Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 00:09

Les débuts d’année sont propices aux bonnes résolutions que l’on s’empresse de ne jamais mettre à exécution. Et pourtant en 2014 le taulier va être m’exception qui confirmera la règle.


Là je sens chez vous poindre une forme étrange s’apparentant à l’attrition, à la chute de toutes vos valeurs : comment un chantre de l’extension du domaine du vin pourrait-il en finir avec la bouteille ?


Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ?


Alors me direz-vous vais-je opter pour le vieux cubitainer ou me reconvertir vers le moderne bag-in-box ?


Que nenni les amis !


Alors le demi-muid ?


Non mais pour ne rien vous cacher je n’ai jamais eu un goût très prononcé pour la bouteille de 75 cl.


Même que j’ai prononcé un ardent plaidoyer pour la réhabilitation du litron link 


C’était comme-ci j’avais pissé dans un violon


J’eus pu être dépité et bouder mais ce n’est pas le genre du Taulier d’où ma nouvelle résolution en ce début d’année : finie la bouteille je ne carbure plus qu’au magnum.


photo667.jpg

 

Pour ne rien vous cacher je n’apprécie qu’à moitié l’appellation de ce flacon pour son côté arme de poing. J’eusse préféré : la mignonette, la fillette, même la chopine mais ce sont des petits modules et surtout tu ne trouves pas ça à Carrefour (je rigole).


Marie-Jeanne m’aurait bien plu mais 2 litres 25 c’est un truc pour famille prix Cognacq-Jay.


Comme j’écris ce billet le jour de la fête des rois : Melchior et Balthazar eussent été bien adaptés. Mais comme il en manquait un : Gaspard je me suis consolé en rêvant qu’avec un Melchisédech, et ses 30 bons litres, je pourrais flanquer en ce début d’année des cauchemars à tous les ramenards qui passent leur temps à nous terroriser.


Fort bien, mais qu’est-ce je lui trouve au magnum ?


Tout !


Il est grand, beau, riche, costaud et il sent bon le sable chaud...


En fonction de quoi vous comprendrez que je l’ai rebaptisé : le Taulier.

 

2014 sera donc l’année du Taulier


Bonne année et très large soif…


photo668.jpgphoto669photo670.jpgphoto671.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Alain Drillat 12/01/2014 19:34


Denis, après avoir eu la chance de boire qqs btls vénérables, dont certaines quasiment en vidange (niveau plus de 10 cm en-dessous du bouchon) et pourtant magnifiques et a contrario qqs unes dont
le niveau était parfait et pourtant complètement madérisées, j'en déduis que... ben rien... Euh si, l'action de l'oxygène c'est très complexe !


Il faut passer aux capsules à vis, mais pour éviter autant que possible les goûts de bouchon, pas à cause de l'oxygène.

Luc Charlier 10/01/2014 17:56


J’en rajoute une couche : avec la capsule à vis, le 50 cl se garde aussi bien que le 75 cl. Et cela me semble très intéressant comme volume pour le resto de midi (un blanc et un rouge à
deux, par exemple, ou bien un seul à deux si l’un des deux doit conduire etc....). Mais dans la pratique, cela ne marche absolument pas. J’ai essayé et les restaurateurs n’en veulent pas, sauf
pour des tout petits vins de soif en bord de plage (incompréhensible : vin de soif petit volume).


Denis, ami ingénieur, calcule : le volume d’oxygène (= 1/3 tiers de l’air si j’ai bien retenu) emprisonné sous la capsule est insignifiant – même s’il est plus important que sous un
bouchon de belle longueur, je te le concède. Ce qui compte, c’est le volume additionnel d’air qui pénètre au travers d’une obturation poreuse ou ayant perdu son étanchéité (rétraction) au fil des
années de garde. En toute honnêteté, je ne connais pas les chiffres exacts, mais je pense que la différence doit être importante : le vin continue à absorber de l’oxygène et de l’oxygène et
de l’oxygène ! Ceux qui prétendent – et il y en a même parmi les excellents vignerons, mais ils sont alors généralement plus « artistes » que « techniciens » - que c’est
justement cela qu’il faut pour obtenir le vieillissement qu’ils souhaitent, invoquent d’ailleurs ce mécanisme, précisément. Ils ont raison sur le mécanisme, mais se strompent sur ses effets. Mais
là n’est pas le sujet. De même qu’un scientifique ne convaincra jamais un mystique de la non-existence de Dieu (je suis athée, pas du tout agnostique), on ne fera jamais changer d’avis un
vigneron « intuitif » ou « rêveur ». Et c’est bien ainsi. Je compte deux ou trois chrétiens fervents parmi mes amis intimes et ils savent combien je respecte leur croyance.
Mais nous n’en parlons jamais. Et j’avais quelques vignerons « rêveurs » parmi mes copains : ils me détestent tous à présent, et je le déplore. Je n’aurais pas dû essayer de les
convaincre !


 


Scientia vincere Tenebras disait le slogan de mon Alma Mater. On peut traduire par « La  Science aurait donc vaincu [vincere (-t)] les Ténèbres » si on accepte la
licence littéraire sur la désinence pour en faire le subjonctif imparfait qui marque le potentiel du passé (ou l’irréel, hélas). Mais la traduction la plus juste est aussi la plus banale, comme
souvent : « Vaincre les Ténèbres par la Science ». On n’y est pas encore et je crois même qu’on s’en éloigne de plus en plus.

William Munny 10/01/2014 12:39


Trois magnums pour dix personnes. Ca fait un peu just. A moins les trois assiettes creuses correspondent aux adultes. On revient à des quantités plus raisonnables... 


 


Pour le bouchage, c'est peut-être pas le top, le liège. A moins que notre ami Luc se charge de nous écorcher quelques chêne-liège. Avec des capsules à vis on a même réussi à avoir des couleuses.
Donc on est vraiment pas doués. Le mieux serait les capsules à bierre en fait. A moins qu'on recommence à charger des feuillettes sur nos cours d'eau. Là il y aura sans doute assez pour une
soirée...

patrick axelroud 10/01/2014 11:43


Mouais, c'est bien beau tout ça , mais nous voila obligés de boire des bulles tout le repas ou la soirée . Alors qu'il y a d'autre solution : c'est le carafon qui permet ,avec 50 cl ( entre la
1/2 - trop chiche et la champenoise - trop abondante donc ) de s'ouvrir galament et de manière goulayante un appétit qui fera honneur au menu prévu accompagné de vins divers et adaptés. Ceux qui
crient au sacrilège devraient se souvenir que c'était une manière courante de consommer le champagne ( voir Monnet à Giverny ) Autre temps autre moeurse !


Un restaurant Strasbourgeois aujourd'hui disparu propsait ce carafon ce qui était fort agéable.

Denis Boireau 10/01/2014 10:03


Meme si je suis d'accord dans le principe avec la critique des bouchons, il faut reconnaitre que beaucoup tiennent ~10 ans sans trop "respirer". Et pourtant on trouve quand meme une belle
difference entre bouteille 75cl et magnum a ce stade.


Donc il faut bien en revenir a l'effet volume: la meme quantite d'oxygene emprisonne dans le col au bouchage reagit/vieillit avec deux fois plus de vin dans un magnum.


Je serait curieux de tester le meme vin en bouteille et magnum a 10 ans d'age, avec bouchons en bon etat ou capsule etanche, et avec inertage azote a la MEB. Y aura-t-il encore une
difference?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents