Samedi 13 octobre 2012 6 13 /10 /Oct /2012 00:09

Primo une nana qui se prénomme Marie-Ange ça a pour moi le petit côté léger des Gazelles, troupe de danseuses de la Mothe-Achard en Vendée où les Solange et les Marie-Ange étaient légion, qui me fait rêver à mes jeunes années.


Secundo une gonzesse qui ose écrire dans l’ambiance très politiquement correcte actuelle « si vous voulez faire chier un maximum  d’innocents, jetez-vous sous une rame de métro à une heure de pointe »  ça force le respect du vieux cycliste parisien que je suis qui, les jours de pluie, obligé de plonger sous terre, à toujours du mal à supporter l’annonce des fameux accidents de personne à la station Odéon.


Tercio j’ai un a priori très favorable pour une madame qui a tiré le portrait de ce cher Pierre Desproges et qui a écrit une biographie de William Sheller.

9782757803653fs.gif

Pas sûr pour autant que j’accompagnerais la Marie-Ange avec sa copine « qui fait critique gastronomique » dans le dernier « resto qui se la pète » (page 182) pour fouler « des moquettes de dix centimètres d’épaisseur » et se retrouver « au centre du désert de Gobi, en moins peuplé » Non pas parce que le lieu soit à chier « du gris, du jaune poussin, du design post Feng Shui, une délicate senteur de savonnette à la rose, une musique genre « veuillez patienter quelques instants tous nos conseillers sont en ligne » et qu’il n’y ai âme qui vive dans le binz ou parce que Marie-Ange et sa chroniqueuse ont  « déjà testé trois pinards » et attaquent le quatrième (même si ça m’énerve les gens qui parlent de pinard). Non, tout simplement, parce que je ne suis pas sûr qu’elles aient payé l’addition. Peut-être que je me trompe et je suis prêt à faire acte de contrition.


mag-hpim4505_3.jpg

Pas sûr non plus que j’aille dîner chez elle, encore faudrait-il qu’elle m’invitât, car vu que « cuisinez sans souci, qu’ils disent » (page 114) lui semble  plus inabordable que la Somme de Thomas d’Aquin, et qu’elle met « vingt seconde pour cramer un steak »  et que lorsqu’elle s’attaque au mijotage elle obtient un « résultat désagréable : les aliments nageaient à la surface du mouillement comme des noyés dans le sas d’une écluse ambiance Maigret. » Faut pas pousser le bouchon trop car ça a tout à fait la même gueule que les mecs qui affirment ne pas savoir faire cuire un œuf.


ca-m-enerve-marie-ange-guillaume-9782847421972.gif

Ceci écrit la Marie-Ange avec son « Ça M’énerve » chez LEPASSAGE www.lepassage-editions.fr 17€ fait tout de même, à la manière d’une parisienne non-révisée, œuvre de salubrité publique en traitant des nuisances de tous les jours « les irritations, les furoncles, les gâchis d’humeur, les casse-couilles en tout genre, les hotlines, la feuille de laitue décorative piégée dans la sauce (Gastronomie page 48)… Et puis, comme la Marie-Ange dit MERCI, page 186, «  à Gégé, qui m’a vendu le petit vin sympa avec l’étiquette rigolote. » le secrétaire-perpétuel autoproclamé de l’Amicale du Bien-Vivre dites des Bons Vivants ne peut que vous proposer de lire en amuse-bouche sa chronique « Mon caviste préféré me conseille » et je la dédie à Paco d’Ivry qui ce samedi accueille plein de vigneronnes.


vin-bio-biodynamie-vins-naturels-L-1_f88670.jpeg

-         Bonjour Gégé, je voudrais un petit vin sympa.

-         Quelle couleur ?

-         Rouge.

-         Pour aller avec quoi ?

-         Je ne sais pas, je suis invitée… Des nouilles, je crois.

Il a une étiquette rigolote, celui-là. Il est sympa ?

-         Trop charnu pour les nouilles.

-         Ey l’autre, là ?

-         Il est gourmand sur le  fruit mais il a un nez un peu  réduit.

-         C’est grave ?

-         Le nez réduit, ça sent le cul, faut l’aérer. Celui-ci a l’acidité volatile, et l’autre plutôt le nez lactique, qu’est-ce que tu préfères ?

-          ???

-         Sinon, y a celui-là, il est tendu comme un string.

-         Heu…  Ça m’inspire pas trop…

-         Prends l’autre, alors. Tellement c’est minéral, on a l’impression de sucer de la caillasse.

-         Et un vin qui sent le vin, tu as ?

-         Ah oui, le petit nouveau, là. Ç a gazouille et y a de la mâche.

-         De la salade ?

-         Non, de la structure.

-         E dans le genre léger qui fait pas mal demain ?

-         Celui-là ! Il est d’une incroyable buvabilité !

-         Bon, ben je vais prendre celui avec l’étiquette rigolote.

 

P.S. Hormis les mots de la catégorie nouilles, sympa, rouge, etc., tous les termes employés ici sont empruntés au vocabulaire en vigueur dans le métier, sinon c’est pas drôle.

 

Reçu le lendemain de l'écriture d e ma chronique et  ça m'énerve

 

Bonjour Madame,

Je me permet de vous contacter puisque je travaille actuellement au développement du rayonnement de mon site internet de conseils et de tutoriels pour la maison. Dans ce cadre, je développe des partenariats rémunérés avec des sites comme le vôtre, puisqu'ils sont en adéquation avec la démarche qualité que je souhaite mettre en place.


Le partenariat rémunéré que je vous propose pourra se présenter de la forme suivante :

Un partenariat d’une durée significative (au moins 6 mois voire un an) se caractérisant par la mise en place d’un petit texte de quelques mots présent sur votre page d’accueil avec un lien renvoyant vers mon site.

Je reste à votre disposition si vous avez de plus amples questions.
En attendant une réponse de votre part, je vous remercie par avance de votre considération.

Bien cordialement,

 

Elodie

 

Elodie Perrin elodie.darieusec@gmail.com

512ZZF6427L._SL500_AA300_.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés