Samedi 25 août 2012 6 25 /08 /Août /2012 00:09

Lucia4-4954.JPG

 

Alors que la majorité des travailleurs rentrent de congepés votre Taulier lui, part. Vous savez tous où, alors je ne vous fais pas ce matin de dessin mais je vous offre une belle ritournelle pour m’accompagner dans une Ile dites, à juste titre de beauté. Comme je suis démago je commence par la version de Tino Rossi qui n’est pas vraiment ma tasse de thé. Ensuite, pour respecter les paroles originales : la version roucoulante de Julio Iglesias puis celle plus celle de facture plus classique de Placido Domingo. Mais cerise sur le gâteau, celle que je préfère est celle totalement déjantée d’Arno. J’adore… elle est jubilatoire… elle donne envie de boire et de danser… Comme je suis bon je vous ai épargné la version de Mireille Matthieu le rossignol d'Avignon.


Nina, lorsque pour ma vie je suis parti

Quittant des belles Antilles le ciel bénit

Tandis que sur le rivage toi tu pleurais

Nina, belle fleur sauvage que j’adorais

Ta colombe si chère ta Paloma

Vint se poser légère sur le gravât

Puis me quittant bien vite vers toi revint

J’accompagnais sa fuite de ce refrain

Con ta Paloma

Vers toi belle Nina

Toujours s'envole

D’une aile fidèle vers toi mon cœur s’en va

Con ta Paloma

Vers toi belle Nina

Toujours s'envole

D’une aile fidèle vers toi mon cœur s’en va

(Changez !)

Longtemps sur la mer si belle j’ai voyagé

Pourtant mon amour fidèle n’a pas changé

 

 

 

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés