Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 00:09

À ce qui suit…


Annoncer que le « Château Dauzac, qui appartient à la Maif, va lancer un second vin élaboré par une jeune chef médiatique. »


J’étions invité par le Château Dauzac, à partir de 19 heures au Princes de Galles mais, comme j’avions décidé depuis le début de cette année de ne plus honorer de mon irremplaçable présence les pinces-fesses parisiens, poliment j’avions décliné l’invitation lorsque l’agence de communication m’avions relancé.


Comme vous pouvez le constater, eu égard à mon absence de maîtrise de la conjugaison, j’aurais un peu déparé dans les salons.

657750_0203378005757_web_tete.jpg

 

Mais, comme y’avait de vrais journalistes à cet évènement, qui n’était pas un déjeuner de presse mais un grignotage de presse, je me permet de vous faire bénéficier de la relation qu’en a fait Clotilde Briard le 18/03 à 06:00 dans les Échos sous le titre Dauzac, un margaux qui pousse sa marque


« Pour élaborer son second vin, Château Dauzac a choisi d'innover. Le domaine du Bordelais a demandé à une jeune chef, Stéphanie Le Quellec, qui officie au Prince de Galles à Paris, vient tout juste de recevoir sa première étoile au guide Michelin et a été lauréate de l'émission « Top Chef », d'y apporter sa touche personnelle. Une manière de muscler de manière visible sa stratégie de marque.


En février a donc eu lieu au château une rencontre entre Stéphanie Le Quellec, le directeur technique et l'oenologue conseil pour définir l'expression d'un margaux dont il a été décidé qu'il serait plutôt sur le fruit et pourrait se boire jeune. « Nous voulions aller chercher une sensibilité féminine en lien avec la gastronomie », remarque Laurent Fortin, le directeur général. Ou comment mêler le principe de l'égérie et du parrainage pour donner naissance à Aurore de Dauzac, qui commencera à être commercialisé en 2015. En niveau de prix grand public, cette nouvelle griffe se situera aux alentours de 18 euros, contre une quarantaine d'euros pour le premier vin. »

 

La suite ICI link 


Vous conviendrez aisément que le Taulier n’aurait guère ajouté de la valeur ajoutée en allant se pavaner du côté du Prince de Galles.


Il se peut que le château Dauzac se taillât ces jours-ci une belle place dans les feuilles vineuses de mes chers confrères patentés, ou non, et chez certains blogueurs des deux sexes…

 

Voilà une chronique qui ne m'a pas demandé beaucoup d'effort, moins j'en fait mieux je me porte et comme dit sa publicité la MAIF assureur-militant sera contente de ma contribution à l'érection de sa marque château Dauzac...


Maif-314x175.jpg

J'adore les zinzins !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

luc charlier 22/03/2014 21:42


Qu’à cela ne tienne, cher M. Drillat, je peux vous faire inviter à certaines réunions ... pour que vous refusiez d’y aller. C’est un service « périphérique » que Coume Majou offre,
gratuitement. Lorsque je collaborais encore à la revue In Vino veritas – dans le numéro d’avril 2014, je reprends d’ailleurs du service, avec grand plaisir – on savait que je participais aux
dégustations, mais quasiment jamais aux « repas de presse » qui suivent. Je veux bien mordre la main qui m’a invité, jamais cracher dans la soupe que j’ai bue ! Ne connaissant rien
à la reconnaissance aérienne (un peu comme Malaysia Airlines), j’ai par contre bien ancrée celle du ventre. Remarquez que j’ai fait l’accord du participe passé « ancré »  car il
est en fait adjectif épithète : il ne s’agit pas du passé composé du verbe. Correct.


 

Alain Drillat 22/03/2014 09:48


Moi non plus.


Bon.


Je n'ai aucun mérite, je ne suis jamais invité.

Roger Feuilly 21/03/2014 09:23


Moi, je suis comme le Taulier, je ne participe pas aux commémorations gourmandes et viniques organisées par des attachés de presse qui cachetonnent en fonction du nombre de journalistes
présents...

patrick axelroud 21/03/2014 07:58


Assureur militant ! Encore faudrait il ne pas militer pour n'importe quoi et ne pas suivre les conseils à la mode des con muniquants et autres craie à tifs : la parité ! Et on met du feminin à
toute les sauces comme si cela importait . On frise le ridicule ou même on l'atteint comme le fabricant de surligneur STABILO qui a créé , enfin ! annonce t'il , un surligneur pour mes femmes
,qui n'en demandait pas temps et qui , en direct *, ont ironisé cet objet à " cheval entre le sextoy et le bâton de rouger à lèvre " !


* Voir le 28 ' d'Elysabeth QUIN



Revoir - 28 minutes, du lundi au vendredi à 20h05 | ARTE



28minutes.arte.tv  

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents