Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 14:00

Est-ce l’âge ou la bonté des vins que je bois et le temps que je prends pour les boire en mangeant, je m’éveille toujours le matin frais comme un gardon au lendemain d’une soirée fort irriguée. La gueule de bois, connais pas ! J’avoue que je ne me torche pas au point de confondre la station Vavin avec Château d’eau car j’aime être gai mais pas beurré. Ceci écrit, j’ai connu dans ma jeunesse quelques situations extrêmes qui m’ont vacciné à tout jamais contre les excès qui vous font prendre le caniveau pour le lieu le plus beau de la terre.


Nous sommes très inégaux face à l’ivresse et, n’en déplaise aux modérateurs la quantification en nombre de verres, même pour le taux d’alcoolémie, n’est qu’un indicateur sommaire. Reste que pour ma part il n’y a qu’un seul interdit absolu : le volant. Je confie mes retours aux autres, chauffeurs buveur d’eau ou de métro. Une fois rentré chez soi et que l’on s’est glissé dans ses bernes, mieux vaut se mettre en chien de fusil afin de ne pas gratifier votre entourage d’un niveau sonore digne d’une escadrille de bombardier. Et puis, lorsque le réveil sonne, faut se lever.


degorgeur-001.JPG

Le Courrier International, qui est une source inépuisable d’informations mondiales, publie dans son n°1157 du 3 au 9 janvier une superbe Infographie Boire pour oublier qu’on a bu. Pour les lendemains de fête difficiles, quelques recettes de cocktails revigorants.


C’est tiré d’Infographika (Инфографика) qui est un « mensuel gratuit intégralement consacré à l’infographie. Il est conçu à Saint-Pétersbourg par une petite équipe animée par Nikolaï Romanov et Artiom Koleganov, et il également distribué à Moscou. L’alcool est aujourd’hui un sujet brûlant en Russie. Parmi les très nombreux (jeunes) consommateurs de bière, rares sont ceux qui ne savent pas qu’à partir du 1er janvier la petite mousse ne pourra être distribuée que dans les établissements sous licence. Et parmi les automobilistes amateurs de bière et de vodka, nul n’ignore que, depuis le mois de novembre, la tolérance est de zéro gramme d’alcool au volant. »


degorgeur-002.JPG

J’ai choisi pour vous : LE DÉGORGEUR pour 3 raisons :


1-    Le nom car ça sonne comme « On l’appelait le dénicheur… » et les lendemains qui chantent valent mieux que l’inverse ;


2-  Sa composition : c’est le seul où le vin entre dans la composition ;


3-  Il me semble d’une excellente buvabilité comme le dirait Olivier Poussier (c’est nettement mieux que l’Hépatoum).

 

Je sollicite les grands de la profession pour nous conseiller quel vin blanc doit entrer dans la composition du dégorgeur, avec bien sur tous les détails pour pouvoir se le procurer.


Mention complémentaire pour deux autres cocktails : l’œil injecté de sang et l’aube allemande.


degorgeur-003.JPGdegorgeur-004.JPG

 

Bonne dégustation et ayez une petite pensée pour le nouveau citoyen russe notre gros Gégé qui est en grand danger dans l’un des pays les plus alcoolisé de notre planète.



 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

Denis Boireau 08/01/2013 12:10


Chez moi, le rince-cochon, c'etait muscadet + jus de citron.

ludovic pautier 07/01/2013 21:27


Hola ! j'en eu bu, le taulier du rade appelait cela "le rince cochon", pas mal non plus , non ?


salubations

Creugny Bruno 07/01/2013 19:18


Comme vin blanc un sauvignon du Centre-Loire bien sûr. Un quincy par exemple s'accomedera du "jus" gazeux et du citron.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents