Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 00:09

Dans Terre de Vins un journaliste de Sud-Ouest, Christian Séguin, se pose une question à lui-même « Pourquoi Bordeaux serait-elle objectivement la capitale mondiale du vin ? » avant d’y répondre avec une certaine pertinence « il existe des raisons de penser que le titre est juste. Le titre de capitale mondiale n'a pas été attribué à Bordeaux par la viticulture internationale reconnaissante. Il s'est imposé localement comme une intime conviction. Une suffisance bordelaise de plus, disent les envieux. » 

  http://www.sudouest.fr/2010/07/06/bordeaux-capitale-mondiale-du-vin-en-toute-objectivite-133223-2780.php

 

Si je me permets d’affirmer qu’il se pose une question à lui-même c’est qu’une rapide revue de presse sur la Toile montre que majoritairement ce sont les journalistes qui décernent dans leurs titres les brevets de capitale de... J’y reviendrai.  1951344264.jpg

Mais avant ce petit voyage je ne résiste pas au plaisir de citer mon homonyme, Patrick Berthomeau (présenté comme un sociologue, barbu – ce qui est un pléonasme pour un sociologue post-soixante-huitard – amoureux du vin « ce qui lui fait pardonner bien des choses » qui « promène sa gentillesse et son ironie, chacune corrigeant l’autre, à travers les grands procès et les reportages pour le journal Sud-Ouest », qui dans un N° Spécial du Crapouillot de l’automne 1980, chroniquait avec gourmandise, « Le Winegate de 1973 » épingle la capitale mondiale du Vin. Donc un collègue de Christian Seguin officiant comme médiateur à Sud-Ouest.

 

Je cite Patrick Berthomeau « L’été 1973 était radieux. Le monde politique avait déserté Paris et l’on parlait moins de l’état de santé de Georges Pompidou. Depuis dix-huit mois, le bordeaux ne cessait d’augmenter mais le super valait encore 1,20 F et nul ne se doutait que la guerre du Kippour allait avoir lieu. Un seul feuilleton demeurait régulier : il racontait les aventures de Richard Nixon, pris au piège de Watergate.

EN ce début de juillet, Bordeaux sommeillait. C’est à peine si la ville se souvenait qu’un an auparavant, lorsque Jacques Chaban-Delmas avait quitté Matignon, un coup de tonnerre l’avait sortie pour deux ou trois jours de sa torpeur. Bordeaux avait perdu son Premier Ministre.

En juillet 73, rien n’annonçait une telle déroute en surface au moins. Car, dans les milieux professionnels, chez les courtiers et les négociants, on savait que Pierre Bert était « tombé » fin juin et que la brigade de la Répression des Fraudes s’agitait comme jamais. Du côté des Chartrons, une nervosité certaine se manifestait ; ça grouillait et grenouillait, rien encore n’émergeait.

Il fallut attendre le mois d’août pour que les premiers échos de ce qu’un journal anglais baptisa « Winegate », apparaissent dans la presse. Ce n’est qu’au mois d’octobre que furent signifiées les premières inculpations et, le secret de l’instruction aidant, l’escalade des rumeurs se calma quelque peu.

Cependant, l’essentiel de la fraude était connu : porté par le climat d’euphorie et de spéculation qui régnait sur le marché de bordeaux rouge depuis la fin71, une manière d’homme providentiel, Pierre Bert, avait mis en circulation des vins qui n’avaient de bordeaux que le nom et qui, dans le meilleur des cas, venaient du Midi. Il avait trouvé preneur chez plusieurs négociants et comptait notamment pour client une des plus anciennes et des plus prestigieuses maisons de Bordeaux, la maison Cruse dont les deux principaux dirigeants, Lionel et Yvan, allaient partager avec lui la vedette su procès d’octobre 1974. »

 

Tout ça à presque 40 ans donc c’est a rangé au rayon des vieilleries, et il n’y a de ma part aucune malice, mais comme un scandale des vins de Bordeaux ne pouvait que se voir attribuer une étiquette prestigieuse en référence à la capitale Washington de la plus grande puissance mondiale, c’était à noter. De plus, Patrick Berthomeau, visionnaire, dans sa conclusion, écrivait « On voit d’ailleurs apparaître ici et là le vin des technocrates que définissent, à partir d’études de marché, des petits jeunes gens buveurs de jus de tomate et de Coca. Ils repèrent des « créneaux de goût » (sic). Les œnologues font le reste. » puis plus loin « Avec un peu de pessimisme ou de lucidité, on imagine ce que sera demain le meilleur des mondes pinardiers ; on fabriquera des vins, comme des bébés-éprouvettes, le mot lui-même ne sera plus qu’un signe pour repérer une marchandise ; les couleurs et les saveurs ne seront qu’un souvenir bientôt effacé par les standards. Il est permis de cauchemarder : il y a déjà pas mal de temps que le pire est toujours le plus probable. » et de finir « «En attendant ces jours sinistres, les vins français aurons à faire face à d’autres dangers qui pourraient bien les aider à faire face à trouver la voie du salut

Depuis toujours, la contemplation de notre nombril vinicole nous a ravis, et du même coup détourné de notre visage. A force de répéter qu’aucun terroir au monde ne vaudra jamais le sol de notre beau pays, nous sommes exposés à toutes les déconvenues. »

 

Comme dirait l’autre, y’a boire et à manger dans la prose de l’autre Berthomeau, très caractéristique d’une forme de journalisme d’opinion à la française, un peu péremptoire, catastrophiste, le temps est parfois bien cruel avec les textes. Les miens subiront sans doute un sort identique, pour l’heure celui qui ma valut le titre envié de rapport Berthomeau tient le choc. Mais moi je ne suis pas journaliste...

 

Pour l’attribution du titre envié de capitale mondiale ci-joint ma glane :

 

Quand Bordeaux était une capitale mondiale de l'art contemporain le 24 mars 2010 ... Le Monde.fr

« Cette exposition fleuve vient rappeler que Bordeaux, dans les années 1970 et 1980, quand une bonne partie de ces œuvres fut achetée, était à la pointe du combat de l'art » actuel, dans une France alors timorée en la matière. La réputation de la ville fut même mondiale... Cette réputation a été construite par Jean-Louis Froment. »

Genève, capitale mondiale du journalisme d’investigation La Tribune de Genève 18 avril 2010

 

CONFÉRENCE | Des journalistes en provenance de plus de 80 pays doivent se retrouver à Genève dès jeudi pour parler de leur métier. Avec, en invités-vedettes, Roberto Saviano, Seymour Hersh et Baltasar Garzon.

 

Paris, capitale mondiale des maths le Journal du CNRS

 

« Avec un effectif de près de 1 000 chercheurs, la Fondation Sciences mathématiques de Paris (FSMP), dans laquelle est impliqué le CNRS, constitue le plus grand vivier de mathématiciens au monde. Tout aussi impressionnant que le nombre de ses chercheurs : son niveau d'excellence, couronné par de nombreuses distinctions internationales.»

 

Au Pakistan, la capitale mondiale des ballons de foot Mardi 16 Mars 2010 Slate

 

« Sialkot, au Pakistan, est le reflet d'un des nombreux visages de la mondialisation: 40 millions de ballons de football, soit environ 70% de la production mondiale, y sont cousus à la main chaque année, un chiffre qui peut grimper à 60 millions les années de Coupe du monde. »

 

Téhéran capitale mondiale du rouge à lèvres le Monde 11 avril 2010 11 avril 2010 blog le Monde : « Dentelles et tchadors »

 

« Durant mes deux années iraniennes, à chaque fois qu’un collègue ou ami français a posé un pied en République islamique, il était tout d’abord frappé par une seule et unique chose (hormis la chaleur de la population): le maquillage ultra prononcé des Iraniennes, malgré le voile qu’elles sont obligées de porter depuis plus de trente et un ans. Ainsi, à chaque fois qu’elles apercevaient une de mes amies françaises à Téhéran, les Iraniennes étaient tout estomaquées. “Mais qu’elles sont pâles! Elles sont encore moins maquillées que certains de nos garçons! Où sont passés les Audrey Tautou et Catherine Deneuve? “. »

 

Cyber-espionnage : la capitale mondiale est chinoise Clubic.com mars 2010

 

« Ville de l'est de la Chine comme capitale du cyber-espionnage. Shaoxing, c'est son nom, se taille donc une solide réputation de paradis des pirates »

 

Arles, capitale mondiale de la photographie Françoise Bare RTBF.be info

 

« Arles se sont donc des promenades dans les vieux cailloux, un Rhône lent et large, la Camargue au bout et des photographes connus, moins connus, des amateurs et des professionnels.

Etrange mélange car les premiers grands noms sont aussi arrivés pour les rencontres photographiques. Les 41ème du nom. Ils prennent le frais sur la place du Forum. Là on croise un Jean-Marie Perrier qui est venu parce ses photos de Mick Jagger sont exposées avec des dizaines d'autres talentueux portraitistes dans un événement qui s'appelle simplement MICK. C'est la première exposition de ce type et le Jagger a accepté pour Arles. Au détour d'une ruelle, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, là-bas Marin Karmitz qui a laissé sa belle collection se montrer dans l'église des frères prêcheurs. Et bien-sûr dans les fameux ateliers de réparation des locomotives, les plus grands ateliers de France, une belle friche réinvestie après la fermeture de nombreuses années, des jeunes qui montent ... »

 

Le titre de Capitale mondiale du livre est accordé à une ville chaque année par l'UNESCO en reconnaissance de la qualité des programmes municipaux pour promouvoir le livre et la lecture. 2010 : Ljubljana (Slovénie Slovénie) et depuis l’origine en 2001, jamais une ville française. C’est sans doute parce que le siège de l’Unesco est à Paris. Et si Bordeaux candidatait ?

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

tchoo 13/07/2010 18:25



1973: j'étais bien jeune encore, mais je m'en souviens.


Et la récolte 1972, avec des acidités dans les vins comme on a jamais revu depuis


Les Bordelais sont impyables, toujours prompt à se prendre pour le centre du monde.


Mais dans le monde, c'est ce que l'on reproche aux Français en général,


Alors peut-on leur accorder l'excuse de ne pas être les seuls?



Iris 13/07/2010 12:14


contente, de découvrir votre homonyme... que je ne trouve pas si daté que cela dans ses propos... Iris d'Olargues, un des plus beau villages de France!


mauss 13/07/2010 08:42



A qui veut-on faire croire que le gros projet de Juppé (plusieurs dizaines de millions d'euros votés) de créer à Bordeaux un Centre Mondial du Vin, côté culture, aura la totale bénédiction de
l'Alsace, la Bourgogne, la Toscane, la Rioja, la Napa ?


Un tel centre ne peut se concevoir que selon les principes fondamentaux de l'immobilier : location, location, location.


Soit un vivier important de tourisme, donc près d'une capitale, plutôt neutre comme zone de production, cad près de Disney à Paris, en évitant le style "Disney" qui a pénalisé le projet de
Londres.


Et bien évidemment que les grands châteaux garderont jalousement l'élitisme de leurs visiteurs : faudrait pas pousser mémé !



Michel Smith 13/07/2010 07:38



Pas mal, le Patrick...


Je prêche pour ma paroisse : Perpignan n'est pas QUE la capitale des vins doux, sa gare en perpétuels travaux, reste le Centre du Monde.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents