Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 00:09

En Une du Parisien Dimanche même pas le Tour de France mais un gros titre « Alcool chez les Jeunes »  L’alerte « Selon de récentes études, 25% des jeunes de moins de 17 ans ont des ivresses répétées. Un constat qui alarme les spécialistes en addictologie qui pointent du doigt la publicité pour les alcools qui fleurissent sur Internet. »

 

« Boire de l’alcool est-il en train de devenir le geste symbole de la cool attitude chez les jeunes ? Alors que les vacances commencent et que les apéros géants vont se multiplier sur les plages et les campings, plusieurs spécialistes de santé publique tirent la sonnette d’alarme devant le phénomène. Le docteur Olivier Phan, psychiatre au centre Emergence à Paris, spécialisé dans les addictions, note que « boire un coup pour faire la fête est tout à fait normal, mais pas les beuveries systématiques. Or, on voit de plus en plus souvent dans nos consultations des jeunes qui évoquent un rite quasiment incontournable pour être dans le coup ». En écho, le nombre d’ivresses des jeunes est en forte progression et concerne un quart d’entre eux.

Selon les associations anti-alcool c’est la faute à Internet ! « L’autorisation de la publicité pour l’alcool sur le Web depuis un an, dans le cadre de la loi Hôpital, patients, santé, territoires, a changé la donne. Les alcooliers sont maintenant très créatifs pour cibler les jeunes » indique le professeur Gérard Dubois, à la tête de la nouvelle association Alliance prévention alcool.

Ce médecin dénonce de façon plus large une « offensive en cours pour démanteler la loi Evin, qui protège la santé publique. » Il prend comme exemple la future « chaîne de télévision consacrée uniquement au vin », qui, selon lui, ouvre une brèche dans laquelle vont s’engouffrer d’autres chaîne de télé »

Et Philippe Batel, chef du service d’addictologie à l’hôpital Beaujon de Clichy de renchérir « Un des principaux facteurs d’explication est qu’il existe un mouvement organisé qui vise à valoriser le statut de l’alcool auprès de la cible jeunes. Et ça marche. Pour les jeunes, l’alcool, c’est devenu la cool attitude » et de dénoncer la publicité sur le Net, les bureaux des Grandes Ecoles subventionnées par les marques d’alcool qui fournissent de grandes quantités d’alcool pour leurs soirées étudiantes et aussi, cerise sur le gâteau, les 800 groupes de discussions sur Facebook qui font la promotion de l’alcool. « Ils détournent ironiquement les messages sanitaires en disant par exemple : « A consommer avec modération, mais qui c’est ce modération ? »

Affligeant ! A trop vouloir prouver ces messieurs se ridiculisent. Réduire la cause essentielle de ces beuveries à la publicité ou aux groupes de discussions sur Facebook est à la hauteur de leur compréhension profonde de ce qui se passe réellement autour d’eux. S’il y a des groupes alcooliers qui abusent, détournent la loi, mais qu’ils les trainent devant les tribunaux et ils seront condamnés. Ici, j’ai dénoncé il y a fort longtemps le phénomène du binge-drinking et je ne vais me laisser fourrer dans le grand sac d’opprobre de ces messieurs. De plus, je leur signale que la loi n’a fait que combler un vide juridique de la loi Evin vis-à-vis de l’Internet en France et qu’avant sa promulgation les grands annonceurs ne se privaient pas sur la Toile. Alors attribuer les beuveries à la publicité sur le Net n’est guère pertinent. L’obsession de l’interdiction tient chez eux de thérapie face à leur échec patent dans la lutte contre l’alcoolisme. Ils se trompent. Persistent et signent avec leur croyance dans leurs gri-gri des messages sanitaires. C’est dramatique.

Pourrions-nous un instant, un seul instant, en remisant aux vestiaires les effets de manche, les fonds de commerce, mettre sur la table tous les éléments du dossier « alcoolisation des jeunes », en étudier l’étendue, les ressorts profonds, les causes, afin d’élaborer une stratégie réaliste et efficace pour combattre ce fléau ? A force de vouloir tout interdire, d’enserrer les individus dans des corps de règles qu’ils n’ont de cesse de transgresser : vitesse au volant par exemple, de ne jouer que la carte d’un moralisme sans éducation, de ne croire qu’en la communication, de nous enfumer dans les seuls visions des seuls spécialistes, le résultat est là, bien là, les formes d’alcoolisme évoluent avec l’état de nos sociétés sans que nos autorités sanitaires soient en état de lutter efficacement contre elles. Nous n’avons que les alcoologues que nous méritons, accrochés à leur « spécialité », réparateurs de dégâts d’une société sur laquelle ils n’ont que peu de prise et qui s’accrochent à leurs courtes visions des choses : supprimons la vision du flacon et nous aurons moins d’alcooliques (le Dr Craplet médecin délégué de l'ANPAA signe un édito dans le bulletin Addictions : Vive les apéros géants... sans alcool. Et oui tout serait simple si les choses de la vie était simple... Vraiment une telle approche témoigne de bons sentiments mais ça ne peut tenir lieu de politique de santé publique).  Si c’était vrai ça se saurait. Alors un peu d’humilité, un peu moins de bruit médiatique, un peu plus d’ouverture d'esprit, un peu plus de dialogue avec nous les affreux défenseurs d’un monde de responsabilité où la consommation, le plaisir du vin, font parti de notre bien vivre ensemble. Je m'arrête car j'ai déjà beaucoup écrit sur le sujet simplement à titre d'information je vous joins les chiffres d'une étude européenne sur la consommation d'alcool par les jeunes.  

 

EUROPEAN SCHOOL SURVEY PROJECT ON ALCOHOL AND OTHER DRUGS (ESPAD)

(26.3.2009, LISBON) La consommation de drogues illicites parmi les jeunes de 15-16 ans semble stabilisée ou en faible diminution, selon le rapport de la dernière étude ESPAD. Cette étude, menée dans 35 pays européens, révèle également une diminution de la consommation de tabac (au cours du mois dernier) parmi les jeunes collégiens-lycéens. Cependant, les consommations massives d’alcool sont alarmantes et doivent attirer toute notre attention.

Rapport (version anglaise)


This is the fourth data-collection wave conducted by the ESPAD project, with multi-national surveys carried out in 1995, 1999, 2003 and 2007. Over 100,000 school students took part in the latest survey. Of the countries participating, 25 were EU Member States. The 2007 ESPAD report : substance use among students in 35 countries, available in English, will be complemented by a multilingual summary produced with the support of the EU drugs agency (EMCDDA). The EMCDDA includes ESPAD data in its annual reporting on the drug situation and the two bodies work closely together under a cooperation framework signed in 2007. One of the aims of this accord is to broaden access to the information and expertise gathered by the project.


La consommation d’alcool chez les jeunes en Europe est préoccupante : 3 pays sortent du lot, le Royaume-Uni, l’Ile de Man et le Danemark.

1. Il y a des pays où la quantité d’alcool consommée par occasion est faible ET une fréquence de consommation élevée :

- l’Autriche,
- l’Allemagne,
- la Grèce.

2. Il y a des pays où la quantité d’alcool consommée par occasion est élevée ET une fréquence de consommation moindre :

- le Royaume-Uni,
- les pays nordiques (Finlande, Islande, Norvège et Suède).

3. Et il y a des pays où la quantité d’alcool consommée par occasion est élevée ET une fréquence de consommation élevée :

- le Danemark,
- l’Ile de Man.

En général, les garçons boivent plus et plus souvent que les filles, sauf en Islande.

Les garçons boivent surtout de la bière et les filles des alcools forts.

4. En terme d’ivresses au cours de l’année et des 30 derniers jours, tout comme pour les épisodes de binge drinking (5 verres ou plus par occasion), sont surtout concernés les jeunes :

- du Danemark,
- de l’Ile de Man,
- du Royaume-Uni,
- d’Autriche.

Ce comportement est plus fréquent parmi les garçons, sauf en Norvège et au Royaume-Uni.

5. Entre 2003 et 2007, les épisodes de binge drinking (5 verres ou plus par occasion de boire) ont augmenté de manière très importante dans les pays suivants :

- Portugal (+ 31 points en %),
- Pologne (+16 points en %),
- France (+15 points en %),
- Croatie (+14 points en %),
- Bulgarie (+12 points en %).


En ce qui concerne les jeunes français, 9% déclarent 6 épisodes ou plus de binge drinking où cours des 30 derniers jours :

- ils sont au-dessus de la moyenne européenne (7%)
- ils sont au 5ème rang, comme en Bulgarie,
- ils sont derrière l’Ile de Man (16%), Malte (15%), l’Estonie (14%) et le Royaume-Uni (13%).

JPG - 326.9 ko


Les garçons français sont au 4ème rang (13%) :

- bien au-dessus de la moyenne européenne (9%),

- comme le Royaume-Uni (13%),

- et derrière Malte (18%), l’Estonie (17%) et l’Ile de Man (16%).

JPG - 331.6 ko


Les jeunes françaises sont au 6ème rang (6%) :

- dans la moyenne européenne (5%),

- comme les Tchèques et les Slovaques (6%),

- derrière l’Ile de Man (18%), Malte (13%), le Royaume-Uni (12%), l’Estonie (11%), la Norvège et les Iles Faroe (8%).

JPG - 311 ko

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Soe 31/07/2010 15:37



Pfff ... comme si les jeunes avaient besoin qu'on leur mette une bouteille sur leur écran pour boire ... En plus, j'ai jamais vu de pub pour l'alcool sur le Net. Et les groupes Facebook sont un
symptôme, pas une cause, vu que ce sont les jeunes eux-même qui les créent.


Ils pourraient déjà regarder ce qu'ils achètent pour voir la différence : la pub se fait sur des grandes marques, alors que les jeunes achètent la majorité de leur alcool en sous-marque, budget
oblige. De la même manière, interdire la vente d'alcool aux mineurs dans les bars ne change rien, vu que c'est pas là qu'ils boivent le plus. Et ya toujours un "grand" pour passer la commande ou
payer à la caisse du supermarché. 


Les soirées murges existent, et sont un phénomène dangereux par tout ce qu'elles impliquent : accidents de la route, sexe non protégé ou non désiré, blessures (verre brisé, chutes ...), comas
éthyliques, sans parler des risques pour la santé et la vie sociale et professionnelle à long terme.


Qu'est-ce qu'on peut vraiment y faire? Je ne sais pas trop. Eduquer les parents pour qu'ils éduquent leurs enfants? Enseigner à apprécier de bonnes choses en petite quantité plutôt que des
alcools dégueulasses en grande quantité? Parer au malaise qui est vraiment une des causes de cet alcoolisme? Changer la mode pour que ce ne soit plus "cool" d'être bourré?



tchoo 07/07/2010 15:22



Allez encore n'importe nawak!


la faute à internet et à la chaine du vin


Je vois bien autour de moi une cohorte de jeunes se beurrer la gueule à l'Entre deux mers ou aux Cotes de Bordeaux et le viticulteurs en bon dealers qu'ils sont se frotter les mains, à l'idée de
la mercédès qu'ils vont prochainement pouvoir se payer.


C'est ça la réalité du moment, sans aucun doute !



LALAU 06/07/2010 09:25



Dans le même esprit, ma contribution... Rien de neuf, évidemment, mais il faut continuer à enfoncer notre clou de la Liberté chérie


Chroniques Vineuses - Hygiénisme, almalgame, autocensure et autres ...



acheter vin 06/07/2010 09:08



Tout cela est ridicule ! Il s'agit avant tout d'un phénomène de société qui n'est certes pas à encourager, mais internet n'y changera rien. Tout au plus peut on admettre qu'internet facilite
grandement la communication et par voie de conséquence l'organisation spontanée d'apéros géants et je crains que ceux-ci ne favorisent plutot la consommation d'alcools plus durs que le vin.


 


On est en pleine démagogie.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents