Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 00:09

chr_cam_03_42.gif

 

J’ai reçu d’une main amie le « Rapport d’étape à la réflexion stratégique sur les perspectives de la filière viticole à l’horizon 2025 » daté du 18 décembre 2013. Je l'ai gardé au chaud en me disant que j'avais mieux à faire qu'à revenir sur le sentier de la guerre mais au moment où la grande foire agricole du SIA va fermer ses portes et les réseaux sociaux frémissent encore de l'affaire Giboulot, une petite piqure de rappel ne saurait faire de mal à nos brillants stratèges en chaise longue... 

 

Commande ministérielle : « Lors de la présentation du projet de loi d’avenir pour l’agriculture devant le Conseil Supérieur d’Orientation et de Coordination de l’Economie Agricole et Alimentaire (CSO), le 17 septembre dernier, le Ministre de l’agriculture a annoncé qu’il confiait à FranceAgriMer et à son Conseil d’administration la mission de conduire une réflexion sur l’avenir des filières agricoles et agroalimentaires. »


L’objectif de co-construire une stratégie à moyen terme permettant aux filières agricoles et agroalimentaires de relever les défis majeurs qui engagent leur pérennité, dans une approche intersectorielle.


NDLR : la filière vin n’est pas au sens propre une filière agro-alimentaire mais un couple production-commerce et une approche intersectorielle me semble peu pertinente. 


 Avertissement « La contribution du conseil spécialisé de la filière viticole de FranceAgriMer étant attendu pour la fin de l’année 2013, les membres du conseil spécialisé de la filière viticole ont souligné que l’exercice de réflexion demandé était difficile avec la contrainte calendaire imposée. »


Étonnement d’un ancien petit rapporteur et questions : attendre et voir, reculer pour mieux sauter ou tout bêtement ne pas choisir alors que tous les éléments des choix stratégiques sont sur la table depuis bien longtemps.

 

Donnez-moi 6 mois de plus M'sieur le bourreau, pardon M'sieur le Ministre « Néanmoins, compte tenu que la filière viticole était à un moment «charnière» et que des questions d’importance se posaient actuellement, les membres du conseil spécialisé ambitionnent d’établir un plan stratégique complet, pertinent et nourri d’un plan d’actions. Ce plan stratégique pourrait être présenté pour avis au conseil spécialisé de la filière viticole en juin 2014 »


NDLR : ces messieurs les anglais vont-ils enore tirer les premiers pour nous vanner ?


« Avec les faits du passé lorsqu’il s’agit de répondre à la question : pourquoi n’avons-nous rien fait ou presque rien, face à une situation donnée qui, avec le recul du temps, apparaît comme ayant dû provoquer une prise de conscience, déclencher un sursaut, impliquer des choix clairs, générer des décisions courageuses, deux attitudes sont à proscrire : les occulter et s’en exonérer pour ceux qui étaient en charge de décider, les ressasser et en tirer avantage pour ceux qui, sans être des visionnaires, avaient fait l’effort minimal d’analyse afin de proposer une stratégie pour tenter de relever les défis. 


Pour faire simple « AGIR, plutôt que RÉAGIR... »

 

« J’ai toujours voulu que l’avenir ne soit plus ce qui va arriver mais ce que nous allons faire » Henri Bergson.


Fermez le ban !


Ce n’est pas moi qui repasse le plat mais le magazine US Harpers qui titre « First Berthomeau, now it’s plan B »

 

 

Chronique du 28/10/2009link

 

Alors, 10 ans après allons-nous avoir ce fameux plan B ?


« Le travail présenté ci-après sous forme d’un rapport d’étape à la réflexion stratégique sur les perspectives de la filière viticole à l’horizon 2025 ne se veut volontairement complet et exhaustif. Il tente de dresser un état des lieux et un constat les plus partagés possible et hiérarchise les principaux enjeux. Les objectifs et le plan d’action complets seront intégrés dans le plan stratégique final. »


NDLR : Nous les Français sommes les champions du monde des états des lieux, des constats, des analyses complètes et exhaustives mais ça ressemble  beaucoup à la stratégie du trou du sapeur Camember.

 

1-      L'adjudant-major interpelle le sergent Bitur : « Que signifie, sergent, ce tas d'ordures dans la cour de la caserne ? Si dans une heure ce n'est pas enlevé, je vous ferai savoir comment je m'appelle ! »


2-      Bitur fait venir Camember : « Sapeur, lui dit-il, je vous imprime l'ordre de creuser un trou pour à seule fin d'y mettre ces ordures et autres, si non je vous fera-z-un peu voir comment j's'appelle ! »


3-      Camember, qui ne tient pas à savoir comment s'appelle le sergent Bitur, a creusé un trou et y a délicatement déposé les ordures. Puis il demeure perplexe : « Oui, se dit-il, mais, maintenant, la terre du trou,… ousque j'vas la fourrer ? »


4-      « Sergent ! interroge Camember, et la terre du trou ? — Que vous êtes donc plus herméfitiquement bouché qu'une bouteille de limonade, sapeur ! Creusez un autre trou !… — C'est vrai ! » approuve Camember.


5-      Camember creuse donc un deuxième trou et y dépose la terre du premier, puis il redevient perplexe : « Oui, mais la terre de ce deuxième trou, se redit-il… qu'est ce que j'en vas faire ? »


6-      « Sergent ! réitère Camember,… ousque j'vas la mettre celle-ci ? — S'pèce de double mulet cornu ! m'ferez quatre jours pour n'avoir pas creusé le deuxième trou assez grand pour pouvoir y mettre sa terre avec celle du premier trou.


Conclusion : ça fait 10 ans qu’on attend alors à quoi bon se presser vu que pendant ce temps-là les affaires continuent et qu’apparemment tout le monde est content en campant sur les fameux bons chiffres du commerce extérieur de la branche vin&spiritueux.


Nos stratèges de Montreuil continuent de s’interroger après leur beau constat et de l’excellence de état des lieux, ne riez pas SVP : une question centrale et stratégique se pose « La France viticole a-t-elle vocation à être présente sur tous les segments de marché tant en France qu’à l’international : du vin destiné à un second usage au vin « icon ».


Et bien sûr suit une batterie de 7 questions d’importance qui « nécessitent des réponses claires de la part de la filière viticole (et pour certaines des pouvoirs publics) pour formaliser une stratégie cohérente. »


AFFLIGEANT !

 

Le père Killy, ravi, d'un p'tit tonneau lui fit

Une paire de planches, et dit : « aller, vas-y mon p'tit »

« Vas doucement, c'est tout bon,

C'est tout bon bon bon, c'est tout bon

Killy, c'est bon, c'est bon, c'est tout bon

Vas doucement, c'est tout bon ! »

 

D’où mon titre volontairement provoquant : EXPLICATION

 

C’est le film Patton sorti en 1970, et qui  remporta sept oscars, qui m’a fait découvrir ce personnage haut en couleurs. Georg Smith Patton fut un général très controversé, fort en gueule, brutal mais courageux, mais unanimement considéré par ses pairs comme un grand stratège capable d’élaborer et d’exécuter des plans audacieux et gagnants. Proche du terrain il a fait émerger de nouvelles méthodes de commandement De même, ses tactiques basées sur des offensives rapides et agressives se sont traduites par le développement de nouvelles doctrines dans le domaine de la guerre mécanisée.


MV5BMTI5ODQ5MDgzNV5BMl5BanBnXkFtZTYwMzA5NzE5._V1_SY317_CR7-.jpg

 

Lors de l’invasion de la Sicile, l’opération Husky, Patton fut affecté au commandement de la 7e armée américaine devant débarquer au sud-ouest de l'île pour soutenir la 8e armée britannique du général Montgomery qui elle attaquait par l'est. Le 1er corps blindé et ses 90 000 hommes débarquèrent le 10 juillet 1943 repoussant les contre-attaques des allemands devant Gela et Patton mena personnellement ses troupes contre les renforts allemands.


Rapidité et sens de la décision, alors qu’initialement Patton devait couvrir le flanc gauche des forces britanniques mais comme celles-ci était  en difficulté devant Messine il força la main d’Alexander il fut autorisé à prendre Palerme. La 3e division d'infanterie du major-général Lucian Truscott avança de 160 km en 72 heures et arriva à Palerme le 21 juillet. Patton se tourna alors vers Messine qu’il investit le 16 août dans la soirée juste avant l'arrivée des forces britanniques.


« Oublier Palerme » d’Edmonde Charles-Roux, épouse de Gaston Deferre  Prix Goncourt 1966


Charles-Roux-Edmonde-Oublier-Palerme-Livre-222694530_ML.jpg

 

« Babs travaille dans la rédaction d'un magazine à New York et semble prise au piège de ce petit univers, soumis aux règles de l'arrivisme et de l'hypocrisie. Ce monde, Gianna Meri, une Palermitaine amie de Babs, le refuse. Contrainte à s'exiler après la guerre, elle ne parvient pas à s'insérer dans cette ville trop grande, trop symétrique. Face à elle, Babs et Carmine Bonnavia cherchent à oublier leurs racines et à s'assimiler à cette société américaine. Pourtant, la Sicile est plus forte et parvient toujours à reprendre les siens. »

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Sitting Bull 01/03/2014 09:25


On attribue à Patton les mots suivants: " les plants c'est bien joli jusqu'au premier coup de canon".


Ma petite éducation militaire était que lorsque vous aviez une mission d'appliquer la formule suivante:" En vue de, je veux, à cet effet..."


Le "à cet effet" existe toujours; Sur ou sous-dimensionné. Cependant il y a absence cruelle du "en vue de, je veux". Donc une armée désoeuvrée qui tourne en rond.


Desproges aurait pu dire "Quant à ces féroces soldats, je le dis, c'est pas pour cafter, mais y font rien qu'à aboyer dans nos campagnes."


Nous avons tout pour bien faire, mais nous le faisons mal. Donc au prochain coup de canon, ceux qui fuirons en premier, non plus de cette armée désouvrée, mais alors en déroute, ce seront la
majeure partie des officiers...


Les hommes du rang feront ce qu'ils pourrons...

Roger Feuilly 01/03/2014 04:49


Je suggère à nos brillants stratèges de la filière viti-viticole de prendre conseil auprès du chien de Patton : il paraît que c'est lui qui inspirait les décisions de son maître...

Roger Feuilly 01/03/2014 04:40


Je suggère à nos brillants stratèges de la filière viti-vinicole de prendre conseil auprès du chien de Patton, il paraît que c'est lui qui inspirait les décisions de son maître...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents