Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 12:00

photo--42-.JPGEn dépit de son titre et de l’identité de son signataire cette chronique concerne bien les gens du vin. Il est certes provocateur mais il permet, après une courte réflexion, de remettre nos petites pendules de blogueurs à l’heure. Ça ne fait de mal à personne, moi le premier, que de regarder la réalité bien en face.


Depuis quelques mois j’ai un compte sur Twitter @le taulierN1 et 287 followers, j’y publie mes chronique, @ vikash dhorasoo aussi mais lui a 68 769 followers et il publie ses chroniques sur le Monde.fr Sport. Donc nous faisons partis du marigot, lui à un niveau un peu conséquent, moi dans le fond du fond des ténèbres extérieures.


Et c’est là que j’en reviens au vin car le nombre des followers des gens du vin français, ceux qui ont occupé le créneau très tôt, se situe en général entre 2 à 5000 followers (Bourgogne Live @BourgogneLive toujours précurseur a 6 549 followers), à titre de comparaison Gary Vaynerchuk @garyvee a 978 408 followers. Nous sommes donc très modestes et restons dans la confidentialité d’un tout petit cercle.


Pour situer nos scores je donne quelques exemples : celui d’une grosse Twiteuse Nadine Morano @nadine__morano 105 179 followers, tout comme Jean-Marc Morandini @morandiniblog 423 692 followers, bonne audience aussi pour Bernard Pivot @bernardpivot 111 630 followers, du côté des footeux Pierre Ménès @PierreMenes 228 613 followers…


Tout ça pour bien souligner que la réflexion titre de Vikash Dhorasoo s’adresse aux gros bataillons de Twitter dont nous ne faisons pas parti.


Alors pourquoi écrire sur ce sujet ?


Tout simplement pour nous remettre à notre modeste place qui doit se mesure à l’aune de l’intérêt suscité par le vin sur les réseaux sociaux. Ne nous poussons pas trop du col quant à notre influence. Nous sommes à très bas bruit et notre signal reste peu audible auprès du grand public. Faut-il le regretter ? Je ne sais ! Mais ce que je sais c’est que le flux charrie tellement de bois flottés, de trucs sans intérêt, que selon qu’on est puissant en nombre de followers ou misérable comme moi en followers la stratégie n’est pas du tout la même. Dans le premier cas l’important est de chauffer le réseau en permanence comme le fait Joe Barton. À son propos Vikash Dhorasoo dans sa chronique du Monde.fr Sport du 12 avril « I love you Joey »link , qui est un petit chef d’œuvre d’humour et de pertinence impertinente, entre dans le vif du sujet sans prendre de gants « Quand on est con, on est con J'imagine que, dans le vestiaire de l'OM, la chanson de Brassens tourne en boucle. Joey Barton est violent, vulgaire, mais ce gars gère un business. Plus de 2 000 000 de consommateurs potentiels. On les appelle les followers »


Le Joey en question est Joey Barton, une sombre brute épaisse anglaise recrutée par l’OM, a récemment traité le défenseur brésilien du PSG Thiago Silva (PSG) de pussy qui désigne le sexe féminin en anglais ou veut dire « mauviette », puis de ladyboy, s'appuyant sur le stéréotype liant le Brésil au transsexualisme.


Alors on comprend mieux le tacle sans bavure des dits followers par Vikash Dhorasoo« C'est une nouvelle race de gens accros à leur mobile, leur PC. Des gens addict à la connerie des autres. Ils squattent un truc qui s'appelle Twitter, un truc de merde où les cons sont rois. Deux millions de nazes suivent un gars à l'affût de l'info, de la vanne, du bon mot, prêts à faire monter la sauce. On appelle ça « faire le buzz ».


Même s’il pousse un peu loin le ballon, en tentant de faire un grand pont, il n’a pas tout à fait tort le Vikash. Même si vous n’aimez pas le foot, vous aimerez bien, comme moi, Vikash Dhorasoo qui a toujours fait tache dans le monde très convenu des footeux car c’est un mec qui pense par lui-même. Pour les dirigeants des clubs de foot professionnels, qui ne brillent pas pour leur esprit d’ouverture, Vikash était classé dans la catégorie « emmerdeur ». Grand espoir au HAC, petit module 1,68 m à la Giresse, fin, technique et rapide, il a eu une carrière en dents de scie dans les grands clubs français Lyon, Bordeaux, PSG qui, fait très rare l’a licencié. Il fut 18 fois international A et à participé, sur le banc, à la Coupe du Monde 2006 en Allemagne où il filme la vie de l'équipe de France de l'intérieur avec une caméra amateur et en tire un film, Substitute, qui sort en salle début 2007.


Twitter, je l’ai déjà écrit link , en fonction de la qualité et de la crédibilité du titulaire du compte, est un très bon outil d’informations sur ce qui se passe dans notre vaste monde mondialisée. Tout le reste relève pour moi de la liberté individuelle qui comme chacun sait ou devrait le savoir s’arrête là où commence celle des autres. 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

parisot luc 10/05/2014 19:16


sa me fais grand plaisire de voir que d autre personne pense la mème chause que moi désormais je ne suis plus tous seule.


je trouve domage de disposé d une si belle tchnologie et quel soi utilisé de cette manière.


je m apperçois que se sont des gents frustré ,qui voudrai etre  mais qui ne le seront jamais.


je pense que la plus part confonde la réalité et le rève, je leur souhait dans prendre consience et dans consomé avec modération.


a bientot chères lecteurs luca corsica

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents