Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 11:01

9782226075895.jpgLa maison est une bonne maison, elle assure même le service après-vente de ses clients. Notre vigneron désolé qui se la coule douce en Émilie-Romagne a pris le temps de m’envoyer ce long post pour passer une avoinée à Alonso and Co (je lui signale que les 99 € s’appliquent à un magnum qui, que je sache contient 1,5 L, soit un prix à la bouteille classique de 48€ ce qui avec la boutanche sérigraphiée n’est pas le prix d’un GCC)  et bien sûr en remettre une couche sur Cheval Blanc. Comme c’est long je vous le poste. Bonne lecture : l’été est chaud chez Berthomeau.

 

Merci Denis mais tout ça c'est de la faute au Léon qui m'a embrouillé ce matin avec ses commentaires sur le jéroboam et le mathusalem. Le post n'est pas de moi Denis donc je n'ai même pas l'excuse du trop de boulot. 

 

« Bah, voila que je remets ca, chez le Bert aux mots, alors que je suis en vacances chez les meilleurs créateurs de pates au monde, je veux dire l'Émilie Romagne, du côté de Ravenne, Bologne, Parme...

 

Je m'énerve, je m'énerve, et puis faut que ca s'écrive, sans bien réfléchir, ca doit titiller juste une petite jalousie ?

 

Allez, j'explique : 99€ le flacon de beaujolais, non mais, pourquoi ?

Pour un nom et une bouteille PUR marketing ? Pour le fait de faire sans levurage ( la belle affaire, on peut tous le faire si on est tant soit peu intelligent ou qu’on a la chance d’avoir un climat adéquat...) Depuis quand la technique couterait elle plus cher que le jus ?

Un sublime beaujolais- je ne mets aucun doute a ce que Bert nous dit- même en petite quantité, ne me parait pas valoir 99€.

 

Vaste débat sur les appellations chères et reconnues et celles qui n'en sont pas et voudraient en être...qui rejoint ma réponse faite au Bert aux Mots sur le béton de Cheval blanc : toutes ces images qui envahissent nos vies, toute cette virtualité aux faux airs de liberté... sonnante et trébuchante, mon bon monsieur, ca nous mène ou ? Je suis en train de boire un petit san giovese gouleyant à souhait, qui coule et roule sous mon palais, frais, fruité, et qui me coûte 5€ le quart de litre au meilleur restau de Parme, juste derrière le tribunal d'appel. (En passant, parce que nous avons la digression en commun, mon cher Jacques et moi, ca fait 5 jours de parenthèse italienne enchantée, que je bois des vins a prix totalement normaux, dans tous les restaus du coin, du plus petit au plus grand, amis restaurateurs français, prenez en de la graine !)

Donc, disais je, cheval blanc (je laisse tomber les 99€ qui rejoignent le Panthéon des idées a 2 balles d'un certain type de comportements modernes perpétrés par des types de mecs vachement sympas, vachement malins, mais qui ne m'esbroufent nullement et m'escagassent a mort) pour reparler de la réponse de je ne sais plus qui sur le fait que mon avis de vigneron sur l'architecture valait celui d 'un architecte sur le vin : ben oui, cher Môssieu, on PEUT avoir un avis subjectif sur un sujet qui actionne son oeil, et l'autre peut avoir un avis subjectif sur ce qui actionne sa bouche : ca se vaut, oui, car on est son propre expert en la matière abordée et ca ne fait pas figure de gout universel, c 'est vrai. Et mon propos n'était pas QUE d'émettre une opinion personnelle sur l'architecture de cheval blanc- c'est mon droit de la trouver ratée et de relier ce ratage a ce que j'y sens, et donc de relier mon gout perso à ce qui est manifestement une volonté d'installer une image de plus dans la galaxie Frère/Arnaud, qui, comme vous l'avez lu, vont décliner le nom de cheval blanc dans des hôtels d'archi luxe ( à quand les 6 étoiles ?) partout dans le monde.

La marque, mon bon, la marque, y a que ca de vrai pour gagner du pognon. C’est ca que je dénonçais, cette propension a oublier le réel et l'humain pour de l'image. Je voudrais pas non plus que les amis de mon ami Jacques me perçoivent comme un arriéré 68-tard ( j'avais 8 ans a l'époque, pas rebelle du tout avec mes tartines de Nutella dans les vignes) j'aime quand mon vin se vend, que je marge dessus de quoi me payer mon voyage en Italie dans les petites fermes d agriturismo, et des bonnes bouffes bien arrosées, j'aime avoir du pognon, comme tt le monde : c est pratique, ça attire les filles, ca permet de se soigner sans attendre 8h a l'hôpital, ca élève mes enfants, bref, je me sens assez normal de ce côté-là. Non c'est la démesure qui se fout du peuple qui m'énerve, c'est l'inhumain a outrance qui me perturbe.

 

Voila un post bien décousu; désolé, je suis en vacances a l'italienne. Ceux qui aiment l'Italie comprendront. Ah, un dernier mot : savez vous la définition d'un Italien, selon Cocteau ? C'est un Français de bonne humeur. Allez, va e via, 99€, comme les anciens 99 francs d'un certain Beigbeder, ca vaut pas le coup de s'énerver trop... »

 

Ci-dessous les Alonso : « je vous les présenterai vigneron ulcéré... »

alonso-mm-380ed.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

piCador 27/07/2011 11:19



Le harcèlement orthographique n'est pas celui que je préfère mais je prends et me contente ce que l'on me donne



Luc Charlier 27/07/2011 10:58



@Daniel ET Sylvie: il faut y voir en plus de la perfidie. Mes ascendances germaniques, mes études en milieu néerlandophone et mon goût
affirmé pour l’Allemagne (entre autres) ont incité la Mémé à traiter d’Umlaut mon innocent – mais erroné, je l’admets de fort bonne grâce – tréma. Elle ne l’emportera pas au paradis, la
bougresse. Le CDAC l’a déjà dans le colimateur et ils ne la lâcheront pas.


Et une petite incidente, sans laquelle Lev Dav. ne serait pas Léon : quel est le lien entre le mourvèdre et Thierry
Puzelat ? Je l’ai redécouvert hier soir en débouchant une excellente bouteille du Ch. La Tour du Bon 1988 (Bandol). C’est
Thierry qui avait élaboré ce vin, avec la complicité d’Agnès Henry, chez qui il avait pris du service. Il s’agit d’un vin évolué, mais auquel on ne donnerait jamais ses ... 23 ans.



daniel chérel 27/07/2011 10:19



Je me demandais bien c e que cachait l'Umlaut de Tremacad : donc j'ai interrogé M. Google et j'ai eu la réponse avant que Luc ne la donne avec moult explications comme d'habitude.....



ahahahah 27/07/2011 09:36


Bon,mantova ( mantoue pour les gaulois) avait eu raison de mon (leger)enervement et voila t y pas que le jacquot, i se sent oblige de me faire la lecon et de defendre son alonso ( bonnes tetes au
demeurant sur la photo, c 'est comme leur vin, j'ai rien contre personnellement). Je vais donc faire court et laconique ( pour moi !) Vu que mantoue a de quoi rendre doux comme un agneau tellement
la ville est elegante ( enfin, helas , je parle de l'ancienne cite ) et gouteuse ( derniere trattoria en date : cento ramponi, ou l'on voit que pour 28€ le festin est de roi et qu'avec un peu de 5P
marketing on pourrait bien volontiers ne plus s'adresser aux italiens gourmets de la ville mais aux touristes, genre clients alonso ou autres , mettre 2 etoiles, changer les tables et faire
depenser pour la meme bouffe 3 fois plus, ca marcherait aussi( un de nos menus lentement savoure : tortelli( comme des raviolis un peu tordus) au potiron et parmesan, petites cotelettes d 'agneau
au thym frais et vinaigre balsamique de moden la voisine ( 6 cotelettes dans l'assiette), petit gateau abricot et prune,creme cannelle, lambrusco delicieux en pichet, et cafe bien serre): je
prefere flatter l'intelligence que la connerie des gens. Punto finale. Oublie de signer, zut, au cas ou on n'aurait pas pige : le vigneron desole ( je dis bien : desole)


JACQUES BERTHOMEAU 27/07/2011 09:56



Y'a quand même en plus de l'appel à l'intelligence un petit côté GCC bordelais où pointe un chouïa de supériorité : les buveurs de vin dit nature ne sont pas des demeurés ou des gogos et je ne
vois pas, sauf à mépriser le travail de l'artiste, que proposer un flacon (Moins de 100 en tout) à sa fidèle clientèle c'est s'adresser à sa connerie. Attention à trop vouloir prouver on se prend
les pieds dans le tapis.


Et puis en Italie les restos pour touristes y'en a des charretées et à Paris il y a l'équivalent de ce qui est cité comme bonne petite table où l'on boit de bons vins, pas beaucoup de Bordeaux
c'est vrai...


Et puis le marketing ferait peut-être pas de mal aux Bordeaux et Bordeaux Sup sans doute bien plus que leur cotriade de châteaux...



Luc Charlier 26/07/2011 22:52



Tu as raison, j’ai tendance à en mettre à poêle aussi (qui désigne en « belge » ce que vous appelez une sauteuse), et à
moelle. Ceci dit, ce n’est pas l’Umlaut (qui change la tonalité d’une voyelle, « uh » devenant « ou » par ex.). C’est un tréma, qui empêche de diphtonguer.


Bon, maintenant, j’ai revu pour la ennième fois « Ginger & Fred » et je vais me coucher.


Bônne nuït !



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents