Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 00:09

J’ai découvert les steel-band dans les années 90 dans un album Pantastic World of Steel-Music et tout particulièrement l’ouverture de Rienzi de Wagner. Un choc ! Je me suis saoulé de cette musique métallique. En effet, « Un steel-drum ou steeldrum, c'est-à-dire « tambour d'acier » en anglais, plus couramment appelé pan (casserole) ou steelpan — est un instrument de percussion idiophone mélodique. Il est originaire de Trinité-et-Tobago (Caraïbes) et répandu dans des orchestres steelbands, typiquement composés de plusieurs de ces instruments différents. Les pans constituent donc une famille d'instruments. »

 

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir aux dernières Folles Journées de Nantes le groupe mythique Renegades Steel Band Orchestra qui a véritablement ébahi les spectateurs avec sa réinterprétation de l’Ave Maria de Schubert ! Originaire de l'île antillaise de Trinidad au large du Venezuela. C’est un ensemble traditionnel de 17 funambules. Imaginez alors l'extravagance d'un orchestre symphonique de percussions, s'apparentant à une batterie de cuisine, qui se donnerait l'audace d'interpréter sans accroc les standards du répertoire classique avec une virtuosité à faire pâlir plus d'un chef d'orchestre. Martelant leur fond de tonneau (bidon à pétrole) savamment martelé, dégageant une gamme de sons variés. Les Renegades passent avec la plus grande facilité du reggae à la samba, de la salsa au calypso et du french cancan à la ballade soul.

399px-Steel_drum_tuning.jpg

Pour ceux qui veulent mieux connaître l’instrument :

 

« Un pan est fait à partir de fûts en métal de 216 litres utilisés par l'industrie pétrolière pour stocker et transporter de l'essence ou de l'huile, ou encore de la compote, des extraits de parfums.... Ils sont sectionnés et la face inférieure de ces bidons est emboutie puis martelée pour y réaliser un ensemble de facettes se comportant chacune comme une cloche. Les différentes facettes sont accordées sur une gamme tempérée.

 

Il existe de nombreux types de pans, regroupés en sections qui vont des graves aux aigus en passant par les médiums (traditionnel, pan around the neck un seul bidon par musicien, ou conventionnel, chaque section chromatique donc plusieurs bidons par musiciens). Dans les orchestres conventionnels, les pans aigus, appelés "frontline", comportent une trentaine de notes sur un ou deux bidons, les médiums comportent vingt à trente notes sur deux à quatre bidons, les basses comportent une vingtaine de notes sur quatre à douze bidons. Les pans médiums et basses sont appelés "background".

 

Les steeldrums sont construits en utilisant de la tôle d'une épaisseur comprise entre 0,8 mm et 1,5 mm. Traditionnellement, des steelpans ont été construits avec des tonneaux à huile, des boites de biscuits ou des poubelles usagées. De nos jours, certain fabricants n'utilisent plus de bidons mais du métal sous forme de tôle plate qu'ils dessinent en cuvette. Dans une première étape, le fond du bidon est enfoncé en cuvette. Ce processus est habituellement fait avec plusieurs marteaux, manuellement ou sous la pression de l'air. Le modèle de note est alors marqué sur la surface, et les notes de différentes tailles sont formées et moulées dans la surface. Après le gâchage, les notes doivent être ramollies et accordées (accord initial). Le ramollissement fait partie de ce premier processus d'accord.

 

 

Accord d'un steelpan - Herman "Brown" Guppy.Plus la taille de la note est grande, plus la tonalité est grave. La "jupe" (la pièce cylindrique du bidon) voit varier sa taille selon la tessiture : plus les notes sont graves, plus on a besoin d'une grande "jupe" pour faire résonner les fréquences graves. Ainsi le tenor pan, parfois appelé "soprano", très aigu avec des petites notes, est constitué d'un seul fût avec une petite jupe (entre 20 et 30cm ), alors que le joueur de basse est entouré de quatre, six, neuf, voire douze bidons entiers (avec chacun 3 notes)! Les pans peuvent être chromés ou peints (ou passées au bichromate de potassium).

 

Plus on joue, plus les pans se désaccordent, les steelbands se chargent de faire accorder régulièrement leurs instruments (en général une fois ou deux par an). Un tuner (accordeur) doit pouvoir parvenir à faire sonner de manière homogène toutes les notes d'un même instrument. Tout le travail d'accordage est effectué en utilisant des marteaux de différentes tailles. » Wikipédia

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 03/04/2011 13:41



Je ne fais pas appel de cette condamnation, Jacques, mais intercède pour obtenir un sursis. Mes proches m’incitent depuis quelque temps à prendre la plume « pour de bon » car, disent-ils, cet exercice m’est salutaire – ils ont
raison – et car j’y excèlerais selon eux. Ils n’ont aucun goût ni compétence en la matière, vous l’aurez remarqué. Dans le monde du vin, seul un certain M.B. croit qu’il sait écrire ... et là
aussi, il se trompe. Non, dans mon cas, ce sont les vertus cathartiques de l’écriture qui entrent en jeu : elle devient mon auto-analyse, sinon mon auto-critique. Dans le cas idéal, il
conviendrait que je pusse écrire sans que personne ne dût me lire.


Va donc pour un billet dominical – qui ne sera pas mon denier du culte – sur Miguel Street, dans les semaines qui viennent.
J’aurai plaisir à l’écrire et ceux d’entre vous qui en auront déchiffré le premier paragraphe ne seront pas tenus de le lire jusqu’au bout : voilà bien le côté libertaire des blogs.



JACQUES BERTHOMEAU 03/04/2011 13:43



Merci



Luc Charlier 03/04/2011 12:32



Un blog permet aussi de voyager, tu le démontres, Jacques.


Trinidad & Tobago, c’est les Antilles, bien sûr, mais pas comme vous, les Français, l’entendez d’habitude. C’est les Antilles de
la misère, de l’Empire britannique et surtout de l’émigration vers les côtes du Vénézuela, vers l’industrie pétrolière hyperprolétarisée. Mais Trinidad & Tobago, c’est surtout VS Naipaul.
Lisez Miguel Street, qui se déroule tout entier à Port of Spain. Et puis laissez vous entraîner par le récit que fait Lieve Joris de sa rencontre avec le grand homme, de son voyage chez
lui pour découvrir l’univers de sa jeunesse. Son recueil de récits de voyages « Zangeres op Zanzibar », écrit en 1992, est sans doute disponible en français dans l’intéressante
collection Babel. Elle y décrit aussi le Caire de Naguib  Mahfouz, cet autre Prix Nobel de littérature sans doute plus proche des Français, ne
serait-ce que par le parallèle qu’on ne peut manquer de tirer avec Albert Cossery.


I wonder ... comment une amélioration de l’offre vinicole française – car c’est cela qui révéla jadis à votre
humble serviteur l’existence d’un certain J.B. – conduit-elle à parler d’une paire d’îles misérables où je ne suis jamais allé, puis à une écrivain contemporaine née à Neerpelt mais ayant choisi
de vivre chez nos ... voisins – « on va dire ça comme ça » - hollandais, en faisant le détour par deux monstres sacrés de la littérature mondiale, véridiques, eux, pas factices comme le
– pourtant vigneron roussillonnais – Claude Simon ?


Vous avez-vu, je suis arrivé à écrire une phrase aussi alambiquée que les siennes, mais 100 fois plus courte et rendue presque
intelligible grâce à la présence de ... ponctuation ! Ah vivement ma réception au Börshuset : si j’ai 12 ans de plus que Kipling à l’époque, j’en ai 34 de moins que Doris Lessing, cela
me laisse de la marge.



JACQUES BERTHOMEAU 03/04/2011 12:37



Le Sieur Charlier est condamné sans possibilité d'appel à délivrer pour le compte du sieur Berthomeau une chronique dominicale sur le grand livre de VS Naipaul Miguel Street...



Michel Smith 03/04/2011 10:45



Bravo Jacques ! Je ne te savais pas aussi curieux et mélomane. Cela nous change des sonorités du verre qui s'entrechoque. 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents