Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 00:09

campagne_pub_bx_000.jpg

L’ANPAA a-t-elle définitivement gagné la partie dans cette affaire ?

 

La réponse est non, l’affaire n’est pas pliée.

 

En effet, la Cour de Cassation juge le droit « la cour d’appel a violé le texte susvisé » l’article L. 3323-4 du code de la santé publique dans sa rédaction issue de la loi n° 2005-157 du 23 février 2005.

 

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 26 février 2010, entre les parties, par la cour d’appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Versailles.

 

Mais il faut souligner, pour les petits loups et louves consternés, que la cour d’appel de Versailles n’est pas liée par l’arrêt n° 215 du 23 février 2012 (10-17.887) de la Première chambre civile de la Cour de Cassation.

 

Si celle-ci, comme la Cour d’Appel de Paris, confirme le jugement du 19 décembre 2006 du TGI de Paris 4ième chambre 1ier section, et que son arrêt de renvoi est de nouveau attaqué par les mêmes moyens, le pourvoi sera examiné par l'Assemblée plénière de la Cour de Cassation (le Premier Président plus trois représentants de chaque chambre: le président, le doyen et un conseiller). Après cet arrêt solennel, en cas de nouvelle cassation, la nouvelle cour de renvoi devra s'incliner.

 

Pour mémoire je vous rappelle les considérants de la Cour d’Appel de Paris :

 

« Considérant que, au regard de l’exigence d’une analyse stricte des restrictions apportées, le juge n’a pas a procéder à des distinctions que la loi ne fait pas, tandis que compte tenu des dispositions légales et réglementaires comme des usages professionnels rappelés, la représentation figurative de professionnels appartenant à la filière de l’élaboration, de la distribution et de la commercialisation de vins de Bordeaux comme le caractère avenant, souriant, jeune, en tenue de ville, de personnes ou groupe de personnes, présentant différentes marques de vins en levant le bras en tenant un verre, avec une impression manifeste de plaisir ne peuvent être utilement reprochés dès lors que les autres exigences de la législation et réglementation applicables sont respectés, une telle représentation n’étant pas, par elle-même de nature à inciter à une consommation abusive et excessive d’alcool étant observé que par essence la publicité s’efforce de présenter le produit concerné sous un aspect favorable pour capter la clientèle et non pour l’en détourner.

 

Considérant que de la même manière est vaine l’argumentation, au regard des dispositions de l’article L 115-1 du code de la consommation, comme de la définition donné par l’arrangement de Lisbonne, et des termes de la recommandation du Bureau de Vérification de la Publicité on ne saurait réduire, l’expression <facteurs humains >que visent ces différents textes, aux usages locaux entourant un produit, c’est à dire des usages de production spécifiques d’une région, ce qui revient à limiter les facteurs humains aux seuls aspects de la production et à exclure l’activité de négociation, de distribution et de commercialisation, à méconnaître la transmission d’un savoir-faire personnel entre générations successives qui caractérise les professionnels de la filière du vin, y compris dans le domaine de la distribution »

 

La chronique est ICI link

 

Arrêt n° 215 du 23 février 2012 (10-17.887) - Cour de cassation - Première chambre civile

 

Cassation

 

Demandeur(s) : L’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA)

Défendeur(s) : Le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) ; et autre

 

Sur le premier moyen :

Vu l’article L. 3323-4 du code de la santé publique dans sa rédaction issue de la loi n° 2005-157 du 23 février 2005 ;

 

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que le 15 avril 2005, puis courant décembre 2005, le Conseil

interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) a mis en oeuvre une campagne publicitaire d’affichage ; que soutenant que celle-ci contrevenait aux dispositions de l’article L. 3323-4 du code de la santé publique relatives à la publicité en faveur des boissons alcooliques, l’Association nationale de prévention de l’alcoolisme et addictologie (ANPAA) a assigné le CIBV en interdiction des affiches litigieuses et condamnation au paiement de dommages-intérêts ;

 

Attendu que pour rejeter cette demande, l’arrêt retient que les affiches litigieuses représentent divers professionnels appartenant à la filière de l’élaboration, de la distribution et de la commercialisation de vins de Bordeaux et met en scène des personnes ou des groupes de personnes souriant, jeunes, en tenue de ville, levant le bras en tenant un verre avec une impression manifeste de plaisir et qu’une telle représentation ne peut être utilement reprochée au CIBV dès lors qu’elle n’est pas par elle-même de nature à inciter à une consommation abusive et excessive d’alcool, étant observé que par essence la publicité s’efforce de présenter le produit concerné sous un aspect favorable pour capter la clientèle et non pour l’en détourner ;

 

Qu’en statuant ainsi, alors qu’il résulte de ces constatations que lesdites affiches comportaient des références visuelles étrangères aux seules indications énumérées par l’article L. 3323-4 du code de la santé publique et visaient à promouvoir une image de convivialité associée aux vins de Bordeaux de nature à inciter le consommateur à absorber les produits vantés, la cour d’appel a violé le texte susvisé;

 

PAR CES MOTIFS et sans qu’il y ait lieu de statuer sur le second moyen :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 26 février 2010, entre les parties, par la cour d’appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Versailles

 

Président : M. Charruault

Rapporteur : Mme Richard, conseiller référendaire

Avocat général : Mme Falletti

Avocat(s) : SCP Odent et Poulet

 

Sur le fond cet arrêt est étrange car la Chambre Civile de Cassation est lapidaire : elle casse l’arrêt de la Cour d’Appel de Paris car elle estime les « références visuelles étrangères aux seules indications énumérées par l’article L. 3323-4 du code de la santé publique »

« Promouvoir une image de convivialité associée aux vins de Bordeaux de nature à inciter le consommateur à absorber les produits vantés. »

 

Absorber, quel vilain mot, sous-entendu comme une éponge, le liquide prohibé. Le mot vin n’est pas cité : il ferait tache. Alors la Cour lâche les produits vantés. Si les professionnels du vin présentés sur les affiches contestées – chacun avait fourni une attestation établissant qu’il était bien viticulteur, négociant, maître de chai… – avaient tirés la gueule tout serait allé pour le mieux dans le meilleur des mondes. Très franchement lorsqu’on regarde les affiches les protagonistes sont assez figés dans une pause devant le photographe. Mais, point plus important : par ce type d’argument les hauts magistrats prennent le parti de la prohibition car leur argumentaire fort lapidaire sous-entend qu’une publicité ne doit pas inciter les consommateurs à acheter le produit. Je ne vois pas en quoi lever son verre de vin en souriant incite à une consommation abusive. Je rappelle que nous sommes en l’espèce dans le champ de la Santé Publique et non dans celui d’une morale puritaine. N’oublions jamais que les magistrats restent des hommes imprégnés eux-aussi de leurs préjugés. À nous de gagner la bataille de l’opinion publique pour inverser cette tendance lourde.  

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 15/03/2012 15:44


@Reggio : jubilatoire !


Je ne vais pas jouer au paparazzo, pas pour Paraza en tout cas.


Malheureusement, My dog à moi n’est plus là (Setter Gordon, euthanasiée à l’âge de 14,5 années par ... mon propre frère, véto de son
état). Mais ses pattes étaient fort vertes en effet, car le pauvre s’abandonnait dessus, tout sénile et aveugle.


Tu as compris une chose à propos de la France et de l’ANPAA et autres : c’est le Pécu qui doit combler le ... trou de la
Sécu.


@ Daniel : solidarité sainte de l’artisanat (comme chante Brassens). Je penche du même bord  que toi dans cette affaire, mais tu es à la fois ... juge et partie. En tout cas, en Belgique les juges suppléants sont souvent des ... notaires qui font des
extras ! Comme les petites bonnes de Flaubert ou Stendhal. N’en prends pas ombrage, Léon a beaucoup d’estime pour les petites bonnes ... plus que pour les magistrats de la Cour de cass ou du
Conseil d’Etat.

daniel cherel 15/03/2012 09:21


Les premier juges ont fait preuve, outre, une saine lecture des textes,  du  bon sens né-cessaire pour rendre une bonne justice. Pisse vinaigre, la Cour de Cass va au delà de l'article
L 3323-4, pour, comme le dit Jacques, d'une façon lapidaire et sans explication (sauf bien entendu a connaître la totalité de l'arrêt) en se contentant de "références visuelles ...... de nature à
la promotion de la convivialité......"  et pourquoi pas d'incitation à la débauche!!!!!!. Certes la Cour de renvoi est libre mais souvent vz dans le même sens qu la Cour de Cass.
Espérons que les Versaillais feront preuve du même bon sens que les Parisiens. L'ANPAA au lieu de dépenser des fortunes en procès ferait mieux de se préoccuper de l'alcoolisme du samedi soir
 des jeunes à l'entrée et à la sortie des discothèques ; à en croire une récente enquête du journal Sud Ouest, les jeunes s'alcoolisent (pas au vin)  avant d'entrer en boite de nuit
pour ne pas payer de consommations. A quand l'interdiction envitribe des  librairies des poèmes de Baudelaire et autres poêtes du même acabit. 


 

Reggio 15/03/2012 08:57


Il serait temps que le monde du Vin invente "le produit" qui conviendrait à l'ANPAA. On pourrait l'appeller le Pré-Pissé... Vous l'achetez, de préference en GD, vous rentrez chez vous et vous
allez directement le verser dans la cuvette de vos chiottes. Alors là, OUI, on pourrat enfin communiquer sur ce bon produit puisqu'il n'y aurait plus d'acte d'absorber, comme ils disent...Autre
avantage, vous aurez des cuvettes toujours propres et reluisante, pas mal, hein ? Et si j'ai bien compris c'est là la grande mission de l'ANPAA : avoir des toilettes impeccablement tenues.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents