Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 00:09

leroy_2.jpg

 

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France accueillera près de 200 chefs d'Etat et de gouvernement pour la 21e conférence sur le climat. L’objectif étant d’aboutir à un accord international visant à contenir en deçà de 2 degrés le réchauffement climatique d'ici à la fin du siècle.


Pour mieux comprendre les enjeux cruciaux pour notre avenir, celui de notre planète, L’Express entreprend la publication d’une une série de grands entretiens sur cette question en commençant par avec Emmanuel Le Roy Ladurie, professeur honoraire au Collège de France et l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire du climat.


Votre Taulier toujours curieux avait en novembre 2011 chroniqué sur « Les fluctuations du climat de l’an Mil à nos jours au travers des dates de vendanges et la qualité du millésime : du Le Roy Ladurie» link


leroyladurie.jpg

 

L’Express l’interroge d’emblée sur l’intérêt qu’il portait à ce sujet :

 

« Dès 1967, vous avez publié une Histoire du climat depuis l'an mil. La question du réchauffement vous tracassait-elle déjà? »

 

Sa réponse est claire :


Non, c'était plutôt dû à mes origines. Agriculteur en Normandie et député, mon père ne cessait de pester contre les pluies qui gâtaient les récoltes et endettaient les paysans. Plus tard, j'ai été nommé professeur dans le Languedoc, où la météo n'avait plus rien à voir. J'ai alors mesuré l'influence majeure du climat sur le blé, la vigne, et ses conséquences sur la vie des hommes. En me penchant ensuite sur l'histoire rurale, j'ai aussi découvert l'importance des crises de subsistance, qui, autrefois, pouvaient décimer des millions de gens. Elles étaient en grande partie liées au climat, or personne ou presque ne s'était vraiment penché sur la question. 


Du coup, je me suis lancé. Mes collègues ne prenaient pas ce sujet au sérieux, car ils postulaient que l'homme tout-puissant ne pouvait être soumis au déterminisme des aléas climatiques. Ils doutaient aussi qu'il y eût des sources fiables. Or les outils existaient bel et bien, et il a vite été confirmé que les historiens étaient même mieux armés que les climatologues pour remonter dans le passé météorologique, en particulier parce qu'ils maîtrisent le latin, langue indispensable pour avoir accès aux témoignages anciens. Ces travaux m'ont permis d'établir que les famines et les événements politiques, économiques ou sociaux qui les ont parfois accompagnées étaient souvent dus à la combinaison de guerres et de mauvaises récoltes. Oui, le climat peut bousculer nos destins.


La suite de cette interview est passionnante, je vous invite à la lire ICI link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 14/02/2015 08:01

Passionnant travail de Leroy Ladurie historien formé à L'Ecole des Annales de Marc Bloch puis Fernand Braudel et qui connu un succès grand public avec Montaillou village occitan. Ce succès et cette nouvelle manière de voir l'histoire ont permis ce contre sens aux responsables de l'enseignement, toujours férus de nouveauté ( il faut moderniser coco ! ) de supprimer radicalement tout sens de la chronologie dans l'enseignement de l'histoire supprimant ainsi tout repère à nos chères têtes blondes comme on persécuta des générations avec "les maths modernes " tombées aujourd'hui dans les oubliettes de l'enseignement et de la pédagogie ( pour moi qui passa par là confirmant s'il en était besoin une réputation de cancre, il n'en reste que plus que le mot item utile aux cruciverbistes

Aredius 14/02/2015 16:02

D'accord sur l'enseignement de l'histoire. D'accord aussi sur celui des maths dites "modernes" (pas tant que ça !). Dommage pour les maths. C'étaient les maths essentielles pour l'informatique, les "sciences humaines"... MAIS, comme souvent, "on" (il serait intéressant de voir qui sont ces "on") en a fait une caricature et ce qui est grave, cette caricature a envahi les livres scolaires. J'y ai échappé. Ouf, quand je lis ces livres je suis effaré. Molière, ils sont devenus fous ! Depuis, j'ai ai gardé une méfiance éveillée devant le modernisme en matière d'enseignement. Nos modernes pédagogues sont souvent des scientistes. Il faut lire et entendre ce qui se dit sur les NTIC et tocs.

Quel dommage ! j'ai découvert la théorie naïve des ensembles tard et elle m'a permis de nettoyer bien des discours fumeux, accompagnée de la logique élémentaire. Choses qui malheureusement ne sont pas enseignées dans nos écoles formant nos ministres sciences-popo et énarques. Idem d'ailleurs dans les Instituts régionaux d'administration.
Et on paye ça cher...
346 millions d’euros investis en pure perte pour le logiciel de paie des fonctionnaires


http://www.acteurspublics.com/2015/02/11/346-millions-d-euros-investis-en-pure-perte-pour-le-logiciel-de-paie-des-fonctionnaires
--

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents