Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 00:02

Je lis sur le portail de mon éminent confrère «Terre de Vins» que le salon Vinisud «victime de son succès» - la victimisation positive est un concept très tendance - voit fleurir à ses portes «une kyrielle de salons off plus ou moins fournis et suivis. Un salon off consiste en général à la réunion de plusieurs vignerons dans un endroit convivial, genre un restaurant, une petite salle, une grange, un domaine viticole, une cave, sans différences les uns avec les autres si ce n’est les vins et la tête du bonhomme» et de s’étonner «de ne pas assister dans les rues de Montpellier à une enfilade de lieux branchés, à la manière du festival d’Avignon, dont le off est devenu désormais o combien officiel

 

Vous comprendrez aisément que mon goût immodéré pour la biodiversité, mon penchant naturel pour tout ce qui diffère de la pompe officielle, mon amour pour celles et ceux qui empruntent des chemins de traverse, me prédisposent à poser un regard bienveillant sur cette profusion de vignerons et vigneronnes atypiques. Alors pourquoi n’ai-je pas pointé le bout de mon nez en ces lieux de convivialité ? Tout bêtement parce que je n’ai pas pu faute de pouvoir aller et venir facilement du In vers les Off et entre les Off puis le In et lycée de Versailles. En effet, puisque les Off veulent profiter de l’aubaine du déplacement vers Vinisud d’acheteurs de tout poils et de toutes nationalités, ils doivent se rendre à l’évidence première que ceux-ci portent d’abord leurs pas vers le magnifique Parc des Expositions perdu dans un lacis de voies peu carrossables. Les off sont donc des petites cerises sur le gros moka et, dans ce cas, l’exemple précurseur du Festival d’Avignon ne tient pas car là-bas il suffit, au fil de ses pas, d’aller et de venir, de choisir, de prendre son temps, de se poser à la terrasse d’un café, de goûter l’extrême plaisir de la flânerie entre les grosses compagnies et les small is beautiful.

 

À Vinexpo, profitant du beau temps, des pistes cyclables du maire de Bordeaux, j’avais réglé la question des moyens de locomotion à l’aide d’un vélo. Ici, dans la patrie du Leader Maximo, même si la température eut été plus clémente, enfourcher une bicyclette aurait relevé du suicide. Alors louer une auto ? Dans cette hypothèse, vu le plan de circulation, les travaux en tout genre et le bordel des parkings du Salon c’était me condamner à passer une bonne part de mon « précieux » temps au volant d’une auto. Donc mauvaise pioche ! Restait à réquisitionner un taxi pour faire le tour des Off. Là c’est ma bourse qui en aurait pris un coup vu la tarification « usuraire » de cette belle profession. En effet, contrairement aux USA où il est possible de négocier un prix de journée avec un taxos, dans notre beau pays le compteur tourne sans possibilité de transiger. Donc, exit le taxi ! Me restait, soit la bagnole d’un copain ou la marche à pied doublé d’auto-stop mais j’y ai renoncé de peur de me retrouver abandonné à mon triste sort dans un terroir reculé de la Septimanie chère au cœur du Grand Leader Maximo qui se fout de mes affres de besoins d’auto vu que lui il en a une avec chauffeur. Au fait j’aurais pu demander au Grand Jojo de me prêter sa grosse auto pour m’extirper des hangars de Vinisud.

 Sauf à vouloir en rester à la « débrouille » personnelle, ce qui ne colle pas vraiment avec le souci affiché des Off de draguer les flux d’acheteurs venant à Vinisud, le problème de la fluidité, de la facilité des déplacements est-il soluble pour la prochaine édition ? Ma réponse est oui. D’abord, via le Net, les blogs, les sites communautaires vous pourriez peut-être vous causer, et nous causer, même si vous êtes adeptes du « Hors Piste » ou que vous soyez «Les Amis de Laurent Bazin » ou que votre « femme est à la vigne » ou que vouliez que nous « venions à la source » ou que vous « soyez entre filles » ou en « melting potes ». Rassurez-vous je ne vous demande pas de vous grouper sous le même toit car ce serait sans doute attentatoire à votre singularité. Mon souhait c’est, qu’à minima, vous nous transmettiez un plan général des lieux de vos festivités, avec coordonnées claires pour GPS et, bien évidemment, avec le magnifique Parc des Expositions de Jojo le Maximo comme point de départ. Mon vœu le plus cher serait que vous puissiez imaginer un système souple de transport, soit par un ou plusieurs véhicules mis en commun, soit par l’organisation d’une bourse de covoiturage mettant en relations les pékins et les pékines comme moi qui errent sous les tôles de Vinisud alors qu’ils rêveraient de se trouver devant un beau buffet d’Anthony Cointre cuisinier ambulant à embeurrer leurs tartines pour déguster les fromages de Jean-Yves Bordier. J’ajoute que ce service rendu a un coût et que mettre la main à sa poche me semble dans l’ordre des choses.  

À la prochaine sur vos vins, chers off (prononcer chers zoft), en espérant que les organisateurs de Vinisud et les multiples discoureurs encombrant les tribunes veuillent bien cesser de s’auto congratuler pour penser que les « clients » de Vinisud ont droit à un service maximal et non à un j’m’en foutisme ripoliné par des communiqués de presse triomphant.  

 



Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Lebaron Olivier 02/03/2010 20:13


C'est donc bien cela Monsieur Berthomeau, vous auriez eu plaisir à parcourir les off s'ils étaient concentrés sur un même endroit, comme pour le festival d'avignon.
Mais je crains qu'on ne puisse pas demander aux satellites de se réunir au même endroit, enfin pas tout de suite.
Il fallait en choisir un au hasard, ou pour le lieu ou pour l'un des vignerons et vous laisser conduire. Et puis sur place, je n'ai pas retrouver les mêmes visiteurs qu'à Vinisud. Une bonne part
sont des amis d'amis, des particuliers et le reste des professionnels qui recherchent ce genre de vignerons et de vins.
C'est là, je crois, tout l'intérêt de ces off.


JACQUES BERTHOMEAU 02/03/2010 21:46



Vous ne m'avez pas bien lu : je ne demande qu'un minimum de logistique commune et non le système D, la débrouille ou votre vous n'avez qu'à choisir et si je voulais tous les voir pour choisir
ensuite est-ce trop demander aux languedociens que de s'intéresser aux acheteurs. Mais bon tout ça se passe entre copains, entre soit, alors pourquoi s'intéresser à mes désiderata semble la
dernière des préoccupations. Je trouve ce point de vue étrange mais bon sans doute les vignerons du off ne cherchent pas des débouchés nouveaux alors pourquoi se schotcher à Vinisud ?



mauss 01/03/2010 16:11


A lire ces commentaires, ça devrait résonner sérieux à Bordeaux où tant de châteaux veulent recevoir chez eux pendant les primeurs ! La sagesse voudra donc que les journalistes sérieux donnent une
priorité absolue à la très bonne organisation de l'UGCB.


Iris 01/03/2010 11:34


Ayant souvent souffert de la presque impossibilité d'arriver au Parc d'Exposition par transports publiques (ce que je préfère, en bon écolo:-) - j'ai du prendre ma voiture ce coup-ci, pour arriver
avec tous les vins à notre off à Aéroporthôtel. Là, par contre, facile à trouver, facile, pour ce garer, du calme quoi (je n'ai même pas entendu un bruit d'avion dans la salle:-) ).
Pour le trouver: il y avait un pan sur notre site-blog-commun, il y avait même une navette gratuite offerte pour aller de Vinisud à l'hôtel, donc on peut prévoir ce qui vous a manqué, cher
Jacques.

Pour ce qui est la coordination entre "Offs", je pense aussi, qu'il devrait être possible d'améliorer cela avec un peu de bonne volonté - cela prouvera au moins, qu'on n'est pas dans un milieu de
"concurrence", mais qu'on croit pouvoir cultiver notre individualisme, notre différence dans un climat de vraie convivialité - aussi entre vignerons "off".

Après, comme pour le vin: à chacun de choisir. il y a le "facile à boire", sans se casser la tête et le vin, qui dermande d'y investir un peu plus de temps, celui qu'on boit dans les fêtes et celui
qu'on savour plus au calme (et je ne dis pas, que les deux ne se peuvent pas trouver partout, attention!), dans un cadre plus intime.

J'aime bien le recit des chants corses de Jean Clavel - s'il était passé hors piste, on aurait pu entamer le tourdion
ou la coupo santo ensemble:-)!


JACQUES BERTHOMEAU 01/03/2010 11:41


Chère Iris ce qui m'a manqué c'est un plan d'ensemble des off me permettant de mettre à profit les 2 jours passés à Montpellier. Vu la féquence des navettes pour l'aéroport c'était beaucoup de
temps d'attente et donc j'ai préféré m'abstenir.


Michel Smith 01/03/2010 08:56


Les off en général - hormis ceux qui sont sur ma route, comme le dit David - me font perdre du temps. J'en ai vécu un, Dimanche après midi (j'avais aussi du temps), et j'ai constaté de nouveau, en
dépit de la gentillesse de l'accueil, que si une telle participation avait eu lieu lundi, par exemple, en plein milieu de Vinisud, j'aurais perdu mon temps.

Comme beaucoup de gens, je me déplace pour Vinisud, pour le salon et ses centaines d'exposants, pour les vins d'une seule et unique région, sachant là aussi que Vinisud perd sa raison première en
accueillant le Sud Ouest, par exemple. Dans le off où j'étais, baptisé "Melting Potes", il y avait du Champagne, du Bordeaux, de l'Angevin, du Bourgogne, du Piémont... et seulement quelques
domaines languedociens. 

Bref, rien de vraiment concret hormis le fait de recevoir ses commerciaux, de se congratuler et de se retrouver autour d'un buffet entre camarades, sans oublier quelques pic assiettes et le risque
de tomber sur un contrôle routier aux alentours de Béziers. J'ai trouvé aussi que ce melting pot dans lequel seul trois ou quatre domaines de qualité avaient leur raison d'être, rassemblait des
viticulteurs qui ne partageaient pas vraiment les mêmes valeurs. Mais je me trompe certainement. 


Clavel 01/03/2010 08:50


Bonjour, j'ai participé à un off, avec mon groupe de chant choral traditionnel, chez un vigneron très connu du Pic Saint Loup qui avait invité tous les membres de son groupe "Signatures" qu'ils
soient du sud ou plus du nord. Cela se passait la veille de l'ouverture de Vinisud et c'était très sympa, il y avait des huitres Corses et des vins de patrimonio, des beaujolais, bourgognes,
bordeaux, champagnes et autres et je suis revenu avec 5 Morgon que nous dégusterons lors de nos futures répétitions. Nous répétons et dégustons tous les lundi. La mère du vigneron de Morgon étant
Corse d'origine et nous avons chanté plusieurs pièces Corse (Corti et Dio Salve Régina (c'était notre récompense). Les off se font souvent la veille et ne gènent en rien le salon principal.Sont
invités les professionnel de la mise en marché clients habituels de l'inviteur dont les principaux sont souvent logés par le vigneron. C'est ce que fait mon fils Pierre et ils sont bien présents le
lendemain au salon. Le prochain Vinisud verra sans doute une nette amélioration de l'organisation et de la circulation par la mise en service de la trés grande salle (15 000 places) dont la
construction se termine. Une astuce que je pratique pour le parking, il y a proche de l'expo un Auchan à l'immense parking à 10 minutes à pied et on peut se dégager par l'arrière vers Lattes et
l'autoroute A9 .Jean Clavel


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents