Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 11:00

J’ai connu Jacques Damitio par le rugby, plus précisément par un ancien joueur du PUC qui me présenta ce notaire, ancien président de la section rugby du club parisien, reconverti en vigneron languedocien au château le Thou. Il fut des 20 pères fondateurs du club « Sans Interdit ». Excellent cuisinier voir ICI link ce cher Jacques, avec qui j’adore me prends le chou en politique, lui aussi d’ailleurs, a ouvert il y a quelque temps, associé à l’un de ses complices, un restaurant « Pouic Pouic » dans l’une des rues qui enserre le Marché Saint-Germain  (9, rue Lobineau, VIe. Tél. : 01 43 26 71 95. Fermé dim. et lun. Menu au déjeuner à 16€).link 


Pouic-Pouic.jpg

 

Je précise pour les petites louves et les petits loups ignorants des choses du 7e Art que « Pouic Pouic » est film de Jean Girault (1963), lui-même tiré de la pièce de Jacques Vilfrid (« Sans cérémonie », 1952) et surtout le premier rôle de Louis de Funès. Ce film est la première collaboration entre Louis de Funès et Jean Girault. S'ensuivront plus de dix films, dont la célèbre série des Gendarmes de Saint-Tropez.


6d7a8af3d0a2a5ddf9e8507ad6f195f4.jpeg

 

Bien évidemment j’ai posé, à plusieurs reprises, mes fesses sur le velours rouge des banquettes du Taulier Damitio mais ma réserve naturelle – plus exactement mon incapacité à faire le critique aussi bien pour les tables et pour les vins –  me retenait de faire un papier sur l’excellente table et la belle carte des vins de l’ex-notaire cordon bleu (il ne fait pas la cuisine à Pouic Pouic). Et puis, ce matin dans mon courrier électronique tombait une chronique de François Simon sur son blog « PARIS. POUIC POUIC, RESTAURANT DE CONNIVENCE... » Banco me dis-je, mais qu’est-ce donc une table de connivence ?


« Ce sont des tables de connivence où les ingrédients fonctionnent comme dans une chanson : les harmonies sont justes, le son clair, les paroles ingénues et les musiciens de bonne humeur. » la suite de la chronique ICI link


Dernières précisions : Pouic-Pouic est le coq qui a donné son titre au film. Un titre prétexte en forme de clin d'œil puisque le joyeux volatile n'a qu'un petit rôle : élevé par Jacqueline Maillan, la mère lunaire et ingénue dans le film, il se promène en laisse à ses côtés. C’est un clin d’œil au sieur Damitio : voir ci-dessous. Enfin, même s’il n’en est plus propriétaire Jacques Damitio sert toujours, et me dit-il avec succès, du château Le Thou à Pouic Pouic.


Eros-Cie-010.jpg


Pouic-pouic - 1963 par mariodelpais

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents