Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 00:09

Dans ma chronique « Le propre et le sale, la nature et l’artifice… » je plaidais pour un cessez-le-feu généralisé entre les parties. Que tout le monde sorte de sa casemate, grande ou petite, cesse de se balancer des horreurs à la gueule, se respecte a minima, ne se drape pas dans sa dignité outragée, afin d’avancer vers une viticulture de plus en plus propre, des vins dénués d’artifices, des vins sains, des vins simples, authentiques, sympathiques…


Pierre Guigui est un homme de paix, convivial, engagé et sincère, un bon vivant, dont les combats sont les miens : n’ai-je point écrit en 2001 « sous les grandes ombrelles de nos appellations se cachent des vins indignes… » et placé le respect de l’environnement comme la première priorité de notre viticulture. C’est donc avec un  réel plaisir que je l’accueille pour qu’il puisse rétablir sa vérité quelque peu galvaudée sur les ondes par un chroniqueur en mal de notoriété mais pas de goujaterie. 

 cercle des degustateurs

 

Dans l'émission « On va déguster » du dimanche 3 février 2013 Dominique Hutin se prend les pieds dans le tapis : manque de véracité, d’exactitude, déformation des faits, interprétations non fondées de mes propos.


En effet Dominique Hutin entre ainsi dans le vif du sujet : « A l’heure où je vous parle... il n’est plus possible de risquer un clic sur internet sans devoir redouter l’invective, l’uppercut dès lors que l’on parle de vins bio » …. Il cite des chroniques de Michel Bettane (dont celle-ci link ) et en profite pour lui mettre une rincée.


François-Régis Gaudry : « Est ce qu’il y a des gens qui ont contesté ces positions, qui ont allumé un contre feu. »


Dominique Hutin : « Il y a un convaincu des vertus des vins bio, c’est Pierre Guigui… qui entre dans la danse et s’insurge »


Première assertion erronée, car si Dominique Hutin avait réellement lu ma chronique il aurait remarqué que je n’ai ni contesté, ni me suis insurgé contre les propos de Michel Bettane. C’est donc pure invention, interprétation, désinformation.


Pour rappel dans la chronique dont il parle link  je développais trois points :


1) la pollution des sols, Michel Bettane n’en parle pas,


2) le bilan carbone, il n’en parle pas non plus,


3) Dominique Hutin dit que je compare la production conventionnelle avec les vins bio. Erreur, amalgame (a-t-il vraiment lu mon texte ?) puisque je compare la production conventionnelle avec les vins nature. Sur ce point précis, encore une fois Michel Bettane ne parle pas de cette comparaison mais uniquement de la qualité des vins bio et nature.


Parlons de sa « critique » à mon égard au sujet du nombre de vins peu recommandables en France. Tout expert en vins dégustant plusieurs milliers de vins par an sait que dans un concours seul 25 à 30 % sont considérés comme étant de belle qualité et qu’un guide (Bettane & Dessauve, RVF, Gault & Millau) ne sélectionne que 1500 domaines environs (sur 85 000 existants). Quel que soit le % de vins peu recommandables, l’idée reste que les problématiques de qualité des vins en France ne résident pas dans la poignée de vins nature. Mais il est plus facile de s’arrêter à la lettre pour ne pas parler de l’esprit.


Revenons à la chronique de Dominique Hutin, suite à cela il tacle Périco Légasse, le traitant d’incompétent (peut-on avoir un avis différent sans se faire insulter ?) et se gorge de sarcasmes méprisants au sujet de Jean Pierre Coffe : « Il sucre des fraises dans l’émission de Drucker… ha il n’est plus dans l’émission, alors il sucre encore plus les fraises ». C’est peut être au final le commentaire le plus indécent de sa chronique.


Il continue : «  Tout laisse à penser que cette débauche d’énergie est liée au fait que tous ont des positions médiatiques à défendre et accessoirement des guides à vendre »


Quand un journaliste parle de ce qui relève de sa spécialité c’est tout simplement et en tout premier lieu parce que c’est son métier.


Il termine sa chronique par « il ne faut pas insulter l’avenir et encore moins ceux qui sont dans le camp de l’autre »


Oui cessons d’insulter ceux du camp d’en face… je suis d'accord.

 

On va déguster par François-Régis Gaudry le dimanche de 11h à 12 l'émission du dimanche 3 février 2013 link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

rêves et ravins règlent nos moulins 07/02/2013 18:49


quand un journaliste axe son travail sur la dégustation et presque que sur celle-ci, il devient aussi utile et pertinent qu'un agrément. On arrive à vivre sans ce soi-disant sésame. Même si bien
entendu c'est mieux de l'avoir, plus facile à vivre. Que ça en impose.


Et en plus en passant à coté de ceci des gens arrivent non seulement à déguster, boire et même prendre du plaisir dans ces vins "écartés"...du système...En recherchant leur propres système de
référence et de compréhension du vin. Ce qui est intérressant ce n'est pas quand une personne vient dans une cave avec un guide de tel ou tel journaliste, ou qu'elle achète une grande appellation
machin truc, mais qu'elle débarque parce qu'elle adhère au travail, à la démarche et puis au résultat le vin.


Les agréments comme les journalistes se focalisent beaucoup trop sur le résultat. Bien entendu tout le monde de la presse va vous dire le contraire. La seule dégustation n'est que du subjectif.
C'est l'outil pour rendre docile. Pour contrôler. 


 


Alors l'utilité de ces choses, ces deux comités de censure ? A vous de répondre...


 


 


 


 

Hervé Lalau 07/02/2013 15:39


Non, Dominique Hutin n'a pas rêvé, j'ai vérifié, Pierre Guigui a bel et bien fait publier ceci sur le Vindicateur: ''60% des vins sont la honte de la production française, et les 200 cuvées
''nature'' posent problème ? C’est à mourir de rire. Et la qualité des vins ? Plus personne ne conteste le fait que, parmi les meilleurs vins de France, figure une proportion très importante de
bio. Une proportion qui dépasse leur représentativité dans la production globale.''


Vu la date, vu le sujet, vu l'intro ("Le journaliste réagit notamment aux critiques faites à l'encontre de l'agriculture biologique, des vins bio, biodynamiques ou naturels"), laisser croire
qu'il ne s'agit pas d'une réponse à Bettane, c'est n'importe quoi, excusez-moi.


Bref, je ne vois pas de faute de la part du journaliste.


Par ailleurs, Hutin n'est pas en mal de notoriété, il vient de Regal, son parcours est connu, il ne se cache pas, on le rencontre soouvent aux dégustations. Et franchement, le coup du manque de
notoriété, c'est le genre de remarque qui tue. Si à chaque fois qu'on l'ouvre, on est soupçonné de vouloir faire sa promo, alors fermons tous les blogs, toutes les radios, les télés...


En plus, soyons humbles: notre activité est très mineure, nous ne sommes pas médiatiques et inconnus en dehors  de notre petit microcosme - quand je dis nous, c'est Lalau, Hutin, mais aussi
Berthomeau, Guigui et Bettane. Le dernier finaliste de la Star Ac ou de Master Chef est beaucoup pkus connu que nous, il faut s'y faire et arrêter de raisonner en termes de buzz. Bonne
continuation.

JACQUES BERTHOMEAU 07/02/2013 15:44



J'ai beaucoup ri Hervé en tant lisant Hervé... mais bon c'est bien de défendre les copains...



continent à la dérive, qui m'aime me suive 07/02/2013 12:43


allez un scoop, après la curée à deux balles et les calculs du soi-disant après RP:


Quand on aura oublié les aoc, les oc, les journalistes, on fera peut-être du vin. (pourvu qu'il soit bio, sain et qu'enfin le bio ne soit plus ce simple alibi...) 


 

Alain Drillat 07/02/2013 02:38


Bon. Pfff... Je peux pas laisser passer ça. Le sieur Guigui qui nous la joue vierge effarouchée parce qu'on le critique. Je rêve ! C'est pas lui qui assassine 60% des vignerons en disant grosso
modo qu'ils font de la merde ? Et en plus qui se rétracte : "euh... me suis trompé dans les chiffres, finalement, c'est 20%". Y sortent d'où ces chiffres ? Il a goûté 60% des 85 000 producteurs ?
Ben non. Mais la critique est très facile, surtout quand il n'y a (quasiment) pas de réponse possible pour ceux qui sont attaqués.


Le sieur Hutin, il est excessif. C'est son style. C'est un vrai rigolo, à la Desproges (caustique). Moi il me fait rire (et je l'en remercie). Et ce qu'il dit est juste.


Quant au sieur Guigui, contrairement au taulier, je ne le connais pas - tant mieux . Mais je pose la question : qu'est-ce qu'il fait au Gault-Millau vin ? D'après leur site il en est le
"coordinateur". Ca veut dire quoi ce jargon ? Rédac chef ? Dans ce cas regardons ce qu'est devenu le Gault-Millau sous sa direction. Y se trouve que le GM vin était mon guide préféré. Mais à
l'époque de Crisol et Dupont. Eux ils avaient un parti-pris clair : "il est impossible d'être exhaustif et les stars des vignobles sont inaccessibles (hors de prix ou rien à vendre). Donc on fait
notre métier de journaliste en ne sélectionnant que quelques vignerons - nouveaux souvent - accessibles et qui ont des choses à vendre et on écrit sur eux un vrai article". Une demi-page
complète, pas seulement la dégustation de leur vin, mais en donnant aussi des infos sur qui ils sont, leur manière de mener le travail à la vigne, en vinification, d'où ils viennent etc... Et
dans le millésime 1993, par ex, qui est-ce qu'on trouve (entre beaucoup d'autres)? Ben en Savoie (ma région) Michel Grisard, Noël Dupasquier, Charles Trosset. Mais aussi la cave de Chautagne, une
excellente cave locale. Et en Champagne ? L'ami Francis Boulard. Vous en voulez d'autres ? Dans la Loire, un p'tit jeune qui débutait : Patrick Baudouin...


Aujourd'hui le GM vin est devenu un sous guide de la RVF, lui même un sous-guide du Bettane... Sans intérêt. Merci m'sieur Guigui...


Alain Drillat

Denis Boireau 06/02/2013 11:46


@ Nadine: modestie et intelligence pour tous les degustateurs? Ben, il va pas rester grand monde! Modestie: je veux bien faire un effort, mais pour l'intelligence je ne peux malheureusement faire
qu'avec ce que la nature m'a donne.


@ ceux qui ne connaitraient pas assez Pierre Guigui: il faut souligner son honnetete intellectuelle dans l'equilibre entre son activite professionnelle, ou on trouve autant de conventionnel
que de bio dans les selections Gault-Millau (et une poignee de nature, ce qui est aussi tres logique), et ses activites benevoles de promotion des vins bios: concours Amphore.


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents