Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 00:09

1519704.jpg

 

 

 

Lorsqu’un « m...iocre » sur Face de Bouc déverse sa petite bile sur le mur d’1 autre « ami » qui a posté l’une de mes chroniques, sans rien me demander, je vérifie si nous sommes amis.


Ouf, il n’en est pas !


Nul n’est dans l’obligation de lire mes chroniques et je ne comprends toujours pas pourquoi certains se les infligent. C’est soit du masochisme ou de la perversité.


Je n’ai pas à m’en plaindre puisque j’ai choisi d’être sur Face de Bouc pour y poster chaque matin mes chroniques et des informations que je glane ici et là.


Pour autant je n’y suis pas pour participer à des échanges qui tournent souvent en eau de boudin. À chaque fois que me suis laisser-aller à argumenter je l’ai très vite regretté : c’est chronophage, souvent dénué d’intérêt et surtout ça ouvre les vannes à ceux qui ne sont là que pour tenter d’exister sur ce réseau social. Grand bien leur fasse mais je n’écris pas pour eux.


photo-236.jpg

 

« On n’entre pas dans Facebook, on y est recruté, ou plutôt aspiré par la promesse de n’y rencontrer que d’autres soi-même, ses amis, ses clones. On est entre soi, entre alter ego ; on se reconnaît, on se ressemble, même si le plus souvent cette connivence est totalement artificielle […]


Tous des amis ! Partageant les mêmes les mêmes goûts du paraître, la même soif d’affichage, la même absence de discrétion et de pudeur. La distance spatiale n’est qu’un leurre cachant mal une promiscuité rassurante, une ressemblance factice. Sur ce réseau, il est devenu aujourd’hui quasiment honteux d’avoir moins d’une centaine d’amis. On y mesure son degré de popularité et même sa valeur personnelle sur le nombre de ceux qui, d’un clic, se sont déclarés nos amis et qui, pour autant, ne verseraient pas une larme sur nos malheurs, ne nous tendraient pas la main dans la difficulté et ne se réjouiraient guère de nos succès. Cette « amitié décrétée », fondée sur la facilité et la complaisance, révèle finalement la peur de l’Autre, peur de son regard, de sa parole et de son exigence ; peur d’être reconnu dans sa singularité. » 

 

« Comment sommes-nous devenus si cons ? » le livre d’Alain Bentolila n’est pas pour moi un coup de gueule mais une belle et bonne colère salutaire qui s’adresse à nous tous : « Lecteur, ne t’y trompe pas ! Ce livre ne pointe personne du doigt. Il dénonce un danger majeur : l’extinction progressive de notre goût de la découverte, de notre volonté de questionnement, de notre désir de comprendre et d’apprendre. » nous prévient l’auteur dans son adresse.


telechargement--21-.jpg

 

Comme lui « une telle perspective me terrifie, car elle marquerait la rupture avec l’aventure des hommes, engagés depuis toujours dans une quête obstinée du savoir. »


Le titre volontairement accrocheur, provocateur, est une concession à l’esprit consumériste de notre temps où, pour émerger de l’abondant flux éditorial, il faut se faire remarquer, séduire la chalandise et l’éminent linguiste qu’est Bentolila en convient « Disons-le tout de suite : je n'ai de réserves quasiment que sur le titre.   « Con » est un mot d'un emploi si courant, à l'oral, que son passage à l'écrit pose toujours un problème (je me rappelle un billet de première page du Monde où le chroniqueur du jour s'était défoulé, le jour où cet honorable journal avait finalement accepté le mot dans ses pages). Et puis, comme Brassens autrefois, je m'indigne : « C'est injuste, madame, et c'est désobligeant / Que ce morceau de choix de votre anatomie / Porte le même nom qu'une foule de gens... »


Dans une petite chronique du 19 juin 2014 « Le poids des mots : la bêtise, la connerie, l’idiotie et la sottise… » link je soulignais que « La connerie me semble bien trop large, bien trop extensible, si vulgaire quelle tombe souvent dans la facilité.»


« La connerie permet des variations plus amples, plus variées que la bêtise, la sottise, l’idiotie, l’imbécillité ou la stupidité elle offre une plus large palette : c’est un foutu con, un sale con, un mauvais con, un petit con, un grand con, un pauvre con, un misérable ou un lamentable con ... Que sais-je encore même si dans le langage usuel dire ou faire des conneries, des bêtises, des âneries, des idioties ou des sottises semble équivalent.


J’aurais préféré « Comment sommes-nous devenus si stupides ou si sots ? »


Qu’importe !


Il y a urgence à s’insurger, à résister, ne pas se contenter de s’indigner en de longs défilés terrestres en scandant des slogans ou de se défouler anonymement sur les réseaux sociaux.


Même si ça vous paraît grandiloquent la patrie de l’intelligence est en danger !


« De mensonges en manipulations, de complaisances en lâchetés, notre intelligence collective se délite jour après jour. Et pendant ce temps-là les zélateurs d’une modernité triomphante célèbrent stupidement l’avènement d’un « monde nouveau » assujetti à la proximité et l’immédiat, résigné à l’imprécision, abandonné au consensus mou, séduit par le repli communautaire et dominé par la peur de l’autre. »


Je souscris sans réserve à ce constat, et tout comme Bentolila je ne verse pas dans la victimisation : nous ne sommes pas les « victimes d’un complot ourdi par des forces obscures décidées à saper les fondements de notre civilisation. »


Oui, ne cherchons pas ailleurs qu’en nous-mêmes les responsables de cette décadence intellectuelle »


Responsabilité plus qu’une culpabilité qui ne s’en tiendra qu’à un confortable mea culpa.


« Nous sommes  devenus cons parce que nous avons renoncé à cultiver notre intelligence commune comme on cultive un champ pour nourrir les siens. Oubliés le questionnement ferme, le raisonnement rigoureux, la réfutation exigeante ; toutes activités tenues aujourd’hui pour ringardes et terriblement ennuyeuse, remplacées par le plaisir immédiat, l’imprécision  et  la lâcheté. »


N’oublions pas que « ce qui nous définit, c’est la volonté de penser ensemble le monde au-delà des apparences. »


« Nous ne devons pas attendre d’un prophète ou d’un quelconque messie la révélation de la vérité…


Il est grand temps que nous identifions les ennemis de notre intelligence collective.


Il est grand temps que nous entrions en résistance contre tout ce qui nous abêtit, tout ce qui anesthésie notre desiderio di sapere (« le désir de savoir » titre d’un livre publié à Rome en 1603 par le jeune, 18 ans, Frederico Cesi) et celui de nos enfants.


Dans une interview Bentolila répond « On n’est pas con, on nous a rendus cons ! La télévision en porte une grande responsabilité : même sil y a des émissions remarquables, celles regardées sont souvent d’une affligeante débilité. Les réseaux sociaux ont également une part de responsabilité ; Facebook rend les gens très cons. Les hommes politiques, enfin, au discours rodé, nous prennent également pour des cons et à force, on finit par le croire. »


Jean-Paul Brighelli conclut très justement dans le Point que « C’est un livre convaincant, écrit avec une fougue de jeune homme par un universitaire las de la destruction de l'université, un humaniste courroucé par la déshumanisation de la pensée, un philosophe effondré devant cette nuit qui tombe aujourd'hui sur les Lumières. »


Cependant, comme l’écrit un autre critique, « le livre flirte parfois avec l’internet bashing. La télé est évidemment égratignée, avec quelques clichés sur la prévisibilité supposée des séries. Visiblement, l’auteur est passé à côté de The Wire ou de Game of Thrones. »


J’y reviendrai dans une prochaine chronique, même si je vous conseille de lire ce livre que je prends tout pour argent comptant ce serait faire insulte à la volonté de l’auteur de nous voir prendre en mains notre destin collectif en construisant pierre après pierre des projets utiles que l’on pourra partager. En quelque sorte tout ce que mon petit blog de merde tente de faire depuis presque 10 ans.

 


GEORGE BRASSENS LE ROI DES CONS... par xav66_66

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Tpatrick axelroud 09/10/2014 11:05


Tout a fait d'accord Cher Taulier ! Le travail sur soi est la clé essentielle de l'existence réelle de l'individu. Soit toi même disait le sage pédagogue : cela, personne ne pourra te
l'enlever.   Si l'on consacrait 10 % de l'énérgie dépensée à sa réussite professionnelle et sociale, à la réussite de sa vie de couple, de famille,amicale, on se porterait mieux et le
monde aussi.Non, on préfère le miroir aux alouettes et les jouets proposés par les moneymaker qui n'est que vanité et surtout perte de temps. Pas de fesse de bouc pour moi, pas de portable, à
peine un BE BOP , mais si , ce prodige de la technologie de France Télécom qui avait inventé le portable qui peut appeler mais qu'on ne peu appeler et dont
Strasbourg à été, en son temps, ville pilote.

Luc Charlier 09/10/2014 06:49


Au débotté - je m'accorde 10 minutes de répit professionnel (il est 6h34' du matin) - je confirme ce que tu écris. On "tente d'exister" sur la toile. Mais je crois que tu écris pour eux (= nous)
aussi, ce qui ne leur donne pas le droit de sucer ton temps. Tous ceux qui, peu ou prou (moi, je fréquente plusieurs blogs, mais jamais les réseaux sociaux), rompent une forme d'isolement social
(ou culturel, ou amical, ou philosophique, ou sentimental ... biffer les mentions inutiles) et essaient d'enrichir ainsi leur quotidien. Rien de répréhensible à cela. Mais ce n'est pas ce que tu
dénonces. Tu t'en prends à ceux pour qui "exister", c'est se montrer, devenir quelqu'un, se faire mousser et, si possible, emmerder l'autre!


Tiens, quand Trust citait Mesrine: "... où j'existais si peu que je n'étais même pas personne". Bernie Bonvoisin n'avait pourtant pas encore connaissance des réseaux sociaux. Notre monde, un
immense Fleury-Mérogis ? 

massotte 09/10/2014 06:23


En relisant cet article , je m'aperçois que mon commentaire manque un peu de 'concret'.


Quand on pointe du doigt
« l’extinction progressive de notre goût de la découverte, de notre volonté de questionnement, de notre désir de comprendre et d’apprendre », il faut aussi relever qu’on est dans un
monde beaucoup plus interactif, que l’incubation des idées et les échanges des émotions sont à la base de la co-création de produits, voire de la détection d'innovations de rupture. A une époque où on réalise que la compétitivité et l’innovation sont nos portes de sortie
sur le plan économique et sociétal, il ne faut pas craindre de remplacer certaines de nos capacités humaines actuelles par des qualités nouvelles plus adaptées à notre
survie.


D’ailleurs est-ce que beaucoup de gens
comprennent comment fonctionne leur smartphone ou i–pad ?  


A-t-on besoin d’apprendre ou simplement de
savoir trouver ou retrouver une info ? Est-ce que dans notre enseignement public les jeunes apprennent beaucoup de choses ?   

massotte 09/10/2014 02:39


Interessant mais pas totalement d'accord. JE vais essayer d'être bref sur quelques points:


1 - Il y a deux types d'urilisateurs FB : ceux qui ont besoin d'amitié (ou d'amour) et qui s'exposent sur des cercles restreints "d'Amis" et qui échangent des émotions. Ceux qui ont besoin de
relations pour "creuser" un problème , et qui échangent des informations, etc. avec des cercles d'Amis parfois plus 'fermés mais plus importants.


2 - Dans les deux cas, la frontière entre INTIMITé et Extimité tend à s'estompoer. Il existe , certes , des moyens de protection ou de 'freinage' pour limiter la diffusion massive des infos
mais....


3 - La notion d'INtelligence collective dont on parle et qui a émergé il y a quelques décades n'est pas tellement d'actualité car elle est remplacée par celle d'intelligence inventive. Etc.


Avec les Réseaux sociaux, on a donc changé de monde et de paradigme. Tout simplement.


On n'est donc pas plus CONS qu'avant, on est simplement différents. A nous de nous adapter (les cycles sont de plus en plus rapides) . Ceux qui ne le font pas, ou ne le peuvent pas seront exclus.
Tout comme ceux, à contrario, qui adhèrent à ce système vivent une forme d'inclusion  que la société leur refuse.


En résumé, rien n'est blanc, rien n'est noir, tout est ambivalent comme la nature nous l'enseigne. Mais il y a tant de choses à dire ! (Cours/conférence du PMI ).


Bien cordialement. 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents