Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 11:00

ee474054bfe611e29b0e22000a9f12cb_7.jpg

 

Marcel Mouloudji, Paris, le Paris de Francis Lemarque avec les paroles de l’une des plus belles chansons d’amour… « Comme un petit coquelicot », l’amour impossible, l’amour sans espoir qui fera peut-être sourire les petits louves ou les petits loups comme un produit périmé ayant dépassé sa DLC. M’en fous ! J’assume mon côté fleur bleu de vieil amoureux. Loin du Like de Face de Bouc, bien avant d’ailleurs, avec mes tout petits mots je m’étais essayé à la recette du bonheur, un bonheur plus rieur… Si ça vous dit vous pouvez déguster. Pour s’aimer nul besoin de pièce-montée avec 2 petits mariés au sommet…


Le myosotis et puis la rose/Ce sont des fleurs qui disent que ‘que chose/Mais pour aimer les coquelicots/Et n'aimer qu'ça, faut être idiot/T'as p’tète raison, oui mais voilà/Quand j't'aurai dit tu comprendras/La première fois que je l'ai vue/Elle dormait à moitié nue/Dans la lumière de l'été/Au beau milieu d'un champ de blé/Et sous le corsage blanc/Là où battait son cœur/Le soleil gentiment/Faisait vivre une fleur/Comme un p'tit coquelicot, mon âme/Comme un p'tit coquelicot…

 

                     Recette du bonheur

 

                          Cueillez

                          deux mots

                           abricot

                                et

                            coquelicot

                            Nichez-les

    au cœur d’une fontaine de fleur de farine de blé tendre

                              Versez

               une larme extra-vierge

                             née à l’aurore

     au sommet d’un rameau d’olivier

 

                                 Dénichez

                                 un 9 frais

                                 pondu

       au creux d’un nid de paille blonde

                                   Dressez-le

                                    les pieds dans le plat

                                    Brisez-le

                                    Glissez le jaune dans la bulle du 9

                                     Battez le blanc

                                              Neige

                                              Pétales blancs

 

                                             Effeuillez la marguerite

                                             un peu

                                             beaucoup

                                             passionnément

                                             à la folie

                                              …

                                             Étendez-la

                                              sur un lit de sucre brut

                                              roux

 

                                               Prenez

                                                un moule à manquer

                                                embeurré

 

                                                Abaissez la pâte sans hâte

                                                Cuisez

                                                Doux

 

                                                 Déposez en un panier d’osier

                                                  Prenez le Paris-Brest

                                                  Arrêtez-vous à Pithiviers

                                                  Courrez les prés

                                                   Dansez la tarentelle

                                                   avec des belles

                                                   des infidèles

                                                   des cruelles

                                                    qui ensorcèlent

                                               Nappez le pré

                                                Soyez fou

                                                Ôtez les garde-fous

                                     Déposez des baisers sur la bouche sucrée

                                                     Riez

 

« Quand je l'ai prise dans mes bras

Elle m'a donné son beau sourire

Et puis après sans rien nous dire

Dans la lumière de l'été

On s'est aimé, on s'est aimé

Et j'ai tant appuyé

Mes lèvres sur son cœur

Qu'à la place du baiser

Y'avait comme une fleur…

Comme un p'tit coquelicot mon âme

Comme un p'tit coquelicot… » 


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

luc charlier 20/05/2013 20:31


Ô, Vénéré Taulier, le sage Ibn Lev Ben Léon voit dans son globe de cristal beaucoup de méditation pour demain, ou au contraire une
grande agitation. Il prévoit soit de la tristesse, soit une joie jusqu’au plus haut des Cieux. En ce lundi pentecostal, l’Esprit Saint qui descend sur moi – c’est déjà fait à cette heure-ci – m’a
doté d’une langue supplémentaire : Java Script. Ta chronique de mardi ne m’est plus opaque mais bien au contraire, semblable aux  langues de feu qui envahissent les disciples, elle m’ouvre la voie éthérée d’un au-delà meilleur.


Pour en savoir plus, visiter mon billet du jour (link withheld by prudent precaution).

JACQUES BERTHOMEAU 20/05/2013 20:45



demain c'est salé et tu es en bonne compagnie  



luc charlier 20/05/2013 16:10


Cher Taulier, cela fait 4 fois en l'espace de quelques semaines que nos billets traitent de sujets similaires, sans nous être concertés - je ne parle pas de l'enclave de Llivia, où il y avait
connivence. Deviendrais-je "tendance"? Voir (le 18 mai): http://coumemajou.jimdo.com/2013/05/18/autour-du-ponceau/


 


 


 

JACQUES BERTHOMEAU 20/05/2013 16:14



Et demain LUC que vas-tu dire de ma chronique 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents