Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 10:00

180x180-000000-80-0-0.jpg

 

Dans le Monde culture d’hier Véronique Mortaigne nous offre un très bel article « Catherine Ringer : gouaille, chignon et bandonéon »


« Le tango n'est pas mort avec Gardel, ni même avec Piazzolla (…) Avec l'album Plaza Francia, paru lundi 7 avril, Eduardo Makaroff et Christophe Müller, deux des fondateurs du groupe Gotan Project, poursuivent leur entreprise de rénovation du tango »


4387452_7_db4d_christoph-muller-eduardo-makaroff-catherine_.jpg

 

« Catherine Ringer, devenue ici la chanteuse officielle du groupe Plaza Francia (...)


La Ringer en tanguera ?


Pas exactement. « Nous voulions cette fois incurver le tango cancion, le « tango chanté » qui est au centre de nos intérêts vers la pop, le rock. Nous avons cherché à transposer les rythmes, antinomiques. Puis, nous avons cherché une voix féminine, et Catherine s'est imposée. » En rock star. »


« Fin mars, le label Because Music (…) avait organisé le lancement du disque dans les vastes salons du Chalet du lac, dans le bois de Vincennes – parquet de danse, velours rouge, lustres et candélabres (…) Catherine Ringer étonne alors. Son espagnol est impeccable, elle joue, elle est une magnifique interprète, en hauts talons et châles. Et chignon (…) Ringer a dépassé son rôle de star du rock depuis longtemps. Elle aime les mots, les musiques, elle en fait un théâtre. »


« Marcia Baila, premier tube des Rita Mitsouko, racontait l'histoire vraie d'une jeune chorégraphe argentine terrassée à Paris par un cancer. »


« Ces tangos revisités (il y a aussi un boléro, Cenizas) portent en eux la nostalgie de l'exil, celui des Argentins installés à Paris, un sentiment qui n'est pas non plus étranger à Catherine Ringer, fille d'un juif polonais réfugié en France en 1947. »


L’article complet ICI link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 08/04/2014 20:24


La belle Catherine, la grande Catherine a rempli le Campo Santo peu de temps avant la disparition de Fred, sans garde du corps, sans podium, sans service d’ordre et ... sans retenue. Elle a
fini le set – épuisée – en nous offrant du Bowie pendant une demi-heure, comme à ses débuts. Râââ. Je n’ai pas encore acheté son album mais .... vite vite vite. Sur tes extraits, elle roule mieux
le « r » argentin qu’elle ne prononce (en l’avalant comme il faut) le « r » anglais. Les Frenchies n’y arrivent ja-mais ! 

Michel Smith 08/04/2014 13:26


Je ne m'en lasse pas d'écouter...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents