Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 00:09

20121009-Vignobles.jpg

 

Dans une chronique du 8 janvier 2010 je charriais notre Périco « On m'dit que Périco Légasse fait le vin de Suresnes mais pourquoi diable le maire recherche-t-il un vigneron désespérément ! » link


« La ville cherche à faire revivre le vin à Suresnes depuis plusieurs années, mais ne veut surtout pas changer cette activité en folklore, comme sur la butte Montmartre. Pour cela la municipalité s’est fait secondée par de grands noms pour stimuler la production viticole. Le grand critique gastronomique Périco Légasse est préposé à la vinification. » Là les bras m’en sont tombés tout le long du corps, j'ai brandiguolé, non que je misse en doute l’appellation de grand critique gastronomique octroyé à notre irremplaçable Périco, mais de là qu’on l’affublât du titre de préposé, qu’est celui dont la technocratie apatride des ex-PTT a collé à nos braves facteurs de terroir type Jacques Tati dans Jour de fête, ça ne m'allait pas du tout.


Pour moi la seule appellation d'origine contrôlée pour notre Périco c’était : vigneron sinon rien ! »


Donc Antoine Chopin, 25 ans, Parisien à la formation et l’expérience en viticulture déjà solides, a été recruté par la ville de Suresnes pour prendre soin des vignes municipales.


Il a 25 ans et c’est probablement le seul vigneron de France à se rendre dans sa vigne avec un Pass Navigo et à la bichonner avec vue sur la Tour Eiffel. Antoine Chopin a été recruté par la ville de Suresnes pour prendre soin des 4 800 pieds de la vigne municipale, plantés sur les pentes du Mont Valérien. Ce Parisien de naissance qui s’est destiné à l’âge de 20 ans à la viticulture, s’attendait logiquement à poser ses bagages professionnels en province. Jusqu’à ce qu’il tombe sur l’annonce passée par Suresnes.


Ancien élève du lycée Henri IV, Antoine doit sa passion pour le vin à ses parents, amateurs éclairés, et son grand père «chimiste de profession mais qui exploitait quatre hectares de vigne à Villié-Morgon (Beaujolais) ». De là sans doute son tropisme pour la Bourgogne voisine. « Ce qui m’a très vite intéressé c’est la rencontre entre l’agronomie et la culture, entre la viticulture et le patrimoine ». Un profil doublement fait pour Suresnes, dont le vignoble aujourd’hui replanté à 80% de Chardonnay, cépage bourguignon par excellence, remonte au 3e siècle de notre ère et orne le blason de la ville. » link


Alors, ce matin, je me suis dit qu’il fallait que je contribue à l’extension de votre culture du vin francilien en vous offrant de l’info sur le vignoble du Neuf 2 qui fut si cher à notre ex-Président. Voir chronique « La bandaison papa ça ne se commande pas…» link


« Depuis les années 1980, un regain d'intérêt entoure le vignoble des Hauts-de-Seine. Huit communes entretiennent des vignes municipales : Bagneux, Clamart, Chaville, Courbevoie, Rueil-Malmaison, Suresnes, Issy-les-Moulineaux et Meudon


L'Île-de-France a connu une longue tradition viticole. Rue du Pressoir, des Pincevins, clos des Morillons..., le nom des rues et des sentiers en a gardé la trace. Cap sur les raisins de Suresnes, Rueil-Malmaison, Bagneux ou Clamart… »link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Denis Boireau 05/11/2014 12:35


Mon bon Jacques, si tu peux me trouver les textes qui autorisent ces vignes , je t'en serais tres reconnaissant.


Pour l'instant les reponses de l'administration Francaise, comme de l'Europe a nos questions de vignerons amateurs, c'est qu'il faut des droits (futurs autorisations) de plantations. Droits que
l'administration Francaise ne donne pas aux amateurs, associations, et minicipalites. Aucune des vignes citees dans ton article n'a de droits. Les douanes peuvent les faire arracher. Sauf
Suresnes qui fut plante avant le systeme des droits de plantation.

Denis Boireau 05/11/2014 11:31


Il est a noter qu'aucune de ces vignes n'a de statut legal (sauf Suresnes).


Les douanes pourraient decider de les faire arracher.


La France et l'Europe ne proposent que des cadres juridiques pour les vignes destinees a produire des vins commerciaux, et rien pour les vignes familiales, patrimoniales, culturelles,
associatives, communales ou autres non-commerciales.

JACQUES BERTHOMEAU 05/11/2014 11:33



si les vins produits n'entrent pas dans le circuit commercial ces vignes ne risquent rien Denis



Luc Charlier 27/10/2014 11:42


A lire (sur FB aussi): http://coumemajou.jimdo.com/2014/10/27/ile-de-france-connection/

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents