Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:00

bluejasmine.jpg

 

Il y a quelques jours j’ironisais « Les juges du TGI de Paris n’aiment ni le champagne, ni Scarlett Johansson comme eux censurons Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen pour incitation à la boisson. » link et voilà que la réalité rejoins la fiction à propos du dernier film de Woody Allen « Blue Jasmine »


En effet, le  réalisateur a dû faire face à une vaste campagne contre la cigarette menée par le gouvernement indien. Avant et pendant chaque film, indien ou étranger, des messages prévenant des dangers du tabac s'affichent durant la projection. Face à cette incursion insupportable Woody Allen a préféré ne pas sortir Blue Jasmine en Inde. Les exigences de la campagne anti-tabac du gouvernement indien implique qu'un message apparaisse à l'écran en préambule de la projection et qu'une inscription à propos des dangers de la cigarette surgisse à chaque fois qu'un personnage se met à fumer.


L’Inde c’est loin me direz-vous mais comme le faisait remarquer un lecteur très au fait de la loi dans ce film de Woody Allen « Cate Blanchet, Alec Baldwin et l'ensemble des acteurs passent de nouveau leur temps à consommer vin, vodka martini ou autres bière. Je pense que ce film devrait subir l'ire de de ces pisse-froid de l'ANPAA. » L’inventivité des prohibitionnistes est sans limite et elle est inversement proportionnelle à l’efficacité des messages dit de santé publique qui, vous le savez, est proche de zéro comme le démontre leur apposition sur les paquets de cigarettes.


En 2010 suite à l’offensive avortée des grapheurs hygiénistes j’avais commis une petite chronique : « L’Abus de Messages de Santé Publique nuit gravement à ceux qui en ont besoin »link

 

Si je reviens ce matin à la charge c’est qu’à mon avis c’est sur ce terrain que les hygiénistes-prohibitionnistes vont revenir à la charge dans les mois qui viennent pour faire pression sur le gouvernement qui ne les a pas suivis sur les deux mesures qu’ils défendaient : la fermeture du net et la hausse de la fiscalité. Merci à Stéphane Le Foll d’avoir fait triompher la raison dans l’Interministériel.

 

J’écrivais donc :


En ce qui concerne les étiquettes de nos précieux flacons, autant sur la contre-étiquette le consommateur peut être en droit d’exiger de véritables informations – pas trop non plus car alors la profusion de sigles ou de formules barbares saturent le lecteur et le décourage – qui se substitueraient avantageusement aux baratins habituels sur les grillades qui vont avec ou sa précieuse minéralité ou sa prise directe sur un terroir du crétacé supérieur, par contre l’intrusion des messages de santé publique ou autres pictogrammes, du type celui de la femme enceinte, relève de l’exigence inutile et inefficace. En effet, une véritable politique de prévention n’a rien à voir avec l’étiquetage d’un flacon.

 

L’effet dissuasif supposé des messages de santé publique, dont on mesure l’inutilité sur les paquets de cigarettes où les formulations de plus en plus éloquentes ne dissuadent en rien les consommateurs, est dans les faits la conjonction d’une forme hypocrite du principe de précaution et surtout de l’incapacité des concepteurs des politiques de santé publique d’agir sur les causes profondes des addictions. A-t-on jamais vu un buveur excessif prendre la décision de modérer sa consommation après avoir lu une étiquette ? Croît-on vraiment qu’une femme enceinte déjà en proie à l’alcoolisme va modérer ou cesser sa consommation au vu du pictogramme? Quand cessera-t-on dans les sphères de la Santé Publique de s’accrocher à tous ces colifichets aussi stupides qu’inutiles !

 

Quand j'entends certains présentateurs se croire obligés ou parce qu'on les y oblige à scander leurs propos sur le vin de  « à consommer bien sûr avec modération» ça me rappelle les « priez pour nous » que nous débitions pendant la Semaine Sainte à l'énoncé par le curé d'une liste interminable de Saints. Sur mon petit blog, il m'a été conseillé, pour faire plaisir aux autorités européennes, d'apposer le logo de la modération comme si sa seule présence conférerait à mes écrits une respectabilité que, bien sûr, ils n'ont pas et qu'ils n'auront jamais »


Je fais mon petit Woody Allen je suis inflexible, comme lui je souhaite que mes « œuvres » soient lues telles quelles comme je les ai fabriquées, sans aucun ajout.


« La cause prohibitionniste a donc trouvé son principal allié dans l'impuissance politique », note fort justement Alain Garrigou professeur de sciences politiques à Paris-X;

 

Vous pouvez aussi lire ou relire cette chroniquede 2009 : La pipe de Monsieur Hulot censurée : « Ridicule », selon Claude Evin sur France Info link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

olivier poulet 08/10/2013 11:13


Après Scartlett Johansson et Paris Match, Jacques Berthomeau et son blog? Le but, certes inavoué mais si transparent, des hayatollas hygiénistes avec la décision Paris Match c'est d'entrainer
toute personne écrivant sur l'alcool dans un réflexe d'autocensure. Cachez moi ce vin que je ne saurais voir! Et pourquoi pas les bouteilles d'alcool en burqua? On va y arriver pour le tabac avec
ce qu'a déjà mis en place l'Australie, les boissons alcoolisées viendront ensuite. Il serait plus honnête de dire que c'est le plaisir et l'hédonisme qui sont pourchassés et non la protection de
notre santé.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents