Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 00:09

Aujourd’hui faut que je fasse vite car j’ai du lait sur le feu.

Ma chronique je souhaitais la titrer « Si ÉVA m’était COMTÉ : elle raffole de MARCEL PETITE et des Tronches de Vin » mais je me suis dit ils vont comprendre queue de chique.

Et pourtant !

Besançon est la capitale de la FRANCHE-COMTÉ et samedi dernier ÉVA et ses 4 compères y officiait, au lieu-dit les Gourmands Lisent les Tronches de Vin ont fait un tabac : la preuve...

.531649_433845186691356_1720401724_n.jpg

.051

Puisque vous voulez tout savoir et rien payer sachez que cette nuit-là :

1-               Beaucoup de quilles sont tombées au champ d’honneur.  

2-             Les hommes furent vernis.487686_10151532116784873_1563016138_n.jpg

3-             La femme du boulanger fut honorée.061

4-             La maison de verre fut envahie pour une courte nuit.

Si vous n’avez rien compris : tant pis !

Ce qui compte c’est le COMTÉ qu’ÉVA a acheté dimanche au marché. Du Marcel Petite bien entendu : la preuve en image.

208689_10151351831476342_435900060_n.jpg

Le mystère du titre alambiqué étant levé le taulier, qui fut sobre comme un chameau déjanté au cours de cette mémorable soirée, en profite pour éduquer les petites louves et les petits loups des villes sur « les cultivateurs intelligents des environs de Genève et des montagnes du Doubs et du Jura qui se sont réunis en associations »

S’ils se sont réunis c’est que petits éleveurs ne possédant que 2 ou 3 vaches, ils ne pouvaient assurer à eux seuls la fabrication de fromage de Garde.

Les Fruitières, au sens originel du mot fruit, du latin fructus, fruit, « revenu, production » En 1846 elles sont décrites ainsi par l’Encyclopédie Moderne.

« Chaque associé apporte soir et matin son lait à la laiterie commune. Le fruitier le mesure et tient note de la livraison sur un bâton fendu en deux, dont une moitié reste à la fruitière et l’autre emportée par l’associé. À la fin du mesurage de la seconde traite, le fruitier additionne les livraisons de chaque associé. Celui qui a livré le plus de lait a le produit en fromage de la fabrication de ces deux traites. On additionne toutes les livraisons, on soustrait de cette somme le lait de celui qui a eu le produit, et il doit le reste  à la société. Chaque jour le lait qu’il apporte est reçu en déduction de sa dette, et lorsqu’il a payé cette dette, il redevient créancier de la société »

Et elles fonctionnaient ainsi :

« Pour 50 vaches, il y a un maître fruitier, un aide, un premier gamin et un deuxième gamin. Le maître fruitier trait les vaches, fait le fromage, l’emmagasine et le soigne. L’aide trait les vaches, coupe le bois dans la forêt, fait le service et surveille les gamins ? Le premier gamin trait les vaches et les garde ; le deuxième gamin porte le lait dans la chaudière, le passe et fait exactement le service d’un chien de berger. Le maître fruitier reçoit environ 80 francs pour les quatre mois que les vaches passent à la montagne ; il est nourri ainsi que l’aide et les deux gamins. L’aide reçoit 50 francs ; le premier gamin 15, le second 12. La traite à lieu à quatre heures du matin et à quatre heures du soir. Chaque traite dure une heure ; environ quatre minutes par bête. Les vaches donnent en moyenne 8 à 9 litres chaque jour pendant quatre mois ; on leur donne du sel au moment de la traite. Une fruitière produit par jour deux fromages de 15 à 20 kg chacune. »

Enfin, pour ceux qui raillent le terroir qu’ils sachent que toujours selon l’Encyclopédie Moderne « le climat, la nature de pâturages ont une influence incontestable sur la qualité du fromage, et ce qui le prouve, c’est qu’ils varient de qualité dans des lieux de fabrication différents, lors même que la fabrication a été entièrement semblable. »

Vieux-Page-012.JPGVieux-Page-013.JPG

photo--11-.JPG 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Julie - Les Gourmands lisent 23/03/2013 10:17


Cher Taulier, merci pour ce billet sur un des fleurons de notre région. Notre comté préféré vient d'Arsure Arsurette ...


A très bientôt, cher Taulier, bises

luc charlier 23/03/2013 09:38


Où va-t-on si le Taulier nous trompe sur les provenances, même si c’est pour plaire aux belles ? On m’a dit que, plutôt qu’une
(usu)fruitière, il préfère leur .... nue propriété ! Brune, blonde, dis-tu Grüner. Et les vertes et les pas mûres
alors ? A propos, comment va le Val d’Adda ?

Grüner 23/03/2013 09:05


Je t'i déja vu en compagnie d'une belle blonde à qui tu faisait de jolies phrases à l'anniversaire de Franck... Blonde,
brune il lui faut toutes :)

JACQUES BERTHOMEAU 23/03/2013 09:08



Insatiable oui toutes...



gruner Antoine 23/03/2013 08:56


le Taulier a été trompé par ses sources Mais j'avoue qu'il a toujours raison ;)


 

JACQUES BERTHOMEAU 23/03/2013 08:58



Non le Taulier savait car il a des oreilles mais il adore faire des belles phrases pour faire joli ça plaît aux belles 



Grüner Antoine 23/03/2013 08:35


Eva a acheté son Comté au marché ?? :) Cher Taulier permettez moi de pouffer gentiement :) 


Amicalement


 


Antoine

JACQUES BERTHOMEAU 23/03/2013 08:45



Le taulier a toujours raison même si ça fait pouffer 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents