Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 00:09

Le titre de cette chronique est aussi NUL que la déclaration du journaliste britannique Jamie Goode : 90% des vins sont de la merde. Je fais confiance à Hervé Lalau, link dont le sérieux est bien connu, qui rapporte cette saillie.

leschaisesperces.jpg

Libre à chacun d’exprimer son opinion, qui plus est lorsque l’on exerce la profession de critique, mais les mots pour l’exprimer, lorsqu’ils se situent au niveau de la cuvette des chiottes et des étrons qui y barbotent, n’éclaboussent et ne souillent que celui qui les utilisent.


En 2001, je me suis permis d’écrire, à propos des seuls vins Français, en un Rapport Officiel de la République : « Sous les grandes ombrelles que sont nos appellations d’origine contrôlée, surtout sous celles qui jouissent de la plus grande notoriété, s’abritent des vins moyens voire indignes de l’appellation. Succès aidant ou pression d’une demande momentanée une grande part de nos vins de pays, petits nouveaux dans la cour, se sont laissés aller, comme certains de leurs grands frères AOC, à confondre rendement administré, moyenne arithmétique, et qualité du  produit. » Je ne sens donc parfaitement légitime pour dire au sieur Goode que son propos est stupide, tant dans la forme que sur le fond.


« Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques.» disait Mark Twain et René Crevel d’ajouter « Précisions, statistiques : autant d'inutiles obscénités.» 90% ça frappe les esprits faibles, mais, fort justement, Abe Burrow, souligne que « La raison d'être des statistiques, c'est de vous donner raison.»


146680_262EDXZZG11FWPZOVLY4TK2X57FEOC_latrines_romaine_H221.jpg

M’en fout de la grosseur du pourcentage ! Une louche de plus ou une pelletée de merde de moins qu’importe ! Ce qui m’horripile c’est la suffisance et la grossièreté de ce type de propos. Pour qui se prend-il se garçon ? Libre à lui d’éreinter, d’assassiner, d’écrire pique pendre sur les vins qu’il déguste, en les citant. C’est dans la logique de la critique. Cependant, même si avant le papier d’Hervé j’ignorais qui était Jamie Goode, honte à moi David, selon le sieur Pousson, qui sait tout, ce jeune homme aurait plutôt tendance à ne publier que des papiers laudateurs. Sans doute ne prend-il pas le temps de déconseiller le flot de merde qu’il déguste par ailleurs pour justifier la confection de sa goûteuse statistique.


Tout ça n’a pas grande importance car, logiquement, les critiques de vin ne s’adressent qu’à la frange la plus intéressée, la plus cultivée parfois, des consommateurs de vins. Les autres, ceux qui ingurgitent les 90%, l’océan de merde de Jamie Goode, produit bien sûr par des producteurs de merde, vendus par des vendeurs de merde, comme ils ne savent pas qu’ils engloutissent de la merde, puisque nul ne leur dit précisément que telle bouteille qu’ils achètent au supermarché c’est de la merde, n’intéressent personne. S’il est un produit où le consumérisme de masse est à son degré zéro c’est bien le vin. Ce qui veut dire en clair que le sieur Goode, en dépit de ses déclarations éclaboussantes, se tamponne comme de sa première couche culotte de l’information de ces pauvres débiles qui boivent des trucs à chier. Comme je le comprends, le vin du peuple n’existe plus, le vin de monsieur et madame tout le monde subit les mêmes outrages que la masse des produits que fourgue l’industrie agro-alimentaire qui n’intéressent guère la critique gastronomique mais séduisent parfois certains grands chefs qui, moyennant finances, sponsorisent de plats cuisinés en sachets.


pot-de-chambre-ancien-emaille-I20943-00-540.jpg

N’étant, selon la terminologie d’un sémillant garçon très en vue pendant tout un temps au RU comme au-delà des Pyrénées, chalutant selon toute vraisemblance selon Jamie Goode dans les 10% de la crème des vins, même ceux fort en une forme de MG, qu’un petit blogueur de merde, vous ne vous étonnerez pas de mon intérêt pour ce qui n’est, après tout, qu’un sous-produit humain qui participe au cycle de la vie en retournant à la terre nourricière, l’humus quoi. Plaisanterie mise à part si je viens de vous infliger une nouvelle chronique ce n’est pas principalement pour fustiger le sieur Goode mais pour mettre en lumière un phénomène très usuel dans les lieux clos, les espaces délimités et fermés, quel que soit le nom qu’on leur accole, le besoin de se démarquer, de se faire remarquer, d’exister. Pour y arriver soit on prend le chemin de l’intelligence, de la pertinence pour être reconnu par ses pairs, soit faute, souvent d’y arriver par ce chemin, de faire du bruit, de la démagogie, en prenant à témoin le plus grand nombre qui n’en peut mais, de jeter des soi-disant pavés dans la mare pour provoquer des remous. C’est le parti choisi ici par Jamie Goode : après avoir plongé sa jauge dans le grand tonneau son œil acéré lui a permis de nous asséner la cruelle vérité : 90% des vins sont de la merde…


Messieurs les vignerons Français faites vos comptes : à partir de vos déclarations de récolte ça fait combien d’hectolitres de merde Made in France ? Je n’aurai pas la cruauté de demander à notre statisticien britannique de convertir ce fleuve odoriférant en cols et de réaliser l’hydrographie région par région car je pense qu’il risquerait de finir dans un tonneau de coaltar et de retraverser le Channel bien emplumé. Cependant, je rappelle pour la petite histoire le « Vin de merde » appellation d’origine Aniane incontrôlée existe link et je suggère au gargotier qui l’a mis sur le marché de demander à Jamie Goode de parrainer la prochaine cuvée 2012 puisque c’est un expert en la matière.

 

Voir aussi les propos d'Enrico Bernardo : 90% des vins français valent le caniveau : link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Gosselin Jean-Noêl 15/11/2012 08:32


 


Le provocateur est l'allié des flics.C'est
quelqu'un qui dénonce,qui suscite la réaction pour ensuite en profiter.


The goal is reached!


 


 

Lalau 14/11/2012 13:04


Comme c'est moi qui ai levé ce lièvre, je me dois de dire qu'il n'y a aucune anglophobie là-dedans. Jamie met dans le même sac toutes les origines, il n'a pas fait preuve de francophobie, non
plus.


Par ailleurs, le terme de "vin de merde", pour moi (et je pense, pour Jacques) est aussi condamnable dans bouche de J.-P. Coffe à propos du Beaujolais Nouveau, que dans celle de Jamie Goode.
Bref, ils ont tort, sur ce coup - comme ça peut nous arriver à tous, moi le premier. C'est un constat.

Luc Charlier 14/11/2012 12:58


Jacques, tu extrais pour m’en faire reproche un seul membre de phrase d’un commentaire qui compte une vingtaine de lignes et qui ne
constitue pas l’essentiel de mon intervention. Laquelle va dans ton sens d’ailleurs.


Mais, comme tu y reviens, l’opposition de vues systématique – tu sais que je suis un fanatique de l’Ecosse et, partant, toujours un
peu « réservé » moi-même envers les Anglais – entre un grand nombre de Français (tu vois, pas de %) et vos voisins de Manche est frappante pour tout observateur étranger. Chez
Hervé Lalau, pourtant « prof. d’anglais » pour faire simple, on observe la même chose. Note que moi, ce sont les Hollandais qui m’insupportent et je ne m’en défends que très faiblement.
On a chacun sa .... tête de Turc.

JACQUES BERTHOMEAU 14/11/2012 13:09



Luc je n'ai aucune phobie surtout envers des peuples pris dans leur ensemble je reproche parfoisaux dirigeants allemands que l'aventure européenne d'Adolf nous a amené les cosaques jusqu'à Berlin
et l'ércetion du  rideau de fer qui nous a obligé à nous payer une armée et des trucs nucléaires pour les protéger



Luc Charlier 14/11/2012 12:57


Jacques, tu extrais pour m’en faire reproche un seul membre de phrase d’un commentaire qui compte une vingtaine de lignes et qui ne
constitue pas l’essentiel de mon intervention. Laquelle va dans ton sens d’ailleurs.


Mais, comme tu y reviens, l’opposition de vues systématique – tu sais que je suis un fanatique de l’Ecosse et, partant, toujours un
peu « réservé » moi-même envers les Anglais – entre un grand nombre de Français (tu vois, pas de %) et vos voisins de Manche est frappante pour tout observateur étranger. Chez
Hervé Lalau, pourtant « prof. d’anglais » pour faire simple, on observe la même chose. Note que moi, ce sont les Hollandais qui m’insupportent et je ne m’en défends que très faiblement.
On a chacun sa .... tête de Turc.

Luc Charlier 14/11/2012 12:04


Le problème n’est pas tant le fond du propos : nous serons nombreux à penser qu’un grand nombre de vins mis en bouteille ne
présente guère d’intérêt et le terme de crap, tout excessif qu’il soit, peut être considéré comme un écart de langage dans la bouche d’un homme manquant curieusement d’expérience de la
communication publique – peut-être avait-il bu ou fumé au moment d’écrire ces lignes. Moi, ce qui me gêne, c’est l’utilisation d’une donnée statistique (un pourcentage en l’occurence) qui ne
repose manifestement sur RIEN. On me présente l’homme comme un « scientifique » - c’est ma formation à moi aussi, par hasard – mais je doute qu’il en ait gardé le meilleur.


Par contre, la provoc’ est réussie – j’y ai souvent recours moi-même mais j’espère de manière moins ordurière, sinon
outrancière.


Le débat me paraît TRES intéressant, avec en filigrane un soupçon d’anglophobie chez les Froggies.


Enfin, je suis persuadé – mais je ne peux en apporter la preuve chiffrée, même pas un petit pourcentage – que l’offre des vins
« tout venant » Outre-Manche est encore plus banale que celle qui prévaut en France et en Belgique. Dans la GD, mais ausi dans les chaînes spécialisées en vins (il y a des multitudes de
« Nicolas » différents au UK), vous trouvez surtout des vins répondant à une catégorie de prix (2.99£, 3.49£, 3.99£ etc ...). Souvent, ils ne présentent néanmoins pas de défaut du tout.
Mais c’est tout ce qu’on peut en dire.


Dans ces circonstances, je bois plutôt de l’eau ou de la bière. Mais, pour cette dernière, « a large proportion is
piss » pour faire dans le même registre que Jamie. Vous voyez, je peux être vulgaire aussi, mais sans citer de pourcentage, cela me rend plus crédible.


Allez, Jamie : Goode ! Bye-bye, Jamie B
Goode !

JACQUES BERTHOMEAU 14/11/2012 12:31



Non Luc pas le coup de l'anglophobie c'est trop facile



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents