Mardi 21 août 2012 2 21 /08 /Août /2012 00:09

Comme c’est étrange, alors que je venais de passer devant l’épicerie du 56 rue des Trois Frères, qui a servi de cadre à Amélie Poulain,Djamel Debbouze incarnait avec un naturel désarmant Lucien qui subit stoïquement les vexations continuelles que lui fait subir son patron M. Colignon incarné par Urbain Cancelier. Lieu devenu culte, tout comme le café des 2 Moulins, rue Lepic, où Amélie est engagée comme serveuse, pour les peuplades qui envahissent la butte Montmartre, et que je redescendais vers la rue des Abbesses pour accomplir le devoir de tout chroniqueur : dénicher une nouvelle idée, force était de constater que le quartier continuait de se boboïser : boutiques de fringues de luxe, un café proposant de la bouffe Newyorkaise, des restos chics et tocs…


220px-20051018Epicerie_d-Amelie_Poulain_2.jpg

Comme les terrasses des café, qui bordent la rue des Abbesses sur son flanc droit lorsqu’on la remonte en direction de la place, étaient empli d’un ramassis de touristes en tenue de touristes et de pseudo-intellos reconnaissables à leur négligé crade étudié, je décidais d’aller explorer l’antre de la cave des Abbesses qui a gardé son enseigne dépenaillée. Mon premier tour de piste me laissait sur ma soif, rien de très original mais je persistais. Bien m’en pris car, tout au fond, en haut d’un rayonnage bien peu affriolant je découvrais Tandem. Nouvelle référence cinématographique de l’errance de deux paumés : Jean Rochefort et Gérard Jugnot dans une parodie grinçante du Jeu des Milles Francs, le pauvre Lucien Jeunesse, paix à son âme, n’avait guère apprécié le film de Patrice Leconte.


phototandem.JPG

La floraison d’étiquettes, plus ou moins racoleuses, destinées à choper l’attention des bobos toujours en quête de différenciation, me gonfle un peu. Celle de Tandem était gentiment naïve mais ce qui m’intriguait c’était le palmier. Alors j’ai levé le nez pour lire le petit carton accolé en haut du casier où était exposé Tandem. J’y lisais : vin du Maroc, tiens pas fréquent chez nos cavistes peu adeptes du Boulaouane. Mais ce n’était pas tout, en gras, la mention Vin Nature excitait mes neurones assoupis. J’empoignais d’une main ferme la bouteille exposée pour y lire que cette Syrah nature était l’œuvre d’un grand maître de la Syrah, Alain Graillot.  Je me doute que toutes les fines bouches étaient informées mais j’appris que celui-ci s’était associé  avec Jacques Poulain, qui n’est pas le père d’Amélie mais un œnologue bordelais installé au Maroc au domaine Ouled Thaleb dans la région de Meknés. Pour compléter le tableau on me dit que « ce vin marocain, Tandem, qui n'est pas sans rappeler les Crozes Hermitage, est une vraie réussite de par sa fraîcheur et une découverte qui vous transporte sur les contreforts de l'Atlas »


phototamdem1.JPG

Bref, c’était bien un tandem, même si Alain Graillot, plus médiatique, était mis en avant sur l’étiquette, et je me délestais de 14,90€ pour acquérir un flacon. Cap ensuite sur la librairie des Abbesses pour une moisson de petits livres intelligents. Elle fut bonne et il ne reste plus qu’à trouver l’occasion de me lichetronner ce Tandem nature. Ça ne saurait tarder : affaire à suivre !


phototandem2.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés