclot mais j’ai perçu comme une certaine lassitude chez les vignerons pas très impliqué dans la dégustation. Ce n’est là que la réflexion d’un petit chroniqueur sans grande influence. L’important ce sont les acheteurs mais à ce moment-là il vaudrait mieux ne point inviter les blogueurs.


lundi-047.JPGlundi-041.JPG

lundi-049.JPGlundi-050.JPG

 

À nouveau sur deux roues je déboule jusqu’à Bastille pour aller traverser la Seine sur le Pont Neuf. En effet, je suis convié, comme le fine fleur des blogueurs, à une dégustation aussi impromptue de vins paysans espagnols que sauvage de vins paysans espagnols par le sieur Pousson à la Compagnie des vins surnaturels 7 rue Lobineau link. Avec ma belle flèche d’argent je prends mille précautions pour lui éviter de se faire chouraver par des mains indignes. L’ambiance est très cosy, studieuse, je suis cerné par d’éminents preneur de notes. J’ai honte. Comme toujours profusion mon logiciel a du mal à se connecter. Je fais des photos, c’est si simple. Je déguste, c’est plus compliqué. Deux chouchous sur chacune des tables, dont je n’ose révéler les appellations poussoniennes de peur de recevoir une volée de bois vert du clan des femmes, Pirata et San Martin (pour les détails prière de s’adresser à Vincent qui est intarissable). Belle dégustation de vins paysans sur les chapeaux de roue avec pour le petit dernier pour la route un Fino de Jerez pure merveille de finesse.


lundi-063.JPGlundi-076.JPG

lundi-067.JPG

lundi-057.JPGlundi-069.JPG

photo--18-.JPG

 

Il me faut retraverser la Seine du côté de l’Alma pour grimper jusqu’au George V où se tenait la dégustation du millésime 2012 des poulains de l’écurie Stéphane Derenoncourt. En descendant l’escalier qui menait au salon de dégustation je sentais un soupçon de fatigue me gagner. Je frisais le surrégime mais comme au bas de l’escalier je tombais nez à nez avec N de R qui venait juste d’arriver, alors que quelque temps avant il partait de chez Pousson comme j’arrivais, je me disais qu’il me fallait assurer. Je saluais des amis. J’observais aux alentours des gens influents du classement de la RVF et j’avoue ne pas avoir été très impressionné. Je dégustais a minima mais sérieux. Papotais un maximum avec mon ami Jean-Michel qui se fait de l’Edonys. Cassais deux verres. M’arrêtais au stand de Laroche car ça rompait avec le rouge. Je saluais Stéphane Derenoncourt. La pendule jouait contre moi je devais lever l’ancre. Devant le George V je présentais ma flèche d’argent à Thierry Desseauve qui la trouvait fort belle, un peu féminine, mais surtout s’inquiétait de mon non port de casque : la maison B&D veillant sur le Taulier.


lundi-077.JPG

lundi-078.JPGlundi-079.JPG

La nuit tombait. Je pédalais. Ma journée n’était pas terminée mais j’avais décidé, pour me rendre à la Plage, de troquer mon jeune destrier pour ma petite auto. En effet, ce lieu sur le port de Javel, face à la statue de la Liberté, n’est pas très bien éclairé et m’y rendre sur 2 roues ne me semblait pas très indiqué. Invité par le domaine de la Croix linkqui fait du rosé sur la Presqu’île de Saint-Tropez, pas que, à venir bronzer et danser à la Plage, vu qu’il faisait autour de 3°, j’étais intrigué. Hormis le sieur Goujard et le sieur Le Glatin, pas une tronche de cake connu du Taulier, rien que des VIP ou des qui se prenaient pour, pour moi ça tournait court. Je goûtais un peu. Picorais très peu. Prenais quelques photos et remontais dans ma petite auto. Un peu déçu le Taulier, lui qui aime danser est resté sur sa faim et s’est demandé pourquoi on l’avait invité pour faire tapisserie. Comme il jure, au sens du vert qui jure avec le bleu, c’était prévisible.

lundi-089.JPGlundi-106.JPG

lundi-099.JPGlundi-100.JPG

lundi-082.JPGlundi-086.JPG

lundi-091.JPGlundi-104.JPG

Que dire après une telle journée ?

Pas grand-chose sans aucun doute même si vous pouvez en douter vu tout ce que je viens de tartiner. Certains vont me dire que j’ai perdu mon temps que j’avais mieux à faire, d’autres que j’ai pris du bon temps, que je me suis gobergé, que je suis un privilégié, un profiteur. Certes tout cela n’est pas tout à fait faux mais je signale que j’étais invité et que la bonne question est : pourquoi ?

Qu’attend-on de moi.

Que j’assure un flux de trafic pour contenter le client ?

Que j’écrive une chronique ?

Que je twitte ?

Je ne sais mais ce que je sais c’est que pour écrire mes petites chroniques journalières il me faut dénicher de nouveaux sujets, faire des découvertes, me bouger le cul. Faire le tri à priori n’est pas possible alors j’alterne les périodes où je me précipite sur tout ce qui bouge et celles où je me fais rare. Reste les fameux déjeuner dit de presse, là c’est très simple : c’est vraiment à la gueule du client et ceux qui m’invitent savent pertinemment à quoi ils s’exposent avec moi : à pas grand-chose.

Je ne suis qu’un blogueur flâneur qui ne fait que ce qu’il a envie de faire avec pour seule ambition que de contribuer à l’extension du domaine du vin… dans un monde de brutes où l’invective a pris le pas sur le débat. Pour l’heure après ma traversée de Paris en long en large et en travers sur ma flèche d’argent j’ai l dos comme un champ de patates vu que nos chaussées parisiennes sont totalement défoncées : l’horreur des nids de poules pour le pauvre cycliste 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Christophe Libaud 28/03/2013 14:02


@ Michel Smith


Je ne résiste pas à ce petit poulet, en hommage au regretté contapétiste Yvan Audouard... créateur du "Comité pour la commémoration du passage des Alpes par Hannibal" :


ne pas avoir le choix dans la date... c'est dur.


Et de terminer l'envoi par un petit Desproges :


"Tout dans la vie est une affaire de choix, ça commence par la tétine ou le téton, ça se termine par le chêne ou le sapin."...


... quoi que comme disait Baba "O tempo'a, o mo'es".

Michel Smith 28/03/2013 08:36


Je te comprends. Depuis le temps que je dis à nos copines attachées de presse de se consulter avant d'arrêter des dates !

Michel Smith 28/03/2013 08:21


Oh que si ! Mais dan une journée pareille, mieux vaut trier : au lieu de 5 ou 6 manifestations où tu n'as même pas le temps de t'installer, deux invitations pouvent suffire à étancher ta soif de
découvertes ! Y a des jours où je suis bien content d'être dans le trou du cul de la France ! Et puis, que d'argent (public ?) perdu pour des trucs qui ne servent à rien...

JACQUES BERTHOMEAU 28/03/2013 08:24



Si ça sert Michel : à nourrir les chargé(e)s de RP  et bien sûr mon périple s'apparente plus à une
performance, à une défi pour montrer que pour les vrais pros ceux qui achètent cette profusion est contre-productive... 



Michel Smith 28/03/2013 04:03


Eh ben, à part Vincent Pousson, fallait pas y aller ! 

JACQUES BERTHOMEAU 28/03/2013 08:04



t'aime pas les petites appellations du début de la Loire et les Corses Michel ?



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents