Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 00:09

photo310.JPG

 

Nous papotions.


-          Voudrais-tu être jeune ?


J’ai hésité et répondu : « oui, et non… »


Oui parce qu’avoir 20 ans et un tout petit peu plus c’est l’âge de tous les projets, l’amour, construire sa vie, se réaliser, accomplir ses rêves, assumer son ambition et ses contradictions ; et non, car les temps sont si durs pour une belle part de cette jeunesse que je ne me sentirais pas le courage de faire un bis. Une réponse de presque vieux, fatigué, blasé, posant son sac, qui, réflexion faite, me donnait le sentiment que je lâchais prise. La retraite, quoi… un je ne sais quoi de résignation insupportable. 


Vous allez me dire, peu importait ma réponse, qui n’était pas une réponse de normand mais un balancement, j’ai l’âge de mes artères et pas le choix !


En êtes-vous si sûr ?


Imaginer est-ce interdit aux retraités ?


Non, le champ des possibles reste ouvert. Il suffit de se laisser aller pour recueillir et accueillir le léger souffle des autres.


La réponse à la question de mon amie je l’ai trouvée mardi après-midi, sous un ciel gris et déprimant en maraudant sur mon beau vélo : Si j’étais à nouveau jeune je voudrais être Jiang Qiong-er !


photo311.JPGphoto312.JPG

 

Mais qui est donc Jiang Qiong-er ?


524666-jiangqionger_01.jpg

 

C’est une belle jeune femme de 36 ans, née à Shanghai en 1976, petite-fille d’un artiste traditionnel, le peintre Jiang Xuan Yi qui avait étudié à l'étranger, et fille d’un architecte reconnu Xing Tong He qui a signé bon nombre de musées et de bâtiments officiels. Un pur produit de l'intelligentsia du régime communiste. Je ne l’ai, bien sûr, jamais rencontré donc je vous livre la suite de sa biographie telle que glanée dans la presse Clément Ghys Libération du 20 JUIN 2013.


« Avec son frère, de deux ans son aîné, elle est repérée par le Children’s Palace, sorte de conservatoire artistique dans la plus pure tradition de l’élitisme communiste. Enfant, elle devient la disciple de deux «maîtres», un peintre et un calligraphe. Elle intègre l’université Tongji, en sort diplômée en design. Son exposition de fin d’études fait sensation dans l’effervescence du Shanghai des années 90. 

 

Dans la Chine de Deng Xiaoping et Jiang Zemin, les étudiants rêvent de partir pour les États-Unis. Jiang Qiong Er est acceptée par des facs américaines mais opte pour la France. Le sens du défi, probablement. Comme lorsqu’elle débarque à Nice, refusant d’intégrer une école de langue pour s’inscrire en lettres modernes. «Pendant des mois, je n’ai littéralement rien compris. Mais je n’avais pas le choix.» Elle en garde un français impeccable, entre ensuite aux Arts déco, à Paris, et retourne en Chine où elle ouvre une agence, multipliant les casquettes entre graphisme, architecture intérieure, set design. Remarquée par la filiale chinoise d’Hermès, elle conçoit les vitrines de plusieurs boutiques du sellier français en Chine. Puis rencontre Patrick Thomas, président de la griffe, et Pierre-Alexis Dumas, le directeur artistique. Ensemble, ils évoquent le projet d’une maison de luxe chinoise, «dont les objets seraient fabriqués dans le pays, mais ouverte au monde entier». Elle travaille essentiellement avec des artisans, des personnes âgées qui ont caché leur savoir-faire pendant la Révolution culturelle, et qui cherchent aujourd’hui à transmettre leurs connaissances… »


Mais pourquoi Jiang Qiong-er ?


Parce qu’elle déclare :


« Le vrai luxe c’est le temps que l’on se donne. »


« Le luxe, c'est du temps et de l'émotion »


« Si l’on conçoit une aventure en pensant au retour sur investissement ou à la marge financière que l’on pourra faire dans cinq ans, ce n’est pas la peine. Chez Shang Xia, le vrai luxe c’est le temps que l’on se donne. Nous avons lancé des chantiers avec des artisans il y a plus de quatre ans, qui n’ont rien donné de concluant. Nous les poursuivons en espérant qu’un jour peut-être, ça mènera quelque part.»


photo307.JPG

 

Loin de la pacotille, de l'image bas de gamme accolée au made in China, elle réalise des objets simples, élégants, fabriqués avec des matières premières les plus précieuses par des artisans au savoir-faire ancestral. « Il m'a fallu trois ans pour trouver des artisans, les amener à ce projet, les inciter à innover. Devenir partenaire a été un travail de longue haleine ». Pendant la Révolution culturelle les plus doués des artisans, qui sont maintenant âgés, avaient dû cacher leurs talents et Jiang Qiong-er a dû les convaincre de créer ou de transmettre leurs savoirs aux jeunes générations.


Mardi après-midi donc, lorsque j’ai posé ma superbe flèche d’argent face au Shang Xia, 8 rue de Sèvres dans le 6e et que j’ai poussé l’huis entre deux beaux jeunes hommes masqués je n’ai vraiment pas eu l’impression de me retrouver dans le royaume de l’ostentation, bien au contraire face à la beauté des matières j’ai de suite adhéré à cette « vie simple et splendide » que veut proposer Jiang Qiong-er. J’ai pris le thé dans une tasse de porcelaine diaphane.


Bien sûr les prix sont pharaoniques mais…


Mais il faut 2 semaines de travail pour produire un seul manteau en feutre de cachemire


photo302.JPGphoto303.JPG

 

« Nous nous sommes inspirés de la dynastie Han (600 ans avant Jésus- Christ) pour faire ce vêtement, explique Jiang Qiong Er, c’est un savoir-faire qui nous vient de Mongolie mais nous avons remplacé le feutre en laine,- trop lourd et peu commode et mal adapté à nos vies urbaines, par du feutre en cachemire -, beaucoup plus léger", explique posément la fondatrice.


Pour réaliser ce manteau, feutré entièrement à la main, il faut deux semaines aux artisans de Shang Xia. D’où le prix de 4.700 euros. « Nous ne sommes pas une marque de mode contrainte de faire tourner rapidement ses collections, nos vêtements visent l’intemporalité », fait remarquer Jiang Qiong Er. »


photo304.JPGphoto305.JPGphoto306.JPG

 

« Même recherche de la perfection artisanale avec ce service à thé en porcelaine et en bambou tressé à la main. Là encore il faut du temps : dix jours pour faire une théière et trois jours pour une tasse. C’est Ji Quan Liu, maitre artisan de la région du Sichuan qui est dépositaire de ce savoir-faire si particulier qu’est le bambou tressé » Thiébault Dromard dans Challenges.


photo301.JPG

J’aime le beau.


J’aime ce que fait la main.


J’aime la vie simple et splendide.


J’aime la manière de Jiang Qiong Er de retranscrire le passé et la culture de son vieux pays.


photo308.JPG

 

Et nous, que faisons-nous de notre fameux patrimoine ?


« Si la France dispose aujourd’hui d’une culture, au sens d’un art de vivre reconnu et apprécié, incluant la mode, la gastronomie, toutes sortes d'expression d’indépendance, ce n’est pas pour la défendre comme un village d’assiégés rétrogrades, et oublier de promouvoir et exporter ses propositions. Pour cela, les grandes villes disposées à célébrer leur singularité, New York, Rio de Janeiro, Pékin, ne manquent pas. Elles se feraient un plaisir de découvrir les coutumes de leurs filles à fromages, ambassadrices spontanées d’une autre manière de consommer. »link


Allez, trêve de défaitisme, d’aquoibonisme, de déclinisme je suis sûr qu’il y a dans notre vieux pays des Jiang Qiong Er en herbe à nous les vieux baby-boomers de leur laisser tout l’espace pour s’épanouir comme les 100 fleurs du Président Mao cher au cœur des soixante-huitards révisés made-in-conso…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Jean-Baptiste DANEL 23/09/2013 12:37


Le vrai luxe serait-il le retour de l'esclavage ? J'avoue avoir été choqué lorsque passant également devant cette boutique un soir en bicyclette, j'y ai vu les deux "hommes cariatides" qui, de
nuit, portent un lampion. A quoi cela rime-t-il ? Faut-il vraiment renchérir le luxe au point d'inclure dans le prix d'un manteau en feutre de cachemire la quote-part de salaire de ces esclaves
modernes ? Qui, vraisemblablement, dépasse celui versé aux artisans d'origine!

JACQUES BERTHOMEAU 23/09/2013 12:43



Non les artisans sont bien payés quand aux mecs c'est un petit boulot comme les autres qui n'a rien de dégradant. Il est des indignations qui ne me  touchent pas 



Nadine Franjus 21/09/2013 10:07


C'est joliment réconfortant de voir un jeune talent avec une telle lucidité sur le luxe. C'est dommage que cette beauté fondée dans l'universel et l'intemporel ne puisse se partager avec tout le
monde. Imaginons un monde où l'on donnerait du temps aux êtres pour qu'ils laissent germer en eux leur talent, un pays où l'on respecterait les vieux pour leur savoir précieux. Merci Jacques pour
cette fenêtre ouverte sur un ciel pur. Qui sait, un jour on pourrait transformer des chomeurs en artistes ou en professeur. Non?

patrick axelroud 21/09/2013 08:10


Sur, et cela peut se retrouver dans toute les classes sociales et pas seulement au niveau du luxe façon Hermés ( révérence parlée)  si justementon on leur donne ce seul luxe qu'est
effectivement le temps.Mais sans être absolument défaitiste le retournement de valeur ,que l'on sent frémir ca et la, n'est pas encore à l'ordre du jour.Le Moloch n'est pas prêt à lâcher prise
quand on voit la proposition de loi de DUFLOT qui n'a rien de rigolo et qui tend à réduire à peau de chagrin les possibilité de recours administratif contre des projets immobiliers dont le seul
intérèt est le lucre ( rappelons nous que le pont de l'ile d'Olérons à été réalisé sans permis de construire !)

Feuilly 21/09/2013 02:19


j'en suis venu à bout... et la nuit se termine

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents