Lundi 23 avril 2012 1 23 /04 /Avr /2012 00:09

 

Ay-015.JPG Lundi matin, le roi, la reine et le petit prince… je rembobine… le taulier, sa petite auto et son autoradio ont mis le cap sur l’est, direction Aÿ-en-Champagne. Fait frisquet mais beau et la petite auto noire s’échappe de Paris sans subir le coup de bouchon. Le bel Olivier lui avait donné sa feuille de route alors le Taulier se gavait de musique sur l’autoroute. En chemin ses vaches à lait le rattrapaient et dans l’habitacle de la Twingo, à la voix d’Alanis Morissette succédait une causette (kit mains libres) avec sa Perrette au pot au lait préférée. Il obliquait vers Epernay. Au bout d’un chemin de vignes, descendant d’un coupé Mercédès noir une dame, type permanente platinée, déposait dans un bac prévu à cet effet ses déchets ménagers. La vallée de la Marne, et oui, toute honte bue, le Taulier allait vers Aÿ pour la première fois de ma vie. Des excuses il en avait, ses pas l'avaient toujours conduit, dans sa longue carrière, plutôt vers la déshérence que l’opulence. Que Ghislain lui pardonne il promet de s’inscrire aux cours de rattrapage où il promet de ne point ramener sa fraise sur le béton des droits de plantation. Bon, il trouvait le moyen de se perdre dans Aÿ qu’est la banlieue d’Epernay mais la dame avec sa drôle de voix lui dictait le droit chemin pour gagner le Castel Janson où se tenait la manifestation d’une bande organisée.champagne-001.JPG

Ay-012.JPGchampagne-003.JPG

Selon une jurisprudence bien établie le bel Olivier manquait à l’appel. Normal sous ce climat, l’olivier craint le gel. Seul et abandonné il entrait donc de plain-pied dans « terres et vins » et allait saluer l’ami Pascal Agrapart qui arborait l’avatar de la manifestation : le pull marin. Ensuite il allait claquer la bise à l’ami Boulard qui lui avait omis de ceindre sa taille de chanoine des rayures susdites. En bon politique le taulier serrait des pinces amies  dont celle de Paco d’Ivry. Comme on était sur le coup de midi il apaisait son estomac qui criait famine en se tapant un fromage de tête de première bourre alors qu’Olivier et un petit coup de rouge manquaient à l’appel. Ce n’était pas tout ça il lui fallait justifier mes kilomètres et jouer au maître dégustateur de vin clair.

Ay-022.JPG

Ha, le vin clair ! Pour les loulous et les petites louves qui se prendraient les pieds dans les qualificatifs : ce n’est pas un vin jaune qu’aurait éclairci (je dis ça pour signaler que j’ai bavardé avec Olif descendu de sa montagne pour gagner la Marne). Donc, pour faire simple c’est du vin de champagne qui n’est pas du Champagne mais qui va se faire des bulles en bouteille. Comme l’Olivier manquait toujours à l’appel pour guider mes pas je pensais que ce n’étais pas François Audouze qui allait le suppléer vu qu’il n’aime que les vins vieux. Bref, j’engageais ma virée dans la plus parfaite discrétion. À l’entrée il m’avait été remis un verre, un petit carnet vierge et un crayon : qu’allais-je en faire ? Pour le verre pas trop de soucis, j’ai assimilé les fondamentaux du craché sauf qu’il y a toujours devant les vasques prévues à cet effet d’éminents confrères qui, s’estimant incontournables, ne daignent pas bouger leur postérieur pour laisser libre l’accès. Un de ces 4 je leur enverrai un petit jet sur leurs grolles pour leur apprendre la politesse.


Ô surprise j’ai pris des notes mais après avoir lu les commentaires des experts de la LPV link mon front s’est couvert de honte, que je n’ai pas bue, mais si le mercredi des cendres avait eu encore court j’aurais recouvert ma tête de celle des sarments des vignes de David Léclapart car ils sont en contact direct avec la lune. J’aurais été biodynamisé, ce qui pour un Taulier, qu'est l’amortit et quasi-obsolète, eut été l’équivalent d’une triple dose de DHEA. Bref, comme je me tamponne le coquillard des polémiques sur la biodynamie (pardon David c’est l’Olivier, qui s’est fait porter pâle, qui m’a présenté David Léclapart), Steiner connais pas, j’ai décidé de vous faire part du plaisir que j’ai eu de retrouver David Léclapart à Aÿ (même punition, même motif, pour mes autres amis vignerons rencontrés à Aÿ, mais il leur faudra attendre que ma plume s’exerce sur leur talent).

Veronique-5192-e1334291429681-1024x608.jpg

« 3ème génération de vigneron, David Léclapart est formé à l'école d'agrobiologie de Beaujeu. Après s'être essayé dans différentes activités, il revient auprès de ses vignes et trouve son épanouissement, en particulier dans la biodynamie (depuis 1998). Son travail au cellier est à l'image de ses convictions viticulturales, il évite tant que possible d'intervenir dans la vinification. Il travaille aujourd'hui 2,75 ha sur le terroir de Trépail Premier Cru, dont 90% est planté en Chardonnay. Exception dans la Montagne de Reims, ce terroir possède un magnifique potentiel que David réussit parfaitement à révéler : puissance, minéralité et longueur sont les mots justes pour décrire les vins de ce vigneron tout aussi sympa que talentueux ! » 

 

« Pour moi, la biodynamie c'est le bon sens ! » Ainsi David Léclapart, résume-t-il au journaliste de l’Union ce choix, de rejoindre en 1998 le « clan » de la biodynamie. Clan, tant aujourd'hui encore (même si les mentalités évoluent bien) beaucoup lorgnent ces vignerons du coin de l'œil, comme s'il s'agissait d'illuminés. A ce propos, David précise tout de go : « Certes, je consulte le calendrier lunaire, mais mon premier réflexe, comme tout bon paysan, reste de regarder par la fenêtre et d'agir en fonction de la météo du moment ». Pour résumer donc : oui, la position des astres influence le travail en vignes et dans le chai; oui, David s'en inspire; non, ce n'est pas « sa bible viticole ».

 

« Profiter sans exploiter »

« Je suis un fermier-métayer, ayant choisi de vivre en harmonie avec la nature, profitant de ses atouts mais sans l'exploiter »

 

4 cuvées millésimées mais non-déclarées, on peut cependant connaitre l'année en regardant sur la contre-étiquette : "L.V02" indique le millésime 2002… Toutes ses cuvées commencent par la lettre A comme pour annoncer la naissance commune des champagnes et du métier de vigneron de David.

L'Amateur : 100% chardonnay vinifié en cuve. (n’était pas présent à la dégustation)

L'Artiste : 100% chardonnay ; 50/50 cuve et fût de chêne

L'Alchimiste : 100% rosé de macération (donc pur pinot noir) ; 24h avec trois pigeages. Le domaine est réparti à 90% chardonnay et 10% pinot noir

L'Apôtre : 100% chardonnay ; 100% fût de chêne. Un vin issu de la parcelle « Pierre Saint Martin », les vignes ayant été plantées en 1946.

Veronique-8666small.jpg

Pour cette dernière cuvée remarquable, usant de mon patronyme d’apôtre : Jacques le Majeur, je l’ai rebaptisée « Pierre Saint Martin n’a connue que le cheval… » Mais déjà, comme je suis un vieux cheval de retour, il fallait que je prenne le chemin du retour. Ce que je fis en oubliant de faire la bise d’au revoir à Francis mais bon, comme je lui ai promis d’aller faire de l’enjambeur dans ses vignes un de ces 4, je suis absous de ma faute. De toute façon je ne brancherai pas mon GPS vu que c’est fléché Via Francigena.

Ay-016.JPG

Comme les lauréats des Oscars, des Césars, je remercie David Léclapart de son accueil souriant, je remercie mes groupies, je remercie tous les amis rencontrés, et bien sûr je ne saurais oublier le faux régional de l’étape le bien nommé Olivier Borneuf qui, tel un ange gardien, a su veiller d'en haut sur le pauvre taulier égaré en terre champenoise. Je reviendrai dès que mes vaches m’auront lâché la grappe. C’est promis les amis. Je donnerai une conférence de presse sur ce que je pense des droits de plantations (joke).

Ay-018.JPG Aÿ 010

578212_3397860457939_1012563940_32639633_629065425_n.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Bonjour Jacques,

Vous m'aviez promis une salade de bois vert… Je n'en demandais pas tant ! À ma décharge, je pensais en toute bonne foi que vous vouliez des infos sur les événements et non un guide pour la journée ce que j'aurai fait avec le plus grand des plaisirs. Mon cher Jacques, je suis désolé pour ce malentendu ! Alors même que vous trainiez vos pas à Terre et Vins je faisais mes gammes à Trait d'Union ! Et lorsque les miens eut une chance de rejoindre les vôtres vous deviez avoir déjà pris la poudre d'escampette ! Que les vignerons en témoignent j'étais à Terre et Vins ! Je sais que vos lignes m'invitent à réparer ce non-événement : je vous propose donc de venir à vous sur Paris avec quelques échantillons que nous pourrions déguster avec quelques personnes de votre choix, qu'en dites vous ? Je ne veux pas en rester là vous vous en doutez bien !

Très amicalement 

Votre fidèle lecteur !

Commentaire n°1 posté par Olivier Borneuf le 23/04/2012 à 08h12

Olivier,

Vous avez été le piment de ma chronique c'est déjà beaucoup et Espélette ça vous dit quelque chose. OK pour la proposition qui pourvoiera à mon éducation champenoise qui en a bien besoin.

Bon anniversaire et merci

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 23/04/2012 à 08h17

Et en plus le jour de mon anniversaire ! Vous avez le don !

Olivier 

Commentaire n°2 posté par Olivier Borneuf le 23/04/2012 à 08h15

On poursuit en off ! Ceci dit David Leclapart a le mérite d'expérimenter et d'être fidèle à lui-même, quand tout cela coïncide les vins sont absolument délicieux… Sinon j'en aurais pas dans ma cave ! Donc bravo à David et à tous les autres vignerons entrepreunant !

 

Commentaire n°3 posté par Olivier Borneuf le 23/04/2012 à 08h41

Merci Jacques,
Grand Merci au secrétaire perpétuel de l'Amicale des Bons Vivants d'avoir honoré de votre visite la 4éme édition du Salon Terres et Vins de Champagne et pour ce compte-rendu.

Les amateurs de vins vieux avaient quelques vieilles bulles pour égayer leurs papilles, nous étions quelques uns à avoir apporté quelques 1976, .. 1994, ... 1996 & 1997 ... de derrière les fagots, sous les tables. 

 

Commentaire n°4 posté par Francis Bd le 24/04/2012 à 17h45

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés