Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 10:00

Gérard Depardieu : « Mon foyer est là où les gens m'aiment » AVANT-GOÛT | Il était parti avec fracas, il revient sur les écrans dans le film d'Abel Ferrara, « Welcome to New York » inspiré de l'affaire DSK. Gérard Depardieu est à la une de « Télérama ». Propos recueillis par Fabienne Pascaud le 06/05/2014 à 10h31 link


gerard-depardieu-mon-foyer-est-la-ou-les-gens-m-aiment-M148.jpg

 

Question : « Pourquoi les comédiens boivent-ils autant ? »


Gérard Depardieu


« Parce qu’ils sont fragiles. Ça commence par un whisky à 5 heures pour se donner le courage de jouer le soir. C’est presque un médicament. Ça rallume la chaudière. Mais ça amène au mensonge. Peu à peu les alcooliques se cachent, ils ont honte. C’est pour ça que je ne suis pas un alcoolique, je ne me cache jamais. Si je bois – j’ai arrêté depuis cinq mois -, c’est par excès de vie. Je suis une nature, un peu con parfois… Il m’est arrivé de tenir à peine debout pendant les représentations de La Bête de la Jungle avec Fanny Ardant ; même l’oreillette que je devais porter pour être capable de dire mon texte tombait par terre… dans Tartuffe aussi, monté par Jacques Lasalle, avec François Périer. J’avais observé que François partait aux toilettes cinq minutes avant la représentation, je pensais qu’il picolait en douce. Un soir où j’avais soif, je pars avant lui et je découvre effectivement une bouteille au goût de Fernet-Branca, je l’avale et reviens comme si de rien n’était. Il sort à son tour des WC, excédé : « Qui m’a pris ma lotion pour les cheveux ? ». Il la cachait pour faire le beau et je l’avais ingurgité. Un soir, j’étais si ivre que lors de la scène de séduction avec Elmire, c’est elle, Elizabeth Depardieu, qui a dû me souffler chaque mot de ma déclaration d’amour. Finalement ça donnait une certaine perversité à la scène. Mais trop boire tue peu à peu le côté festif de la chose, ça isole, renferme sur soi, sur ses douleurs narcissique. Et ça marque, ça fatigue. Pourtant Marguerite Duras m’a souvent avoué qu’elle regrettait de ne plus boire. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 09/05/2014 06:20


Sur le site Télérama, je recommande la vidéo où l'on voit le grnd Gégé se promener parmi ses oeuvres d'art. Il en parle bien, avec amour et sensibilité.


http://www.telerama.fr/scenes/video-gerard-depardieu-nous-fait-visiter-sa-collection-d-art,112090.php


 

Pascal 08/05/2014 13:13


Facile de picoler sans vergogen avec un foie nouveau.  

patrick axelroud 08/05/2014 11:38


la vigne, le vin, l'ivresse, histoire aussi ancienne que l'humanité ( le titre de plus vieux métier du monde pourrait être revendiqué par les vignerons.) Dés que l'on parle d'ivresse, dames
patronesses, bons apôtres, pères la morale en tous genres montent au créneau. C'est oublier que même les religions s'en mêlent comme on peut le constater dans le livre d'Esther qui est à
l'origine de la fête de Pourim ( un carnaval juif ) qui fait que Le Talmud dit que lors de la fête de Pourim, "un homme a l’obligation de se « parfumer au vin » en s’enivrant ..." Et toc
M'sieudames ! . Bien sur le vin, comme la langue d'ESOPE peut être la pire et la meilleure des choses . A chacun d'en faire son usage selon les âges, les tourments et les bonheurs de sa vie(cf
Un singe en hiver d'après ce grand buveur devant l'eternel Antoine BLONDIN). Souvenons nous de ce chroniqueur, sur France Inter amené, à parler de Ph LEOTARD introduisant sa chronique
par un savoureux : Les frères Léotard ? l'un boit, l'autre devrait !

Michel Smith 08/05/2014 10:59


ça a le mérite de la franchise...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents